Lord of Mysteries 2 Chapitre 310

Rencontre

Traducteur: Ych
———

“Comment a-t-il disparu ?” demanda Lumian, perplexe.

Le baron Brignais n’était pas seulement un chef de la mafia, c’était aussi un Beyonder. Tant qu’il était attentif, comment pouvait-il laisser son enfant disparaître ?

De plus, qui, dans le quartier du marché, oserait lui arracher son enfant ?

Sarkota secoue la tête. “Il n’a pas donné de détails.”

S’agirait-il des machinations de l’école de la pensée de la Rose, s’efforçant de faire éclater la vérité sur la mafia de Savoie auprès du baron Brignais ? Avec les événements récents tissés dans le mélange, Lumian avait quelques théories non confirmées.

Après une brève pause de réflexion, il demanda : “Sais-tu à quoi ressemble le fils illégitime de Brignais ?”

Sarkota acquiesce. “Les sous-fifres du baron sont venus avec un portrait qui ressemble à une photographie”.

Un portrait qui ressemble à une photographie… Avait-il invoqué une magie rituelle ? La mémoire de Lumian se rappela le contenu des grimoires d’Aurore.

Regardant la lumière éclatante du soleil qui traversait la fenêtre, il se tourna vers Sarkota.

“Rassemble quelques hommes et aide Brignais.”

Que l’enfant ait été piégé par l’École de la pensée de la Rose ou qu’il ait vraiment disparu, s’ils ne parvenaient pas à le localiser rapidement, l’issue serait sinistre.

À son âge, même sans complications supplémentaires, son destin de gamin des rues ne serait pas tendre.

“Compris.” Sarkota s’abstint de demander pourquoi son patron avait décidé de prêter main-forte au baron Brignais.

Après tout, il n’était pas encore midi et la Salle de Bal Brise venait tout juste de commencer ses activités. La véritable agitation ne commençait qu’à trois ou quatre heures de l’après-midi. À part les concierges et le personnel de cuisine, la plupart des gens avaient du temps à revendre.

Lumian commanda un verre d’eau glacée additionnée d’alcool infusé de sucre et se tint sur le balcon du café, observant les truands qui interrogeaient les vagabonds le long de l’avenue du Marché.

Au bout d’un moment, “Rat” Christo apparaît. Le petit chef contrebandier sortit d’une ruelle, suivi par sept ou huit chiens de couleurs et de races différentes, et s’engagea dans la ruelle diagonalement opposée.

En peu de temps, il s’approcha de la Salle de Bal Brise.

À cette vue, Lumian termina l’alcool restant, posa le verre sur la balustrade et sauta du deuxième étage dans la rue.

Christo, ses deux moustaches de rat s’agitant, s’approcha avec un sourire flagorneur.

“Bonjour, Ciel.”

“Tu aides Brignais à retrouver son fils illégitime ?” Lumian s’enquit directement.

Christo hocha doucement la tête. “En effet. Il m’a personnellement contacté pour me demander de l’aide. Par coïncidence, ces enfants excellent dans la recherche de personnes.”

Tout en parlant, le “Rat” tapote affectueusement la tête des chiens.

Ils alternent entre rassemblement et dispersion, en suivant une odeur distincte.

Le baron Brignais tient vraiment à ce fils illégitime… Lumian conseilla le “Rat” Christo d’un air pensif : “Il y a peut-être quelque chose de particulier dans cette situation. Reste vigilant. Je ne veux pas que tu disparaisses avant d’avoir trouvé le garçon.”

L’école de pensée de la Rose responsable de l’enlèvement du garçon était toujours l’une des possibilités.

Christo fut décontenancé, réfléchit un instant et remarqua : “Il y a effectivement quelque chose qui ne va pas. Ces dernières années, nous n’avons jamais entendu dire que Brignais avait un tel fils. De plus, il le tient en haute estime. Pourquoi le garçon disparaîtrait-il ?”

Une apparition soudaine d’un enfant illégitime ? L’intuition de Lumian suggérait que cela pouvait être plus complexe qu’il ne le présumait.

Après avoir contemplé brièvement la situation, Christo dit avec gratitude : “Ciel, ton intellect surpasse le mien.”

“Tu ne possèdes pas de médicaments pour améliorer ton esprit ?” Lumian s’enquiert, mi-plaisantant, mi-curieux.

Alors que Christo laissait les chiens lui caresser le pantalon, il sourit d’un air penaud et répondit : “En effet, mais ce sont des solutions à court terme. Leurs effets sont moyens, loin de la puissance d’une potion. Bon sang, une consommation excessive peut entraîner des complications.”

Lumian changea de sujet de conversation et demanda : ” As-tu en ta possession d’authentiques cendres de momie ? ”

Christo adopta une expression énigmatique.

“Quelle est la quantité dont tu as besoin ? Je peux te fournir la meilleure version. Cette ‘Little Minx’ Jenna fréquente souvent Franca. Elle n’est pas facile à cerner. Il y a quelques jours, Franca m’a demandé si j’avais des cendres de momie authentiques. Tsk, même le patron a des problèmes.”

Ciel avait également de nombreuses danseuses et actrices comme maîtresses. Malgré sa jeunesse, il compte toujours sur la médecine.

“Je veux dire de vraies cendres de momie.” Lumian se caresse le menton.

“Je n’en ai pas.” Christo secoue la tête. “Ce truc est inefficace, et je ne sais pas qui a propagé cette fausseté, mais j’ai une concoction qui peut satisfaire tous tes amants. Elle est composée de diverses herbes ; je revendique simplement les cendres de momie comme ingrédient principal.”

“Franca l’a achetée ?” Lumian demanda avec un sourire.

“Oui.” Christo rit d’un air coopératif. “Probablement parce que le Patron est trop gêné pour m’approcher”.

Sa façade était impeccable. Elle a dissimulé ses véritables désirs au “Rat”, en recherchant des cendres de momie soi-disant “inefficaces”… Lumian soupire et avoue ouvertement : “J’ai besoin de cendres de momie authentiques. Elles ont un usage mystique. Garde l’œil ouvert puisque tu as souvent affaire à des marchands de matériaux alchimiques.”

“Pas de problème.” Christo soupçonnait que Ciel visait à préserver sa dignité et ne reconnaîtrait pas sa quête d’un tel remède. Il insistait sur le mysticisme comme prétexte à la recherche de cendres de momie mais ne l’exposait pas. Après tout, il s’agissait d’une affaire mineure.

Observant la persistance de Christo à rechercher le fils illégitime disparu du baron Brignais avec ses chiens, Lumian tourna les talons et reprit le chemin de la salle de danse.

Alors qu’il allait s’approcher du comptoir du bar, la voix autoritaire de Termiboros résonna à ses oreilles : “À la cave”.

À la cave… La première pensée de Lumian fut que l’ange de l’Inévitabilité avait prévu quelque chose.

“Quelle cave ?” demande-t-il.

“Celle qui sert à stocker les ingrédients”, répondit Termiboros.

Si proactif, si empressé… Qu’est-ce qu’il complote ? Lumian commença à se demander s’il n’y avait pas un plan sous-jacent en jeu.

Termiboros poursuivit : “C’est un coup du destin pour toi. Même si tu n’y vas pas, il trouvera son chemin jusqu’à toi. C’est le destin.”

Tu me donnes des frissons… Termiboros ne me mettra probablement pas en danger immédiat pour l’instant… Qu’est-ce qu’il peut y avoir dans cette cave… Lumian contempla brièvement et estima que la cave de stockage des ingrédients était généralement animée vers midi. En théorie, il ne devrait rien y avoir d’inhabituel ou de périlleux.

Après mûre réflexion, il décida de se rendre à la cave, d’écouter à la porte et de jeter un coup d’œil. S’il sentait quelque chose d’anormal, il écrirait à Madame la magicienne pour lui demander s’il devait suivre le conseil de Termiboros et entrer.

Au milieu des salutations des chefs, des marmitons, des hommes à tout faire et des laveurs de vaisselle, Lumian traversa la cuisine et descendit les escaliers menant à la cave de stockage des ingrédients.

La porte en bois brun foncé de la cave était bien fermée, comme d’habitude.

Lumian tendit l’oreille, à l’affût de tout signe d’activité.

Un léger bruit de mastication lui parvint.

Ce n’était pas un son dramatique, dépourvu de la notion horrifiante d’une créature dévorant de la chair. Il ressemblait plutôt à celui d’un clochard rongeant de la nourriture après une longue période de faim.

Il y a vraiment quelque chose qui cloche… Lumian poussa prudemment la porte de la cave.

La lumière de l’escalier entra et révéla une silhouette.

C’était un garçon de sept ou huit ans, qui tournait le dos à Lumian. Il avait de courts cheveux jaunes, un manteau caramel, des bas blancs et des chaussures noires en cuir à lanières. Derrière lui se trouvait un cartable rouge foncé qui semblait quelque peu lourd et solide.

Lumian trouva cette tenue étrangement familière.

Soudain, il se souvint de l’endroit où il l’avait déjà vu.

Le fils illégitime du baron Brignais !

Sa disparition l’a donc conduit à se cacher dans la cave à ingrédients de la Salle de Bal Brise ? Lumian avait l’intention de jeter un coup d’œil rapide avant de fermer la porte et de partir écrire une lettre à Madame la magicienne à l’Auberge du Coq Doré. Pourtant, en réalisant que la personne dans la cave était probablement le fils illégitime du baron Brignais, il fronça légèrement les sourcils et ouvrit un peu plus la porte en bois brun foncé.

Une lumière supplémentaire entra, ce qui poussa le garçon à se tourner instinctivement vers la porte.

Lumian aperçut les boutons en laiton de ses vêtements, une chemise à carreaux noirs et blancs et un manteau en lin. Il vit un visage à la graisse de bébé évidente, des yeux bruns imperturbables mais vides, et une bouche barbouillée de sang.

Le garçon tenait dans sa main quelques steaks crus teintés d’un rouge sombre. Sa bouche ne cessait de s’ouvrir et de se fermer tandis qu’il mâchait une vague masse de chair ressemblant à un rat. Sa fine queue noire se balançait doucement près de ses lèvres.

Lumian rétrécit les yeux et glissa sa main gauche dans sa poche.

Le garçon resta imperturbable, son regard vide continuant à fixer Lumian. Il mâcha encore quelques fois avant d’avaler le rat ensanglanté, la queue et tout le reste.

Lumian arqua un sourcil et demanda : ” Es-tu le fils illégitime de Brignais ? ”

“Non”, marmonna le garçon en grignotant un morceau de steak cru.

“Alors quel est ton lien ?” Lumian l’interroge d’un air “pacifique”.

Après avoir mangé du steak cru pendant un certain temps, le garçon a répondu : “C’est mon parrain et mon tuteur à Trèves.”

Un Intisien remarquablement précis, presque pas d’accent… Lumian a considéré le garçon particulier avec perplexité et l’a sondé : “Tu as fui de chez toi ?”.

“Oui”, répondit le garçon, du sang maculant sa bouche alors qu’il continuait à grignoter le steak cru.

Derrière lui s’étendait une épaisse obscurité, enveloppée par la faible lumière du couloir.

“Pourquoi as-tu fui ton parrain ? As-tu besoin de moi pour t’aider à revenir ?” demanda Lumian en lui offrant un sourire amical, remarquant que son interlocuteur se montrait plus aimable dans la conversation.

Le garçon secoua vigoureusement la tête.

“Non ! Je ne veux pas retourner en classe, étudier, faire mes devoirs, passer des tests blancs et me présenter à des examens !”.

Qu- Le raisonnement du garçon laissa Lumian étrangement perplexe, comme s’il avait eu un aperçu de son propre passé.

Il était intelligent et n’avait aucun mal à suivre les cours, à lire ou à passer des examens. Il assimilait rapidement les connaissances, mais il n’aimait pas les devoirs ou les examens pratiques. Il comptait sur “l’éducation du cœur” d’Aurore pour persévérer à peine. Il a souvent regretté de ne pas pouvoir faire appel à Reimund, Ava et ses amis pour accomplir ces tâches à sa place.

Cette énigme de mâcheurs de rats est-elle la rencontre fatidique à laquelle Termiboros a fait allusion ? Lumian réfléchit et demande : ” Tu ne sembles pas être d’Intis ? ”

D’un air honnête et la bouche ensanglantée, le garçon répondit : “Je suis de Lenburg”.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser