Lord of Mysteries 2 Chapitre 333

Gains

Traducteur: Ych
———

Le sourire de Lumian s’adoucit peu à peu en regardant le corps spirituel se tordre et gémir dans les flammes.

C’était l’une des façons dont le padre était mort, comme il l’avait prédit.

Certes, lorsqu’il avait initialement enflammé les Fleurs du Démon des Abysses, transformant la mine désaffectée de la Bouteille de Fiction en un brasier ardent, il n’avait pas anticipé l’incinération directe de Guillaume Bénet.

Pendant ce moment, il s’était fié à son instinct de combattant et à son expérience chevronnée pour créer un environnement qui favorisait ses points forts et atténuait ses points les plus vulnérables. L’invocation des fleurs du démon des abysses par le padre avait présenté une opportunité.

Le gaz anesthésiant produit par l’incinération des fleurs du démon des abysses n’était pas son intention. Son objectif était de se battre au sein d’un enfer infernal.

Pendant cette période, le reste de sa spiritualité s’était fait rare. Néanmoins, la résistance aux flammes d’un pyromane surpassait largement celle d’un Appropriateur du Destin. De plus, cette résistance était un attribut physique qui n’épuisait pas sa spiritualité.

Alors que la Bouteille de Fiction se transformait en un brasier ardent, l’air même pouvait brûler la trachée et les poumons. Lumian était persuadé qu’il finirait par l’emporter. Il pouvait survivre à Guillaume Bénet, endurer jusqu’à ce que les flammes s’éteignent d’elles-mêmes par manque de carburant.

Avec sa maîtrise de la voie de de l’inévitabilité, et en l’absence de déviations imprévues pour les Beyonders de la séquence 6, la constitution de Guillaume Bénet était simplement plus robuste que celle d’une personne ordinaire. Sa force résidait dans sa souplesse et sa tolérance, plutôt que dans sa résistance au feu.

Les observations de Lumian lors des affrontements à Cordu ont validé ce point. Guillaume Bénet et Pierre Berry, des individus qui avaient manifestement dépassé la séquence 7, présentaient tous deux des capacités de combat remarquables, bien que dépourvues d’attributs défensifs proportionnels.

Lumian ne s’attendait pas à ce que le padre contracte la capacité Corps d’acier. Cette capacité présente des avantages et des inconvénients. D’une part, elle contrecarre le projet initial de Lumian de créer un enfer infernal. D’autre part, elle réduit les capacités du padre, ce qui donne à Lumian l’occasion de lutter plus efficacement et de desceller l’entrée de la bouteille de fiction. Cela permet à son complice de se joindre à la mêlée et d’offrir son aide. Lumian a ensuite exploité la détermination de Guillaume Bénet à éliminer les obstacles inutiles en s’occupant d’abord de Franca. Il a improvisé un piège mortel.

Dans un grésillement d’air brûlant, le corps spirituel gémissant de Guillaume Bénet s’est rapidement désintégré et s’est progressivement dissipé.

Une fois la tâche accomplie, Lumian pivote et fait un signe de tête à Franca et à Jenna pour leur signifier qu’il a terminé.

Dans l’instant qui suivit, il se dirigea en titubant vers l’autel et récupéra les peaux de vache, de mouton et de chien.

Ces articles étaient entiers et dégageaient une aura sinistre lorsqu’on les examinait de plus près.

Il s’agissait de peaux spécialisées, amassées au cours de la première moitié du rituel de création d’un sort animal, exploitées en tirant parti des pouvoirs de l’ascète pour les accumuler. En saisissant l’incantation correspondante et en enveloppant les individus et soi-même de ces peaux, le sort de création d’animaux pouvait être exécuté directement.

Bien que Lumian n’ait pas encore déchiffré l’incantation prédéterminée pour la création d’animaux ou son annulation, ces obstacles peuvent être surmontés en temps voulu. Il pourrait, par exemple, interroger Paulina, le majordome du padre, et d’autres personnes afin de déterminer s’ils possèdent de telles connaissances. Il pourrait aussi engager un cryptologue de la voie Maraudeur pour décoder l’incantation. Il pourrait même recourir au tâtonnement, en appliquant ses connaissances du domaine de l’inévitabilité et sa compréhension de la personnalité de Guillaume Bénet. En dernier lieu, il pourrait utiliser la divination pour obtenir une quelconque clarté sur la réussite.

Ainsi, ces deux peaux de mouton, une seule peau de vache et deux peaux de chien avaient une valeur considérable. Employées judicieusement, elles pouvaient déclencher des effets inégalés. Guillaume Bénet avait déjà failli tromper Lumian en prenant l’apparence d’un chien massif à la fourrure brune, tentant ainsi de fuir la rue Vincent et de couper court à leur rencontre. Cependant, son fanatisme pour les bénédictions de l’inévitabilité et et sa cupidité due à son contrat avaient pris le pas sur la raison. Cela l’a conduit à passer du statut de proie à celui de chasseur, en tendant un piège inversé.

Lorsque le corps de Lumian commença à osciller comme s’il avait perdu pied, Franca et Jenna lui apportèrent leur soutien, l’aidant chacune à porter une part des peaux de vache, de mouton et de chien.

À cet instant, la bouteille de fiction a tremblé.

Privée de l’armature de Guillaume Bénet et soumise au feu infernal de l’enfer pendant une durée, elle finit par se fracturer à la manière de la glace, ses fragments plongeant dans le vide.

La caverne abandonnée, englobée par son confinement, se dévoila à Lumian et à ses compagnons par la porte secrète. Toutes les fleurs de démon des abysses avaient été réduites en cendres et jonchaient le sol. Les flammes avaient épuisé leurs combustibles et, privées de la spiritualité de Lumian, la plupart s’étaient réduites en cendres. Seules certaines régions conservaient une luminescence cramoisie, qui diminuait régulièrement.

Lumian jeta un coup d’œil à Franca et dit : ” Je vais retourner à la rue des Blouses Blanches en passant par les souterrains de Trèves. Porte le minerai de sang terrestre pendant que tu te diriges vers la surface.”

Une fois la broche de la décence retirée, Lumian serait inévitablement méprisé par son entourage. S’il revenait sur ses pas, de nombreuses mésaventures pourraient lui arriver. Sinon, s’il ne l’enlevait pas, une alerte serait déclenchée dans les deux à trois minutes, attirant l’attention des Beyonders officiels ou des factions dissimulées qui se trouveraient à proximité.

Compte tenu des complications potentielles liées au transport du minerai de Sang de Terre dans les souterrains, couplées aux éventuelles difficultés que Jenna pourrait rencontrer en le recevant, Franca acquiesça en pinçant les lèvres et se tourna vers Jenna. “Suis Ciel. Il est à bout de force. Il n’a peut-être même aucune chance face à un chien.”

“Si c’est le même chien qu’avant, je ne serais pas capable de le vaincre”, marmonna Lumian.

Alors que la sortie du côté opposé de la mine abandonnée restait dégagée, une rafale glaciale balaya la salle des sacrifices, dispersant le gaz anesthésiant avec la fragmentation de la Bouteille de Fiction. Lumian avança en titubant et arriva devant les restes carbonisés de Guillaume Bénet.

Il donna un coup de pied au corps et le retourna, s’assurant que rien n’était dissimulé à l’intérieur.

Lumian ramassa la fiole d’alcool militaire gris fer et avança vers la sortie de la mine abandonnée. Là, il remarqua une peau de chien à la fourrure brune qui ne dégageait plus d’aura sinistre.

Cette zone particulière avait évité l’incinération, laissant la peau de chien intacte. Néanmoins, le processus de reconstitution du rituel du sortilège de création animale était obligatoire. Ce n’est qu’en appliquant la capacité d’un ascète qu’elle pourrait retrouver son statut d’objet Beyonder.

Au-delà de la sortie de la mine abandonnée, deux objets sont appuyés contre la paroi rocheuse.

L’un était une lanterne éclairée au kérosène, tandis que l’autre était un sac à dos en toile vert foncé apprécié des aventuriers et des mercenaires.

Lumian souleva le sac à dos et s’aperçut qu’il était étonnamment lourd. Il était presque trop lourd pour être soulevé.

Curieuse, Franca s’accroupit et détacha le sac à dos. À l’intérieur se trouvaient de gratifiants lingots d’or, des piles de billets de banque et des pièces d’or.

“Waouh !” s’exclame Franca.

Tant d’argent ? Lumian a d’abord pensé : Dieu merci, le padre n’a pas dépensé toutes les redevances accumulées par Aurore. Une réaction plutôt viscérale s’ensuivit : Bordel de merde, cet homme est si sinistre !

De toute évidence, Guillaume Bénet avait anticipé la possibilité que Paulina et les autres ne s’échappent pas. Dans une telle éventualité, Lumian et ses compagnons pourraient déduire que le padre a choisi un itinéraire de fuite alternatif en fonction des maigres fonds transportés par ces croyants en l’inévitabilité. Par conséquent, ils convergeraient vers le sous-sol, tombant par inadvertance dans un piège.

“Pas trop mal, vraiment pas mal”, remarque Franca en souriant. “Même si ces hérétiques ne laissent pas tomber les caractéristiques, ils laissent tomber d’autres butins”.

Indiquant la direction vers le haut avec sa main, elle poursuivit : “Je remonte. Passe-moi cette peau de chien.”

Elle confie les trois peaux rituelles à Jenna et retourne au 50 rue Vincent, en serrant la peau de chien de Guillaume Bénet.

Jenna passa le sac de toile vert foncé en bandoulière, serrant les cinq peaux sinistres. Elle observa Lumian prendre la lanterne et l’allumer.

Après quelques enjambées dans le tunnel peu lumineux à l’extérieur de la mine abandonnée, Lumian retira promptement la broche de la décence et la plaça dans une autre flasque d’alcool militaire accrochée à sa taille, la faisant couler au fond de la liqueur.

Lumian fit encore quelques pas avant de se mettre soudain à trembler. Il se retourna, jetant un coup d’œil à Jenna qui le talonnait.

Jenna, qui tenait les peaux de vache, de mouton et de chien tout en transportant le sac de toile, arborait une expression sombre, empreinte de répugnance. Elle luttait pour parler, la voix hésitante : “Je peux me contrôler. Bon sang, je ne te battrai pas !”

Bien que Lumian soit sceptique, il n’avait pas d’autre choix que de poursuivre son voyage.

Au bout de sept à huit minutes, il rencontra un tunnel abandonné et s’installa dans un coin, attendant la dissipation des effets néfastes de la broche de décence. Il saisit l’occasion pour se reposer et récupérer un peu de sa spiritualité.

Les événements qui se sont déroulés au 50 rue Vincent sont restés inconnus de tous, car Franca a méthodiquement effacé toutes les preuves et mené un processus anti-divination comme il sied à une démone.

Tout au long de cette entreprise, elle a passé chaque pièce au peigne fin. Vigilante face à la corruption potentielle, elle s’est abstenue de fouiller trop profondément, bien que ses explorations n’aient pas permis de trouver des indices précieux ou des objets dignes d’intérêt.

Finalement, elle est retournée au salon du rez-de-chaussée, réveillant le faux Guillaume Bénet inconscient.

Celui-ci contemple la silhouette vêtue d’une robe noire, une peau de chien brune serrée dans sa main. Pendant un instant fugace, il éprouva une sensation semblable à celle d’être prisonnier d’un rêve, incapable de se réveiller.

Franca émet un petit rire doux.

“Comme tu peux le voir, nous avons tué ce diable”.

À ses yeux, l’imposteur Guillaume Bénet n’était plus identique au padre. Il était devenu très peu familier.

Peut-être était-ce là sa véritable apparence.

“Je-Je…” L’imposteur Guillaume Bénet balbutia de surprise et d’allégresse, ” Es-tu ici pour m’aider ? “.

“Nous sommes des chasseurs de démons”, fabula Franca. “Que peux-tu nous dire d’autre sur ce démon ?”

Bien que son sortilège de canalisation des esprits du miroir magique ait permis à Lumian de glaner de nombreuses informations auprès de Guillaume Bénet, sa portée avait des limites. Elle ne pouvait pas couvrir toutes les facettes. Il était impératif d’enquêter davantage sur les personnes concernées pour ne pas risquer de négliger des pistes cruciales.

L’imposteur Guillaume Bénet trouva la femme enveloppée dans son linceul remarquablement affable. Il réfléchit brièvement avant de répondre : ” À part entretenir une liaison avec ma femme et se régaler de steaks et de côtelettes de mouton, il n’y a rien de particulièrement remarquable chez ce diable “.

“Oui… Il disparaît un jour par semaine avant de refaire surface discrètement.”

Disparaître une fois par semaine ? Franca prend acte de ce détail et poursuit ses investigations.

Ayant épuisé le potentiel d’extraction d’informations supplémentaires, elle sourit et instigua subtilement l’imposteur Guillaume Bénet.

“Si j’étais à ta place, je quitterais précipitamment cet endroit. Ta femme s’apparente à un diable.

“Je déménagerais tous les biens de valeur dans des régions où mon identité reste inconnue. J’achèterais une nouvelle résidence, contracterais un nouveau mariage et entamerais un nouveau chapitre.”

Les battements du cœur de Guillaume Bénet s’accélèrent, et sa détermination à tenir bon faiblit.

Dans l’instant qui suivit, il observa la femme devant lui se liquéfier comme de la glace en train de fondre.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser