Lord of Mysteries 2 Chapitre 317

Invocation de la cible

Traducteur: Ych
———

À l’époque de Cordu, Lumian se serait peut-être emparé de cette invitation et aurait rejoint la Salle de Bal Unique avant la fin du mois, dans le but de faire une farce pour lui rendre la monnaie de sa pièce.

Cependant, cette fois-ci, Lumian était plus à l’aise dans le monde mystique, grâce à ses contacts avec d’innombrables aberrations du monde extérieur. D’un claquement de doigts, il fait jaillir une étincelle cramoisie qui s’allume sur le papier ébène devant lui.

Au milieu des flammes naissantes, Lumian quitta la caverne de la carrière, sa lampe à carbure jetant sa lumière, le guidant vers la sortie la plus proche des souterrains de Trèves.

Pourtant, au cours de ce voyage, une paranoïa inébranlable s’empara de lui. La mousse sur les parois rocheuses, les insectes invisibles dans l’ombre, même les entités intangibles qui traversaient l’air – c’était comme si les yeux de Monette le transperçaient sous tous les angles.

Ce n’était pas une simple illusion, mais plutôt une réalité qui tendait l’esprit de Lumian, chaque battement de cœur étant un galop d’inquiétude.

Le calme inébranlable de Termiboros était le seul réconfort, l’absence d’agitation indiquant que le dilemme ne s’était pas encore aggravé.

Un quart d’heure plus tard, Lumian gravit les escaliers d’acier et se retrouva à nouveau sur la terre ferme.

Alors que les rayons du soleil percent le ciel, traversant une mer de nuages blancs et baignant son visage de leur éclat, il se sentit comme s’il venait de renaître.

Pfiou, pas étonnant que Madame la magicienne ait dit de vivre sous le soleil de Trèves autant que possible… Expirant un soupir, Lumian éteignit la lampe à carbure, s’orienta et reprit le chemin de la rue des Blouses Blanches.

En rentrant dans la planque, il appela immédiatement le messager de Madame la magicienne, informant la détentrice de la carte de l’arcane majeur des événements qui venaient de se dérouler.

La réponse de Madame la magicienne fut simple :

“Travail exemplaire. Ne t’approche pas de la Salle de Bal Unique.

“L’Ange du Temps du Seigneur veillera avec vigilance sur cette affaire.”

Pourquoi l’Ange du Temps de M. Fou dirigerait-il son attention vers la Salle de Bal Unique ? Existe-t-il vraiment un Ange du Temps ? L’entité angélique que les charlatans de la Salle de Bal Unique vénèrent a un lien avec l’Ange du Temps de M. Fou. Ou peut-être une animosité ? Lumian rumine, momentanément à la dérive dans le brouillard de la compréhension.

Soulagé, il s’allongea sur le lit et s’abandonna à l’étreinte du sommeil – une parenthèse où sa force mentale et sa vitalité furent revigorées.

À midi, Lumian manga deux savoureuses tourtes à la viande et but un verre de Whiskey Sour aux pommes. Assis à la table, il lit attentivement le bestiaire des créatures du monde des esprits.

Tandis qu’il parcourait les pages, un stylo plume noir élégant dansait dans sa main, traçant des cercles intentionnels sur le papier pour accentuer les candidats potentiels.

Après plus d’une heure d’examen minutieux, Lumian a dressé une liste préliminaire de 50 à 60 entités du monde des esprits dotées d’attributs appropriés et de niveaux de menace modestes. En suivant le fil des numéros de page indiqués, il a récupéré les manuscrits sources et s’est lancé dans une recherche méticuleuse.

Des pauses intermittentes ponctuent sa lecture. Alors que le soir peint le ciel en teintes crépusculaires, Lumian conclut enfin sa lecture méticuleuse des documents sources, désormais en possession de leurs connaissances profondes. Une dernière sélection a été faite.

Le premier en lice était la Main Abcédée. Cet esprit énigmatique, autrefois entouré de légendes dans le sud et le centre du monde, avait été conjuré par des aficionados du mysticisme, laissant dans son sillage une traînée de corps sans vie.

D’après les témoignages recueillis sur les lieux du crime, les victimes étaient éparpillées dans toute la forêt. À l’exception de ceux qui ont été initialement réclamés dans une hutte de chasseur, les autres décès sont survenus presque simultanément. Cette révélation laisse entrevoir la rapidité avec laquelle la Main Abcédée passe d’une victime à l’autre, étranglant une âme et, en un battement de cœur, s’élançant vers sa prochaine proie.

Les divinations des rêves ont dévoilé une main gangrenée d’un noir bleuâtre, gonflée et suintante de putrescence. Son apparition était toujours brutale, brisant le cou d’une victime en deux ou trois secondes avant de disparaître pour en assaillir une autre, quelle que soit la distance.

D’après les caractéristiques de la main, Lumian en a déduit son aptitude considérable à traverser le monde des esprits.

Quant à son niveau de dangerosité, les récits de Madame la magicienne la jugeaient banale, liée par les contraintes du rituel d’invocation.

Néanmoins, un détail significatif s’est détaché du détenteur de la carte des arcanes majeurs : “On soupçonne que c’est un fragment de quelque chose de plus grand”.

Une main coupée ? Ses semblables pourraient-ils comprendre des jambes, des têtes, des torses et des entrailles coupés ? Que se passerait-il lorsque ces fragments convergeraient ? Si on les réassemblait, qu’est-ce qui se manifesterait ? Lumian parcourut l’index en vain, ne parvenant pas à dénicher des entités analogues. Il s’est concentré sur les capacités, les traits et les niveaux de menace, sans se soucier de la nomenclature.

Une autre théorie reste à l’étude. Les autres homologues de la Main Abcédée pourraient se trouver dans les catégories des puissants et des dangereux, échappant ainsi à la surveillance de Franca, de Jenna et des lapins de la connaissance.

Si les prouesses attendues dans la traversée du monde des esprits s’avéraient insaisissables, ou si le coût était insoutenable, Lumian disposait d’un arsenal d’alternatives.

En ce qui concerne les capacités de déguisement, il a trouvé un penchant particulier pour une créature du monde des esprits connue sous le nom de Mariée sans tête.

Ce récit mythique a été tissé au cœur du royaume de Haagenti, sur le continent sud. Il commence par l’histoire d’une jeune fille qui a osé s’enfuir avec son bien-aimé.

Dans les chambres ombragées de leurs noces cachées, ses proches dévoilèrent la cérémonie enveloppée de linceul. Au milieu de l’assemblée de la famille et des proches, son propre frère lui a infligé une fin rapide et brutale, lui tranchant la tête au nom de la transgression matrimoniale et du décret ancestral.

Peut-être cette fille était-elle spéciale au départ, ou peut-être était-elle entrée en contact avec quelque chose lié au monde des esprits au cours de sa fugue. Ainsi, enflammée par l’agonie, la fureur et la rancœur qui l’ont saisie avant sa mort, elle s’est imprégnée de l’essence du monde des esprits, se transmutant en une créature apparentée à un esprit maléfique.

Vêtue d’un habit de mariée écarlate orné de motifs dorés, elle a chassé et maudit sa lignée, la soumettant à un torrent ininterrompu de catastrophes pendant trois décennies, jusqu’à ce que la tapisserie de leur lignée soit pratiquement effacée.

Dans le présent, la Mariée sans tête rôdait dans le monde des esprits, se métamorphosant avec un art calculé. Ses transformations séduisaient les êtres imprudents et les voyageurs sans méfiance, les rapprochant de leur destin dans son étreinte implacable.

Pour un pyromane, c’était une cible facile, avec la protection d’un rituel.

L’alternative de la mariée sans tête était la mante à face humaine :

“C’est une créature unique du monde des esprits. De son vivant, c’était un playboy élégant et séduisant.

“En tant qu’éducateur à Sion, dans la province de Hornacis de la République d’Intis, il était entouré de l’admiration et de l’ardeur de dames distinguées et de jeunes filles.

“Il était doué pour la littérature et la poésie et avait de nombreuses amantes.

“Cette existence idyllique s’est brusquement terminée lorsqu’une épouse éconduite l’a dénoncé à l’Église comme sorcier, l’accusant d’avoir eu recours à la sorcellerie pour contrôler sa femme.

“Des agents envoyés par l’Église du Soleil éternel flamboyant ont sondé l’affaire, recueillant les récits d’une multitude d’hommes de la région. Étonnamment, leurs témoignages faisaient écho aux allégations de la lettre de plainte. Étrangers les uns aux autres, les récits de ces hommes convergeaient dans une symétrie troublante.

“En revanche, les dames et les jeunes demoiselles ont attesté avec force de leur participation volontaire, défendant avec ferveur les actions du playboy.

“Au milieu du ressentiment latent des hommes de la région, le procès s’est achevé à la hâte. Le playboy mourut sur le bûcher.

“Après une enquête ultérieure, les autorités ont confirmé son innocence, dévoilant les accusations comme une construction de l’envie et de l’inimitié collectives.

” Il a été suggéré qu’un instigateur était dans les coulisses.

“Dans le monde des esprits, l’essence du playboy s’est métamorphosée en une mante au visage humain. Il nourrissait en lui un dégoût dévorant, mêlé à une maîtrise de la métamorphose et à une prédation implacable…”

Lumian devint émotif à la lecture de ces deux informations.

Six années passées à la campagne l’avaient familiarisé avec l’ignorance qui assombrissait la vie villageoise.

Il en avait déduit que tous les habitants du monde des esprits ne jaillissaient pas du ventre de la nature. Dans des circonstances exceptionnelles, les âmes des humains décédés pouvaient se transformer en créatures spirituelles durables. Une explication plausible aux phénomènes de hantise.

Réfléchissant méticuleusement, Lumian renonça à son aspiration à l’invisibilité et à la dissimulation. Au lieu de cela, il a réservé son dernier contrat à des caractéristiques ayant une influence directe sur son corps spirituel.

Ses choix se résumèrent au Mal aux mille yeux et à l’Ombre du cri.

Ces deux entités étaient la quintessence des “natifs” du monde des esprits, ne s’aventurant que dans les royaumes des cauchemars et des tomes de l’artisanat authentique des sorciers.

Le Mal aux mille yeux se composait de formes charnues, exsudant un ichor rose, chacune ornée d’un œil dépourvu de cils.

Regarder dans les pupilles d’ébène de ces multitudes, qu’il s’agisse d’humains, de bêtes ou de simples corps spirituels, conduisait à un sommeil rapide.

Leur lien avec les rêves était palpable ; ils se manifestaient parfois dans les recoins les plus sombres des cauchemars les plus éprouvants.

L’Ombre du Cri, en revanche, se manifeste sous la forme d’une confluence d’ombres translucides. Avec de fréquentes explosions de cris, elles induisaient l’inconscience chez ceux qui osaient s’approcher.

Au-delà de leurs cris, elles portaient les attributs d’ombres ordinaires.

Lumian transcrivit méticuleusement tous les détails concernant les prétendants alternatifs sur du papier frais, qu’il plia en le glissant dans sa poche.

Il s’attarda dans l’enceinte de la Salle de Bal Brise pendant un certain temps, puis quitta l’Avenue du Marché vers 22 heures. Naviguant sur les sentiers des docks de Rist, il finit par entrer dans l’édifice de deux étages qu’il avait réduit à l’état de ruines fumantes.

Bien que le brasier qui avait ravagé le bâtiment ait été éteint depuis longtemps, la structure se dressait maintenant dans une obscurité d’encre et une désolation totale.

Conscient que son public n’était autre que M. Fou, et non l’entité appelée Inevitabilité, Lumian n’avait pas l’intention d’exécuter le rituel d’invocation dans les souterrains. Ce choix stratégique visait à éviter toute rencontre potentielle avec les étranges et dangereux escrocs de la Salle de Bal Unique.

Son objectif premier était de localiser une enclave isolée, loin des regards indiscrets. Cette approche calculée garantirait que même en cas d’incident imprévu pendant la conjuration, si l’entité invoquée perdait le contrôle, les dommages collatéraux seraient contenus, ce qui faciliterait une résolution rapide.

Après avoir méticuleusement aménagé une chambre relativement intacte dans le cœur d’obsidienne du bâtiment décrépit, Lumian a procédé à l’aménagement méticuleux de l’autel.

S’appuyant sur les connaissances qu’il a acquises en tant que contracté, Lumian s’écarte de la norme en invoquant deux bougies supplémentaires, chacune symbolisant une divinité.

Dans ce rituel, M. Fou était à la fois le point central de la supplication et l’observateur solennel.

Une fois le mur de spiritualité mis en place et les bougies allumées, Lumian ne s’est pas précipité pour commencer l’incantation. Au lieu de cela, il a extrait une fiole gris fer de la poche intérieure de sa veste brune usée.

Dans cette fiole, Lumian avait ingénieusement fixé un fil fin, son pendant relié à la broche de la décence qui reposait immergée dans une mare d’absinthe.

Cette conception ingénieuse a permis à Lumian de récupérer rapidement et précisément l’artefact scellé. Aucune manœuvre maladroite n’était nécessaire ; un simple crochet de l’index et la broche du balai écossais était à portée de main…

Alors qu’il tire sur la broche, une gerbe d’étincelles cramoisies jaillit, tranchant le nœud qui lie l’artefact scellé.

Sans hésiter, Lumian orna sa poitrine de la resplendissante broche de la décence.

Il pensait que passer un contrat avec un habitant du monde des esprits comportait un coût inhérent, semblable à une forme de corruption. Dans ce contexte, Lumian espérait que la broche de la décence jouerait un rôle important.

Après avoir fixé la broche, le regard de Lumian se porta sur le trio de bougies qui s’allumait silencieusement devant lui. Prenant une profonde inspiration, il se prépara au rituel à venir.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser