the beginning after the end Chapitre 446

Marqués par les cicatrices

Traducteur: Ych
—————

ARTHUR LEYWIN

Roulant sur le dos, je me suis détourné de l’endroit où le portail de distorsion tempus avait disparu. Quelque chose à proximité émettait un bourdonnement faible mais inquiétant tandis qu’une faible lumière se répandait dans le jardin : la distorsion tempus elle-même. Elle brillait faiblement et dégageait suffisamment de chaleur pour flétrir les fleurs qu’elle avait écrasées il y a quelques secondes à peine.

J’ai fixé l’artefact pendant bien trop longtemps, en m’efforçant de comprendre. Je ne pensais pas du tout à la distorsion temporelle. Mon esprit était plutôt partagé entre le champ de bataille de Nirmala et le noyau situé dans mon sternum. L’artefact était un linceul distrayant à jeter sur le reste de mes pensées. Je n’étais pas prêt à commencer à analyser tout ce qui venait de se passer.

Il y a eu un mouvement du coin de l’œil, et Sylvie est apparue à côté de moi. Elle ne pouvait pas dissimuler sa peur. Ses mains se sont appuyées contre mon flanc, là où ma propre lame d’éther m’avait transpercé, entraînée par la concentration du mana de Cecilia. Les yeux de Sylvie se sont fermés hermétiquement et j’ai senti son esprit sonder le mien, ma blessure, mon noyau. Je pouvais sentir qu’elle cherchait les arts vivum qu’elle avait appris à Epheotus, tout comme je pouvais sentir le vide de la réponse de sa magie.

Son affinité avec l’éther a changé. Sa perception avait été réécrite.

J’ai attrapé ses mains et ses yeux se sont ouverts, effrayés. Je suis certain que ça ira, j’ai juste besoin d’un moment pour guérir.

‘Mais ton noyau, et si…”

“J’ai guéri de bien pire”, ai-je dit à voix haute, un sentiment qui a été mis à mal lorsque l’effort pour parler m’a fait entrer dans une quinte de toux et que j’ai craché une bouchée de sang. “Est-ce que Chul…”

“Inconscient”, dit-elle doucement, la voix serrée par l’inquiétude. “Contrecoup, je pense, d’avoir essayé de conserver sa forme de phénix”.

J’ai hoché la tête. Le mouvement m’a envoyé des doigts de douleur qui m’ont griffé.

La lumière inonda la cour tandis que des projecteurs magiques jaillissaient d’une douzaine de directions. Les gardes se sont activés un instant plus tard, protégeant les portes et les fenêtres du manoir devant lequel nous avions atterri.

Il n’a cependant pas fallu longtemps pour que la porte d’entrée s’ouvre et que la protection tombe à nouveau. Darrin Ordin est sorti, drapé dans une robe de chambre et frottant le sommeil de ses yeux, qui brillent d’une lumière un peu sauvage ; manifestement, nous l’avons réveillé.

Il agita la main et les artefacts lumineux qui nous éblouissaient s’atténuèrent, me permettant d’apercevoir plusieurs visages regardant par les fenêtres de la demeure. “Grey, qu’est-ce que… par les dents de Vritra !” souffla-t-il, se précipitant à travers la cour pour se tenir à mes côtés. Il regarda de ma blessure à mon visage, puis à mes compagnons, et enfin de nouveau vers moi, son visage pâle. “Viens, on va te mettre à l’intérieur, cette blessure a besoin…”.

“Non”, ai-je dit en me forçant à me mettre à genoux. “Ça va aller. J’ai juste… besoin d’un moment.”

Mon esprit s’est déplacé à l’intérieur, se concentrant sur mon noyau. L’entaille à sa surface grouillait d’éther ; les particules violettes se pressaient dans l’éraflure, où elles se compactaient avant de se fondre dans la surface du noyau. Pendant tout ce temps, l’éther s’écoulait également du noyau, alimentant la lente guérison. Seul un filet est revenu, l’éther atmosphérique gravitant vers mon armure avant d’être aspiré dans le noyau blessé pour le purifier.

Le coup porté à mon noyau avait été indirect, la blessure qui en avait résulté n’avait pas suffi à percer la dureté de l’extérieur. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti la peur d’une blessure ; cela l’a fait revenir en force.

Si elle avait réussi un coup plus direct, mon noyau aurait pu être paralysé.

‘L’absorption de mon mana a dû lui donner un petit aperçu de l’interaction entre le mana et l’éther’, répond Sylvie en se mordant la lèvre. Je ne suis pas sûr de comprendre ce qui s’est passé.

À côté de Sylvie, les yeux de Darrin sont restés fixés sur mon côté, où le sang continuait de couler.

Elle a enroulé suffisamment de mana autour de ma lame pour pouvoir me la renvoyer de force. J’étais confus, pris au dépourvu, et lorsque la deuxième décharge de mana s’est déclenchée, enfonçant la lame à travers moi, j’ai réagi trop lentement.

J’ai senti une fraîcheur soudaine dans mon flanc alors que, petit à petit, l’éther commençait à s’écouler de mon noyau vers ma blessure, recousant les muscles, les os et les organes internes. Le flux de sang a commencé à ralentir.

Autour de mon noyau, la plus grande partie de l’éther avait comblé l’égratignure, bien que la cicatrisation ait laissé une légère cicatrice et consommé la plus grande partie de l’éther de mon noyau. La cicatrice elle-même me démangeait, plus comme une sensation renvoyée à l’arrière de mon esprit que sur la surface du noyau lui-même. Je ne pouvais pas m’en détacher ; comme un soldat qui regarde une blessure fraîchement guérie dans le miroir, je poussais mentalement le tissu cicatriciel, m’enfonçant dans l’inconfort en essayant de le comprendre.

Ce n’est que lorsque la peau lacérée de mon côté a commencé à cicatriser que je me suis détournée de la cicatrice, pour tendre timidement la main vers mes godrunes. Pas pour les activer, juste pour s’assurer qu’ils sont réactifs. Le Requiem d’Aroa a fait vibrer ma colonne vertébrale, puis Realmheart a brûlé et mis en évidence le mana atmosphérique qui nous entoure. Ils ont fonctionné comme prévu, même si les deux étaient… plus lourds qu’ils n’auraient dû l’être.

Je suis fatigué, et mon noyau est presque vide. En soupirant, j’ai relâché l’éther canalisé et j’ai fermé les yeux, m’accordant le temps nécessaire pour guérir.

J’ai entendu Darrin retourner à sa maison, probablement pour informer les enfants de ce qui se passait. Sylvie a quitté mon côté pour vérifier à nouveau l’état de Chul, son inquiétude s’attardant au fond de mon esprit à travers notre connexion.

Lorsque ma blessure a été guérie, je me sentais vraiment épuisé. Je ne me souvenais pas que mon noyau ait été aussi sollicité depuis longtemps, et certainement pas depuis la formation de sa troisième couche. J’aurais besoin de temps pour récupérer et absorber de l’éther – bien plus que le maigre éther atmosphérique disponible ici.

En me levant, j’ai ouvert les yeux et j’ai regardé à nouveau la distorsion du tempus.

Le bourdonnement s’était calmé, tout comme la lueur de la fuite de mana. En dégageant l’artefact du massif de jardin en ruine, je me suis rendu compte qu’il était chaud au toucher et qu’une fine fissure courait sur le côté du métal martelé. Curieux, j’ai utilisé ma maigre réserve d’éther pour canaliser le mana nécessaire à l’activation de l’appareil. La démangeaison de la cicatrice s’est accentuée.

La distorsion temporelle a répondu à mes efforts, mais elle s’est éclairée même à cette application mineure de mana.

“Tu ne pourras pas l’utiliser plus d’une fois ou deux maintenant”, dit Darrin en réapparaissant dans sa cour, vêtu d’une simple tunique de voyage et de pantalons. Quand je l’ai regardé, il a hoché la tête à la distorsion tempus. “Ils ne durent qu’un temps, même ceux qui sont puissants comme ça. Je ne suis pas sûr de lui faire confiance avec cette fissure.” En souriant, il m’a tendu la main et je l’ai prise fermement. Son regard s’est abaissé à l’endroit où mon armure s’était refermée sur l’entaille. “Heureux de voir que les choses n’étaient pas aussi mauvaises qu’elles en avaient l’air”.

“Je n’en suis pas encore sûr”, marmonnai-je avant de me rattraper et de lui rendre son sourire à demi-mot. “Désolé d’avoir semé le trouble dans ton foyer. C’était le seul endroit auquel je pouvais penser compte tenu de la situation dans laquelle nous nous trouvions. Mais nous ne pouvons pas rester longtemps. Je dois juste remettre mon compagnon sur pied et…”

“Grey-Arthur, il y a des choses que tu dois savoir”, dit Darrin, la voix basse et pressante, l’expression tendue. “Alaric est ici. Il n’a bien sûr pas été réveillé par l’alarme de périmètre, ce vieux ivrogne, mais il aurait dû sortir du lit et enfiler un pantalon à présent. Avant de partir, tu devrais entendre ce qu’il a à dire.”

Le sérieux de Darrin m’a fait réfléchir. Après un moment d’hésitation, j’ai acquiescé.

Après avoir récupéré le tempus warp, nous avons transporté le corps inconscient de Chul dans la maison et l’avons allongé sur un canapé. J’ai laissé Sylvie veiller sur lui, et Darrin a renvoyé ses nombreux gardes dans leurs chambres, y compris Briar, qui était frustrée.

Lorsque nous sommes entrés dans le bureau, Alaric était déjà là, et s’était bien sûr déjà servi un verre. Derrière lui, à l’endroit où je l’avais laissé, se trouvait la moitié active de la boussole, qui bourdonnait en ignorant joyeusement tout ce qui s’était passé depuis la dernière fois que je l’avais utilisée.

Alaric m’a regardé d’un air méfiant lorsque je me suis assis en face de lui. L’épuisement me tenaillait de toutes parts, mais je voyais bien que cet ascendeur était tout aussi fatigué que moi.

“Vieil homme”, ai-je dit.

“Chiot”, a-t-il répondu avec un grognement. Prenant une boisson fortifiante, il soupire et enfonce sa paume dans une orbite. “Alors, puis-je supposer que c’est ton retour sur notre beau continent qui a déclenché une telle tempête de merde ?”.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” J’ai demandé, en me penchant en arrière sur ma chaise et en croisant les bras.

Alaric a levé les mains, réussissant tant bien que mal à ne pas renverser son verre. “Qu’est-ce que je veux dire, dit-il.” Il jette un coup d’œil à Darrin, qui se contente de hausser les épaules. ” Résistance, mon garçon. Contre-offensives. Les hauts sangs se retournent contre nous. Des armées jaillissent du sanctuaire d’Agrona pour reprendre des villes qu’il avait abandonnées. Je parle de plusieurs mois de gains perdus en une semaine.”

Darrin regardait fixement ses mains. Les yeux rouges d’Alaric étaient rétrécis alors qu’il me fixait au loin. Ils étaient tous les deux épuisés… et effrayés, j’ai réalisé.

“Dis-m’en plus”, ai-je dit en me penchant en avant. “Seris devrait savoir ce qui se passe”.

Alaric se moque et vide son verre avant de se lancer dans une explication amère mais détaillée des nombreuses pertes que la rébellion a subies rien que la semaine dernière.

La force de Seris n’avait jamais été assez importante pour mettre en place des armées et lancer des attaques directes contre les souverains ; ces derniers avaient compté sur le contrôle de Seris sur Sehz-Clar pour maintenir un certain niveau d’influence. En dehors de Sehz-Clar, les combats se sont largement déroulés dans l’ombre grâce aux espions et aux agents qu’Alaric et ses relations ont organisés. Après que Seris se soit retiré dans les Relictombs, une grande partie du travail actif de la rébellion est devenue clandestine. Cependant, grâce aux actions de quelques braves hauts-sangs , ils avaient gagné et gardé le contrôle d’une poignée de villes à Truacia, Vechor et Sehz-Clar.

Ces villes avaient été des étapes essentielles pour d’autres efforts, principalement le ravitaillement. Selon Alaric, les tentatives de reprise des villes avaient été minimes, les forces de la rébellion ayant remporté une poignée de victoires inattendues dans les semaines qui ont suivi la chute de Sehz-Clar.

Mais en l’espace de quelques jours, ces villes sont tombées, les hauts sangs qui les contrôlaient ayant demandé à leurs troupes de se retirer ou ayant été exécutés par des équipes d’assaut loyalistes. Pour ne rien arranger, le réseau de relations, d’informateurs, d’espions et d’opérateurs d’Alaric était pris pour cible et assassiné.

“Et pas un par un, mais en putain de masse”, gémit-il, les joues rouges sous sa barbe mal entretenue. “J’ai dû envoyer mes parents se cacher dans les collines. C’est difficile d’y voir clair, mon garçon. Comme si quelqu’un avait jeté un interrupteur maudit par les Vritra et déclenché un déluge de mort.”

Nous avons continué pendant un certain temps, Alaric se plongeant dans des situations plus spécifiques tandis que j’écoutais et tentais de tout digérer. En retour, je leur ai expliqué ce que Seris et moi avions prévu et je leur ai raconté les événements de Nirmala.

Peu avant l’aube, Chul s’est réveillé, et lui et Sylvie nous ont rejoints malgré mes protestations pour qu’il continue à se reposer.

“Je me suis reposé trop longtemps. Ce corps a des envies de racheter sa pathétique prestation pendant le combat”, dit-il, abattu.

“Tu as été mal assortie”, ajoute Sylvie. “Si tu avais affronté n’importe quel autre faux, tu aurais…”

“Non, il a raison”, ai-je ajouté. “C’était pathétique – mais moi aussi. La meilleure chose à faire est d’en tirer des leçons, d’assumer nos erreurs et de devenir plus forts.”

En grinçant des dents, Chul s’est posté dans le coin du bureau et a jeté un coup d’œil autour de lui pendant le reste de la conversation.

Les champs ondulés visibles par la fenêtre du bureau passaient tout juste du noir au gris orangé avec les premiers rayons de la lumière de l’aube lorsque nous avons été interrompus à nouveau.

Un coup soudain et rapide sur la porte du bureau nous a tous fait sursauter, mais avant que quelqu’un puisse demander l’entrée, la porte a éclaté et Briar s’est précipitée à l’intérieur. “Maître Darrin ! Une émission – rapidement – d’Agrona !”

Nous avons tous échangé un regard méfiant, puis nous nous sommes empressés de la suivre dans un salon équipé d’un grand cristal de projection. Une image des montagnes Basilisk Fang défilait à toute vitesse sur la surface du cristal. Lorsque je suis entré dans le champ télépathique, j’ai entendu une voix nerveuse et éveillée dans ma tête : “… Je répète : un message obligatoire du Haut Souverain lui-même sera diffusé dans deux minutes. Tous les Alacryens doivent l’écouter. Je répète, un message obligatoire…”

J’ai fait un pas en arrière hors du champ et j’ai jeté un regard curieux à Darrin.

En fronçant les sourcils, il a haussé les épaules. “Les émissions forcées ne sont pas inédites, mais elles sont plutôt rares. Nous n’en avons même pas eu après ce qui s’est passé à la Victoriade.”

“L’artefact de projection s’est juste activé et a commencé à bredouiller le message obligatoire”, a ajouté Briar, les bras croisés en lançant un regard à la projection.

“Alors, un message d’Agrona Vritra lui-même”, songe Chul en entrant et en sortant du champ télépathique. “Si seulement je pouvais frapper son visage diabolique à travers cet artefact de cristal”.

Les sourcils d’Alaric se sont levés et il a jeté un regard amusé à Chul. “Je commence à voir où sont ses forces et ses faiblesses”.

J’ai souri faiblement. “Si seulement nous le pouvions, Chul”.

Nous avons tous attendu en silence que le message répétitif s’arrête et que la scène se fonde.

Un visage est apparu sur la projection de cristal.

“C’est vraiment le Haut Souverain en personne…” Briar a murmuré, un frisson la parcourant.

Agrona semble austère, mais sa sévérité est quelque peu atténuée par l’ornementation scintillante de ses cornes. Il nous a fixé du cristal de projection pendant plusieurs secondes avant de prendre enfin la parole.

“Mon peuple d’Alacrya”, commença-t-il, ses mots déterminés et clairs, ” enfants des Vritra. Aujourd’hui, je m’adresse directement à vous… à chacun d’entre vous. Écoutez attentivement, car mes paroles sont pour vous.”

Il a fait une nouvelle pause et j’ai jeté un coup d’œil dans la pièce ; une poignée d’adolescents étaient présents, ainsi que Sorrel, la domestique de Darrin. Ils avaient tous l’air ensorcelés. Seuls Alaric, Chul et moi semblions capables de garder une distance mentale avec ce que nous voyions. Même Sylvie avait les yeux écarquillés, ses lèvres s’écartant légèrement alors qu’elle était absorbée par cette vision. Mais je pouvais sentir ses émotions et certaines de ses pensées, et la sienne était une raison très différente de s’investir autant.

‘Mon père…’ m’envoya-t-elle, sentant mon esprit toucher le sien. ‘Je ne peux pas m’empêcher de me poser des questions… cela semble toujours aussi improbable. Qu’est-ce qui a pu réunir Sylvia Indrath et Agrona Vritra ?’

Même à travers la projection, sa force de personnalité était claire. S’il y avait eu un moment avant qu’Agrona Vritra ne s’abandonne à ses pulsions cruelles et sociopathes, c’était peut-être à ce moment-là que Sylvia était tombée sous son charme. Ou peut-être qu’il avait toujours été le même mais qu’il l’avait trompée en lui faisant voir quelque chose qui n’était pas là.

J’ai scruté attentivement le visage captivé de Sylvie.

Agrona n’hésitait pas à manipuler même ses proches, après tout. Grâce à un sort implanté dans son œuf avant sa naissance, il avait pu habiter son corps même depuis Alacrya. Cette révélation avait failli briser la confiance entre Sylvie et moi. Je ne pouvais qu’espérer, maintenant, que sa mort et sa renaissance avaient rompu ce lien, mais cela m’inquiétait que nous n’ayons aucun moyen d’en être sûrs.

“Depuis des mois, ce continent est divisé par les conflits de la rébellion et de la guerre civile”, poursuit Agrona. “Soyez assurés que je n’ai aucune mauvaise volonté à l’égard de ceux d’entre vous qui ont participé à ce conflit. Un tel concours de volontés, que ce soit entre compatriotes, généraux ou même souverains, ne fera jamais que vous renforcer en tant que peuple à long terme. Les conflits sont nécessaires pour grandir en puissance.”

Il a fait une pause, ses yeux écarlates semblant se fixer dans les miens. “Mais les querelles au mauvais moment peuvent aussi nous affaiblir tous, et c’est pourquoi je m’adresse à vous maintenant. Les portes d’Epheotus ont été ouvertes et les dragons ont défilé. Déjà, ils ont contré une grande partie de notre travail à Dicathen, réduisant à néant le bien pour lequel vous et votre sang vous êtes battus, pour lequel vous êtes morts. Mais leur violence ne s’étend pas seulement à ce continent lointain. Ils ont versé du sang ici même, à Alacrya, au cœur d’Etril.”

L’expression d’Agrona s’est durcie, ses yeux brûlent comme du feu. “Un dragon a assassiné le souverain Exégès avant de s’enfuir comme un lâche dans la nuit. Des milliers de témoins ont vu l’asura planant au-dessus de son palais, insufflant du mana et de la mort. Une centaine d’employés du palais sont morts avec lui, impuissants face à un tel assaut – des Alacryens ordinaires, réduits en poussière pour le seul crime d’avoir travaillé en faveur d’un clan différent.

“La guerre entre Alacrya et Dicathen est terminée. Il doit en être de même pour ce conflit entre tous les Alacryens loyaux et les partisans de Seris la sans-sang. Les dragons ont l’intention de s’emparer de Dicathen et d’Alacrya. Les mêmes êtres qui ont inventé le mensonge de la divinité asuran – ceux qui se sont longtemps cachés à Epheotus et n’ont offert qu’un jugement sur ceux qu’ils appellent les ” inférieurs “, n’apportant aucune aide en termes de provisions ou de magie, dont les attaques sur ce continent ont créé la mer de la Gueule de Vritra et mis fin à cent mille vies – ont maintenant décidé de prendre tout ce que vous et vos ancêtres de sang avez travaillé si dur à construire.”

Dans le silence qui suivit, le seul son fut le soupir incrédule de Chul.

“En raison de l’interférence de l’allié des dragons, la lance Arthur Leywin…”

J’ai cligné des yeux, pris au dépourvu par sa mention de moi. Plusieurs personnes dans la salle se sont retournées pour jeter un coup d’œil dans ma direction.

“-Je n’ai pas pu préparer Dicathen à cette éventualité, mais je protégerai Alacrya et tous ceux qui se disent encore loyaux Alacryens contre les dragons envahisseurs.” Le menton d’Agrona était relevé, sa voix devenant plus forte et plus fière au fur et à mesure qu’il parlait. “Avec votre aide, bien sûr. Ce continent doit rester fort, uni sous mon autorité. Le temps des faux et des souverains, la domination du clan Vritra, est révolu. Maintenant, moi, Agrona, je vais personnellement vous guider à travers les dangers à venir.”

Son expression s’est adoucie et il nous a offert un sourire compréhensif. “Aucune punition ne sera infligée à ceux qui ont participé à cette rébellion tant qu’ils déposent les armes et retournent immédiatement à leur vie. Mais, comme je ne peux accepter aucune discorde interne qui nous affaiblirait face à cet ennemi, tous ceux qui refusent seront traités immédiatement et avec préjudice. Appelez vos sangs, vos voisins et vos amis à mettre de côté leurs petits griefs pour l’instant. Demain, nous ferons un pas en avant en tant que nation. Unifiés”.

Agrona serra la mâchoire et hocha subtilement la tête, faisant osciller et scintiller les ornements de ses cornes. Puis la projection s’est estompée et le cristal s’est éteint.

Le silence a suivi. Lentement, les enfants se sont retournés pour regarder Darrin, mais c’est moi qu’il regardait. Le regard d’Alaric était posé sur le sol, une mine renfrognée gravée sur sa peau ridée. Chul me regardait aussi, comme s’il prenait sa queue à ma réaction, mais Sylvie s’était éloignée, dos à la pièce et l’esprit fermé.

“Allez-y, vous autres”, dit Darrin au bout d’une minute. “Pas d’entraînement ni de corvées aujourd’hui. Allez vous amuser.”

Briar a reniflé. ” Plutôt, allez mariner dans nos angoisses existentielles. ” Mais elle, comme les autres, a fait ce qu’on lui a dit et a quitté le salon en traînant les pieds.

Comme la domestique ne suivait pas immédiatement – elle fixait toujours le cristal de projection, une expression de stupeur sur son visage pâle -, Darrin posa sa main sur son épaule. “Sorrel ?”

Elle sursaute et porte une main à sa bouche pour retenir un faible cri. “Désolé, Maître Ordin. E-excuse-moi”. Elle s’est levée en tremblant et s’est précipitée hors de la pièce.

En la regardant partir, j’ai réfléchi au message d’Agrona. Pas tellement sur les détails, mais sur l’intention. Comment cela affecterait les gens. Les gens ordinaires comme Sorrel.

“C’est intéressant qu’il t’ait appelé par ton nom”, remarque Darrin. “T’aligner avec les dragons l’aidera à retourner contre toi la popularité que tu as acquise en Alacrya.”

“Mais pourquoi ton peuple soutiendrait-il ce serpent plutôt que les dragons ?”. Chul gronde, passant sa main dans ses cheveux orange, faisant serpenter la nuance plus foncée et scintiller comme de la fumée. “Mon clan ne porte aucun amour au tyran Indrath, mais il n’est pas pire qu’Agrona”.

“Le diable que tu connais”, a répondu Alaric, sa voix étant un grognement bas et fatigué. “Quel meilleur moyen de faire oublier aux gens à quel point les Vritra les ont horriblement traités que la menace d’une vie sous le talon de la botte d’un autre clan asura. Et toi ” – il pointa mon torse d’un doigt ridé – ” tu leur as donné le parfait petit morceau de propagande. ” Il a secoué la tête et s’est écroulé sur une chaise, les doigts pétrissant ses tempes.

“Au moins, cela explique le soudain revirement de nos fortunes”, dit Darrin, l’inquiétude se dessinant clairement sur ses traits tandis qu’il observe Alaric. “Agrona doit avoir préparé ce coup depuis un certain temps. L’assassinat de… eh bien, attendez un instant.” Il m’a jeté un regard confus. “Alors, il met la mort d’Exeges sur le dos des dragons, une chose assez facile à faire même si tu n’avais pas emmené un vrai dragon au palais pour assassiner Exeges… mais qui a vraiment tué le souverain, alors ?”.

Il se concentre sur Sylvie. “Dame…ah, pardonne-moi si c’est une question imprudente, mais est-il possible que ce soit ton…sang ? Kin ? Les autres dragons ?”

Sylvie haussa les épaules et secoua la tête en même temps, faisant sautiller ses cheveux blonds comme les blés autour de ses cornes. “Je n’en suis pas sûr, mais… je n’avais pas l’impression qu’un dragon était passé par là”.

Le regard de Darrin se porte à nouveau sur moi. “Alors qui, à ton avis ?”

Ses mots étaient comme un chum sur la surface agitée de mes pensées. Je n’avais pas plus d’idée de qui aurait pu tuer le souverain que lorsque nous avions trouvé le cadavre pour la première fois. J’avais la certitude qu’il ne nous manquait qu’un petit détail pour nous aider à rassembler les pièces du puzzle.

Pourquoi ce mystère me ramène-t-il à la troisième clé de voûte manquante ?

‘Tu penses qu’ils sont liés ?’ Sylvie y réfléchit à son tour. Je pouvais voir au ton de ses pensées qu’elle n’était pas convaincue. ‘Comme… une tierce personne qui se trouve être sur le même chemin que nous ?’

En soupirant, j’ai pris le siège en face d’Alaric et j’ai passé une main sur mon visage d’un air fatigué, en m’efforçant de penser à la démangeaison de la cicatrice. “Je ne sais pas”, ai-je dit, répondant ainsi à la fois aux questions de Sylvie et de Darrin. C’est possible, ai-je ajouté mentalement à l’intention de Sylvie.

J’ai haleté, attirant les regards méfiants de tout le monde sauf de Sylvie, qui suivait mes pensées au fur et à mesure.

“Ça va, Arthur ?” demande Darrin.

“Oui, juste… laisse tomber”, ai-je dit, sachant que je ne pouvais pas expliquer mes pensées à Darrin.

Le sauveur de tes rêves des Relictombs, la voix que tu as entendue. Ta renaissance et ton changement d’affinité avec l’éther, le fait que tu existais pour sauver mon âme avant ta naissance. Cela pourrait créer une sorte de paradoxe, n’est-ce pas ? Et s’il y a vraiment une tierce personne ? Avec les arts aevum impliqués, il pourrait même s’agir de nous, qui nous déplaçons dans une ligne temporelle parallèle ou…

J’ai laissé tomber, sentant les pensées de Sylvie se heurter aux miennes.

‘L’explication la plus simple est souvent la plus exacte’, dit-elle en citant un érudit dont nous avions toutes les deux entendu parler à l’Académie Xyrus. ‘Peut-être que je me trompe, mais la relique, le souverain et mon sauveur ne me semblent pas liés. Cependant, pour les besoins de l’argumentation, si nous sommes remontés dans le temps pour réclamer la relique, où se trouve-t-elle ? Et si tu avais l’intention de tuer Exeges, pourquoi aller plus loin et le tuer ? Parce que tu étais voué à l’échec ?’

Pas moi, mais… toi. Malgré ses arguments, je commençais à y voir plus clair. Lorsque ta connaissance de la branche aevum de l’éther sera suffisamment approfondie, tu pourras peut-être remonter le temps et réclamer la relique. Si la bataille contre Exeges s’avérait trop difficile, Cecilia aurait pu prendre le dessus sur moi par la suite. Et… et si la voix que tu entends était la tienne, des messages envoyés à travers le temps ?

Sylvie a réfléchi un instant, m’observant attentivement. ‘As-tu déjà entendu parler d’un art de l’éther qui permet de remonter le temps?’

Le requiem d’Aroa peut remonter le temps, ai-je fait remarquer.

‘Ce n’est pas la même chose. Du moins, pas tout à fait.’ Elle m’a jeté un regard acéré.

Qu’en est-il alors de ton séjour sur Terre, où tu observes ma vie ? Qu’est-ce que c’était si ce n’est un voyage dans le temps ? Je…

Elle se pince les lèvres, son scepticisme ne faisant que croître. Mais je n’ai pas pu faire de changements. Tu n’as jamais su que j’étais là.

Je l’admets, je suis en train de chercher des réponses, avouai-je, m’appuyant en arrière sur la chaise et laissant échapper un soupir. Je tourne en rond, même. “La plus simple explication est souvent la bonne”, répétai-je à voix haute.

Darrin a levé les yeux de ses propres pensées. Alaric se gratte la barbe mais garde les yeux sur son ventre. Chul fait craquer son cou et fait les cent pas dans la pièce.

“Mais tuer un souverain – un asura de plein sang – n’est pas une tâche simple. Il existe cependant une courte liste de ceux qui auraient pu le faire.” J’ai brandi mon poing, tous mes doigts recroquevillés vers l’intérieur. Levant l’index, j’ai dit : “Un autre souverain”.

“Ou un dragon”, a dit Sylvie, et j’ai levé un deuxième doigt.

“Les Wraiths sont entraînés à tuer les asuras”, ai-je dit en levant un troisième doigt.

“Toi ?” dit Chul, en s’arrêtant et en penchant la tête sur le côté. ” Mais bon, je sais que ce n’était pas toi. Hm. Les autres membres de mon clan ont renoncé depuis longtemps à être des guerriers, mais cet Exeges ne me semblait pas très fort non plus. Mordain ou l’un des autres aurait pu le tuer, peut-être.”

En acquiesçant, j’ai levé mon petit doigt.

“Agrona”, a grogné Alaric. “Ou son animal de compagnie L’Héritage. D’après les rapports d’un de mes amis sur les lignes de front à Sehz-Clar, cette salope contre nature peut aspirer le mana à l’intérieur de toi.”

J’ai laissé tomber ma main en réfléchissant à ce qu’il avait dit. Mes yeux se sont posés sur ceux de Sylvie alors que j’imaginais le cadavre d’Exeges. Une peau cendrée et tendue, une apparence enfoncée, des yeux aveugles et incolores, comme si le sang avait été drainé de son corps….

” Mais Cécilia semblait aussi surprise que nous de trouver le souverain mort “, dit Sylvie en réfléchissant à voix haute. ” Si elle… l’a vidé de son mana, elle a bien joué son rôle. Peut-être qu’Agrona était prêt à sacrifier Exégès pour donner à Cécilia un regain de puissance pour son combat contre toi ? “”

Silencieusement, j’ai senti que Sylvie espérait que c’était le cas et que Cecilia n’avait pas été assez forte pour se battre toute seule jusqu’à ce qu’elle soit immobilisée.

Je me suis levé brusquement. “Nous ne savons pas, et nous ne nous rapprochons pas des réponses ici. Nous devons retourner à Seris.” J’ai jeté un regard coupable à Darrin et Alaric. “Je suis désolé. J’aimerais pouvoir vous en dire plus, mais…”

“Ce n’est pas la peine”, a dit Darrin en me tapant sur le bras. “Ma maison n’a pas de lien direct avec la rébellion. Je suis simplement un ascendeur à la retraite qui forme quelques enfants. Quant à Alaric…” Il a jeté un autre regard méfiant à l’homme plus âgé. “Il n’est pas vraiment là. Et s’il l’était, il n’est certainement pas lié à l’intrigue de Seris. Et s’il l’est, je n’avais aucun moyen de le savoir. Nous ne sommes que de vieux copains de beuverie, après tout.”

Je commençai à quitter la pièce, mais je fus contraint de m’arrêter pour donner un dernier conseil. “Fais ce qu’il te dit. Arrête de te battre. Renvoie ton peuple chez lui. Laisse-moi et Seris prendre les choses en main. Dans une guerre entre dragons et basilics, tu seras écrasé.”

Alaric se moque. “C’est de ta faute si j’ai été entraîné là-dedans dès le départ. Toi et ton lien avec cette faux. Bah. Mais je suppose que tu as raison. Il n’est jamais trop tard pour prendre sa retraite pour la troisième fois, je suppose.”

J’ai souri, reconnaissant. “Au revoir”.

Darrin a fait un petit signe de la main, mais Alaric n’a fait que froncer le nez et s’est remis à regarder son ventre.

Je suis parti, mes compagnons sur mes talons, et je suis retourné dans le bureau où la Boussole attendait toujours.

Je me suis arrêté devant elle, réfléchissant.

“Nous ne pouvons pas la laisser ici encore une fois. Comme la distorsion temporelle est presque désactivée, nous pourrions avoir besoin de la boussole avec nous. Passer par les Relictombs est le meilleur moyen d’éviter les regards perceptifs d’Agrona et de Kezzess, et c’est peut-être notre seul moyen de nous interposer entre Alacrya et Dicathen à l’avenir.”

“Des idées ?” demande Sylvie, sa main effleurant le champ d’énergie qui entoure la relique.

“Et pouvons-nous être certains que dame Sylvie ne fera pas une autre crise ?” Demande Chul, en la regardant du coin de l’œil.

“Voilà ce que j’espère”, ai-je soufflé. “Passez à travers. Je serai juste derrière vous.”

Sylvie se mord la lèvre. Chul a simplement haussé les épaules et s’est engagé directement dans le portail. Lorsque j’ai fait un signe de tête pour qu’elle suive, Sylvie l’a fait avec hésitation, disparaissant dans l’ovale scintillant suspendu dans l’air.

En tendant la main, j’ai senti la forme du portail avec mon éther. En activant mon noyau, j’ai ressenti une profonde douleur dans tout mon corps et la démangeaison causée par ma cicatrice s’est intensifiée.

L’éther du portail avait un aspect familier qui n’avait rien à voir avec le fait que je l’avais déjà utilisé. Curieux, j’ai activé God Step, voyant les chemins sans les emprunter. Un sourire confiant se dessine sur mon visage.

Continuant à canaliser God Step, je me concentrai entièrement sur le portail, écoutant sa résonance spécifique parmi les nombreux autres points qui m’entouraient. Quand j’ai été certain de l’avoir, j’ai saisi la boussole et je l’ai désactivée.

L’effet a été immédiat. Le portail lui-même a commencé à s’enfoncer contre ma volonté, mais le point dans l’espace qui était relié aux voies des éclairs chantait pour moi de la même façon. N’attendant que le temps de fixer la boussole dans ma rune dimensionnelle, j’ai franchi le portail.


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wyverne
10 mois il y a

Ils donnent plus de questions que de réponses dans ce chapitre… Ils avancent même l’idée d’un voyage dans le temps x) Franchement je sais plus quoi dire honnêtement j’ai aucune idée de qui a été en mesure de tuer le souverain, tout ce que je sais c’est que j’ai hâte de le découvrir xD

Max
Max
10 mois il y a

Toujours un grand merci pour la trad ! Qui s’améliore de chapitre en chapitre ! 💪👍

Chapitre intéressant mais… j’ai toujours autant de questions sans réponses !
Agrona est vraiment le “mec” le plus fourbe de TBATE 😆

Ombrya_
10 mois il y a

J’ai relu le chapitre sur la troisième rune pour voir si des indices étaient cachés dedans. Je n’ai rien trouvé à part deux petites choses dont je n’arrive pas a déterminer l’importance. Le premier étant le fait que le djinn présent dans la ruine précise que la connaissance de la rune a été récupéré par un groupe de personne, il dit qu’ils étaient plusieurs et qu’ils étaient “digne” de cette connaissance. Deuxièmement il précise que c’étaient des descendants donc des personnes avec du sang djinn. On sait que peu de personne en possède à part les guérisseurs et les voyants. J’ai directement pensé à Rinia mais je la vois mal revenir a la vie. La conscience djinn a aussi précisé que c’était il y a très très longtemps. Donc je vois là 3 hypothèses.

  • Que ce soit Agrona qui l’ai récupérée par un moyen détourné et qu’il aurait utilisé cette connaissance pour (comme le précise Lyra dans le chapitre 420) fonder Alacrya et/ou commencer ses travaux sur la réincarnation.
  • Que ce soit un personnage tiers inconnu ou inattendu qui l’ai récupérée (Rinia, Sevren le frère mort de Caera, …) mais j’y crois moyen, ça serait bizarre.
  • Que ce soit Arthur avec un groupe plus tard dans l’histoire qui trouve un moyen de remonter le temps comme il en parle dans le chapitre. C’est la théorie que je préfère et donc j’ai réfléchi à la raison qui l’aurait poussé à la récupérer plutôt que de la laisser à son soit du présent. La seule chose à laquelle j’ai pu penser c’est qu’il avait besoin de cette capacité pour éviter la mort de Sylvie lors de la bataille contre Nico et Cadell et de lui octroyer la capacité de “spectateur du temps” lui permettant d’influer sur la réincarnation d’Arthur. Pour boucler la boucle et l’empêcher de naître sous l’égide d’Agrona.

Bon a part tous ça, très bon chapitre encore une fois, ça fait plaisir de revoir Alaric et Darrin. Encore beaucoup de questions restent en suspens, j’attends de voir Arthur débloquer le pouvoir de la 4ème rune et peut-être qu’on y verra un peu plus clair. Mais chaque semaine qui passe je me demande où sont tous les basilics vritra du clan d’Agrona, ça semblerait étrange qu’il ne restait que lui et les 4 souverains…

Merci Ych pour la trad’ et rejoignez le discord qu’on discute de toutes nos théories !! <3

Mycka Icarima
10 mois il y a
Répondre à  Ombrya_

Le voyage dans le temps est une idée interressante mais je vois mal l’auteur nous mettre sur la piste aussi facilement néanmoins j’ai aucune autre théorie pour l’instant

Wyverne
10 mois il y a
Répondre à  Ombrya_

Moi j’ai pensé à des djinns qui étaient contre la passivité peut-être et qui se cachent comme les phoenix. Je pense pas qu’au final ça soit un voyage dans le temps (possible évidemment) mais il ne l’aurait surement pas révélé comme ça je me dis…

Mycka Icarima
10 mois il y a

Voir Arthur théoriser sur les évènements qui ce sont déroulés était plutôt sympa, on aurait dis un fan de One Piece qui théorise à chaque nouveau chapitre mdr
Encore merci pour la trad tu gères !

SØZ ŌX
2 mois il y a

Le chapitre m’a un peu perdu avec toute ces Théories 🫨

error: Le contenu est protégé !
7
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser