the beginning after the end Chapitre 92

Effondrement de Xyrus

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

Le départ de Tess pour l’école m’a laissé un sentiment de malaise, mais il va sans dire que nous avons quand même profité de la soirée. Le manoir d’Helstea était d’humeur festive, avec des barils de liqueur remontés de la cave par Vincent lui-même. Le père de Lilia en tirait le plus grand plaisir, ainsi que mon père, qui étaient tous deux en état d’ébriété avant même que je ne rentre à la maison. Il s’est avéré que les Twin Horns avaient fait un détour sur leur série d’expéditions dans les Clairières des Bêtes pour nous rendre visite pendant l’Aurore Constellée. Cela signifiait beaucoup pour mes parents de pouvoir revoir leurs anciens camarades et de partager un verre ou deux pour porter un toast aux vieux temps et aux souvenirs embarrassants.

Après mon père et Vincent, Adam Krensh a été le prochain à s’enivrer, ses joues rouges s’harmonisant presque avec ses cheveux roux. C’était plutôt fascinant d’être témoin des habitudes alcoolisées de chacun, puisque ma mère et Tabitha ne me permettaient pas de boire à leurs côtés. Adam était l’ivrogne bruyant et tapageur typique, semblant perdre suffisamment de coordination pour qu’un enfant puisse le plaquer au sol et gagner.

Angela Rose a commencé à perdre toute notion d’espace personnel en conversant avec moi, ses joues collées aux miennes. De plus, chaque mot prononcé était accompagné de deux ou trois hoquets, ce qui rendait presque impossible de déchiffrer ce qu’elle essayait de dire. Tabitha a fini par devoir la décoller de moi et escorter « gentiment » la mage coquette dans les escaliers par l’arrière de son col.

J’ai eu du mal à contenir mon rire tandis que Durden Walker s’est rapidement enivré lui aussi. Ce qui m’a le plus surpris, c’est quand il a ouvert les yeux. Les formes étroites habituelles qui ressemblaient plus à des fentes sont devenues l’expression surprise d’un dictateur sévère à une seule paupière. De plus, ses sourcils, qui étaient normalement inclinés vers le bas, étaient maintenant froncés vers le haut, faisant de son expression générale un mélange de concentration intense et de surprise incontrôlable. Il prenait ce ton bourru et autoritaire lorsqu’il parlait, et pendant l’heure qui a précédé son évanouissement, il a débité des exercices d’entraînement à l’un des tonneaux de bière vides tout en participant lui-même aux exercices.

Je ne pouvais pas dire si mon ancienne tutrice, Jasmine Flamesworth, était ivre ou non, jusqu’à ce qu’elle arrive, les yeux brillants et déconcentrés, et commence à me répéter combien elle pensait à moi et combien elle était inquiète de savoir si je m’adaptais bien à l’école. Finalement, chacun s’est retiré dans sa chambre respective. Ma mère a ramené mon père, qui tenait une bouteille de whisky comme si c’était un nouveau-né, dans sa chambre. Tabitha a fait de même pour son mari. Ma sœur s’était endormie avec Sylvie il y a un moment dans sa chambre, laissant seulement Helen Shard, la cheffe des Twin Horns, et moi dans la zone de guerre qui était autrefois une salle à manger.

« Sacrée fête, n’est-ce pas ? Je suis sûre que ce n’était pas exactement comme ça que tu imaginais que tes retrouvailles avec nous allaient se passer. » Helen laissa échapper un rire contenu.

J’ai répondu en riant. « Avec tout ce qui se passe ces jours-ci, c’était sympa de voir tout le monde se lâcher. »

« Tes parents nous ont raconté brièvement tout ce qui t’est arrivé depuis notre départ. Tu sembles assez bien réussir à assumer le rôle de ton père pour inquiéter ta mère. » Le léger sourire en coin qui se dessina sur les lèvres d’Helen laissait entendre qu’elle évoquait le passé.

« C’est la seule compétence pour laquelle je semble m’améliorer sans même essayer. »

« Si seulement c’était comme ça pour moi avec la manipulation du mana… » soupira Helen, nous faisant rire tous les deux.

Nous avons déménagé dans le salon après que les femmes de chambre aient commencé à se montrer et à nettoyer la salle à manger. Là, nous nous sommes assis avec seulement une table basse pour nous séparer et nous avons continué à parler et à nous mettre à jour sur ce qui s’était passé dans nos vies respectives.

C’était la première fois que je parlais à Helen depuis aussi longtemps, mais c’était confortable, et elle me parlait comme si elle s’adressait à un adulte, et non à quelqu’un qui venait à peine d’entrer dans l’adolescence. Elle avait une façon éloquente de parler qui n’était pas habituelle pour une aventurière. Elle semblait plus adaptée pour diriger des réunions stratégiques, pas pour être sur le front, à se battre.

« Si je peux me permettre, Arthur, quel est le niveau de ton noyau de mana ? Je n’arrive même plus à sentir ton niveau. » Helen a soulevé ses pieds de la table basse et s’est penchée en avant en demandant cela.

« Jaune uni. » ai-je répondu simplement. Je ne voulais pas édulcorer ou essayer de minimiser mon niveau pour quelqu’un d’aussi observateur qu’Helen.

« Je vois. Félicitations, sincèrement. » Helen avait une expression mitigée sur le visage, une expression où elle essayait de cacher sa déception, mais elle a échoué. Elle n’était pas déçue par moi, mais par elle-même, car même si elle avait plus du double de mon âge, je l’avais largement dépassée.

« Il semble que tu sois fait pour des choses plus grandes et plus importantes, Arthur. Avec la découverte d’un nouveau continent et tout, je soupçonne que cette petite académie ne pourra pas te retenir longtemps. Nous devrions nous reposer. » Elle m’a adressé un sourire qui n’a pas atteint ses yeux et est partie après m’avoir donné une tape ferme sur les épaules.

Je me suis effondré sur mon lit sans avoir l’énergie ou la volonté de me laver, je suis resté allongé, pensant à tout ce qui s’était passé dans ma vie. Était-ce une simple coïncidence que j’aie été envoyé, ou que je sois né dans ce monde alors qu’il subissait tant de changements ?

Etais-je vraiment le protagoniste cliché d’un conte de fées qu’on nous lisait toujours à l’orphelinat ? Je ne pouvais m’empêcher de me moquer de l’idée d’être la source de divertissement d’un dieu qui s’ennuyait et qui jouait avec ma vie au nom de mon statut d’« Élu ».

Etais-je dans les mains d’un dieu, comme une pièce d’échec pour faire tourner le monde comme il l’entendait ? J’ai fermé les yeux, en espérant que cela m’aiderait à me débarrasser de ces pensées. L’idée que mon destin soit sous le contrôle de quelqu’un d’autre ne me convenait pas. En me tournant sur le côté, j’ai choisi de chasser ces craintes… la vie était déjà si inattendue, pourquoi la rendre plus compliquée ?

POINT DE VUE D’ELIJAH KNIGHT :

« Baissez-vous ! » J’ai rugi en invoquant un mur de terre entre les bêtes de mana et les autres étudiants derrière moi.

« ATTENTION, ÉTUDIANTS RENOMMÉS DE L’ACADÉMIE DE XYRUS ! » Une voix grinçante et plutôt aiguë résonne dans tout le campus. « COMME VOUS LE SAVEZ PEUT-ÊTRE TOUS, VOTRE INSTITUTION EST ACTUELLEMENT ATTAQUÉE PAR MES PETITS ANIMAUX DE COMPAGNIE. N’AYEZ CRAINTE CAR JE SUIS À LA FOIS JUSTE ET MISÉRICORDIEUX ! » La voix semblait nous narguer en disant cela, car il y avait un étudiant nain dans les mâchoires d’un loup aux crocs noirs décolorés, une bête de mana de classe B.

Même si j’ai invoqué une lance de pierre sous le ventre du loup aux crocs noirs, il a eu le temps de prendre la vie de l’étudiant avant de s’effondrer. En grinçant des dents, j’ai détourné mon regard du nain qui suppliait de ses yeux avant de s’éteindre. Si je n’avais pas l’expérience d’un aventurier, j’aurais vomi alors que les entrailles de l’étudiant se déversaient de la blessure fatale causée par la bête de mana.

Au lieu de cela, je me suis calmé, utilisant une brève technique de méditation que j’avais apprise en classe et qui a stabilisé le flux de mon noyau de mana avant de chercher d’autres étudiants à sauver.

« ETUDIANTS HUMAINS, TANT QUE VOUS LÈVEREZ VOS DEUX MAINS ET JUREREZ DE ME PRÊTER ALLÉGEANCE, LES BÊTES DE MANA NE VOUS ATTAQUERONT PAS ! ELFES ET NAINS, NE VOUS DÉBATTEZ PAS ET LAISSEZ MES BÊTES DÉTRUIRE VOTRE NOYAU DE MANA ET VOUS SEREZ LIBRES DE PARTIR ! » La voix a laissé échapper un rire détraqué qui m’a fait frissonner. Elle se délectait du carnage qui se déroulait dans cette école pourtant si paisible quelques heures auparavant.

Bien que le groupe radical ait intensifié son activité terroriste, celle-ci était d’un niveau complètement différent. C’est arrivé si soudainement qu’il n’y avait aucun moyen de se préparer à un tel événement. Tout ce que je pouvais dire à ce stade, c’était que cette étape de leur plan avait été méticuleusement exécutée. Il n’y avait aucun endroit où s’échapper et aucun moyen d’appeler à l’aide.

La barrière autrefois claire qui empêchait les intrus, y compris les bêtes mana, de pénétrer dans le campus s’était déjà transformée en une cage rouge translucide, donnant l’impression que le ciel était trempé dans le sang, empêchant quiconque ou quoi que ce soit de sortir.

Je ne savais pas à qui appartenait la voix, mais ses motivations étaient claires. Il était prêt à prendre des captifs humains, mais voulait que tous les mages non-humains soient morts ou neutralisés. Je pouvais voir des colonnes de fumée provenant de différents bâtiments de l’académie où des combats avaient lieu. De temps en temps, j’ai croisé le regard de certains membres du Comité Disciplinaire alors qu’ils combattaient plusieurs bêtes de mana, se reconnaissant mutuellement puisque nous n’avions pas le temps de nous informer de la situation ailleurs.

Il y avait manifestement des traîtres dans l’académie, car certains professeurs étaient maintenant retenus par d’autres professeurs tandis que des silhouettes masquées, ainsi que les bêtes de mana, s’occupaient des étudiants.

C’était étrange, j’avais vu certaines des bêtes de mana lorsque j’étais aventurier, mais ce qui différait chez elles était la coloration, ou l’absence de couleur pour être plus exact. A l’exception de leurs yeux rouges assortis, toutes les bêtes de mana qui ont inondé l’Académie Xyrus semblaient avoir été vidées de leurs couleurs, les laissant dans différentes teintes de gris.

Je ne pouvais pas dire combien d’heures s’étaient écoulées depuis le début de l’invasion, mais il n’y avait aucun signe d’arrivée d’aide pour une raison quelconque, comme si nous étions isolés du reste de Xyrus.

J’ai traversé le campus où des corps étaient étendus et des mares de sang formées autour d’eux. Cette académie était censée être un havre de paix pour les futurs mages de ce continent. Cela m’énervait plus que tout qu’il n’y ait pas eu de mesures appropriées mises en place pour ce type de scénario. Depuis l’unification des trois royaumes, le Conseil ne pensait-il pas qu’il y aurait des ennemis ?

Alors que j’étais sur le point de suivre une silhouette masquée dans l’un des laboratoires d’alchimie, un grognement rauque a attiré mon attention et m’a permis d’éviter la mâchoire d’un grogneur à épines. Malheureusement, je n’ai pas pu éviter son bond et j’ai été écrasé contre le sol avec assez de force pour me couper le souffle.

« Grrrrr » alors que la salive de la bête de mana géante en forme de lézard à fourrure trempait mon uniforme, ses yeux rouges me fixaient, comme si elle attendait que je fasse quelque chose.

« Va te faire voir ! » J’ai grogné en invoquant simultanément un pilier depuis le sol, lançant la bête de mana de deux mètres de long dans les airs avant qu’elle ne fasse une pirouette agile pour regagner son terrain.

Avant que j’aie pu faire quoi que ce soit de plus, une épée s’est envolée du ciel, embrochant la tête du grogneur à épines sur le sol. La bête de mana s’est tortillée impuissante pendant quelques secondes avant que son corps ne s’effondre également sur le sol, sans vie.

« Merci. » ai-je grogné, trop fatigué pour des formalités agréables. C’était Curtis Glayder qui était descendu du haut d’une statue voisine pour récupérer son arme, son compagnon, un lion du monde, le suivant d’un pas vif.

« Pas de problème. Tu devrais te mettre à l’abri jusqu’à ce que nous recevions des renforts. C’est trop dangereux ici à l’air libre. » dit-il en hochant la tête.

« Je vais m’en sortir. Il y a trop d’ennemis pour que vous vous en occupiez pendant que je me cache. Je peux toujours aider. » J’ai bandé mon bras en sang qui venait d’être ouvert par une manche déchirée et j’ai tourné le dos pour suivre la silhouette masquée.

Soudain, un son qui n’aurait pu être amplifié que par le mana a résonné comme le tonnerre. Je n’ai même pas pu m’entendre crier alors que Curtis et moi vacillions de douleur. La sonnerie de la cloche de la tour de guet n’a pas résonné dans ma poitrine. Je l’ai sentie dans mes pieds alors que la terre entière tremblait.


Commentaire

3 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser