the beginning after the end Chapitre 459

Les collisions

Traducteur: Ych
—————

CHUL ASCLEPIUS

Je me suis enfoncé contre le mur, respirant bruyamment et appréciant la sensation de la sueur qui se déversait sur mon visage. La caverne sentait l’ozone et le granit écrasé, et le bruit retentissant de notre entraînement résonnait encore à mes oreilles.

Bairon se pencha en avant et posa ses mains sur ses genoux, la sueur dégoulinant de son nez, chaque respiration laborieuse. À vingt pieds à sa gauche, la petite, Mica, se jeta sur le dos en soufflant. Seule Varay se tenait droite, les bras croisés en me regardant d’un air pensif.

“C’était mieux, pas vrai ?” demandai-je en repassant dans ma tête chaque étape de notre combat. Les Lances m’avaient poussé à travailler mon corps différemment, et je les avais poussés au maximum de leurs capacités – du moins sans menacer leur vie. “Les conseils d’Arthur sur l’utilisation optimale du peu de mana dont je dispose commencent à prendre tout leur sens, je crois. ”

Bairon laissa échapper une moquerie qui ne dissimulait pas son sourire satisfait alors qu’il posait un genou à terre, s’appuyant sur la lance cramoisie fabriquée par les asuran qu’il brandissait. “Cette technique de superposition de sorts… c’était Arthur ? On dirait que c’est… quelque chose qu’il a inventé.”

Je souris. L’humain avait raison ; Arthur était plutôt doué pour utiliser de petites quantités d’énergie à bon escient, un atout insoupçonné chez mon compagnon de voyage. Mon corps avait besoin de la production de mana d’un asura à part entière pour se maintenir, mais le sang de mon père djinn avait empêché mon noyau de croître jusqu’à sa pleine puissance.

“Ton contrôle s’améliore”, dit Varay en m’observant attentivement. Son regard s’est porté sur le bracelet de métal terne à mon poignet.

Je me suis déplacée sans ménagement, réalisant que j’avais oublié de soigner mon apparence de simple humain. “Ah, oui, c’est une bonne chose. Mais vous faites tous des progrès aussi ?”

Mica a claqué trois fois un poing fermé contre son sternum. “J’espère bien que oui. J’ai mal au niveau du noyau. Suis-je la seule ? Je pense qu’il est… de plus en plus clair. Il se purifie davantage. Mais ça fait longtemps, alors… je n’en suis pas vraiment sûre.”

“Oui”, répondit Varay en étirant ses bras au-dessus de sa tête. “Je le sens aussi. Arthur avait raison. Nos efforts commencent à porter leurs fruits.”

Bairon se leva et essuya la sueur qui perlait sur son front. “Que disent les artefacts, Emily ?”

Une petite humaine à lunettes sortit de derrière une barrière enveloppant un coin de la caverne. Elle adressa à son congénère un sourire peiné et haussa les épaules. “Il y a bien eu un raffinement de vos noyaux, c’est assez facile à voir, mais la vitesse accrue de l’activation et de la canalisation de votre mana est encore trop rapide pour que l’équipement fasse une lecture précise, même avec les améliorations. Peut-être que si j’avais plus de temps, mais…”

Mica ricana et roula sur le côté, se soutenant la tête d’une main. “Ouais ouais ouais, vous les scientifiques et votre grand projet secret. Vous vous souvenez quand on traitait les Lances comme si on avait de l’importance ?” Elle soupire et marmonne : “Mica s’en souvient.”

Emily ébouriffa ses cheveux bouclés d’une main, puis redressa ses lunettes. ” D-désolé, c’est juste que… ”

“J’ai entendu dire que Wren Kain pouvait être un maître de tâches sévère”, dis-je en reconnaissant que la jeune fille semblait moins énergique qu’avant, plus sombre même. “Ne laisse pas le titan te réduire en poussière sous le talon de sa volonté de progrès.”

Ses sourcils se sont relevés et elle m’a jeté un regard surpris. “Oh, euh, merci… oui, je… ne le ferai pas ?”

“Quand est-ce que Gideon va nous expliquer ce qu’il prépare, de toute façon ? Ce n’est pas comme si je n’avais pas senti ces bêtes de mana qu’il avait fait venir.” Les yeux de Mica se sont rétrécis sur Emily. “Pour de vrai. Je suis un général, je devrais être au courant.”

Le regard de Emily se posa sur le sol, une ombre passant sur ses traits pâles. “Je ne suis pas sûre de vouloir le dire, même si je le pouvais”.

“Gideon et l’asura ont leurs raisons de garder le secret”, dit Varay d’un ton sévère. “Ne harcèle pas la jeune fille. Ce n’est pas son choix, et elle fera bien de ne pas parler de ce qui se passe en bas.”

” Attends ! ” Mica s’est redressée d’un bond. “Tu es au courant, n’est-ce pas ! Pourquoi dois-tu savoir ?” Son regard s’est tourné vers Bairon. Il lui adressa un haussement d’épaules, posant sa lance sur ses épaules, et elle haleta. “Toi aussi ? C’est quoi ce bordel, les gars ?” Finalement, son regard s’est posé fermement sur moi. “Ne me dis pas que tout le monde ici est au courant sauf moi ?”

Me repoussant du mur, je me tenais droite et faisais craquer ma nuque, me sentant déjà rafraîchie par le sparring entraînant contre les trois Lances. “Non, Dame Terrienne. Les machinations du titan ne m’intéressent guère. Ils font de bonnes armes, mais j’en ai déjà une.” J’ai fait un geste vers la lance de Bairon. “Mais ce n’est peut-être pas un outil de destruction aussi raffiné que ta lance, Bairon Wykes. Tu devrais l’écouter plus attentivement. Elle cherche à te guider, à t’apprendre à te battre comme un asura. Plus d’une fois, tu as manqué l’occasion de porter un coup parce que tu te bats contre ton arme et non avec elle.”

L’humain passa une main le long de la hampe, considérant l’acier cramoisi. “Je me bats avec la lance, comme je le fais depuis des mois. Mais tes paroles ont une sorte de sens. Je peux sentir les conseils dont tu parles, seulement…” Il secoua la tête, puis me lança un regard suspicieux. “Parfois, tu ne parles pas comme un homme, Chul. Tu parles comme si…”

Mica a reniflé, l’interrompant. “Tu ne veux tout simplement pas admettre que nous nous sommes entraînés pied à pied avec un seul type, et qu’il semble être aussi fort que nous trois réunis. C’est comme si Arthur se reproduisait.”

Bairon se tourna avec exaspération vers Varay. ” Certainement, tu le vois ? ”

Les yeux perçants de Varay se sont attardés sur moi alors que je me détournais. Elle fronça légèrement les sourcils. “Ça va, Chul ?”

Mes doigts se sont enfoncés dans ma tempe alors qu’une pression soudaine se pinçait à l’intérieur de ma tête. “Oui, je… vous m’avez tous les trois poussé plus fort que je ne le pensais. C’est tout. Je-”

À l’intérieur de mon crâne, j’ai entendu la voix de Mordain comme à travers une porte épaisse, émoussée par la distance et ma propre faible capacité à la recevoir. Chul, pardonne cette intrusion dans tes pensées. J’ai besoin de toi immédiatement. Laisse ce que tu es en train de faire et retourne immédiatement au Foyer. Sois prudent pendant ton voyage. Les clairières des bêtes ne sont pas sûres.

Lorsque le message s’est estompé, je me suis redressé et j’ai secoué légèrement la tête, essayant de faire tomber le malaise. La peur me saisit, non pas pour moi, mais pour ceux que j’avais laissés dans le Foyer. Étaient-ils attaqués ? Il n’y avait aucun moyen de le savoir, si ce n’est en quittant Vildorial et en rentrant chez moi.

“Je dois y aller.” J’ai regardé entre les Lances, mais je me suis arrêté sur Varay. ” Préviens les Leywins-Eleanor et Dame Alice. ”

Elle fronça les sourcils. “Bien sûr, mais…”

Les trois Lances me regardaient avec inquiétude, mais je n’ai pas donné plus d’explications, préférant quitter précipitamment la caverne, qui se trouvait bien loin des lieux où vivaient les gens. Pourtant, il ne me fallut pas longtemps pour atteindre la surface depuis les tunnels extérieurs. Aucun des postes de patrouille nains ne me donna de répit, étant plus préoccupés par les entrées que par les sorties. Moins de vingt minutes s’étaient écoulées avant que je ne me retrouve sous le soleil éclatant du désert qui planait au-dessus des dunes de Darvish.

Je ne me suis pas arrêté pour admirer la scène, mais j’ai décollé du sol et me suis dirigé vers l’est, volant à toute vitesse vers les montagnes.

Je ne m’attendais pas à ce que Mordain me rappelle de ma quête. À vrai dire, je n’étais pas sûr qu’il voudrait que je revienne. C’était un homme gentil, un homme bon, mais je n’avais jamais compris sa volonté de “tendre l’autre joue”, comme il le disait, quelle que soit l’insulte qu’on lui faisait. Moi, par contre, je savais que parfois la seule bonne réponse était la force écrasante. Certains crimes ne peuvent jamais être rattrapés et ne doivent jamais être pardonnés.

Même lorsque j’étais un enfant qui ne comprenait pas encore ce que j’étais, mon tempérament fougueux m’avait permis de me démarquer des autres. Bien que voyager avec Arthur et lutter contre Agrona était exactement ce que je voulais, je n’étais toujours pas tout à fait certain que cela m’ait été permis parce que je le souhaitais… ou simplement parce que cela me débarrassait.

Cela n’a pas d’importance, me suis-je rappelé, écrasant les pensées indésirables dans l’étau de ma volonté. Mordain a besoin de moi, et j’irai. Et quand j’aurai terminé, je reviendrai et je recommencerai à me préparer à dévaster nos ennemis, même si Mordain ne le fera pas.

Le vol fut long et fatigant. Une fois que j’avais réussi à voler, il ne me fallait que peu de mana pour maintenir l’équilibre entre moi et l’atmosphère qui m’entourait, mais cela nécessitait un niveau de concentration que je trouvais exaspérant. Ayant grandi sous terre, je n’avais pas souvent pratiqué.

C’est avec une bouffée d’air froid reconnaissante que j’ai franchi les Grandes Montagnes et que j’ai plongé dans les Clairières de la Bête. Enfin, je me suis libéré de l’inconfortable brassard que Wren avait conçu pour masquer ma signature de mana afin que je paraisse humain même aux yeux des dragons. Ici, il était plus important que je projette ma propre signature mana naturelle, qui éloignerait les bêtes indigènes.

La maison était proche.

CECILIA

L’air était chargé du bourdonnement des insectes et du murmure obsédant d’une bête invisible. Une odeur d’œuf pourri suintait de la terre humide et suintante. Et le pire, c’est que la faille – le lien entre la patrie asurane d’Epheotus et la Clairière des Bêtes de Dicathen – m’était toujours cachée.

Cela ne devrait pas être si difficile, pensai-je, ma frustration interrompant ma concentration.

Je me suis retirée de la recherche et j’ai reposé mes sens. Cela faisait déjà plusieurs jours… des jours passés dans les profondeurs humides de ce que la Clairière des Bêtes avait de pire à offrir, sans autre compagnie que les Wraiths d’Agrona et seulement quelques moments intermittents avec Nico.

J’espère que sa tâche se déroule mieux que la mienne. C’était peut-être un rôle moins important, mais selon la façon dont tout le reste se déroulait, le succès de Nico déciderait encore exactement de la façon dont se déroulerait la prochaine étape de cette guerre.

Le gardien elderwood a soudain remué en moi, et j’ai immédiatement dégrisé. La volonté de la bête avait été plus active depuis notre arrivée dans la Clairière des Bêtes, me pressant comme une tension maintenue juste sous ma peau. Tessia, quant à elle, était restée largement silencieuse, la présence de sa patrie détruite planant comme un nuage sombre sur ses pensées.

Je m’attendais à ce qu’elle me cause des ennuis. Être à Dicathen était un risque, mais cela n’aurait jamais dû prendre autant de temps. Notre recherche a cependant été compliquée par un certain nombre de facteurs. L’attaque de Grey sur le groupe de combat d’Etistin avait provoqué un échec en cascade des plans qui se répercutait encore autour de moi, et je devais croire qu’Oludari avait choisi à dessein ce moment pour se mettre à l’abri avec les dragons. Si l’on ajoute à cela mon incapacité persistante à découvrir l’emplacement exact de la faille, il était difficile de ne pas se sentir frustré par cette mission.

Il aurait dû être simple de trouver le point où tant de puissance convergeait et se condensait, mais la transmission de mana entre Dicathen et Epheotus était énorme. Le flux de mana était si important qu’il envoyait des échos de lui-même dans tout l’est du Dicathen et, pour ne rien arranger, il semblait également y avoir plusieurs couches de magie diffusante et de sorts d’occultation puissants en place dans toute la Clairière des Bêtes, que je ne pouvais ni expliquer ni franchir – pour l’instant.

Fermant les yeux, je me frotte l’arête du nez avec deux doigts. Concentre-toi, me grondai-je. Mes yeux s’ouvrirent en un claquement sec et je me dépliai de ma position flottante avant de dériver vers le sol. “Non, je n’ai pas besoin de me concentrer. J’ai besoin d’une pause.”

Conjurant un lit de terre molle et de fibres végétales tissées, je m’allongeai et fermai à nouveau les yeux, essayant de somnoler en attendant le retour de Nico et des Wraiths.

Quelque temps plus tard, j’ai senti la signature mana de Nico s’élever depuis l’un des nombreux donjons qu’il fouillait. Volant au-dessus de la cime des arbres avec son escorte de Wraiths pour prévenir les attaques des plus grandes bêtes de mana de Dicathen, il ne tarda pas à revenir. Les Wraiths gardèrent leurs distances, installant un maigre campement et allumant un feu pour chauffer leur nourriture pendant que Nico venait rendre compte de sa mission.

Il n’avait pas plus de chance que moi.

“Le timing de tout ça commence à devenir un problème”, dit-il en finissant de me raconter les deux derniers donjons qu’il avait fouillés. “Le lien entre Epheotus et notre monde, les patrouilles de dragons, les portes de téléportation… il faut que tout s’assemble parfaitement, sinon toutes les pièces s’effondrent individuellement.”

“Tu ne crois pas que je le sais ?” J’ai riposté, puis j’ai détourné le regard, me sentant immédiatement coupable. Depuis notre combat contre Grey, une tension nauséabonde s’était installée entre nous. “Je suis désolée, je suis juste…”

Il a balayé mes excuses d’un revers de main. “Je sais. Je ne devrais pas me concentrer sur le négatif. Le groupe de Perhata a éliminé un dragon, nous savons où se trouve Oludari, et jusqu’à présent, l’opération plus vaste menée à Dicathen semble être passée inaperçue. Nous avons le temps. Nous…”

Quelque chose au loin, un mouvement inhabituel au sein du mana, a volé mon attention, et Nico s’est laissé dériver, voyant clairement la distraction de mes traits.

“Cecil ?” demanda Nico. “Qu’est-ce qu’il y a ?”

“Je ne suis pas sûr”, dis-je en fronçant les sourcils.

La signature était similaire à celle d’une bête de mana, mais elle était trop concentrée, et elle se déplaçait trop vite et trop droit pour l’une des bêtes les plus puissantes que je connaissais. Je me suis concentré sur elle, cherchant le mana. Au plus profond de mon noyau, un aspect familier a résonné.

“Un phénix !” Je me suis exclamé, incapable de cacher mon excitation. ” Sa signature de mana est en quelque sorte déguisée, elle ressemble plus à une bête de mana qu’à un asura, mais je suis certain que c’est un phénix. Ce doit être l’un des hommes de Mordain…” Tournant vers les wraiths, je fis un geste vers l’un des groupes de combat. “Vous cinq, avec moi.”

M’envolant dans les arcs inférieurs et plus fins de la canopée, je filai en direction de la signature de mana. Elle venait des montagnes et se déplaçait rapidement, volant juste au-dessus de la cime des arbres. Alors que nous nous déplacions vers le sud et l’ouest pour l’intercepter, j’ai soigneusement masqué la moindre distorsion du mana des Wraiths.

Nous avons volé pendant une heure ou plus avant que nos chemins ne convergent. Les Wraiths et moi sommes descendus dans un arbre, cachés dans les ombres profondes, et nous avons attendu. Une minute s’est écoulée, puis le vent s’est brusquement levé et un grand homme est passé au-dessus de nous, envoyant une vague de mouvement à travers les larges feuilles qui le surplombaient.

J’ai fait signe aux autres et nous sommes partis à la poursuite du phénix. Agrona serait très heureux si cette aventure nous permettait de découvrir non seulement l’emplacement de la faille entre Dicathen et Epheotus, mais aussi celui du refuge longtemps caché de Mordain et des autres asuras qu’il avait chassés de chez eux.

Enfin, quelque chose va bien, ai-je pensé, ignorant soigneusement le picotement des souvenirs de Dame Aurore à l’arrière de ma tête.

CHUL ASCLEPIUS

Alors que je survolais plus profondément la Clairière des Bêtes et que je me rapprochais du Foyer, une douzaine de harpies écarlates jaillirent du couvert des arbres à ma droite et s’éparpillèrent, leurs cris tranchant mes oreilles comme des rasoirs. Je me suis arrêté, fronçant les sourcils pendant qu’elles s’envolaient. Scrutant les arbres en contrebas, je ne parvins pas à voir ce qui avait provoqué leur comportement inhabituel. Une bande de harpies ne se laisse pas facilement intimider ; elles ne fuyaient pas mon passage, c’était certain.

Les poils de ma nuque se dressèrent tandis qu’un frisson glacial parcourait ma colonne vertébrale.

Je me suis redressé, j’ai tourné sur moi-même et j’ai hurlé : ” Sortez ! Je sais que vous êtes là. Si vous souhaitez un combat, vous en avez trouvé un, alors sortez et revendiquez-le !”

J’ai conjuré le brise-soleil dans mes mains et j’ai poussé du mana à travers lui. Des flammes orange mijotaient dans les fissures, mais je veillais à ne pas laisser trop de mana s’échapper inutilement.

La forêt en contrebas se déchira.

Des centaines de créatures ailées et ombrageuses jaillirent dans les airs, tournoyant autour de moi comme un cyclone sombre, et des dizaines de pointes noires fines comme des aiguilles s’élancèrent vers moi depuis les ombres. J’ai balancé le Brise-Soleil avec toute la vitesse que je possédais, conjurant une goutte de flammes orange vif dans une fine nova. Le feu du phénix entra en collision avec le fer du sang et le vent du vide, puis le ciel devint un brasier.

Les flammes pleuvaient sur la canopée, et la forêt commençait à brûler.

Volant vers la droite, j’ai brandi ma masse et j’ai attrapé une faux floue qui s’abattait, le mouvement étant si rapide que je n’ai vu le grand homme laid qui la tenait qu’après que nos armes se soient déjà entrechoquées.

Trop tard, j’ai senti le sifflement d’une autre arme, et quelque chose m’a mordu le dos. Je m’éloignai de la faux en faisant tournoyer le Brise-Soleil en arc de cercle autour de moi, m’efforçant de contrôler le flux de mana pour renforcer à la fois mon arme et l’épaisse barrière qui recouvrait ma peau. Mes deux assaillants reculèrent, se fondant dans le mur de créatures d’ombre et de flammes flamboyantes.

Les créatures d’ombre se rapprochaient, leur vol en spirale s’accélérait. Baissant la tête, j’ai foncé dans le tumulte, pulsant rapidement du mana dans ma barrière pour me préparer à leur assaut. Je me suis heurté à une résistance invisible – une force de répulsion – qui reliait les créatures. Mon corps tout entier s’est mis à trembler, ma force étant égale à celle du cyclone qui m’entourait.

Avec un bruit semblable à celui d’un os qui se brise, le sort opposé s’est brisé et j’ai traversé le cyclone à l’air libre.

Deux hommes cornus m’attendaient de l’autre côté, tous deux enveloppés de mana sombre. L’un d’eux s’élança vers l’avant avec une lance semblable à un éclair noir, tandis que l’autre exhalait un nuage de ténèbres pures.

Je me suis arrêté d’un coup, envoyant la force de ma progression devant moi dans un élan contrôlé. L’homme à la lance de foudre tournoya autour de la vague de force visible, mais le deuxième homme n’était pas prêt et fut repoussé, le sort jaillissant de sa sale gueule s’interrompant avant de se manifester pleinement.

Derrière les Wraiths, la vague de force a explosé en une série de boules de feu.

Le briseur de soleil et l’éclair noir entrèrent en collision, et des vrilles s’enroulèrent autour de la poignée de mon arme et le long de mes bras, les engourdissant. Ma vision s’assombrit tandis que les ombres ailées grouillaient autour de moi par les côtés, cherchant à refermer la boucle de leur cyclone. Volant quelque part dans leurs profondeurs, je pouvais sentir trois autres signatures, indistinctes et difficiles à tracer.

J’ai lâché mon arme et me suis penché sur l’attaque du lanceur, forçant la lance à tomber et à s’éloigner avec un bras tandis que j’enfonçais mon autre coude dans la bouche de l’homme, lui faisant basculer la tête en arrière. Malgré mes bras engourdis, je tournai derrière lui, l’empoignai dans mes poings frémissants et le projetai sur son compagnon cracheur d’ombres.

La douleur m’a traversé le côté, et j’ai baissé les yeux pour voir la faux noire enfoncée profondément dans ma hanche, la longue lame courbée logée dans l’os. Avec un rugissement, j’invoquai à nouveau le briseur de soleil et le frappai contre la faux, la dégageant de mon corps et l’arrachant presque à l’emprise de l’homme gigantesque. Le coup s’est poursuivi dans le genou de l’homme, le déséquilibrant. Sous le coup physique, j’ai libéré une nova de force et de feu, projetant l’homme plus loin et déviant un barrage de lances en fer.

Les ombres ailées s’étaient de nouveau rassemblées autour de nous, tournant de plus en plus vite, et mes trois assaillants ont reculé dans le vortex, disparaissant de nouveau de ma vue.

Je considérai leur force, la sensation sombre de leur mana, et je sus qu’il s’agissait de Wraiths : les expérimentations du clan Vritra, issues de générations d’enchevêtrement contrôlé de sang basilic et alacryen. Un groupe de combat de Wraiths maniant la magie de l’attribut de décomposition des basilics.

J’ai laissé échapper un rire de surprise, mais j’ai retenu les railleries enthousiastes qui me sautaient aux lèvres. La force brute et une fin rapide du combat ne suffiraient pas à remporter cette bataille. Je devais garder à l’esprit les leçons que j’avais apprises en voyageant avec Arthur, et je devais faire durer mon pouvoir.

En levant le briseur de soleil au-dessus de ma tête d’une main, j’ai cherché les cinq signatures de mana à moitié cachées autour de moi, puis j’ai attrapé le mana atmosphérique d’attribut feu qui avait dérivé dans le ciel au-dessus de la Clairière des Bêtes, se prélassant dans la chaleur du soleil. Lorsque mon arme s’est abattue, des colonnes de feu sont tombées avec elle, brûlant le ciel comme les doigts d’un ancien dieu.

Le tourbillon de créatures d’ombre s’est évanoui, révélant les cinq formes sombres qu’il cachait. Les Wraiths dévièrent l’attaque avec une facilité extérieure, ne prenant pas la peine d’esquiver ou de se cacher à cause de son manque apparent de puissance. Alors que les colonnes de feu s’estompaient, une brume de mon mana s’y accrochait, faisant briller chaque Wraith comme un feu follet.

Il leur serait difficile d’utiliser l’abri de leurs sorts d’obscurcissement pour se cacher de moi maintenant.

En injectant du mana dans le Briseur de soleil, j’ai brandi la masse et j’ai libéré un éclair de lumière aveuglante. Des flammes crépitèrent tandis que l’arme décrivait un arc de cercle autour de moi, lançant plusieurs éclairs de flammes de phénix. Le mana a jailli de l’arme pour revenir en moi et je l’ai libéré sous la forme d’un solide rayon de force.

Le sort a attrapé le Wraith cracheur d’ombre dans le bras alors qu’il tentait de clignotait pour éviter l’éclair aveuglant et d’esquiver un bolt de feu beaucoup plus faible, qui a explosé dans l’air au moment où il passait à côté de lui. Son mana crépita contre le mien, puis la peau en dessous noircit et s’ouvrit.

Une pointe noire traversa ma barrière de mana protectrice, puis le muscle de mon épaule. Une deuxième a traversé mon flanc, et une troisième le haut de ma cuisse. Une aura de flamme rapidement conjurée m’enveloppa, brûlant le reste des projectiles.

Les ténèbres s’emparèrent de moi. Comme une ombre vivante, elle s’est enroulée autour de mon visage, couvrant mes yeux, mon nez et ma bouche. J’ai griffé le noir, mais ma main est ressortie vide.

Le briseur de soleil tournoya autour de moi, sur la défensive, tandis que je cherchais un moyen de me libérer.

Une secousse a frappé mon côté gauche. Une douleur mordante m’a traversé le côté droit. De minuscules griffes de mana me ratissaient et me mordaient de toutes parts.

Mon arme bougeait de plus en plus vite tandis que je la faisais tournoyer autour de moi, à la recherche de la bonne signature de mana. Ils m’avaient mis sur la défensive, ayant déjà repoussé le plus puissant de mes sorts, et je sentais leurs mouvements ralentir, leur attitude devenant confiante. Les signatures de mana des Wraiths clignotaient, à moitié supprimées et brouillées par la confluence de tant de sorts, mais ils ne s’étaient pas encore débarrassés de la brume persistante du feu du phénix qui leur collait à la peau.

Quelque chose m’a transpercé par le haut, traversant mon épaule et ma hanche avant de quitter mon corps par l’arrière de ma jambe. Quelque chose a traversé les ombres, noir sur noir, comme un éclair sombre, et mon corps a été secoué de spasmes.

Sans tenir compte de la douleur, je me suis concentré sur ma cible. La source de la noirceur suffocante était proche, plus proche qu’elle n’aurait dû l’être, plus encore, sa garde baissée. J’ai maintenu ma frappe alors même que mon sang s’échappait de mes blessures.

M’affaissant légèrement, j’ai poussé un soupir rauque et étouffé en serrant les dents et j’ai craché du sang.

Le noir se mit à tourbillonner, et je sentis le lanceur de sorts, maintenant juste devant moi, pointer son arme nonchalamment vers ma gorge.

J’ai brisé la barrière inhibitrice de contrôle autour de mon noyau, laissant mon mana inonder mon arme. D’un seul mouvement, j’ai balayé le Briseur de Soleil vers le haut, attrapant la poussée molle d’une lame de fer sanguin enveloppée d’ombres et incinérant l’arme et le bras à la fois.

Ma main gauche, affaiblie par la pointe qui me transperçait tout le corps, s’enroula autour d’une gorge invisible, et les ombres se déformèrent, me montrant brièvement le visage du Wraith, ses yeux écarquillés et horrifiés, sa bouche ouverte dans un hurlement d’agonie crachant des ombres.

“Tu t’es fait avoir par ma ruse”, ai-je grogné avant que le Briseur de Soleil ne traverse son crâne, dont des fragments noirs et brûlés ont été pulvérisés dans l’air tandis que sa gorge couverte de sang s’est libérée de mon emprise, envoyant le cadavre dégringoler vers la forêt en contrebas.

Les ombres se sont dissipées. Le Wraith à la lance de foudre hésita en se retournant pour regarder son compagnon dégringoler, tandis qu’une femme aux cheveux longs maudissait les autres pour qu’ils resserrent les rangs, même si ses créatures d’ombre conjurées rampaient sur moi, leurs griffes et leurs dents faisant des lambeaux de ma peau.

Juste devant moi, la faux du plus grand tranchait.

Lâchant le Briseur de Soleil, ma main droite s’est levée d’un coup sec et a saisi l’arme juste sous la lame incurvée, mais mon bras gauche a tremblé et a refusé d’écouter. La pointe de la faux traversa ma clavicule et descendit le long de ma poitrine, traçant une ligne déchirée et sanglante. Du coin de l’œil, je pouvais voir un pied de fer noir dépasser encore de mon épaule, sa longueur clouant tout mon corps comme un insecte sur un tapis.

J’ai tiré d’un coup sec la faux vers moi, et le grand Wraith a été entraîné vers l’avant avec elle. J’ai enfoncé mon front dans l’arête de son nez, puis j’ai explosé dans une aura de flammes une fois contre, envoyant le Wraith s’agiter au loin alors que son arme brûlait dans ma prise.

Les bêtes de l’ombre ont brûlé sur mon corps. Un éclair noir a dévié et s’est éloigné en décrivant un arc de cercle.

En tournant mes hanches et mes épaules, j’ai brisé la lance de fer sanguin qui me transperçait, et elle a suinté de mes blessures en même temps que mon propre sang.

La vague d’attaques suivante est arrivée trop vite pour que je puisse même verrouiller l’emplacement de mes ennemis et, malgré tous mes efforts pour l’économiser, je sentais déjà mon mana faiblir. Avançant vers les Wraiths, je profitai de l’écart dans leur nombre pour les forcer à se mettre sur la défensive. Je n’avais pas le temps de ralentir ou d’élaborer un plan d’attaque. Mes pensées devenaient lentes et troubles, incapables de suivre le rythme des quatre puissants ennemis, et les leçons de mon entraînement m’échappaient.

Le feu et les coups pleuvaient en direction du Wraith le plus proche, mais les invocations de l’ombre de l’illusionniste étaient partout, rampant sur moi, volant entre moi et ma cible, et même si je les repoussais et les empêchais de coordonner leur assaut, je ne faisais que peu de dégâts de mon côté.

L’aura de feu s’estompa bien trop tôt. Bien que mes nombreuses blessures n’aient aucune importance, mon noyau lui-même me faisait mal, comme si un poing de fer l’écrasait.

Je m’empêchai de jeter un coup d’œil en direction du foyer. Les Wraiths m’avaient suivi et n’avaient attaqué que lorsque j’avais découvert leur présence. Ce n’était pas moi qu’ils chassaient. C’était le foyer.

Je fis un sourire vicieux et crachai une gorgée de sang. “J’ai pris une vie aujourd’hui, alors que vous n’avez réussi à verser que quelques gouttes de sang. Continuez à courir et vous rejoindrez tous les morts !”

La lance en forme d’éclair a jailli vers moi. Je l’ai écartée. Une grande lance de fer sanguin a surgi d’une ombre passante et s’est dirigée vers ma gorge. Je l’ai attrapée grâce au briseur de soleil et l’ai brisée. Des gerbes de flammes incontrôlées jaillirent de mon corps et de mon arme, brûlant les invocations d’ombres mais accélérant l’épuisement de mon mana.

Un engourdissement glacial s’est emparé du côté gauche de mon corps. Je le regardai fixement, sans comprendre tout de suite.

Le sang s’écoula de moi en un rideau, chassant le bras et la jambe qui venaient de m’être coupés, pompant furieusement des moignons restants. Je crus encore voir l’image rémanente de la faux noire dans l’air, là où elle m’avait traversé, me séparant de mes membres.

Je vacillai, manquant de tomber du ciel, mon vol interrompu par le choc amer qui tentait de s’emparer de mon esprit.

” Bah “, crachai-je à nouveau en agitant Briseur de Soleil devant moi, les fissures s’illuminant d’un orange vif alors que l’air s’y engouffrait. “Un seul bras suffit, c’est tout ce dont j’ai jamais eu besoin, je-“.

Un anneau de pointes de fer sanguin a poussé à partir des ombres ailées, planant autour de moi. Des éclairs noirs les frappèrent, enchaînant les pointes les unes aux autres de façon à former une barrière solide. Au-delà de cette barrière, le géant à la faux est apparu. Il était brûlé et penchait d’un côté même en vol, mais son visage n’était pas marqué par l’expression de la douleur. Au contraire, il souriait.

“Tu sembles vouloir mourir, asura. J’aimerais pouvoir te faire ce cadeau, mais ce n’est pas mon rôle aujourd’hui.” Sa voix rauque se resserra sous l’effet de l’excitation tandis qu’il poursuivait. “Mais la douleur que tu éprouveras dépendra de la durée de ce conflit insignifiant.”

Des flammes s’allumèrent sur mes blessures, brûlant ma chair et les scellant, emplissant l’air d’une odeur de fer chaud tandis que mon sang bouillait. “Ne crois pas que tu puisses m’apprivoiser avec ces petits mots. Même ton espèce cruelle n’a pas inventé une douleur capable de me briser. Soit je repars d’ici victorieux et tes cendres fertiliseront la forêt en contrebas, soit je mourrai d’une mort de guerrier et mes compagnons abattront une puissante vengeance en guise de récompense.”

Le wraith se moqua et échangea un regard avec l’invocateur. Elle jeta ses longs cheveux et haussa les épaules.

“Ensuite, nous prendrons le reste de tes membres, un par un”, poursuivit le wraith.

Il fit un signe de la main, et la toile de fer et d’éclairs commença à se refermer sur moi. Je savais que mes forces faiblissaient, mais j’en avais encore assez pour utiliser au moins un bras.

J’ai injecté dans mon arme autant de mana que le permettait mon noyau qui se plaignait, et je me suis élancé de toutes mes forces. Les flammes sautèrent et s’enroulèrent autour des fissures, créant des halos de feu blanc autour de la tête ronde et laissant une queue d’étincelles floues dans son sillage.

Le briseur de soleil rencontra la foudre noire et le filet de fer sanguin combinés.

Le feu du phénix se déchaîna contre le mana à l’attribut de décomposition des Wraiths. Le fer sanguin se tordit et l’éclair déviant de feu d’âme se brisa. L’énergie se déchira sous les coutures, se fracturant vers l’extérieur sous forme d’éclats de mana, les sorts rompus s’écrasant sur les Wraiths comme une marée de mort dévorante.

Le Wraith armé d’une faux recula alors même que mon élan me portait à travers le linceul de mana brisé, mon arme visant sa tête. Sa faux s’est levée, mais trop lentement. Des ombres tirèrent sur mon bras, se durcirent entre nous et éloignèrent le Wraith simultanément, mais la lumière blanche et pure de mon feu les écarta.

À la dernière seconde, le Wraith s’est baissé, et le Briseur de Soleil a heurté le côté d’une corne, la cisaillant de sa tête.

Animé par sa propre soif de sang ennemi, le Briseur de Soleil se déplaça à nouveau, tombant vers le crâne du Wraith alors même que l’ombre et le fer s’écrasaient tout autour de moi, puis…

La lumière s’est assombrie. L’arme s’est libérée de ma poigne molle, tourbillonnant dans les arbres en feu en contrebas. Le feu dans mon noyau s’est éteint, et j’ai commencé à tomber tandis que le contrecoup m’emportait.


Commentaire

4.9 11 votes
Note
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
bill-jerry GNIDEHOUE
7 mois il y a

Eh bah dis donc…
J’ai pas les mots. Gg à vous la trad

Mycka Icarima
7 mois il y a

Si on résume pendant qu’Arthur fait la fête à Epheotus, on a Cecilia qui fait de l’archéologie, Chul qui tente des 1 vs 6 et on souligne encore l’utilité des dragons sur Dicathen et leur mission de “Protéger contre Agrona”

Hippolyte Douis
7 mois il y a
Répondre à  Mycka Icarima

oui en gros

error: Le contenu est protégé !
4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser