the beginning after the end Chapitre 86

Royaume des Elfes

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

« Ugh… »

J’ai trébuché en sortant de la porte de téléportation et j’ai appuyé fermement mes doigts sur mes tempes pour empêcher ma tête d’exploser.

Sylvie s’est précipitée à côté de moi, heureuse d’être à nouveau à l’air libre.

« Kyu~ » Elle a laissé échapper un grand étirement sur l’herbe avant de lever les yeux vers moi, me signalant qu’elle était prête.

« Cet homme était effrayant, papa. » la voix de Sylvie résonnait dans mon esprit.

« Ouais, il ne m’a pas vraiment semblé facile à vivre non plus. » ai-je répondu.

L’endroit où nous avons atterri était familier. C’était près de la zone où Tess nous avait conduit pour la première fois afin de pénétrer dans le Royaume d’Elenoir. Bien sûr, cette fois, nous allions devoir frapper aux portes d’entrée comme la plupart des gens. Il n’y avait pas trop de problème pour entrer dans le royaume maintenant que les trois races étaient plus ou moins en harmonie.

Chaque fois que je pensais au mot « race » j’entendais Windsom dire de sa voix grave et agaçante que nous étions les races inférieures.

Même si ça m’agaçait, il n’avait pas tort. Comparé aux Asuras, même moi je pouvais voir les différences innées entre lui et moi, et d’après ce qu’il a laissé entendre, il ne semblait pas être le plus fort des Asuras non plus.

« Eh bien, je suppose que tu sais qui est ta mère maintenant, au moins. »

« Kyu ? » « Maman ? On ne va pas voir Maman tout de suite ? »

« Non, pas cette maman. Je veux dire, Tess n’est pas ta mère ! *Soupir* » Je me suis exclamé.

Sylvie s’est contentée d’incliner la tête en me regardant d’un air confus, avant de repartir en courant, me laissant tout penaud devant mon lien.

En nous dirigeant vers la porte d’entrée, le long des murs extérieurs du royaume, nous avons croisé de temps en temps des calèches et des chariots suivis par des personnes transportant les marchandises à l’intérieur ou les gardant.

L’économie évoluait rapidement depuis l’union des trois races. L’ouverture des frontières pour que les marchands puissent voyager et commercer les uns avec les autres a permis à de nombreux biens uniques de devenir disponibles dans les trois royaumes. Une fois que nous avons atteint l’entrée du royaume, il y avait une file de personnes chevauchant des chevaux et des bêtes de mana ou dans des calèches, attendant d’entrer.

Sylvie a sauté sur ma tête alors que j’arrivais au bout de la file, à côté d’un groupe de ce qui ressemblait à des mercenaires essayant probablement de vendre la matière première qu’ils avaient réussi à obtenir.

« Hey ! Regardez-moi ce petit morveux ! Pourquoi es-tu si loin de ta maman, petit garçon ? Tu t’es perdu ? » hulula un homme plutôt grand et mince, presque émacié, portant une armure de cuir trop grande pour lui, en se baissant.

« Roger, tu vas faire pleurer le garçon avec ton visage hideux. » Une fille qui semblait avoir une vingtaine d’années a sauté du bout du chariot sur lequel elle était assise et a tiré Roger en arrière.

« Il n’y a rien qui cloche avec mon visage ! » Roger s’en est pris à sa cohorte féminine. « En plus, ce morveux a l’air d’être une sorte de riche gosse de noble ! Je parie que si on le ramène à ses parents, ils nous récompenseront grandement ! »

« Tu n’as rien dit. Es-tu perdu, mon garçon ? » demanda un autre homme, qui semblait avoir une trentaine d’années, avec un corps bâti comme s’il était fait pour lutter contre des éléphants. Il écarta le Roger baveux qui me regardait comme si j’étais un sac d’argent.

« Non, monsieur, je ne suis pas perdu. J’ai des affaires à régler ici. » ai-je répondu.

« Business ici, mon cul ! N’essaie pas d’avoir l’air snob. Je parie que tu viens juste de t’enfuir de chez ta mère. Duke, on va juste attraper ce crétin et l’emmener au Hall de la Guilde. » Roger sourit en se dirigeant lentement vers moi.

J’ai laissé échapper un soupir en me demandant si cela valait la peine de pousser ce sac d’os dans le sol.

« Grrr… » Sylvie, qui était à nouveau perchée sur le dessus de ma tête, s’est levée en montrant les dents au mercenaire mal nourri.

Ces idiots pensaient en fait à kidnapper un enfant ici, en plein air…

Bien que ma position soit restée la même, j’ai imprégné une fine couche de mana autour de mon corps, juste au cas où.

« Roger, Duc. Laisse le garçon tranquille. » une voix rauque est venue de l’intérieur du carrosse.

« Erk. C’est le patron. » Roger se figea dans son élan avec une expression réticente.

« Tch. Retournons à la calèche, Roger. » Duke fit claquer sa langue et me jeta un dernier regard curieux avant de me tourner le dos.

J’ai simplement roulé des yeux et je suis resté dans la file des voyageurs sans voiture qui doivent être inspectés en premier.

« Désolé, patron. Je sais que vous aimez garder la face, mais cette fois, ça aurait été une excuse tout à fait légitime ! Je veux dire, tout ce qu’on aurait fait c’est d’empêcher le gamin de parler et finalement, on l’aurait juste mis dans le Hall de la Guilde et on aurait eu une belle récompense. »

« Monsieur, bien que Roger ne soit pas le gars le plus brillant la plupart du temps, je pense qu’il avait raison en disant que ce garçon était en fait d’une famille riche à en juger par son uniforme et le lien particulier sur sa tête. Si vous ne nous aviez pas arrêtés, je pense que nous aurions pu… »

« Imbéciles ! Vous pensez que je protégeais le garçon ? Je vous protégeais de lui, bande d’idiots ! »

« … »

« Vous êtes tous les deux des mages, et pourtant vous n’avez pas pu voir les nettes différences de puissance ? Même moi, je n’étais pas capable de sentir le niveau de son noyau de mana ! »

« Mais Boss, même si le garçon était un mage, il n’a pas pu s’éveiller depuis plus de deux ans. »

« Taisez-vous. Sachez juste que si vous aviez dépassé les bornes, même moi je n’aurais pas pu vous sauver. »

Après un premier moment de réticence à laisser entrer un enfant fugueur dans leur royaume, les gardes ont effacé leurs doutes lorsque je leur ai montré le blason de l’Académie Xyrus, car montrer le blason de la famille royale pourrait attirer un peu trop l’attention à mon goût. Avant d’entrer, cependant, les gardes elfes m’ont sévèrement averti que l’utilisation de la magie était interdite, sauf dans les cas les plus extrêmes.

Je n’avais pas eu le temps d’explorer les environs pendant que j’étais formé par mon grand-père, alors voir tout cela était nouveau pour moi.

La ville dans laquelle nous étions entrés était animée par un mélange presque chaotique de personnes venues de tout le continent, riant et marchandant autour de différents stands et petites boutiques. Le royaume elfique d’Elenoir était différent du royaume humain de Sapin. Comme le royaume entier était entouré de murs, les villes ressemblaient plus à des districts géants qu’à des établissements séparés.

Le château forestier de la famille royale étant situé dans la ville la plus éloignée du royaume, il m’a fallu quelques heures de voyage via un petit chariot de transport.

Le chauffeur nous a déposés à la frontière, juste avant le château, car tout le monde n’est pas autorisé à entrer directement. Une différence majeure par rapport à la dernière fois que je suis venu ici était qu’il y avait maintenant des gardes autour du périmètre du château. Je suis sûr qu’il y a toujours eu des gardes et de la sécurité, mais ils n’étaient pas placés de manière aussi évidente pour repousser les intrus comme c’est le cas maintenant. Encore une fois, c’est probablement le résultat de l’ouverture du royaume aux autres races.

« Stop. Petit garçon, je crois que tu es un peu perdu. » avertit un elfe costaud en tendant la main. Il m’a regardé avec curiosité avant d’arrêter son regard sur Sylvie qui était maintenant à côté de mon pied.

« Non, je sais exactement où je suis. Si vous aviez la gentillesse de me laisser passer, ce serait très apprécié. » ai-je répondu sans jeter un regard au garde tout en sortant la boussole avec l’écusson de la famille royale que grand-père Virion m’avait donnée à l’époque.

« Comment as-tu eu ça ? » Le garde costaud a plissé les yeux en signe de suspicion tandis que les autres gardes se sont rassemblés autour de moi.

« Je pensais qu’avoir cette boussole signifiait qu’un membre de la famille royale me l’avait confiée. » Je n’ai pas pu m’empêcher de laisser échapper un soupir.

Quand était-ce la dernière fois que j’avais eu un passage en douceur ces jours-ci ? En commençant par le portail de téléportation, les mercenaires et maintenant ici.

« Ce morveux. Est-ce qu’il est sarcastique avec nous ? » grogna un autre garde.

« Soupir… informez simplement la Princesse Tessia ou l’Ancien Virion qu’un garçon nommé Arthur Leywin est ici pour les voir. Ils sauront qui je suis. » J’ai fait quelques pas en arrière et me suis adossé à l’une des statues de pierre devant le manoir.

Tout à coup, un grand BOOM ! a percé l’air alors qu’une partie du château explosait et que des morceaux du bâtiment nous tombaient dessus.

« Qu’est-ce que… »

Alors que les autres gardes se sont écartés pour éviter les débris, celui qui m’a interrogé n’a pas eu le temps de réagir après s’être retourné.

Je l’ai entendu claquer sa langue alors qu’il concentrait le mana dans son corps, se positionnant entre moi et un morceau du mur du château qui tombait.

Même si son attitude était grossière, je suppose qu’il n’était pas une mauvaise personne.

Avec les courants de mana qui circulaient déjà en moi, j’ai invoqué un coup de vent qui a tourné autour de nous, nous enfermant instantanément dans un dôme de vent.

[Pare-vent]

Les débris n’auraient probablement tué aucun des gardes entraînés, mais même avec l’augmentation de mana autour de leurs corps, cela n’aurait pas été beau à voir.

J’ai gardé mon sort actif, remarquant le visage béant du garde numéro un qui passait son regard entre moi et la barrière de vent.

Tout à coup, une silhouette familière a sauté en arrière depuis le rebord du site de l’explosion, atterrissant juste à côté de nous.

« Vous allez bien en bas… Ah ! Arthur, c’est bon de te revoir, morveux ! Désolé pour ça, mais tu vas devoir me donner un coup de main. » Alors que Papi Virion se concentrait à nouveau sur le site de l’explosion, j’ai dispersé mon sort.

« Papi, qu’est-ce qui se passe ? Il y avait un intrus ? »

« Bah ! Tu crois que j’aurais autant de problèmes si c’était juste un intrus ? » Virion fit claquer sa langue en signe de frustration.

« Alors qui… »

Une autre explosion a retenti depuis le site.

« Grand-père ! Arrête ce truc ! Je ne peux pas contrôler ç~~~~a ! »

Du trou géant dans le manoir est apparue Tess, entourée de dizaines de vrilles vert émeraude faites de mana se balançant sporadiquement, détruisant tout ce qu’elles touchaient.

Bien sûr.

Je n’ai pas pu m’empêcher de jurer dans mon souffle. J’ai d’abord blâmé Windsom puisqu’il était censé l’avoir guérie de la volonté bestiale qui essayait de prendre le contrôle de son corps, en faisant attention, cependant, puisque Tess était encore consciente et assez turbulente, j’en ai déduit qu’elle ne pouvait probablement pas contrôler le mana qu’elle dégageait, même éveillée et consciente.

« Tch. Cette aura est assez effrayante. Ces lianes en forme de tentacules protègent Tess et attaquent tout ce qui se trouve dans leur rayon d’action. Même si j’essaie de les couper, d’autres vrilles prennent leur place. Gamin, je vais te soutenir par l’arrière. Essaie d’atteindre Tess, mes techniques ne sont pas vraiment utiles pour autre chose que l’assassinat et pour l’instant, il nous faut un moyen de maîtriser cette aura. »

J’ai fait un signe de tête affirmatif à Virion et j’ai fait un pas en avant, concentrant plus de mana autour de moi.

« Ancien Virion. Nous pouvons également vous aider ! S’il vous plaît, instruisez-nous sur… »

« Non ! Vous seriez inutiles contre elle. Nettoyez juste la zone et assurez-vous que personne ne s’approche d’ici. » Grand-père Virion a agité la main sans se retourner.

J’ai jeté un coup d’œil aux gardes déconcertés. Quand j’ai vérifié leurs niveaux de mana tout à l’heure, ils semblaient être autour du stade d’orange solide à clair, ce qui serait considéré comme un niveau supérieur compte tenu de leur âge.

« Mais Aîné, l’enfant est… »

« Partez. Maintenant ! Je n’ai pas le temps pour ça. » a grogné Grand-père Virion.

Ces élites qui n’avaient probablement jamais été qualifiées d’inutiles dans leur vie ont marmonné de manière confuse, me regardant avec des yeux étranges avant de dégager le chemin.

« Tu sais, grand-père, ils auraient pu nous aider. »

« Moins il y a de gens qui connaissent les pouvoirs de ma petite-fille, mieux c’est. Du moins à ce stade. Maintenant, concentre-toi, morveux. » a-t-il soufflé, en gardant son regard sur Tess.

« Bien bien, monsieur. » j’ai souri.

« Allons-y ! »

Au signal de grand-père Virion, nous nous sommes dirigés vers Tessia, qui se trouvait au bord du manoir.

Augmentant mes jambes en mana attribuée au vent, j’ai attendu qu’un coup de vent condensé se forme sous mes pieds avant de m’élancer du sol.

Même si le dos de Tess nous faisait face, les vrilles ont réagi dès que nous nous sommes approchés. Immédiatement, les lianes qui se balançaient de façon erratique se sont redressées et se sont dirigées vers nous.

« Continue ! Je te couvre ! » Grand-père Virion a crié depuis l’arrière.

Alors que je lui tournais le dos, rien qu’au changement de sa voix, il était évident que grand-père Virion avait initié la première phase de sa volonté bestiale.

Nous nous sommes approchés de plus en plus près de Tess, qui avait du mal à contrôler l’aura vert émeraude qui l’entourait.

Je me suis contenté d’utiliser des sorts de vent, de peur que l’aura ne conduise les sorts d’attributs de foudre. Comme nous étions dans un environnement principalement boisé, j’ai également évité les sorts de feu.

Dès que nos lames de vent ont sectionné les vrilles, elles se sont dissipées, un autre lot de vrilles prenant leur place.

Ça ne marchait pas.

J’ai pris une grande inspiration, comptant sur papi Virion pour me couvrir pendant quelques secondes.

Après avoir terminé mon chant, j’ai senti une importante diminution de mon mana, ainsi qu’un léger picotement dans tout mon corps.

[Coup de tonnerre]

Les vrilles qui, de toute évidence, étaient de plus en plus nombreuses, semblaient nous submerger au ralenti. Ayant le luxe de jeter un coup d’œil en arrière, même les attaques de grand-père Virion ont ralenti suffisamment pour que je puisse voir ses mouvements.

En esquivant les vrilles, j’ai évité de gaspiller du mana sur d’autres sorts jusqu’à ce que j’atteigne Tessia.

À chaque pas en avant, j’esquivais au moins cinq vrilles, jusqu’à ce que j’arrive enfin à portée de main de la princesse problématique.

En l’attrapant par la taille, je prépare mon dernier sort.

« Eek ! A-A-Arthur ? » Tess a poussé un cri de surprise.

Avant que je n’aie eu le temps de réagir, les tentacules se sont soudainement rétractés et se sont rassemblés autour de nous deux avant de nous faire sauter du manoir par le trou créé par l’explosion. Grâce à ma technique toujours active, j’ai pu réagir à temps pour m’accrocher à elle avant que nous ne soyons projetés dans les airs.

« KYYYAAAAAHHH ! » La voix de Tessia résonnait assez fort pour que tout le royaume puisse probablement l’entendre.

« Accroche-toi bien ! »

Enserrant mes bras autour d’elle, je l’ai entourée d’une couche de mana protectrice avant de lancer mon sort.

[Zéro absolu]

Le temps qu’il m’a fallu pour lancer mon sort a été beaucoup plus long sans utiliser la deuxième phase de ma volonté de dragon.

Alors que la couche de givre s’étendait lentement autour de nous, gelant les vrilles qui tentaient désespérément de me séparer de Tess, je devais me concentrer au maximum pour maintenir le sort.

« Brisez-vous ! » Je rugis avant de donner un coup de pied aux vrilles complètement gelées, les brisant en d’innombrables éclats de petits diamants scintillants.

C’était un pari d’essayer de geler les vrilles que Tess a manifestées et, comme prévu, mon sort n’était pas assez fort pour tout geler complètement, mais j’ai pu séparer les vrilles de leur source de carburant, Tess.

Tess avait un regard glacé et s’accrochait à mon cou, hypnotisée par les milliers d’éclats de glace qui tombaient et reflétaient les lumières ambrées de la ville.

Nos regards se sont croisés et Tess a immédiatement rougi.

Je lui ai fait un clin d’œil en guise de réponse.

« Salut. »


Commentaire

3.7 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
7 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Ah quel charmeur ce Arthur!

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser