Lord of Mysteries 2 Chapitre 311

Garçon étrange

Traducteur: Ych
———

Lenburg ? Le fils illégitime ou le filleul du baron Brignais réside à Lenburg ? Lumian était perplexe, son esprit se lançant dans des suppositions ludiques.

Le baron Brignais accorde une grande importance à l’éducation, confiant son enfant le plus cher au royaume du Dieu de la Connaissance et de la Sagesse pour qu’il s’instruise….

Lumian étudia le jeune garçon devant lui et lui demanda d’un ton décontracté : “N’es-tu pas censé te plonger dans les livres à Lenburg à ton âge ? L’éducation y est bien meilleure qu’à Trèves.”

Le visage du garçon s’illumine d’une expression étrangement animée. “Nan, je n’ai pas envie de me taper le quotidien de l’école, de passer des nuits blanches à faire mes devoirs et d’affronter des examens tous les mois !”

Ça a l’air un peu terrifiant… Un frisson a parcouru l’échine de Lumian à l’idée d’une telle vie.

En tout cas, cela ne lui convenait pas.

Acceptant d’un signe de tête, Lumian demanda nonchalamment : “Les rats vivants ont-ils du goût ?”

Le garçon reprit son calme. “Ce n’est pas vraiment gourmet, mais je ne peux pas faire la fine bouche quand la faim me tenaille. Attendre midi pour faire une descente dans la cuisine ne suffit pas. Le vrai bonheur, c’est de savourer un repas concocté par un maestro de la cuisine. Et certaines petites faims ajoutent un certain… flair.”

Après s’être expliqué, il a dû se sentir trop mature et s’est rapidement recalibré.

“Tu ne peux pas m’en vouloir si ta cuisine traîne les pieds jusqu’à midi !”.

Eh bien, ce n’est pas vraiment la question, n’est-ce pas ? Lorsque j’errais sans véritable endroit où loger, je n’avais certainement pas l’intention de manger des rats vivants. Le problème, bien sûr, c’est que je n’arrivais même pas à les attraper. Et si, par miracle, j’y parvenais, je devais trouver un moyen d’allumer un feu, de les dépecer et de les faire rôtir. Mais ce gamin-là ? Il est là à attraper des rats, sans rien d’autre que ses mains nues. Sa force, ou peut-être simplement sa chance, n’est pas si mauvaise, je le reconnais. Il n’est même pas une heure de midi, et il se comporte comme s’il avait une faim insatiable ? Plus Lumian le regardait, plus il était convaincu qu’il y avait quelque chose de particulier chez ce petit garçon.

Amusé, il s’enquiert : “Brignais n’a pas pris la peine de te nourrir, alors ? Tu as besoin que je t’escorte jusqu’au commissariat pour que tu puisses porter plainte pour sa maltraitance d’enfant ?”.

“Eh bien, à part me harceler à propos de mes études, il est correct. Il s’assure que j’ai un bon repas toutes les deux heures. En plus, il prépare des gâteaux, des biscuits, de la viande rôtie et des tartes pour les petites faims de minuit.” Un subtil léchage des lèvres a révélé le désir ardent du garçon.

Es-tu un cochon ? Lumian n’avait jamais autant mangé alors qu’il était en pleine puberté.

Et pourtant, le garçon ne semblait pas en surpoids, seulement solidement bâti.

En un clin d’œil, le regard du garçon changea tandis qu’il parlait à toute vitesse : ” Peut-être que les études demandent beaucoup d’énergie. J’ai besoin de toute cette nourriture pour que mon cerveau fonctionne à plein régime.”

N’y a-t-il pas un dicton sur le fait que “tenter d’expliquer n’est qu’une dissimulation” dans l’éducation de Lenburg ? Ta justification élaborée me fait me demander si ton appétit n’est pas problématique… Tous ces repas n’ont pas vraiment fait de toi un génie, n’est-ce pas ? Lumian grimaça et se moqua : “Si Brignais ne faisait pas exprès de t’affamer, pourquoi avoir recours à des rats crus et à des steaks ?”

D’un ton frustré, le garçon rétorque : “J’ai réussi à me faufiler sans petit déjeuner ni thé du matin aujourd’hui !”.

Et pourtant, tu es tellement affamé que tu avales des rats crus ? Si tu restes affamé une demi-journée de plus, tu commenceras à lorgner les piétons dans la rue ? D’un mouvement fluide, Lumian sortit de la poche de sa chemise une gourde militaire gris fer.

Sa main gauche se glissa dans la poche de son pantalon, dévissant habilement le bouchon de la flasque avant de la ranger.

Lumian souleva la fiole de métal gris-fer, en respira le parfum avec un sourire satisfait. Il demanda d’une voix légère : “Tu veux une gorgée ?”

Gulp ! La pomme d’Adam du garçon se dressa tandis qu’il avalait sa salive.

En se débattant, il a répondu : “Je ne suis pas encore majeur. Je ne suis qu’un enfant !”

Il en a déjà goûté, et il en a pris goût… Lumian passa son jugement et avala une bouchée de l’alcool.

Maintenant la fiole militaire à ses lèvres, il prit la parole d’un ton décontracté, une question suspendue dans l’air : “En quelle divinité crois-tu ?”

“Pourquoi tu demandes ça ?”, s’enquit le garçon avec circonspection.

Voyant l’absence d’inquiétude, Lumian poussa un soupir de soulagement. Il inclina à nouveau la flasque, le liquide se mettant à gargouiller.

Il abaissa la fiole militaire, l’expression brillante alors qu’il parlait avec clarté : “En tant que fervent adepte du Dieu de la vapeur et des machines, je me dois de vérifier la foi de ceux dont les origines sont incertaines.”

“Par la vapeur !”

Cette fois, Lumian a parlé sans le voile de l’alcool.

Inconsciemment, le garçon secoua la tête.

“Les mots ne veulent pas dire grand-chose. Ce n’est pas parce que je dis que je crois en telle ou telle divinité que c’est vrai.”

Lumian étudia la réaction du garçon. “C’est vrai que les gens des Églises orthodoxes peuvent parfois prétendre croire en n’importe quelle divinité sans grande sincérité, mais ils sont inoffensifs. Je suis plus préoccupé par les adorateurs de dieux maléfiques. Ils sont fervents et imprévisibles. Ils ne feront pas semblant pour tromper les autres, estimant que c’est contraire à leur foi et blasphématoire.”

Instinctivement, le garçon rétorque : “Pas toujours. Certains adeptes de dieux maléfiques se feront passer pour des adeptes des dieux orthodoxes pour faire avancer leurs missions sacrées. Ils peuvent prier, assister à des rituels, se joindre à la messe et chanter les noms d’autres dieux sans se poser de questions – tant qu’ils se repentent à leur propre divinité par la suite, ils estiment qu’il n’y a pas de problème…”

À ce moment-là, le jeune garçon s’est brusquement arrêté. Il échangea un regard avec Lumian et tomba dans un silence prolongé.

Au bout d’un moment, il prit une bouchée de son steak cru et se présenta : “Je suis un croyant du Dieu de la Connaissance et de la Sagesse. Les fidèles dévoués de notre Église ont ce don particulier de souligner les faux pas dans le discours de l’autre partie, comme avant. Oui, comme avant !”

Lumian fixa un regard perçant sur le garçon pendant quelques battements avant de demander : “Quelles pourraient être les prières habituelles à l’église du Dieu de la Connaissance et de la Sagesse ?”

Rapide comme l’éclair, le garçon répondit : “Comme je le disais tout à l’heure, les gens qui croient en ces dieux maléfiques peuvent marmonner le nom honorifique d’un dieu orthodoxe avec le cœur lourd et jeter ces prières. Tu ne peux pas vraiment savoir ce qu’il y a dans la tête des autres à moins d’être un membre en règle de l’Église du Soleil éternel et d’avoir obtenu un certificat notarié attestant que tu ne mentiras pas…”

Sur ce, le jeune homme se tait une fois de plus, son regard étant fixé sur Lumian.

Après une brève pause, il tendit sa main droite vide, et la pressa sur son front. “Que la sagesse soit avec toi !”

Un type aussi stupide ne devrait pas être un espion envoyé par un dieu maléfique… D’après son intelligence, c’est vraiment un enfant… Lumian lutta pour garder son calme, ayant besoin d’une profonde inspiration dissimulée pour reprendre le contrôle de ses muscles faciaux.

“En effet”, acquiesça-t-il, ses lèvres se courbant en un sourire. Miroir de l’action du garçon, il effleura sa tête avec la base de la gourde militaire gris fer et prononça avec importance : “Que la sagesse t’accompagne !”

Sans laisser au garçon la possibilité de répondre, Lumian adopte un ton séduisant. “Voudrais-tu te joindre à moi au café du deuxième étage ? Je t’offrirai un repas digne de ce nom. Les chefs ici sont tout à fait remarquables.”

Le garçon déglutit visiblement. “Tu ne te retourneras pas contre moi, n’est-ce pas ?”

“Tu peux me suivre tout le temps. Comme ça, je n’aurai jamais l’occasion de te doubler.” Lumian a lancé un petit essai, testant si le cerveau de l’autre gars correspondait à son apparence et à son âge, ou s’il était à la traîne. “Et attention, nous interdisons seulement à l’Église du Dieu de la Connaissance et de la Sagesse de prêcher à Intis ou d’y installer une cathédrale. Nous laissons leurs fidèles traverser la frontière. Trèves a la chambre de commerce de Lenburg, tu vois.”

Le garçon réfléchit un instant et dit : “D’accord.”

Lumian le jaugea, retira sa main gauche, scella la fiole de liqueur et rangea la fiole gris fer dans son manteau brun.

Puis, il appuya à nouveau sur son front. “Que la sagesse soit avec toi !”

Sur ce, Lumian pivota et monta les escaliers.

Le gamin resta collé à lui, fermant poliment la porte marron foncé de la cave derrière ce dernier.

Voyant Lumian tourner autour de lui, le gamin expliqua sérieusement : “Si on la laisse ouverte, la nourriture à l’intérieur se détériorera.”

“C’est vrai.” Lumian tira son regard et monta les escaliers.

Le gamin le suivit de près, les yeux à l’affût de tout geste étrange, de tout signe de trahison.

Lumian le dirigea vers la cuisine, puis vers le café du deuxième étage et commanda un repas fixe.

En un rien de temps, la table fut garnie : steak de veau poêlé, anguille grillée, gigot d’agneau rôti, tourte au poulet, vin rouge et crème.

Lumian s’installa, observant le gamin qui se gavait comme s’il n’avait pas de fond.

De temps en temps, il lançait un commentaire,

“Le veau est bien croustillant, mais la viande n’a rien d’exceptionnel…

“La sauce sucrée masque le goût de poisson de l’anguille, mais la rend grasse…

“Le gigot d’agneau est rôti comme il faut, croustillant à l’extérieur et tendre à l’intérieur. Les épices manquent un peu d’originalité. Trop de fenouil…

“…”

Mange, c’est tout. Pourquoi es-tu si bavard… Lumian regarda silencieusement le garçon manger la table pleine de nourriture d’un air satisfait.

Quinze minutes plus tard, le baron Brignais entra par l’entrée du deuxième étage, coiffé d’un demi haut-de-forme où brillait une bague en diamant.

Le garçon se retourna avec surprise et jeta un coup d’œil à Lumian.

Lumian sourit et dit : “Tu croyais que j’étais le seul ici à te connaître ?”

Le garçon sursauta en se taisant.

Le baron Brignais s’approcha de Lumian et lui dit avec une décontraction non dissimulée : “J’apprécie, Ciel.”

“Il se trouve que je l’ai surpris en train de rôder dans la cave, en train de grignoter quelque chose”, répondit Lumian, la voix chaude et amicale.

Le baron Brignais lui jeta un regard en coin avant de reporter son attention sur le garçon. “Il est temps de rentrer, Ludwig.”

Ludwig, le jeune garçon, resta silencieux. Rapidement, il polit les derniers restes de son repas et se leva de son siège.

“Ciel, nous nous rattraperons”, dit le baron Brignais en adressant un signe de tête à Lumian.

Assis en face, Lumian observa le baron Brignais serrer la main de Ludwig, leur départ imminent. Les lèvres de Lumian se retroussèrent à nouveau avant de dire : “N’oublie pas de régler l’addition.”

Le baron Brignais montra une pointe de surprise. Ses yeux papillonnent, suggérant une incertitude momentanée dans son évaluation initiale.

Pourtant, sans prononcer un mot, il sortit un portefeuille débordant de billets de banque et couvrit rapidement le coût du repas de Ludwig.

Lumian garda un silence contemplatif, regardant le duo disparaître dans la cage d’escalier. S’adossant à sa chaise, il murmura doucement, sa voix n’étant qu’un simple chuchotement : “Temiboros, où se trouve exactement le coup du destin que tu as mentionné ?”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser