Lord of Mysteries 2 Chapitre 341

Branche

Traducteur: Ych
———

Sur la rue Doyle, nichée entre le quartier du marché et le solennel Quartier de la Cathédrale Commémorative, s’étendait une rue verdoyante. Ses trottoirs épurés et son style architectural moderne la distinguaient de son environnement. Jenna avait délibérément choisi cet endroit pour donner rendez-vous aux Purificateurs. Les individus qui fréquentaient cet endroit n’avaient que peu de liens avec son ancienne vie, et la probabilité d’être reconnue était mince.

Vêtue d’un chemisier blanc immaculé et d’une robe marron clair, la tenue de Jenna différait légèrement de ses précédentes rencontres avec les deux Purificateurs. Cette variation stratégique avait pour but de déjouer toute tentative de décryptage de ses intentions par son interlocuteur si elle portait le même ensemble à plusieurs reprises.

Néanmoins, sa présentation générale restait fidèle à un certain style : une image de propreté, d’éclat et de vitalité. Cette image était le fruit des sermons de l’évêque et des plaidoyers passionnés qu’elle avait rencontrés au cours de sa participation aux activités de l’Église.

Un talisman du soleil pendait autour de son cou, mettant en valeur ses cheveux jaune brunâtre soigneusement attachés. Elle a suivi les ombres allongées projetées par les arbres, se dirigeant vers l’appartement 17.

Au milieu de son trajet, une voiture brune à quatre roues passa en grondant. La fenêtre était entrouverte, révélant un visage saisissant.

Parée d’une robe de cour noire, une dame ornait l’intérieur de la voiture. Un chapeau en voile sombre orné de plumes blanches couronnait sa tête, encadrant de façon complexe ses cheveux noirs comme le corbeau. Les contours de son visage sont doux ; son menton est gracieusement arrondi. L’arête de son nez, fine et élevée, mène à des lèvres cramoisies, dodues et subtilement retroussées. Dans ses yeux gris foncé, une lueur de clarté coexistait avec une pointe de mélancolie, évoquant un élan de sympathie.

Comme elle est belle… Jenna soupira du fond du cœur au passage de la calèche.

Même si Jenna pouvait elle-même être considérée comme séduisante, elle restait capable d’apprécier l’allure des autres. Simultanément, elle reconnut le contraste saisissant entre son apparence et celle de Franca, qui avait accédé au rang de démone du plaisir, ainsi que celle de la dame qui venait de passer.

Se recentrant, Jenna monte sur le toit de l’appartement 17 de la rue Doyle.

Son attente fut brève, car Imre et Valentine ne tardèrent pas à apparaître.

L’attitude de Valentine, bien que glaciale, laissa place à une demande proactive. ” As-tu obtenu des informations cruciales ? ”

Le regard de Valentine est passé sur le cou de Jenna, où l’emblème sacré du soleil était suspendu. Un subtil hochement de tête confirma sa satisfaction.

Jenna secoue lentement la tête. “Non.”

Sans permettre à Imre et à Valentine d’exprimer leurs interrogations, elle mit ses émotions à nu avec sérieux. “Je veux me repentir.”

Te repentir ? Imre échange un regard perplexe avec Valentine.

Quelque chose n’allait pas ?

Le regard de Jenna s’abaisse, un sourire doux-amer effleure ses lèvres tandis qu’elle regarde le sol.

“Ma mère hante mes rêves, de façon récurrente et persistante.

“Et chaque fois qu’elle apparaît dans mon sommeil, je me retrouve aux prises avec une question lancinante : Pourquoi l’Église a-t-elle permis à quelqu’un comme Hugues Artois de participer aux élections ? En découvrant la vérité, pourquoi n’ont-ils pas rapidement appréhendé ses complices et n’ont-ils pas ainsi évité la catastrophe qui s’en est suivie ?

“J’aspire à la rédemption. La douleur me ronge le cœur, elle sème le doute dans ma foi et me fait me demander si Dieu et l’Église veillent encore sur nous.”

Ces sentiments étaient sincères, bien que moins intenses qu’il n’y paraît.

Valentine se sentait honteux et ne savait pas comment répondre à Jenna.

Imre, qui avait vécu de nombreuses situations similaires, soupira et la consola habilement : “Il n’y a pas lieu de douter que Dieu veille toujours sur nous. Le soleil illumine la terre chaque jour, mais nous comprenons que le flux et le reflux de la lumière et de l’obscurité constituent l’essence de notre monde. Tout comme le Soleil se couche inévitablement pour donner naissance à la nuit, c’est ce cycle même qui nous permet de nous délecter de l’éclat du matin et de l’ascension du soleil.

“De même, l’Église n’est pas toute puissante. À Intis, nous restons soumis aux contraintes imposées par l’Église du Dieu de la vapeur et des machines, par la Convention nationale et par le gouvernement. Nos actions sont liées à des limites ; nous ne pouvons pas agir sans contrainte et sonder à volonté.

“La douleur et la calamité sont des facettes intégrales de l’existence. Leur présence varie, mais elles sont transitoires, un peu comme l’émergence du Soleil après l’obscurité.”

Jenna tomba dans un silence contemplatif pendant quelques secondes avant d’expirer, un lent relâchement de la tension. Elle étendit légèrement les bras, proclamant : “Louez le Soleil !”

“Louez le Soleil !”, répliquent à l’unisson Valentine et Imre.

Devant la sincérité de sa prestation, Jenna demande : ” Qui a proposé à Hugues Artois de le propulser au poste de député ? Et qui a facilité sa représentation d’un dieu maléfique ?”

“Nous sommes en train de mener l’enquête. Aucune avancée substantielle n’a émergé jusqu’à présent”, a répondu Imre après une réflexion mesurée.

L’expression de Jenna s’est transformée en une expression d’anxiété et d’inquiétude.

“Pourquoi cette absence de progrès substantiels ? Est-ce dû aux limites mentionnées précédemment, qui empêchent l’acquisition de pistes essentielles ? Avez-vous besoin de mon aide ? Je n’ai pas de restrictions et je ne crains pas d’enfreindre la loi !”

Imre et Valentine n’ont pas été pris au dépourvu par la réaction de Jenna. Elle faisait écho au même esprit que son assassinat brutal d’Hugues Artois, bien que sous une forme plus feutrée.

Les deux hommes échangèrent un regard, délibérant sans mot dire sur l’opportunité de confier cette affaire à un informateur lié par contrat, ce qui lui donnerait plus de souplesse et de latitude.

S’appuyant sur les conseils de Franca, Jenna s’est abstenue d’invoquer directement l’Instigation. Elle jaugea plutôt la disposition des deux Purificateurs et employa des mots pour parvenir à ses fins.

“Si l’Église elle-même a les mains liées, ne pourrait-elle pas déléguer la tâche à des dévots compétents ?

“Qu’est-ce qui est le plus important : la dignité de l’Église ou le bien-être des enfants de Dieu ?

“À chaque catastrophe déjouée, de nombreuses familles et vies sont épargnées. Ils sont tous de fervents suppliants du Soleil.

“Un dieu maléfique soutenait Hugues Artois !”

Valentine se trouva balancée, et observant l’absence de dissidence d’Imre, il s’adressa à Jenna avec gravité : ” Es-tu sûre de vouloir nous aider à enquêter sur cette affaire ? C’est très dangereux. Les chances de perdre la vie sont considérables.”

Jenna répondit par un sourire empreint de complexité : “J’ai peur de la mort, mais j’ai surtout peur de devenir un agneau sacrificiel pour les hérétiques, un peu comme ma mère.”

Elle ne cachait pas du tout sa haine.

Imre dit alors : “Au cours de nos investigations, nous avons constaté que Hugues Artois partageait des liens étroits avec le général Philip. Certaines activités secrètes remontent jusqu’à lui. Cependant, le général Philip a succombé à la maladie l’année dernière, ce qui a entraîné la perte de toutes les pistes.

“Les autres soutiens et sympathisants d’Hugues Artois devaient leur allégeance au général Philip ou le considéraient comme un atout digne d’être soutenu. Leur implication dans des croyances hérétiques ou des organisations secrètes reste invérifiée.”

Jenna s’emporte : “Et la famille de Philippe ? Qu’en est-il des hérétiques qui ont encerclé Hugues Artois ?”

“Il n’y a rien à reprocher à la famille de Philippe”, a répondu Valentine, son ton révélant des traces de contrariété. “Nous n’avons appréhendé que deux hérétiques affiliés à la campagne d’Hugues Artois. Leurs rôles étaient relativement insignifiants. L’individu le mieux informé a choisi de se suicider lorsque sa fuite est devenue impossible. Son fanatisme a entravé notre quête des pistes recherchées. Nous avons effectivement éliminé deux branches de l’organisation secrète, l’Ordre de toute les Extinction.”

L’Ordre de toutes les extinctions… Jenna se souvient de l’organisation secrète qui croyait en un dieu maléfique.

Imre complète : “La principale source de connaissances est la femme aux cheveux rouges nommée Cassandra. Elle est issue de la lignée des Saurons, une branche collatérale de l’ancienne famille royale. Une Beyonder et une hérétique gratifiée d’une bénédiction.”

“Y a-t-il quelque chose de mal avec la famille Sauron ?” Jenna s’est renseignée plus avant.

Imre secoue la tête.

“À l’heure actuelle, il n’existe aucune conclusion concrète. Les familles nobles qui ont soutenu Hugues Artois entretiennent des relations normales avec la famille Sauron. Cassandra a choisi une vie d’aventurière, car elle n’a rencontré que peu d’estime dans la hiérarchie de la famille Sauron. Par la suite, elle est devenue un Beyonder, pour finalement rejoindre l’équipe d’Hugues Artois l’année dernière.”

Quartier de la Maison d’Opéra, Rue Lombar, Café mécanique.

La précision mécanique a guidé la tarte du roi vers Poufer Sauron et ses associés au sein de l’organisation de Black Cat. La tarte avait l’apparence d’une merveille florale brune ornée de motifs noirs complexes.

Poufer regarda autour de lui et dit à Lumian, Anori et aux autres : “Je propose que cette partie de tarte au roi serve d’hommage à l’un de mes estimés ancêtres. Il portait le titre de premier comte Ardennen et de vingt-septième comte de Champagne.”

Dans ses interactions, Poufer se désignait habituellement comme le comte Ardennen.

“Le comte de Champagne, celui qui convoitait le c*l de Roselle ?” Le romancier Anori a plaisanté avec un sourire.

Au cours de l’année écoulée, le manuscrit interdit le plus recherché sur le marché clandestin des livres de Trèves a été “Les chroniques secrètes de l’empereur Roselle”. Ses pages contenaient une foule de rumeurs liées à l’empereur Roselle, mêlées à un éventail de révélations farfelues.

Poufer soupira et dit : “Ce serait le trentième comte de Champagne, l’arrière-petit-fils de mon illustre ancêtre. Il est issu d’une branche distincte de la famille Sauron.”

“Je n’ai pas d’objection.” Mullen, le peintre aux cheveux de lin, a remis la conversation sur les rails.

Il s’agissait simplement d’un jeu – personne d’autre n’a insisté pour attribuer le surplus de tarte du roi à un personnage spécifique, ce qui a permis d’obtenir un consensus rapide.

Vu le style habituel de Lumian, il aurait dû s’y opposer et mettre le comte Poufer en colère. Cependant, il se rappela que son rôle actuel tournait autour de celui d’un ami de Gardner Martin, rejeton d’une famille de marchands prospères ayant un penchant pour l’art. Il jouait essentiellement le rôle d’un imbécile dépensier, un personnage qui se prélassait dans les dépenses somptuaires uniquement pour encourir le dédain.

Poufer porte son attention sur Ernst Young, un critique littéraire plus réticent, et lui dit : ” Tu auras l’honneur de couper la tarte. ”

Ernst Young, ses boucles noires encadrant son visage, se laissa aller à un sourire d’autodérision.

“Je méprise l’absence de serveurs au café mécanique. Cela me donne l’impression d’être un serveur.”

“N’est-ce pas une bonne chose ? Ça signifie l’absence d’espions”, marmonne le romancier Anori.

Une bouffée de fumée de cerisier s’échappa de la pipe tenue par Iraeta, le poète, qui gloussa en réponse : “Peut-être que l’espion est parmi nous.”

À ce moment-là, Ernst Young avait déjà pris le couteau de table, découpant la tarte du roi en sept portions égales.

Poufer positionna délicatement l’une des tranches de tarte du roi près du bord de l’assiette, les mains jointes, la berçant contre sa poitrine. Sa voix, une douce cadence, lança une invocation : “À toi, membre de la puissante famille Sauron, le grand Champagne Vermonda Sauron.”

Poufer répéta l’incantation trois fois. Lumian ne put s’empêcher de noter que le Café Mécanique, déjà privé de ses serveurs, descendit dans un silence amplifié, semblable au début des sermons des évêques.

Après avoir offert la portion excédentaire de la tarte du roi à Vermonda Sauron, Poufer leva son regard vers Lumian et grimaça.

“C’est toi l’invité. Tu seras le premier à choisir.”

Sans observer, Lumian tendit la main vers le pâté de roi le plus proche de lui.

À ce moment-là, la voix résonnante de Termiboros résonna aux oreilles de Lumian : ” échange. ”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser