the beginning after the end Chapitre 83

Bienfaiteur

POINT DE VUE DE  LUCAS WYKES :

« Et qu’est-ce que c’est censé être ? » J’ai haussé un sourcil, regardant à l’intérieur de la pièce faiblement éclairée qui me faisait penser à une cave à vin grossièrement construite.

C’était ce pauvre minable de mage de la maison Ravenpor qui m’avait amené ici, en me disant que ce serait quelque chose qui m’intéresserait.

En temps normal, je l’aurais envoyé promener après qu’il m’ait parlé avec tant d’arrogance, comme s’il me rendait service, mais j’étais assez curieux, surtout après l’explosion du Monument de la Triple-Union plus tôt dans la journée.

« Bienvenue dans l’une des nombreuses humbles demeures que nous utilisons pour tenir nos réunions. » dit une voix grossière. J’étais entouré d’au moins soixante silhouettes encapuchonnées, mais seul celui qui était assis paresseusement au milieu en s’adressant à moi portait un masque.

C’était un simple masque blanc avec deux petits trous pour les yeux et un sourire grossièrement dessiné à la place de la bouche. Le masque était assez simple, mais le sourire dessiné simplement donnait une allure sinistre.

Charles Ravenpor, qui était à côté de moi, a revêtu sa propre robe à capuche et s’est mis à genoux, tête baissée.

« Monseigneur, j’ai amené Lucas Wykes comme vous l’avez demandé. » a-t-il dit d’un ton prudent et feutré.

« Ahh, le célèbre M. Wykes, ici en chair et en os ! Je suis ravi que tu aies pu te joindre à nous pour notre petite… croisade ! » dit-il en riant, détournant son attention de Charles.

J’ai regardé autour de moi. « Je ne suis pas ici pour adhérer à quoi que ce soit. Je suis venu ici par curiosité, mais je ne suis pas impressionné. Qui es-tu censé être, de toute façon ? Tu n’as pas l’air d’être un étudiant… Ne me dis pas que tu es un professeur ? ». me suis-je moqué.

« Comment oses-tu ? Tu devrais être reconnaissant que nous ayons même envisagé de laisser un bâtard comme toi se joindre à nous ! » siffla l’une des figures encapuchonnées à ma droite.

« Un bâtard ? » J’ai répondu en écho, sentant une veine se former sur le côté de mon front.

J’ai préparé sans bruit un sort pour l’ingrat qui avait osé se moquer de moi, mais avant que je puisse terminer le chant, l’homme derrière le masque souriant a claqué des doigts.

Soudain, le snob à capuche qui m’avait traité de bâtard a poussé un hurlement strident en s’enflammant.

Je n’ai pas pu m’empêcher de faire claquer ma langue. Même pour un sort instantané, c’était rapide… effroyablement rapide.

« Allons, allons. Ce n’est pas très courtois de parler ainsi à notre nouveau membre, n’est-ce pas ? » Alors que l’homme masqué, toujours paresseusement affalé sur son trône de terre, parlait, le feu avait déjà brûlé la robe du garçon, brûlant sa peau.

« P-Pardon ! J’ai eu tort. Je m’excuse ! S-S’il vous plaît ! » supplia-t-il en essayant désespérément de ramper vers l’homme masqué. Pendant ce temps, les autres personnages encapuchonnés étaient trop effrayés pour faire quoi que ce soit pour l’aider.

Me détournant de la silhouette encapuchonnée qui hurlait encore de douleur, j’ai fait face à l’homme masqué. « Avant de décider si je veux rejoindre ta petite secte, qu’est-ce que tu essaies d’accomplir, et pourquoi as-tu besoin de moi ? »

Je ne pouvais pas sentir son noyau de mana mais il ne semblait pas que je sois au même niveau que lui.

« Les circonstances m’empêchent d’agir personnellement pour le moment, j’ai donc besoin de quelques mages compétents pour mener à bien mes plans. Tu vois, je déteste laisser des traces. » expliqua-t-il en utilisant un bras pour soutenir sa tête.

« Profitant de l’absence de votre directrice, c’est le moment opportun pour agir de sorte que lorsqu’elle reviendra, tout sera trop tard. » poursuivit-il. Après avoir à nouveau claqué des doigts, le feu a soudainement disparu, laissant le garçon tressaillir de douleur.

« Et quant à ce que j’espère faire, disons que mes objectifs coïncident avec ceux de ces gens et j’ai simplement pensé que ce serait bien de faire d’une pierre deux coups. Tout le monde ici est un noble humain insatisfait qui était autrefois fier du fait que cette académie n’était destinée qu’aux lignées les plus pures. Bien que tu sois une exception à cette règle, j’aimerais quand même t’avoir avec nous. » a-t-il répondu sans détour.

« De plus, la devise « accepter tout le monde » que cette académie suit maintenant me donne envie de vomir. N’es-tu pas d’accord, M. Wykes ? » Alors qu’il disait cela, les personnages encapuchonnés ont tous hoché férocement la tête en signe d’accord. Rien qu’à son ton, je pouvais dire que ce type souriait derrière son masque.

« Qu’ils te donnent envie de vomir ou non n’a pas d’importance pour moi. Pourquoi perdre mon temps et mon énergie avec des insectes que je pourrais écraser à tout moment ? Les paysans qui ont réussi à se frayer un chemin dans cette académie ne valent pas mieux que les voyous aventuriers de bas étage qui se baladent en brandissant aveuglément leurs armes. Même les nobles qui ont été élevés dans les conditions les plus choyées ne valent pas un clou pour moi. Si c’est tout ce que tu as à dire, alors je n’ai aucune raison de m’abaisser à être mis en laisse et à recevoir des ordres de toi. » lui ai-je lancé en lui tournant le dos.

« Lucas, quelles paroles blessantes. Comment as-tu pu te comparer à une sorte de chien attaché à une laisse ? » Il a couvert sa bouche avec ses mains, sarcastiquement, comme s’il était réellement surpris.

« Il semble que ce que j’ai entendu soit vrai. Que tu es un mage plutôt orgueilleux qui méprise les gens de basse lignée. Votre ami, Arthur Leywin, ne t’a-t-il pas prouvé que tu avais tort sur ce point ? » La voix grossière s’est amusée à me pousser à bout, me faisant m’arrêter dans mon élan.

J’ai tourné la tête. « Qu’est-ce que tu… »

« Il n’y a pas besoin d’être un génie pour comprendre que, bien que tu aies été salué comme un prodige dans le domaine de la magie et que tu aies été choyé avec des élixirs et des méthodes de renforcement depuis ton éveil, tu n’es pas de taille contre cet enfant, Arthur Leywin. » a-t-il haussé les épaules, en levant la main.

Je pouvais sentir mes poings blanchir de frustration, mais il m’a coupé la parole avant que je puisse réfuter.

« Le plus triste, c’est qu’il n’essayait même pas. Je parie que même toi, tu as toujours eu un soupçon tenace qu’il s’était toujours retenu, hahahaha ! » Il éclata de rire en se serrant le ventre, les jambes en l’air.

« Pour qui tu te prends ? » J’ai grogné.

Mon corps rayonnait déjà tandis que du mana s’échappait de mon noyau de mana, prêt à lui tirer dessus, mais je ne l’ai jamais fait. Ce sentiment lancinant me disait de ne pas m’en prendre à lui, comme si c’était… sans espoir.

Non ! Je suis Lucas Wykes de la famille Wykes !

Mais qui était-il et pourquoi parlait-il comme s’il était là depuis le début, à veiller sur nous ?

« Je te l’ai dit. Je ne suis qu’un simple bienfaiteur venu ici pour l’amélioration de cette terre. » En disant cela, il se leva et fit une révérence exagérée, les bras écartés.

Se rasseyant sur son trône grossier, il poursuivit : « Monsieur Wykes, je crois que, même si nos points de vue ne sont pas les mêmes, nous pourrions avoir une sorte de bénéfice mutuel dans cette affaire. »

« Vas-y. » ai-je dit en serrant les dents.

Il a ignoré le fait que j’étais toujours complètement entouré de mana attributaire du feu, dangereusement proche de le libérer.

« Bientôt, je pourrai y prendre part personnellement et quand je le ferai, je veux briser complètement la frêle colle qui maintient les trois races ensemble. Cependant, jusqu’à ce que ce moment arrive, j’ai besoin de ta force pour aider à faire aller les choses en douceur. » a-t-il expliqué.

« Comment comptes-tu personnellement diviser les trois races et pourquoi penses-tu que faire cela me serait même bénéfique d’une quelconque manière ? De plus, tu penses que le Conseil et les Lances ont été créés juste pour la décoration ? » J’ai argumenté.

« Le Conseil est occupé par diverses choses en ce moment, et j’ai pris des précautions supplémentaires pour m’assurer que votre directrice soit retenue et hors de portée. Les jeux sont faits, M. Wykes, alors laisse-moi te demander comment tu aimerais que le toujours très prudent Arthur Leywin te combatte à pleine puissance, et que tu obtiennes la puissance nécessaire pour le vaincre même à ce moment-là ? ». Il a levé la main, me faisant signe de venir vers lui.

« Comment sais-tu pour Arthur ? » J’ai insisté, devenant plus prudent.

L’homme au masque a haussé les épaules. « Il est évident que je fais au moins quelques recherches sur mes charmantes recrues. Alors qu’en dis-tu… le pouvoir de vaincre même ton bien-aimé Arthur ? »

Je suis resté silencieux, incapable de comprendre ce personnage.

« Tant que tu acceptes, je te promets que tu mettras la main sur un niveau de pouvoir que tu n’aurais jamais cru possible. » a-t-il poursuivi.

J’ai regardé les silhouettes encapuchonnées et j’ai pu voir qu’elles étaient également intéressées, mais elles sont restées silencieuses par peur de devenir la prochaine victime de la « discipline » de l’homme masqué.

C’était trop beau pour être vrai.

« Si ce que tu dis est vrai et qu’il a prudemment caché ses pouvoirs comme il l’a fait, comment vas-tu faire pour qu’il me combatte au mieux de sa forme ? ». Je me suis moqué, ne voulant pas y croire.

« C’est assez simple, en fait, et c’est aussi une tâche que je dois accomplir, donc pas de problème. Arthur n’est qu’un humain et il accorde une grande importance à sa famille et à ses amis, mais surtout à une personne en particulier. » dit-il en levant son index, le sourire sur le masque correspondant très probablement à l’expression sinistre qu’il avait également.

« Tessia Eralith… » J’ai murmuré, incapable de cacher le sourire en coin sur mon visage.

« Oui ! Tessia Eralith ! Une elfe ! Dans cette académie sacrée de Xyrus, une elfe est le chef des étudiants ! Est-ce que vous pensez tous que c’est bien ? » hurla-t-il à tout le monde de sorte que sa voix résonne dans le petit donjon.

« NON ! » les personnages encapuchonnés ont tous rugi à l’unisson.

« Elle n’est peut-être pas encore là, mais je pense qu’elle le sera bientôt, et très probablement avec Arthur. Tu ne penses pas qu’un peu de sang de princesse elfe versé devrait faire réagir ton vieux copain Arthur ? » Il ricana alors que ses mains s’enflammaient.

Je ne me suis jamais soucié de la princesse elfe, mais je pensais qu’elle correspondait à mes goûts. Je l’ai laissée faire puisque son corps n’était pas encore mature mais il semblait bien que quelque chose se passait entre elle et Arthur. Pour qui se prenait-il de toute façon, pour penser qu’il méritait quelqu’un comme la princesse du royaume des elfes ?

Il n’était qu’un simple paysan.

Alors que je commençais à imaginer tous les scénarios possibles dans ma tête, je n’ai pas pu m’empêcher de retrousser lentement les lèvres en imaginant la vie de sa précieuse petite amante dans ma main alors qu’Arthur me suppliait d’arrêter. Le gosse qui a toujours pensé qu’il était meilleur que moi… à genoux.

Je me suis demandé s’il perdrait la raison si je la saignais lentement devant lui ?

J’ai commencé à me lécher les lèvres en m’imaginant le futur. « Pourquoi pas, bon sang ! »


Commentaire

3.7 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Evans Alley
8 mois il y a

Merci pour le chapitre!
Toi aussi Lucas tu vas mourir des main d’Arthur comme Vitra, et dans un avenir bien plus proche…

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser