Lord of Mysteries 2 Chapitre 326

Substitut

Traducteur: Ych
———

“Ha !”

La poitrine droite de Lumian brillait faiblement. Son corps spirituel frémit tandis qu’un rayon jaunâtre jaillit de sa bouche.

Il frappa instantanément Guillaume Bénet, vêtu d’une chemise sombre et d’un pantalon noir, le faisant s’effondrer de confusion et de choc.

Sort d’Harrumph !

C’est le faux ! Les yeux de Lumian se rétrécirent tandis qu’il évaluait la situation. Il ne fut pas trop surpris par la situation.

Il était évident qu’il ne s’agissait pas du vrai Guillaume Bénet – un Appropriateur du Destin de la Séquence 5. La façon dont l’homme a réagi à l’attaque, associée à son manque de familiarité avec les pouvoirs du Beyonder et le mysticisme, a fait croire à Lumian que le substitut était une personne ordinaire propulsée dans un monde inconnu.

Ignorant le majordome déconcerté, Lumian tourna rapidement les talons et sprinta hors du salon compact.

Tout en courant, il murmura : “À Dill !”

Franca, drapée dans sa robe noire à capuche et armée de cuir, se matérialisa devant Lumian.

Lumian lui saisit l’épaule, laissant la marque noire sur son épaule droite scintiller d’une lumière sombre.

Au milieu du maelström tourbillonnant de teintes vibrantes, le duo se retrouva sur le balcon du sixième étage de Dill.

Ayant envoyé Jenna informer Albus précédemment, Lumian avait déjà mémorisé les coordonnées.

En voyant arriver ses compagnons, Jenna, habillée en mercenaire, sortit de l’ombre. Elle pointa du doigt la salle 602 et baissa la voix.

“Ce n’est pas encore fini.

“Bon sang, il fait traîner les choses !”

“Le deuxième round, peut-être ?” Lumian glousse.

D’après Albus, l’occupant de la chambre 602 s’était déjà défoulé une fois avant de prendre le thé de l’après-midi. Maintenant, il avait recommencé.

“L’insonorisation ici est impressionnante”, remarqua Franca, la tête penchée à l’écoute de tout signe d’activité provenant de la chambre 602.

Jenna observa Lumian qui s’essuyait le visage, se déguisant en un employé de bordel typique de Dill. Elle fit claquer sa langue et exprima ses pensées.

“Cette femme crie de temps en temps. Bon sang, ce padre pervers est-il en train de commettre des abus ?”

Jenna, chanteuse souterraine fréquentant les bars et les salles de danse, avait cultivé une image ouverte et passionnée. Ses rapports étroits avec Franca, qui gérait les danseurs, l’exposaient à un monde hors du commun. Elle n’avait aucune expérience, mais ses connaissances étaient substantielles.

Franca a vite compris. Elle a modulé sa voix et fait claquer sa langue.

Lumian, son visage de Niese le transformant, jeta un coup d’œil à Franca, lui demandant silencieusement de saupoudrer de la poudre fluorescente dans le couloir à l’extérieur de la chambre 602.

Une contre-mesure à l’invisibilité de Guillaume Bénet !

Lumian savait que l’invisibilité n’effaçait ni les traces ni les odeurs. Si Guillaume Bénet s’échappait dans le couloir pendant le combat, la poudre fluorescente créerait une traînée lumineuse, guidant la poursuite de Lumian.

Cependant, Lumian réfléchit et décida que l’utilisation de la poudre fluorescente risquait d’être trop voyante. Guillaume Bénet pourrait facilement détecter l’anomalie et s’échapper en utilisant ses capacités bizarres avant que Lumian ne puisse lancer une attaque surprise.

Après un moment de réflexion, Lumian se penche pour chuchoter à Franca : ” Déploie l’invisibilité pour te dissimuler dans le couloir. Utilise la soie d’araignée invisible pour créer une toile qui recouvre la porte de la cible du sol au plafond.”

Cette approche neutraliserait l’efficacité de l’Invisibilité, tout en empêtrant Guillaume Bénet s’il tentait d’employer le Vol lent.

“Pas de problème.” Franca ajusta sa capuche noire et s’engagea dans le couloir.

En un clin d’œil, sa forme se dissout, comme si un bonhomme de neige avait fondu au soleil.

Sept à huit secondes plus tard, une légère brise effleura les jambes de Lumian.

Il reste un instant interloqué avant de comprendre.

Franca utilisait la soie d’araignée invisible pour signaler qu’elle était prête.

Depuis que ce type est devenu une démone du plaisir, tout ce qu’elle fait est empreint de taquinerie… Oui, elle vient de progresser et ne contrôle peut-être pas totalement le pouvoir de la potion. Elle pourrait être affectée sans le vouloir…

Marmonnant intérieurement, Lumian reporta son attention sur Jenna et lui dit : “Cache-toi dans l’ombre ici. Si Guillaume Bénet s’enfuit par là, tu pourras tirer ou exécuter un assassinat. Si cela échoue, retire-toi immédiatement. S’il se dirige dans une autre direction, ne le poursuis pas.”

“J’ai compris.” Jenna, bien rodée à ce genre de situation, n’a pas insisté pour qu’on l’implique davantage.

Elle comprenait que ses capacités ne pouvaient être déployées efficacement que dans des circonstances précises.

Son équipe disposée, Lumian pivota et dirigea son regard vers la porte en bois de la chambre 602.

Il inspira profondément et expira lentement pour calmer ses nerfs.

Sur ce, il alla chercher un fauteuil sur le balcon et le positionna dans le couloir.

La soie invisible de l’araignée l’a évité alors qu’il s’éloignait un peu de la chambre 602 et qu’il posait le fauteuil.

Dans l’instant qui suivit, il tapota légèrement le dossier du fauteuil. Des flammes cramoisies jaillirent de sa paume, se glissant sur le fauteuil comme des serpents.

Alors que le fauteuil s’enflamme, Lumian se dirige en trottinant vers la chambre 602 sans chercher à dissimuler ses mouvements. Il frappa ses articulations contre la porte en bois.

“Qu’est-ce qu’il y a ?”

Une voix teintée de colère contenue résonna à l’intérieur de la salle 602, indiquant un moment charnière.

“Le feu ! Il y a du feu !” Lumian a crié en feignant la panique.

“Fils de truie !” La voix masculine à l’intérieur a juré avec l’accent de la province de Riston.

Simultanément, le chasseur Lumian détecta un mouvement distinctif : quelqu’un descendait du lit.

Deux ou trois secondes plus tard, la porte s’est ouverte, révélant un homme nu portant un demi-masque couleur fer et une chemise blanche, sa moitié inférieure exposée.

Une brune, vêtue d’une chemise de nuit en résille, était encore drapée sur lui.

Bon sang, tu ne peux même pas la lâcher ? Le commentaire amusé de Franca résonna dans l’esprit de Lumian depuis sa position invisible en diagonale.

Cependant, la concentration de Lumian est restée intacte. Lorsque le suspect Guillaume Bénet apparut et que son regard se porta sur la chaise enflammée et enfumée, Lumian réagit rapidement.

“Ha !”

Un autre rayon jaunâtre jaillit, transperçant à la fois l’homme au demi-masque couleur de fer et la femme à la chemise de nuit en résille, les enveloppant.

Un aperçu de choc et de panique traversa les yeux du supposé Guillaume Bénet, révélant sa maîtrise des pouvoirs du Beyonder.

Puis, ses yeux se sont ternis et il s’est effondré, une fraction après la femme.

Alors que le bruit d’un objet lourd s’écrasant sur le sol résonnait, Lumian sembla entrer dans une transe surréaliste.

Impossible. Un Appropriateur du Destin comme Guillaume Bénet ne pouvait pas être assommé par le sortilège d’Harrumph d’un Contracté…

Est-ce un leurre ?

Celui du 50 rue Vincent était aussi un faux !

Où est le vrai Guillaume Bénet ?

Secouant son hébétude momentanée, Lumian s’agenouille et retire le masque couleur fer de l’homme inconscient.

Le visage qui se cachait sous le masque était étrangement familier : c’était celui de Guillaume Bénet, au nez crochu.

S’assombrissant d’inquiétude, Lumian écarta la femme à moitié habillée de sa cible et déchira la chemise blanche.

Dans le battement de cœur qui suivit, ses yeux tombèrent sur trois marques noires ressemblant à des signatures sur le haut du corps de l’homme inconscient – une sur la poitrine gauche, une sur la poitrine droite et une autre sur l’abdomen.

Ce n’est pas Guillaume Bénet !

Guillaume Bénet détenait plus de trois contrats, probablement une douzaine ou plus !

Tous faux ? Tous des substituts ? Lumian serra les poings, ses yeux s’enflammant d’un feu invisible.

Il se leva, entraînant l’homme, sosie identique de Guillaume Bénet, dans la chambre 602. Puis, il trouva une couverture, emmaillota la femme inconsciente et la déposa dans le couloir.

Dans l’intervalle, Franca a discerné une nouvelle fois la fausseté de la proie, faisant disparaître son invisibilité. Elle invoqua le givre et étouffa les flammes qui consumaient le fauteuil.

Alors qu’elle transférait la femme du couloir vers une pièce vacante, Lumian tendit sa main droite, les doigts se refermant autour de la gorge du destinataire du don de l’Inevitabilité.

D’un coup sec et décisif, il brisa le cou de l’homme, le rendant inconscient et sans vie.

Ensuite, il a fermé la porte en bois, dégainé la dague rituelle en argent et l’a sanctifiée. Un mur de spiritualité enveloppa la chambre 602.

Par la suite, Lumian a initié la danse de l’invocation, choisissant de s’engager dans un processus préliminaire de canalisation des esprits par le biais de cette méthode.

Il avait choisi de ne pas demander l’aide de Franca pour une raison bien précise : il n’était pas sûr des créatures particulières que le défunt avait contractées. Il était possible qu’elles induisent une corruption correspondante. Seule Lumian, étant depuis longtemps dotée d’un don de l’inévtabilité, n’était pas affectée par le processus de canalisation de l’esprit.

Les sédatifs et les derniers restes de sérum de vérité de la société Bliss étaient réservés à une utilisation sur le vrai padre.

En face du 50 rue Vincent.

Perché au deuxième étage de l’immeuble et à couvert, Anthony Reid, observant fermement la cible, aperçut une dame gracieuse vêtue d’une robe vert pâle qui sortait précipitamment, accompagnée de son valet, de sa femme de chambre et de son maître d’hôtel. Le groupe est entré dans un carrosse, habilement déplacé de l’arrière à l’entrée principale, avant d’embarquer vers l’extrémité de la rue Vincent.

Sans se précipiter, Anthony mémorisa méticuleusement des détails précis concernant la voiture et les chevaux.

Au milieu de la danse fervente et contorsionnée, l’esprit défunt se détacha de son vaisseau corporel, planant dans les airs. Il jeta sur Lumian un regard chargé d’animosité et de perplexité.

Puisant dans son propre sang, Lumian ordonna à l’esprit de se lier à lui.

Bien que le désir et la voracité s’enflamment en lui, Lumian demeura résolu, détectant une présence supplémentaire.

Invoquer la fleur du démon de l’abîme…

Invisibilité…

Transfiguration… Bon sang !

Un juron involontaire s’échappe des lèvres de Lumian.

Il commençait à comprendre la situation qui se déroulait !

L’individu du 50 rue Vincent était peut-être un produit du sortilège de substitution. Celui de la maison close de Dill, en revanche, avait été façonné comme un substitut par Guillaume Bénet, en utilisant la Transfiguration, en exploitant ses effets négatifs.

Il veillait à ce que personne n’exploite ses effets négatifs pour le traquer !

La Transfiguration était une capacité contractuelle capable de modifier l’apparence, le physique et la disposition d’une personne. Elle possède également une certaine résistance à la divination. Le prix à payer était son propre visage, l’effet secondaire néfaste se manifestant par le désir d’exploiter les autres.

Lumian se stabilisa, évoquant le véritable Guillaume Bénet, son visage, ses actes. Cette résonance s’unit aux souvenirs qui ont le plus marqué l’esprit du défunt et permettent à Lumian de se mettre en chasse d’indices.

Rapidement, une grappe de sept ou huit souvenirs frémit légèrement. Lumian en sélectionna un, s’efforçant de le magnifier pour mieux le comprendre.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser