the beginning after the end Chapitre 9

Ceux qui sont chers

“Q-Qu’es-tu ?” J’ai réussi à balbutier.
Malgré avoir vécu deux vies, mon cerveau a refusé de croire ce que je voyais. Un monstre, faute d’un meilleur mot, qui s’élevait facilement à plus de dix mètres de haut, était assis les jambes croisées, sur un trône grossièrement sculpté de pierre dentelée avec un bras soutenant paresseusement sa tête. Avec des yeux rouges pétrifiants qui me regardaient, semblant menaçants, ils paraissaient étrangement tranquilles. Deux cornes massives dépassaient des côtés de sa tête, se cambraient vers le bas et autour de son crâne, se courbant jusqu’à un point près de l’avant, me rappelant quelque chose qui ressemble presque à une couronne. Il avait une bouche avec deux crocs furtifs dépassant de ses lèvres et, tandis que son corps était orné d’une élégante armure noire qui n’avait ni décorations ni embellissements, il brillait toujours tel un trésor inestimable.
Cet être qui se tenait devant moi m’a maintenant fait embarrasser d’avoir même le culot de me nommer “Roi” dans ma vie antérieure. Non, celui qui était assis sur ce trône géant était un être qui ferait se soumettre même les hérétiques les plus infidèles.
Pourtant, il était là, dans toute sa splendeur… avec sa tête posée sur son bras, tandis que son autre main se gratta nonchalamment le nez.
Ce que je n’avais pas remarqué jusqu’à présent, à cause de l’éclairage tamisé dans la grotte et de son corps complètement noir, c’était que cet être avait un trou béant sur le côté de sa poitrine, du sang suintant continuellement.
“Nous nous rencontrons enfin” répéta-t-il avec un demi-sourire paresseux qui révéla une rangée de dents pointues.
J’ai essayé de me lever, mais j’ai échoué à mi-chemin et je me suis retrouvé sur les fesses, le visage toujours détendu par le choc de ce que je voyais.
“Les insectes vont voler dans ta bouche si tu la gardes aussi grande ouverte.”
Génial. Au moins, il a le sens de l’humour.
“Quant à ce que je suis, je ne dirai rien de plus que ce que tu peux voir en regardant” dit le monstre humanoïde à cornes avec ses yeux semblant me transpercer.
“…”
“Il va me falloir un certain temps pour ouvrir une faille dimensionnelle qui te transportera jusqu’à ta maison, alors en attendant, sois patient et attends ici. Il y a des racines spéciales qui poussent. Tu pourras vivre de celles-ci jusqu’à ce que j’aie fini” soupira-t-il.
C’est vrai. C’est ce pourquoi je suis venu. J’ai réussi à retrouver un peu de sang-froid et je me suis levé, marchant un peu plus près de l’être.
En m’inclinant courtoisement, j’ai répondu : “Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi et ce que vous ferez. S’il y a un moyen pour que je puisse vous rembourser, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous.”
“De si bonnes manières pour un enfant. Ne t’inquiète pas, je n’attends ni faveur ni gratitude de ta part. Je fais cela simplement pour m’amuser. Viens ! Assieds-toi ici plus près de moi et tiens-moi compagnie. Je n’ai parlé à personne depuis un moment” rit l’être, en tapotant une partie de son trône pour que je puisse m’asseoir.
J’ai grimpé plutôt maladroitement sur la plate-forme, oubliant d’utiliser le mana pour sauter, et je me suis assis sur le trône à côté de l’être.
“Euh… excusez-moi d’être impoli, mais vous ne ressemblez pas exactement à une dame. Comment devrais-je m’adresser exactement à vous ?” dis-je en établissant un contact visuel.
“Tu as raison. Je ne ressemble pas vraiment à une dame, n’est-ce pas ? Je me demande pourquoi j’ai dit ça. Je m’appelle Sylvia” répondit-elle en laissant échapper un petit rire.
Ce monstre géant semblable à un seigneur démon ressemblait à tout sauf à une “Sylvia”, mais j’ai choisi de garder cela pour moi.
“Sœur Sylvia, cela vous dérange-t-il si je pose quelques questions ?”
“Vas-y jeune homme, même si je ne pourrai peut-être pas répondre à tout.”
J’ai immédiatement posé toutes les questions qui m’avaient préoccupé depuis mon réveil et après avoir rencontré Sylvia. “Où est cet endroit ? Pourquoi étiez-vous ici toute seule ? D’où venez-vous ? Pourquoi avez-vous cette énorme blessure ? … Pourquoi m’avez-vous sauvé ?”
Elle a patiemment attendu que je finisse avant de répondre.
“Tu as dû avoir l’esprit rempli. La première question est facile à répondre. Cet endroit est une zone étroite qui se trouve entre les Clairières de la Bête et la Forêt d’Elshire. Personne ne connaît cet endroit parce que j’ai repoussé tous ceux qui s’en approchaient, même si les cas sont rares. Toi, jeune enfant, est le premier à entrer dans ce domaine” expliqua-t-elle facilement.
“S’il vous plaît appelez-moi Art ! Je m’appelle Arthur Leywin mais tout le monde m’appelle Art ! Vous pouvez aussi !” j’ai laissé échapper avant de fermer la bouche avec mes mains, confus quant à la raison pour laquelle j’agissais comme un enfant excité.
“Kukuku … Très bien mon enfant, je t’appellerai Art !” Ses yeux rouges brillaient, regardant au loin tout en répondant à mes prochaines questions.
“Poursuivons les réponses. Je suis seule ici simplement parce que je n’ai plus personne avec qui être. Bien que je ne pense pas que tout te révéler serait sage, je peux te dire que j’ai de nombreux ennemis qui souhaitent désespérément quelque chose que je possède. Ma dernière bataille avec eux m’a laissé cette blessure. Pour ce qui est de mes origines… je viens de très loin, haha.”
Il y eut un moment de pause avant que Sylvia continue, cette fois ses yeux me regardant droit dans les miens, m’étudiant presque.
“Quant à savoir pourquoi je t’ai sauvé… même moi je ne connais pas tout à fait la réponse à cette question. Peut-être que je suis seule depuis trop longtemps et que je souhaitais simplement avoir quelqu’un à qui parler. Je t’ai remarqué pour la première fois quand ton groupe était engagé dans la bataille avec les bandits. Quand tu es tombé de la falaise pour sauver ta mère, je me suis senti obligé de te sauver, pensant que c’était un gaspillage pour un si bon enfant de mourir. Tu es très courageux. Il est rare qu’un adulte soit capable de le faire.”
J’ai secoué ma tête. “J’avais aussi peur et je n’avais pas beaucoup d’options. Je voulais juste sauver ma mère et mon petit frère en elle. Je ne savais pas si c’était à cause de la douceur avec laquelle elle parlait ou à cause de comment elle était grande et puissante, mais devant elle, j’avais l’air de me transformer en enfant. Non, j’étais un enfant devant elle.”
“Je vois …ta mère était enceinte. Tu dois les manquer énormément. Rassure-toi, ta famille et ton groupe sont en sécurité. Quant à l’endroit où ils sont allés, je ne peux pas voir assez loin pour en dire plus.”
“…”
Une vague de soulagement m’envahit alors que je devais faire tout mon possible pour empêcher les larmes de couler.
Je vois, ils sont en sécurité. Cette nouvelle vie a provoqué des émotions que je pensais n’avoir jamais ressenties dans ma vie précédente.
“Dieu merci, ils sont vivants… ils vont bien…” laissant échapper un reniflement.
La main géante de Sylvia se penchait alors qu’elle me tapotait doucement la tête avec un doigt.
J’ai passé la journée à converser avec Sylvia, ramassant quelques racines entre deux pour manger ce qui ressemblait et avait un goût très similaire aux pommes de terre, mais elles étaient de couleur noire.
Nous avons parlé de toutes sortes de choses pour passer le temps alors qu’elle se préparait à ouvrir un portail. À un moment, elle m’a demandé comment j’étais capable d’utiliser si bien le mana à mon âge.
“J’avais l’impression que parmi les humains, jusqu’à présent, le mage s’étant éveillé le plus tôt avait dix ans, et même alors, parce que celui-ci ne pouvait pas comprendre comment l’utiliser, il ne pouvait pas en faire grand-chose. Pourtant, non seulement tu as déjà formé ton noyau de mana, mais par la façon dont tu utilises ton mana, tu sembles être plus fort que beaucoup de mages à part entière.”
J’ai juste haussé les épaules, me sentant étrangement fier de son compliment. “Mes parents ont dit que j’étais un génie ou quelque chose comme ça. Je peux très bien lire et je comprends ce que les images et les mots dans les livres signifient.”
Quelques jours de plus s’écoulèrent pendant que Sylvia continuait à préparer le portail.
Sur un ton de regret, elle expliqua un jour : “Le sort prendra un certain temps pour qu’il soit totalement sûr. Je ne souhaite pas que tu atterrisses dans une destination que tu ne connais pas. Même un décalage peut te conduire à être transporté à quelques centaines de mètres du sol. Sois patient, tu pourras bientôt voir tes proches.”
J’ai hoché la tête et j’ai dit que, tant que je les connaissais en vie, je pouvais bien attendre. C’était toujours mieux que d’essayer de remonter la falaise.
Ces derniers jours, pendant que j’entraînais mon noyau de mana et discutais avec Sylvia, j’ai remarqué quelque chose.
Sylvia m’a vraiment fait penser au dicton : “Ne pas juger pas un livre à sa couverture”. Contrairement à son apparence intimidante, elle était gentille, douce, patiente et chaleureuse. Elle m’a rappelé ma mère et la façon dont ils m’ont tous les deux grondé tout en étant tendre quand je faisais quelque chose de mal. J’ai mentionné comment le mage que j’ai combattu, ainsi que les autres bandits, méritaient une mort pire que celle qu’ils avaient eu, avant qu’elle ne me donne une pichenette sur le front.
Même si elle était douce, un coup de doigt de quelqu’un de plus de 10 mètres de haut n’était pas à sous-estimer. Je suis tombé sur le sol avant de jaillir avec colère “Pourquoi avez-vous fait ça ?”
Me soulevant et me mettant sur ses genoux blindés, elle dit d’un ton doux mais douloureux : “Art. Peut-être que tu n’as pas tort sur le fait que ces bandits méritaient la mort. Même moi, j’ai choisi de ne pas sauver ce mage avec lequel tu es tombé pour les mêmes raisons. Cependant, ne laisse pas ton cœur être assombri par la haine. Continue fièrement ta vie et gagne la force de protéger tes proches du mal. En chemin, tu seras confronté à des situations comme avant, peut-être même pire, mais ne laisse pas le chagrin et la rage ronger ton cœur, passe à autre chose et apprends à t’améliorer grâce à ces expériences pour que cela ne se reproduise plus.”
J’ai cligné des yeux, un peu abasourdi par le fait que je recevais des leçons de morale par quelqu’un qui ressemblait à la quintessence du mal elle-même. Étrangement, cela m’est resté car j’ai répondu avec un hochement de tête vide.
Une autre chose que j’ai remarquée, c’est que sa blessure semblait s’agrandir. Au début, j’ai trouvé un peu étrange qu’elle puisse encore être en vie avec un trou béant sur le côté de sa poitrine, mais je devenais de plus en plus indifférent à ça. C’est que … Jusqu’à il y a quelques jours, j’ai remarqué que la plaie semblait saigner plus abondamment. Sylvia a d’abord essayé de le cacher avec sa main, mais cela devenait de plus en plus évident.
Remarquant mon regard inquiet vers la plaie, Sylvia me fit un faible sourire et me dit : “Ne t’inquiète pas petit, cette blessure se purifie de temps en temps.”
Un jour, alors que je méditais et utilisait des techniques de mouvement strictes pour mieux contrôler mon mana, Sylvia a soudainement interrompu : “Art. Essaye d’absorber du mana pendant que tu bouges. Idéalement, durant un combat, tu devrais être capable d’absorber au moins une fraction du mana que tu aurais eu en méditant. Bien que tu dépenses du mana plus rapidement que tu ne peux en absorber, tu pourras prolonger son utilisation.”
Cela m’a fait penser à quelque chose en réfléchissant à cette idée. J’avais oublié de tester mon hypothèse car je ne pouvais plus bouger aussi librement que je le peux maintenant. J’avais l’habitude de voir l’absorption et la manipulation du mana comme deux choses distinctes, auxquelles je n’avais pas cessé de penser aux possibilités dans ce nouveau monde.
“Laisse-moi essayer” ai-je hoché.
“Les humains ont un état d’esprit très linéaire en ce qui concerne le mana et ont du mal à s’écarter de tout ce qui fonctionne déjà. Pratique dur maintenant, car tu peux acquérir cette compétence seulement tant que ton corps et ton noyau de mana sont immatures. Même les bêtes de mana apprennent à le faire naturellement, mais les humains s’éveillent beaucoup trop tard et dans la plupart des cas, leurs corps ne sont pas aptes à utiliser cette capacité lorsqu’ils s’éveillent pour la première fois. Étant donné que tu es si jeune, il ne devrait pas y avoir de problème si tu pratiques” continua Sylvia en soufflant fièrement du nez.
J’ai dû admettre que, comme pour tester la plupart des théories, c’était extrêmement difficile au début. Cela m’a rappelé les exercices que mon gardien de l’orphelinat nous avait montrés quand j’étais plus jeune, ceux où tu essaies de faire un mouvement différent avec chacun des bras… mais en beaucoup plus dur.
Pratiquer cela signifiait essentiellement être capable de combattre efficacement tout en maintenant un flux constant d’absorption de mana. Le seul conseil de Sylvia était que, selon elle, un mage exceptionnel doit être capable de diviser son esprit, penser en plusieurs segments afin de traiter l’information à une vitesse bien supérieure. Bien que je n’aie jamais eu un professeur me dire de diviser mon esprit, j’ai essayé de faire ce qu’elle a dit. Inutile de dire que je n’avais jamais trébuché sur mon propre corps autant de fois dans cette vie et dans ma vie précédente combinée.
Du moins, cela sembla obtenir quelques rires d’amusement chaleureux de Sylvia.
Deux mois s’étaient écoulés depuis, alors que je tenais compagnie à Sylvia avec des histoires de ma famille et de la ville où je suis née, tout en continuant à m’améliorer dans la technique grâce à ma diligence et à sa patience.
Sylvia a refusé de me dire le nom de cette compétence, alors je l’ai nommée moi-même : Rotation de Mana.
Au cours de cette période, ce serait un euphémisme de dire que je me suis simplement rapproché de Sylvia. Elle m’avait traité comme son propre petit-fils de sang et, en réponse, je me suis attaché à cette grand-mère seigneur démon. C’est à cause de notre relation croissante que je n’ai pas pu simplement ignorer ce qui se passait.
Il était clair et frustrant que sa blessure empirait à mesure que le portail, chargé de me ramener à la maison, devenait de plus en plus distinct.
“Sylvia, s’il te plaît, dis-moi ce qui arrive à ta blessure ? Pourquoi est-ce que ça empire ? Ce n’était pas comme ça avant ! Tu disais que ça s’infectait seulement de temps en temps, c’était clairement un mensonge ! Ça ne va pas disparaître tout seul, ça empire !” J’ai exprimé de manière frustrante mon inquiétude lors d’une nuit particulièrement mauvaise, après qu’elle eut vomi une mare de sang.
Je me suis arrêté une seconde, frappé par la réalité…
Pourquoi n’ai-je pas remarqué cela avant ?
Elle avait empiré en créant le portail.
Afin de me renvoyer à la maison…
Elle sacrifiait sa vie pour que je puisse rencontrer ma famille.
Sylvia laissa échapper une profonde inspiration, sachant que j’avais réalisé ce qui se passait. Gérant un sourire penaud, Sylvia murmura : “Art. Oui, je meurs. Mais je me mettrai en colère si tu te blâmes, pensant être à l’origine de cela. Je meurs depuis un bon moment maintenant. Tu me rends service en me permettant de quitter cette grotte abandonnée un peu plus vite.”
Dès qu’elle eut fini de parler, une lueur dorée brillait hors de son corps. En protégeant mes yeux afin de ne pas devenir aveugle, j’ai essayé de me concentrer sur la forme qui se formait à partir de l’endroit où Sylvia était assise. À la place de la figure semblable à un titan de dix mètres, il y avait un dragon encore plus grand. De son museau au bout de sa queue, elle était vêtue d’un manteau blanc perle d’écailles chatoyantes. Sous ses yeux lavande irisés se trouvaient des runes doré brillant qui marquaient son cou et descendaient pour se répandre autour de son corps et de sa queue comme des gravures sacrées. Ces marques me rappelaient un motif tribal très élégant, presque céleste, se ramifiant harmonieusement et avec un but, comme des vignes soigneusement placées. Les ailes du dragon étaient d’un blanc pur ornées de plumes blanches si fines et tranchantes qu’elles pouvaient faire honte aux épées forgées par les maîtres forgerons.
La lumière dorée enveloppant le dragon s’estompa jusqu’à ce qu’elle remplace complètement l’être autrefois en forme de titan.
“Là maintenant … Est-ce que je ressemble un peu plus à une Sylvia ?” Sylvia laissa échapper un sourire narquois à pleines dents.
“S-Sylvia ?? V..vous êtes un dragon?” J’ai dit.
“Maintenant que je suis sous cette forme, nous n’avons pas beaucoup de temps. Oui, je suis quelque chose que vous, les humains, nous appelez « un dragon ». La raison pour laquelle je meurs est parce qu’on m’a infligé cette blessure après m’être échappée de justesse de mes ravisseurs. J’avais senti l’un d’eux s’approcher dangereusement il y a quelques jours, alors j’ai l’impression que mon temps de clandestinité touche à sa fin. Cette forme les alertera de ma position, c’est pourquoi je n’ai le temps d’expliquer que ce qui est nécessaire. Je te donne ceci à prendre en charge à partir de maintenant.”
Une de ses ailes à lames se déplia et révéla une pierre translucide de couleur arc-en-ciel de la taille de deux poings. Avec une myriade de couleurs et de nuances, cette pierre avait une aura qui m’a fait hésiter à la tenir, comme si je n’en étais pas digne.
Sans attendre que je réponde, elle a poursuivi : “Tout se révélera le moment venu, alors tiens-toi-en juste à ça et ne laisse personne savoir que tu l’as. La plupart ne sauront pas ce que c’est mais tout le monde sera attiré par l’aura qu’il émet.”
Sylvia a alors arraché une plume de ses ailes avec sa griffe et me la tendit. “Enveloppe la pierre dans ceci pour la cacher.”
Après avoir fait ce qu’elle a dit, la pierre radiante autrefois divine semblait simplement être une roche blanche lisse, jolie, mais ordinaire.
Pendant que j’étudiais la pierre recouverte de plumes, j’ai été soudainement repoussée alors que le museau de Sylvia frôlait doucement ma poitrine là où se trouvait mon noyau de mana.
Pris de court, je levai les yeux pour voir ceux violets de Sylvia et les marques dorées flamboyaient plus brillantes qu’elles ne l’étaient lors de sa première transformation. Alors que les marques devenaient plus faibles puis disparaissaient, Sylvia a percé sa langue dans mon cœur et a vaporisé une fumée dorée qui crépitait dans des étincelles de violet.
Un cri aigu s’échappa de ma bouche alors que je clignais des yeux, confus et surpris. J’ai continué à la regarder fixement alors qu’elle déplaçait sa tête en arrière, laissant une traînée de sang d’un trou dans ma chemise usé. Mon sternum avait saigné, mais quand j’ai passé ma main dans la zone, il n’y avait pas de blessure.
L’expression de Sylvia était devenue visiblement douloureuse et faible, c’était évident même pour un puissant dragon qui était encore plus grand que son illusion précédente. Ce qui a attiré mon attention, cependant, c’est que ses iris pourpres autrefois chatoyantes n’étaient plus qu’un jaune pâle avec les belles runes qui coulaient sur son visage et son corps maintenant disparu.
Avant que j’aie eu la chance de lui demander ce qu’elle avait fait, une explosion géante m’a interrompu.
Je levai la tête pour voir que le plafond de la grotte avait été soufflé et ce qui m’est venu en vision était une silhouette qui me rappelait la forme précédente de Sylvia.
Vêtu d’une élégante armure noire et d’une cape rouge sang qui correspondait à ses yeux. La peau gris pâle de la silhouette correspondait au ciel assombri à l’arrière-plan. Les cornes étaient différentes, cependant, car cette entité avait en avait qui s’enroulaient vers le bas et sous ses oreilles, tapissant son menton.
Sylvia m’a immédiatement recouvert d’une de ses ailes à temps pour me protéger des débris qui tombaient et me garder probablement cachée de notre visiteur.
“Lady Sylvia ! Je vous conseille d’arrêter votre entêtement et de le remettre. Vous nous avez déjà causé bien des ennuis après vous être caché ! Si vous vous soumettez, le Seigneur peut même guérir votre blessure” raisonna l’entité avec impatience.
Immédiatement après qu’il eut fini de parler, le monde autour de moi semblait s’arrêter. Tout sauf Sylvia et moi, les couleurs du monde étaient comme si on le voyait à travers une lentille inversée. Ce qui m’a le plus surpris, c’est que tout était immobile. L’entité, les nuages derrière lui, et même les débris qui tombent du plafond.
Ignorant l’ennemi, Sylvie jeta un coup d’œil sous son aile. « Je vais ouvrir le portail maintenant. Je n’ai pas eu le temps de le faire aller directement à votre domicile mais cela devrait vous emmener dans un endroit avec des humains à proximité. Ne le laissez pas vous voir et ne regardez pas en arrière » elle chuchota, ses yeux solennels.
J’ai ignoré les instructions de Sylvia après avoir entendu ce que l’entité avait promis. “Sylvia ! Ce qu’il a dit est-il vrai ? Si vous vous retournez, pourriez-vous vivre ?”
“Ne te fies pas à ses paroles mielleuses. Ce serait pire pour vous si tu es trouvé tout de suite. Quant à moi, je préférerais mourir plutôt que de retourner là où il est » dit Sylvia, impatience et colère mêlées dans sa voix.”
“Non ! Je ne te laisserai pas mourir ici. Si tu refuses de l’accompagner, alors s’il te plaît, viens avec moi !” Ai-je supplié.
“Malheureusement, je ne peux pas t’accompagner. Tu seras à jamais en danger si l’un d’eux découvre que tu as eu des contacts avec moi. Je dois rester ici.”
Sylvia essuya doucement mes joues avec une griffe, ses yeux draconiques bordés de ce que je voyais comme des larmes.
“Tu m’as demandé une fois, pourquoi j’avais choisi de te sauver. La vérité était de satisfaire ma propre avidité. Je voulais te garder comme mon propre enfant, même pour un petit moment. J’ai intentionnellement prolongé le sort de transport parce que je voulais dépenser plus de temps avec toi, mais il semble que je n’ai même pas eu la chance de le terminer. Je suis désolé, petit Art, pour mon égoïsme mais j’ai une dernière demande à faire… peux-tu être mon petit-fils et m’appeler grand-mère juste pour ça une fois ?”
“NON ! Je m’en fiche de tout ça ! Je vais le dire autant que tu veux si tu viens avec moi ! Grand-mère ! Grand-mère ! Tu ne peux pas ! Pas comme ça !”
“Je-Je-Je… S’il te plaît, je t’en supplie, viens avec moi. Je ne sais pas ce que tu as fait mais tout est gelé en ce moment, on peut s’échapper ! S’il te plaît, grand-mère, ne pars pas. Pas comme ça !” Je me suis accroché à la griffe de Sylvia, essayant désespérément de la tirer avec moi.
Lors de mon dernier moment avec elle, le visage de Sylvia s’est épanoui en un si beau sourire que je jure que j’ai cru voir un humain.
Je pouvais à peine distinguer les mots qu’elle avait prononcés avant qu’elle ne me pousse dans le portail.

“Merci mon enfant.”


Commentaire

4.8 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser