the beginning after the end Chapitre 442

Un fil rompu

Traducteur: Ych
—————–

CECILIA

Des voix au-dessus, autour. Familières, mais lointaines. Tellement, tellement loin…

Les mots, parlant des flammes dans ma chair, dansant comme des lutins. Tourbillonnant, un mana avide, brûlant, brûlant. Trop. De plus en plus, attirée vers moi, flammes vers le papillon. Me remplissant. Mon sang, mes os.

A moi.

À moi, comme un trou. Profond et sans fin. Une fosse remplie de givre. Je ne me souviens pas… qu’y avait-il avant ? Dans le trou ?

La magie. Le mana. Une clé. Un noyau.

Les mots encore. Des voix étranges et des voix familières. “Délire”. “Fièvre.” “Danger”. “Temps.”

Le temps. Un fil rompu, effiloché, incohérent.

Lumière, obscurité, lumière, obscurité… obscurité…

Les yeux s’ouvrent. Une obscurité pleine de couleurs. Rouge, jaune, vert, bleu…mana.

Des figures qui se profilent. Des aiguilles dans ma chair, du métal pressé contre ma peau. D’autres mots. “Retarder”. “Volonté.” “Âme.” “Guérison.” “Intégration.” ”

L’obscurité à nouveau.

Je me suis réveillée en tremblant. L’écho d’un cri résonnant dans mes oreilles, le cœur battant, prêt à exploser. Terrifiée.

Il y avait des étoiles. Devant mes fenêtres. La silhouette violette des montagnes. Leur nom m’échappe. Quelque chose ne va pas. Dans mon esprit, dans ma magie.

J’ai fermé les yeux, j’ai essayé de réfléchir. J’avais mal. Je souffrais. Ma peau était brûlante. Mes muscles me faisaient mal. Chaque respiration était pleine de douleur. Douleur et… mana. Chaque respiration était pleine de mana. Il ne s’écoulait pas dans mon noyau, mais… en moi.

Calme-toi. Le mana était là. La magie était là.

Le vent soufflait à travers moi, rafraîchissant mes os. Le sommeil m’envahit à nouveau.

Je me réveillai en clignant des yeux, une présence inconnue remplissant ma chambre. Au pied du lit, un homme se tenait debout. Il ressemblait à Agrona, mais n’avait rien à voir avec lui. Ses yeux, deux rubis brillants, me transperçaient comme des lances à pointe de sang. J’ai frissonné, sentant son regard sur ma peau, sous ma peau, m’épluchant couche par couche.

Il avait un visage gris et froid, impassible autour de ses yeux tranchants. Deux cornes se dressaient en vrille sur le sommet de sa tête. Je connaissais ce visage, pensai-je. Seulement…

Il a dit quelque chose, et quelqu’un d’autre est apparu, sa présence éclipsant celle du premier homme. Agrona. Il m’a souri et m’a dit des mots gentils.

Le souverain Oludari Vritra de Truacia.

Des noms et des lieux dont je n’arrivais pas à saisir la signification.

Oludari a répondu, inquiet.

Agrona a balayé les inquiétudes d’un revers de main, confiant, rassurant. C’est déconcertant.

Oludari, insouciant. Agrona, autoritaire. Oludari, soumis. Il m’a jeté un regard inquiet, et mon esprit s’est ratatiné. J’ai fermé les yeux et j’ai essayé de respirer.

Lorsque je les ai rouverts, j’étais seul. Le temps me semblait plus tangible… plus réel. Je pouvais dire que plusieurs heures s’étaient écoulées.

Je me suis efforcé de me remémorer la conversation d’Agrona avec Oludari, mais c’était comme si j’essayais de me souvenir d’un rêve après m’être réveillé. Plus j’essayais de m’accrocher au souvenir, plus il m’échappait.

Ma fièvre était tombée. Depuis combien de temps ? me demandai-je. Des semaines, je suppose.

‘Assez longtemps pour que je ne sois pas sûre que nous allions survivre après tout’, a dit Tessia dans mon esprit. L’intégration… Je n’aurais jamais pu imaginer en faire l’expérience moi-même. Comment tout le monde réa…

J’ai gémi et je me suis retournée, tirant l’un des oreillers tachés de sueur sur ma tête. Laisse-moi tranquille.

Il n’y a pas eu de réponse.

Au bout de quelques minutes, j’ai repoussé l’oreiller et j’ai passé mes jambes par-dessus le bord du lit. Le sol était froid contre ma peau brûlante, et lorsque je me suis levée, mes jambes tremblaient violemment. J’ai trébuché jusqu’à la porte du balcon, qui était ouverte, et je me suis appuyée contre la balustrade. Le vent des montagnes était glacial, il me donnait la chair de poule sur tout le corps et le faisait trembler encore plus.

Le mana s’écoula dans mes membres et mes tremblements s’atténuèrent. Il remplit mes poumons, m’aidant à respirer profondément. Il a fait des étincelles dans mon esprit, éclaircissant mes pensées.

Auparavant, j’avais l’impression de ne faire qu’un avec le mana. Il m’écoutait, réagissait à mes pensées et à mes désirs, un outil avec lequel je pouvais tout faire. Je devrais être plus forte maintenant, mais…

Il y avait ce sentiment inéluctable d’ironie. Je ne me souvenais pas de m’être sentie plus faible et moins bien dans ma peau depuis que je m’étais réincarnée dans ce monde. J’étais l’Héritage, et maintenant j’étais passé par l’Intégration, ce qui faisait de moi peut-être le mage le plus puissant du monde. Mais je ne pouvais pas empêcher mes genoux de trembler ou la sueur de perler sur mon front. J’avais l’impression de forcer mes poumons à respirer, comme si la prochaine fois que j’essaierais de respirer, je n’y arriverais peut-être pas.

Agrona m’avait dit que j’avais passé le pire, mais je n’en avais pas l’impression. Quoi qu’il me soit arrivé pendant que j’étais inconsciente, juste après mon intégration, je ne voyais pas en quoi c’était pire que ces semaines de guérison et de maladie.

Il y avait un sentiment effrayant d’incorrection. Un peu comme lorsque j’avais eu un énorme centre de ki, mais que je n’avais pas pu l’empêcher de sortir de moi et de blesser Nico et Grey.

En me penchant en avant, j’ai vomi sur le bord du balcon. Je me suis appuyé sur la balustrade froide, goûtant l’amertume de ma propre bile sur mes dents et me perdant pendant un moment. Puis, lentement, je suis revenu à mon lit en titubant et je m’y suis couché, mais le sommeil était lointain et inaccessible.

Je suis restée allongée là, sans rien pouvoir faire d’autre que d’attirer l’attention sur le fonctionnement interne de ce fragile corps elfique. Il en était encore aux dernières étapes de l’acclimatation au mana, qui infusait maintenant chaque cellule. C’était une sensation étrange que d’avoir du mana qui n’était pas contraint par un noyau. Je ne faisais vraiment qu’un avec le mana. C’est ce qu’était l’intégration. Agrona avait essayé de la décrire, mais ce qu’il m’avait dit ne correspondait pas à la réalité. Peut-être que son esprit asuran ne pouvait même pas concevoir ce que l’intégration signifiait vraiment. Mais je me suis dit que personne qui n’avait pas connu ce sentiment d’équilibre et de puissance ne pouvait espérer le comprendre.

Progressivement, j’ai commencé à l’expérimenter, en sentant le flux de mana autour de moi et à travers moi. Le mana de l’attribut eau apaisait mes muscles endoloris tandis que le mana de l’attribut vent refroidissait ma peau. Le mana d’attribut terre durcissait mes os et le mana d’attribut feu réchauffait mon sang.

Ce type d’observation détachée m’a permis d’y voir plus clair. Je me suis rendu compte que l’intégration ressemblait beaucoup à l’éveil au mana après avoir passé toute ma vie à essayer de contrôler mon ki.

De la même façon que le mana m’avait semblé tellement plus complet et magique, l’intégration me semblait exponentiellement plus puissante que le fait de dépendre d’un noyau pour utiliser la magie. La création d’un noyau de mana était similaire à la condensation d’un centre de ki puisque chacun nécessitait la concentration d’énergie pour se former, la sensation de mana se remplissant et s’écoulant librement dans mon corps étant très similaire à la manipulation du ki sur Terre.

Je me sentis reculer à cette idée, craignant toujours que mon mana – comme mon ki – ne se mette à déferler hors de mon contrôle. Sans noyau pour le contrôler…

Je me suis redressée et j’ai appuyé mon dos contre le mur, ralentissant ma respiration. Le fait d’être l’Héritage n’avait pas empêché que cela se produise auparavant, sur Terre. Je contrôle la situation, me suis-je assuré, en le répétant encore et encore comme un mantra.

Finalement, le sommeil s’est emparé de moi et je me suis assoupie.

Je me suis réveillée en criant, et un écho de cri m’est revenu.

Je me suis levée d’un bond et j’ai regardé, les yeux écarquillés, le préposé qui avait nettoyé ma chambre. Nico était assis à mon chevet, et il a rapidement congédié le préposé, qui s’est incliné et s’est précipité hors de la chambre en me jetant un regard effrayé en arrière.

“Qu’est-ce qu’il y a ?” demande Nico, d’une voix douce. On aurait presque dit son ancienne voix, sa vraie voix, celle qu’il avait sur Terre.

Je l’ai regardé de plus près. Pas ses cheveux noirs et ses traits acérés. Non, son visage Alacryan n’était pas le sien, pas plus que le fin visage elfique de Tessia Eralith n’était le mien. Mais la façon dont il enfonçait ses ongles dans sa paume, la façon dont il essayait de ne pas le montrer lorsqu’il se mordait l’intérieur de la lèvre, la façon dont il se penchait légèrement vers moi, comme s’il voulait être un tout petit peu plus proche de moi… dans ces moments-là, je pouvais le voir. Et quand je fermais les yeux, je pouvais l’imaginer si clairement.

Je me suis brusquement crispée lorsque la voix de Tessia est entrée dans mon esprit.

‘Montre-lui le mana de tout à l’heure’.

Je compris immédiatement de quoi elle parlait : le mana que j’avais pris sur la table couverte de runes d’Agrona, celle sur laquelle je m’étais réveillée après mon intégration. Elle était restée en moi, portant toujours la forme et le but que lui avaient donnés les étranges runes.

‘Rappelle-toi, Cecilia. Tu as senti que quelque chose n’allait pas quand tu t’es réveillée. Il y a plus que ce qu’on te dit dans tout ça.’

Je ne lui ai pas accordé d’attention, mais elle avait raison. Je m’étais réveillée sur cette table en me sentant faible mais moi-même, pour sombrer à nouveau dans la maladie la nuit même. Des mots à moitié oubliés se bousculaient au fond de ma tête, hors de portée.

J’ai commencé à expliquer à Nico ce que j’avais vu et fait à mon réveil, et le malaise que j’avais ressenti en me retrouvant entourée de ces étranges mages.

“Tu as fait… quoi ? Ça n’a pas de sens, Cecil.” Il m’a jeté un regard plein de pitié. “Ce n’est pas… enfin, possible.”

J’ai tendu la main, paume vers le haut. Une lumière chaude a jailli de ma peau tandis qu’un brin de mana apparaissait dans l’air, brûlant sous la forme des runes qui lui avaient donné forme à l’origine.

Les yeux de Nico s’écarquillèrent et sa respiration devint superficielle. Il s’est penché en avant, observant le mana, son combat pour le comprendre et l’accepter se lisant clairement sur son visage.

Je lui ai parlé des runes et de ce que je voulais faire.

Avec précaution, Nico enfonça le bout de son doigt dans le mana. Celui-ci s’est condensé en un essaim de particules individuelles et a été attiré dans son corps. J’ai maintenu ma concentration autour de lui, permettant au sort de garder sa forme au lieu d’être dissous dans les composants individuels de son mana. Les yeux de Nico se sont fermés, sautillant sous ses paupières.

“C’est… je ne suis pas sûr.” Les mots de Nico sortaient d’une lente traînée tandis que sa concentration restait sur le sort. J’ai senti qu’il canalisait le mana dans sa tenue. “La structure, les runes, la magie, ça ne ressemble à rien de ce que j’ai déjà vu, mais…” Ses yeux se sont ouverts et il m’a regardé fixement. Sa peur était évidente. “Cela va prendre du temps. Nous… ne devrions en parler à personne d’autre.”

Je suis tout à fait d’accord.

Nico a hésité, réfléchissant manifestement à quelque chose, puis il a ajouté : ” Sauf… Draneeve, peut-être. Seulement si c’est absolument nécessaire. Nous pouvons lui faire confiance, parce que… eh bien, sache que nous pouvons lui faire confiance. Il a gardé un œil sur toi chaque fois que je ne pouvais pas le faire.”

Même si je n’ai pas vraiment compris, j’ai reconnu ce qu’il a dit.

Après cela, Nico est venu dans ma chambre aussi souvent qu’il était prudent. Lentement, je passais plus de temps éveillé qu’endormi, mais l’expérience de l’intégration a laissé derrière elle une fatigue profondément enracinée qui m’a gardé dans mes chambres.

Nico était agité lorsqu’on lui présentait un problème, une énigme à résoudre, un nœud à défaire. Son esprit ne pouvait se concentrer sur rien d’autre, et même lorsqu’il ne pouvait pas être avec moi – ma présence était nécessaire pour maintenir la forme du mana – il y pensait sans cesse.

Je voyais bien que quelque chose le tracassait, mais il me cachait ses craintes. Pendant tout ce temps passé ensemble, je n’avais pas voulu faire dérailler ses pensées et je n’avais donc pas donné plus de détails sur le retour de mes anciens souvenirs… mais non, vraiment, ce n’est qu’une excuse. J’avais peur. Peur de ce que je pourrais entendre après avoir avoué. Où cette conversation nous mènerait-elle ? Je n’étais pas prête à lui dire que je m’étais suicidée et que j’avais laissé Grey porter le chapeau.

Chaque fois que quelqu’un frappait à ma porte, je m’attendais à ce que ce soit Nico. J’ai donc été surprise le jour où Melzri est entrée d’un pas ferme. Elle a plissé le nez en regardant ma chambre, ne cachant pas son dégoût. “Bonjour, l’Héritage. J’ai été chargée d’aller te chercher pour t’entraîner. Je suis sûre que tu es aussi enthousiaste que moi à cette idée.”

Ignorant son sarcasme, je me levai et lui fis un geste sans paroles pour qu’elle ouvre la voie. Nous étions silencieuses en traversant les couloirs de Taegrin Caelum, et je n’arrivais pas à me débarrasser de l’impression de me faufiler comme une souris dans son sillage. Je détestais me sentir aussi vulnérable.

La longue tresse d’un blanc éclatant de Melzri rebondissait à chaque pas. La façon dont ses cornes se recourbaient sur sa tête me faisait penser à des lances. Nous ne nous étions jamais entendues, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’admirer son assurance évidente, la façon dont elle était parfaitement à l’aise dans sa peau. J’ai pensé à essayer de faire la conversation pour rompre le silence gênant qui régnait entre nous, mais je ne savais pas par où commencer.

Elle était une faux, et tout Alacrya connaissait son histoire. Lorsque son sang s’est manifesté, le confluent de mana qui en a résulté a tué ses frères et sœurs adoptifs de haut sang. Son père adoptif, l’homme qui l’avait élevée pendant douze ans, entra dans une rage folle et tenta de la tuer. En se défendant, elle a brûlé le cœur de sa poitrine. Après cela, elle a été recueillie par Agrona et élevée dans cette même forteresse.

C’est sans doute pour cela qu’elle est devenue si amère envers moi. Après tout, elle était comme une fille pour Agrona avant mon arrivée. D’une certaine façon, j’étais certaine qu’elle pensait que je l’avais remplacée.

Et je suppose qu’en réalité, c’était le cas. Je ne me sentais pas mal pour elle pour autant. En fait, plus je réfléchissais à la situation, plus j’avais l’impression qu’elle avait eu exactement ce qu’elle méritait. Melzri et le reste des Faux étaient des gens cruels et imbus d’eux-mêmes. Ils avaient été horribles avec Nico. Soudain, cette confiance en soi que j’avais admirée quelques secondes plus tôt me semblait imméritée.

J’ai serré la mâchoire et j’ai marché en silence.

Nous nous sommes retrouvés dans un long couloir enfoncé dans la pierre au pied de Taegrin Caelum. Les murs et le sol nus étaient fissurés et noircis par les marques de brûlure des nombreux mages puissants – Serviteurs, Faux, et même les Wraiths – qui s’étaient entraînés ici au fil des décennies. Il n’y avait ni équipement, ni arme, ni rien pour faciliter l’entraînement. Quelqu’un d’assez fort pour être amené ici n’avait pas besoin de ce genre de choses.

Je ne fus pas surpris de trouver la faux Viessa déjà présente, ainsi que Draneeve et une poignée de mages sans nom que je ne reconnaissais pas. Parmi les personnes présentes, Viessa avait la plus forte signature de mana, suivie de Melzri. Draneeve n’arrivait qu’en troisième position. Les autres étaient tous des mages médiocres, au mieux. Je ne pouvais que supposer qu’il s’agissait de chercheurs ou de scientifiques, et non de guerriers.

Melzri s’arrêta à côté de Viessa et me lança un regard noir. La peau de porcelaine de Viessa était délavée par la faible lumière, ses cheveux violets étaient sombres et ses yeux noirs comme le vide l’étaient encore plus.

Elle aurait été terrifiante, sauf que…

J’ai baissé les yeux sur ma propre main, frottant mes doigts l’un contre l’autre. Je pouvais voir le mana en chacun d’eux, le voir bouillonner dans leur noyau au fur et à mesure qu’il était purifié, et je savais mieux qu’eux à quel point ils étaient forts ou faibles. Je pouvais briser ces faux d’un simple claquement de doigts. Si je le voulais.

Draneeve s’avança, son expression cachée derrière son affreux masque. “Ah, Dame Cecilia. Lord Agrona regrette de ne pas pouvoir se joindre à nous pour le moment. Mais il espère que les Faux Melzri et Viessa…” Il s’interrompit, ses yeux sautant sur les Faux derrière le masque. Il se racla la gorge, puis termina : ” Qu’elles feront des partenaires convenables pour ton entraînement d’aujourd’hui. ”

Viessa siffla sous sa respiration. “Nous devrions aider Dragoth à déterrer le traître, pas faire du baby-sitting avec cet enfant réincarné.”

Melzri se contenta de hausser les épaules et de sourire. ” Voyons, ma sœur, ne sois pas comme ça. L’héritage a besoin de toute l’aide possible. Malgré tout ce que le Haut Souverain a fait pour qu’elle en arrive là, elle n’a pas remporté une seule vraie victoire pour lui.”

Viessa s’est renfrognée, tournant autour de moi et s’éloignant de Melzri pour que les deux m’encadrent. “Ta signature mana ne semble pas aussi forte qu’avant, fillette. Sans noyau, tu sembles… dégonflée.”

Tous mes doutes et mon anxiété ont fondu face à leurs railleries. Ces deux-là ne sont rien pour moi. Je n’étais certainement pas intimidée par leurs coups de gueule désespérés.

Draneeve avait fait plusieurs pas en arrière, et les autres mages suivirent son exemple. “Lady Cecilia doit tester ses pouvoirs, vous devriez tous les deux…”

Viessa tendit les mains vers l’avant. Du mana sombre se coalisa autour d’elles, se répandant comme une nuée de sauterelles.

Puis il a disparu.

Elle fixa ses mains, incrédule, et les poussa en avant une seconde fois. Rien ne se produisit. Le mana ne lui répondait pas du tout.

Melzri a invoqué sa lame, qui s’est transformée en flammes noires, et s’est élancée vers moi. Les flammes s’éteignirent à moitié, et sa lame devint si lourde qu’elle trébucha avant qu’elle ne soit arrachée de ses doigts, frappant le sol assez fort pour fissurer la pierre.

” Arrête ça immédiatement “, murmura Viessa, le mana contenu dans son noyau bouillonnant alors qu’il s’écoulait par ses canaux et ses veines. Mais elle n’arrivait pas à en faire un sort.

Melzri serra les poings. ” Qu’est-ce que t’as fait ? ”

Je me suis sentie sourire. C’était froid et cruel, le genre d’expression qui m’aurait fait peur si je l’avais vue sur un autre visage. Et puis je lui ai dit. Je lui ai expliqué ce que je faisais… et ce que j’allais faire.

Ce n’est pas sans un sentiment d’autosatisfaction que je les ai regardés s’efforcer de comprendre, mais ce n’est que lorsqu’ils ont tous deux pleinement réalisé la situation que j’ai su que j’avais l’estomac pour ce qui allait suivre.

En fermant les yeux, j’ai pris le contrôle de tout le mana que Viessa venait de libérer et je l’ai retourné contre elle, l’enfonçant dans ses veines, parcourant ses canaux et bombardant son noyau. J’entendis ses genoux frapper la pierre tandis qu’un cri étouffé résonnait dans la salle de combat.

“Espèce de salope…”

La voix de Melzri fut coupée par une rafale alors que son corps s’écrasait sur le sol, la force de gravité étant si grande que je savais que ses os broyaient sa chair.

Il n’y avait aucune différence entre le mana de mon corps et celui du leur, ni dans l’atmosphère qui nous entourait. En tant qu’Héritage, ma capacité à contrôler le mana était inégalée. Et maintenant que j’étais intégrée, je n’avais plus besoin de puiser mon mana dans un noyau, de le purifier et de le libérer avant de le manipuler. Dans cette nouvelle perspective, même l’idée d’un mana purifié semblait sans importance. Je n’avais pas besoin de laver le mana et de le faire mien pour le contrôler.

Je le contrôlais déjà entièrement.

Les Faux étaient impuissants face à moi. Même les Wraiths de l’ombre dont j’avais entendu parler seraient sans espoir contre moi. À quoi servait la force magique d’un asura si je pouvais anéantir ses sorts avant qu’ils ne se forment, déchirer son corps de l’intérieur avec son propre pouvoir, le priver de ce qui le rendait spécial. Même Agrona n’était pas une menace pour moi…

‘C’est pour cela qu’il t’a encouragée à être si soumise’, dit soudain la voix agaçante de Tessia, interrompant mes pensées. ‘Il savait ce que tu deviendrais, ou du moins il l’espérait, et il ne permet à personne d’autre d’être vraiment puissant. Il t’a donc appris à être obéissante.’

J’ai serré mon mana, tentant à nouveau d’étouffer la voix de Tessia. Mais je n’y arrivais pas. C’était la seule chose que je ne pouvais pas contrôler.

“Hum, Dame Cécilia, peut-être…” La voix simplissime de Draneeve s’est interrompue de façon suggestive.

J’ai ouvert les yeux et j’ai regardé les deux Faux, l’un se tordant de douleur à ma gauche, l’autre aplati contre la pierre à ma droite. Je relâchai la pression du mana qui déchirait les entrailles de Viessa et de la gravité qui écrasait Melzri, mais je gardai leur mana sous contrôle, empêchant l’un ou l’autre de former un sort.

Tessia a continué à parler. ‘Il te fait miroiter cette promesse de te renvoyer sur Terre pour te tenir en laisse, et il a Nico pour te menacer si jamais tu sors du droit chemin. Il ne se soucie pas de toi et ne t’aime pas. Il n’a probablement même pas l’intention de te laisser contrôler ce pouvoir. Pourquoi le ferait-il alors qu’il peut tout simplement dominer ton esprit ?’

J’ai repoussé sa voix. Même si elle pouvait interrompre mes pensées, elle ne pouvait pas affecter mes actions et mes paroles.

Flottant au-dessus du sol, j’ai écarté une mèche de cheveux argentés. “Levez-vous, vous deux. Je veux comprendre jusqu’où va mon contrôle.”

***

Le ciel au-dessus de Taegrin Caelum était chargé de nuages sombres. Je les traversai comme un oiseau, appréciant la sensation de tout ce mana qui se condensait autour de moi, attiré par la tempête naturelle. En me tournant vers le haut, j’ai traversé l’air froid, l’humidité s’accumulant contre ma peau, jusqu’à ce que j’emerge dans un ciel clair.

Au-dessous de moi, les nuages roulaient à perte de vue dans toutes les directions.

Je me plaisais là-haut. C’était paisible. Séparé. L’entraînement avec mes nouveaux pouvoirs ressemblait plus à de l’exploration – voir quelles étaient mes limites. Je n’avais pas besoin d’apprendre par la répétition, seulement de penser avec une vision suffisamment claire, et garder les idées claires était beaucoup plus facile à faire à l’air libre qu’enfoui sous la forteresse.

Les nuages se mirent à tourbillonner dans des motifs ludiques. De la vapeur s’en éleva, se condensant en sphères d’eau qui flottaient et accrochaient la lumière. Les nuages s’éclaircirent, passant d’un gris profond à un blanc doux et cotonneux. En flottant, je me suis allongée au sommet des nuages, posant ma tête sur mes mains et croisant mes chevilles en regardant l’étendue bleue au-dessus de moi.

“Tessia”, ai-je dit, ma voix flottant au gré de la brise légère.

Je n’ai pas eu de réponse.

Tessia, pensai-je vivement, incapable de réprimer mon irritation de devoir l’appeler deux fois.

‘Ce jeu de pouvoir ne convient à aucun de nous deux’, répondit-elle après quelques secondes. ‘Nous savons toutes les deux que la seule raison pour laquelle tu m’appelles, c’est parce que cela te donne un faux sentiment de contrôle. Tu l’as fait, tu as réussi l’Intégration, tu as balancé les Faux comme des chiffons, mais tu ne peux rien faire contre moi, et ça te ronge.’

J’ai fermé les yeux, je me suis retourné et je me suis enfoncé dans les nuages. J’ai gardé une image dans mon esprit, étendant des vrilles de mana dans tout mon corps, à la recherche de quelque chose. Je n’étais pas sûr que cela fonctionne, ni même que cela puisse fonctionner, mais lorsque j’ai ouvert les yeux, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire.

Je n’étais plus entourée de vent frais et de nuages cotonneux, mais je me tenais sur de l’herbe verte et tendre, sous les branches étendues de grands arbres à l’écorce argentée, dont les ombres tapissaient le sol et donnaient l’impression que le monde entier se balançait doucement.

Tessia Eralith se tenait non loin de là. Sa tresse argentée pendait sur son épaule nue, une robe vert émeraude et or drapait sa silhouette élancée.

Je me suis regardée. J’étais plus petite qu’elle, un peu plus trapue. Mes cheveux étaient bruns et ennuyeux, coupés autour de mes épaules comme s’ils avaient été coupés à la cisaille.

J’ai pris une grande inspiration pour me stabiliser. “Je déteste te parler dans ma tête. C’est dégoûtant… comme une violation. C’est mieux comme ça.”

“Une violation… ouais, je crois que je vois exactement ce que tu veux dire”, dit Tessia, sa nuance de tristesse coupée d’un vague sentiment d’irritation. “Tu sais, après avoir appris grâce à toi qu’Arthur s’était réincarné, tant de choses ont pris un sens. Son intelligence, sa sagesse, sa maturité. Cela me semble idiot, maintenant que j’y pense, d’avoir tant essayé de le poursuivre. J’avais l’habitude de m’énerver vraiment sur nos différences quand je pensais que j’avais un an de plus… mais il s’est avéré qu’il avait trente ans de plus.”

Elle a ri, et j’ai froncé les sourcils.

“Pourquoi devrais-je m’en soucier ?”

“Parce que je pensais que tu serais pareil, que tu serais… différente. J’ai été confuse au début. Mais ensuite, j’ai réalisé…”

“Oui, tu as déjà dit tout ça auparavant.”

“Alors, es-tu prête à écouter ?”

Je surveillais attentivement l’Elderwoord, qui se tordait aux abords de la clairière que j’avais créée pour notre conversation. “Tu peux voir dans ma tête, n’est-ce pas ? Mes moindres pensées et désirs sont un livre ouvert pour toi. Alors dis-moi.”

Tessia a caressé les cheveux qui pendaient sur son épaule, les yeux rivés sur le sol. ” Ce n’est pas à propos du fait que tu me parles. C’est à propos d’etre honnête avec toi-même. Après tout ce que tu as appris, tu continues à mener cette guerre. Pourquoi aider Agrona à obtenir ce qu’il veut ? Tu lui fais vraiment confiance pour te renvoyer à ton ancienne vie après tout ça ?” Elle a relevé la tête, son regard brûlant dans le mien. “Et est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?”

Je me suis frotté les yeux de frustration, lui tournant le dos. “Qu’est-ce que tu veux que je dise ? Que je suis égoïste ? Une personne merdique ? Une enfant rabougrie qui croit aux contes de fées ? Très bien. Peu importe. Je suis tout cela et bien plus encore, Tessia. Je suis peut-être une mauvaise personne. Mais je suis allé trop loin, j’ai fait – je me suis étouffé, j’ai avalé difficilement, puis j’ai continué – des choses, j’ai tué des gens, et ça ne peut pas être pour rien. Tout ça ne peut pas avoir été fait pour rien, putain.”

Tessia est restée silencieuse assez longtemps pour que je me retourne, me demandant si elle était encore là. Elle l’était. Et alors qu’elle se tenait là et me regardait pensivement, je me suis affaissée, le poids de mes propres mots se déposant sur mon âme.

“Est-ce que tu brûlerais vraiment ce monde pour que Nico et toi puissiez rentrer à la maison ?” a-t-elle demandé.

J’ai secoué la tête. “Et laisser Agrona régner sur les cendres.”

“Et si tu es coincé ici dans les cendres avec nous ?” a-t-elle demandé.

“Alors au moins, il n’y aura plus personne pour me juger”, ai-je dit lentement, soudain très fatigué.

Avant qu’elle ne puisse répondre, j’ai balayé de la main la projection mentale, effaçant la clairière et ouvrant les yeux. Les nuages étaient sombres et lourds de pluie. Des éclairs jaillissaient et le tonnerre grondait.

Je me suis enfoncée sous les nuages et dans la pluie abondante, laissant la froideur de celle-ci apaiser ma peau, refusant de reconnaître que le rougissement de mes joues était dû à la honte. Et les ruisseaux qui coulent sur mon visage ne sont pas non plus des larmes.

“Cecilia !”

J’ai tressailli, n’ayant pas remarqué la signature de mana qui s’approchait.

Nico, volant dans un cocon de vent conjuré par son bâton, s’est arrêté à vingt pieds de là, le visage protégé du vent et de la pluie par une main. “Tu vas bien ? Cette tempête est sortie de nulle part !”

Je l’ai regardé dans le vide, et il a fallu plusieurs secondes pour que mes pensées se mettent en place. Dès qu’elles l’ont fait, la pluie s’est arrêtée. Les nuages se sont dissipés et nous avons volé sous le soleil brillant et froid de l’après-midi, Taegrin Caelum se détachant des montagnes au-dessous de nous.

Une brise inconfortablement chaude s’est levée, fouettant autour de nous et nous laissant tous les deux secs en quelques instants.

“Hum, Agrona a appelé tous les Faux et… toi. Les autres sont déjà arrivés. Il nous attend immédiatement.”

Alors qu’il se détournait, j’ai lâché : “Suis-je une mauvaise personne, Nico ?”

Faisant volte-face, Nico s’est rapproché, son froncement de sourcils inquiet se creusant davantage. “De quoi s’agit-il ?”

“Rien”, ai-je répondu. “Peu importe. Nous ne devrions pas faire attendre Agrona.”

J’ai accéléré, plongeant vers la forteresse, volant à toute vitesse autour de l’extérieur tentaculaire de l’aile privée d’Agrona et atterrissant sur l’un de ses nombreux balcons.

Un mur de bruit m’a frappé alors que le souffle du vent dans mes oreilles s’atténuait : le piétinement des pieds bottés, l’appel et la réponse des ordres aboyés, la ruée du mana canalisé.

Sous la tour, des milliers de mages étaient alignés en formation dans la cour. Les bannières de chaque dominion étaient affichées, montrant où les soldats d’Etril se tenaient séparément de ceux de Vechor et de Truacia, chaque force ayant été amenée par la faux de ce dominion.

Les portes vitrées du balcon étaient fermées, verrouillées et protégées, mais le mana s’est déployé à mon approche, et le loquet a sauté, permettant à une bourrasque de vent de pousser les portes.

Au-delà se trouvait un salon confortable. Un feu brûlait dans une immense cheminée, et Agrona était appuyé contre un comptoir bas. Il était vêtu de noir et d’or, et les ornements de ses cornes captaient la lumière et scintillaient comme des étoiles lorsqu’il se tourna vers moi. Il était comme il l’avait toujours été, depuis que je le connaissais. Mais alors qu’il me regardait, ses sourcils se soulevant très légèrement, je ne pouvais m’empêcher de penser que quelque chose avait changé. Il avait changé, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt sur la manière dont il l’avait fait, et je me demandais si je n’étais pas en train d’imaginer les choses.

Ou peut-être, me suis-je dit, que c’est moi qui ai changé.

Nico est entré doucement dans la pièce derrière moi et a soigneusement fermé les portes, son malaise se dégageant de lui par vagues.

“Ah, nous sommes enfin tous là”, dit Agrona avec un sourire trop large, en nous faisant signe d’entrer.

Je fus surprise de voir Melzri et Viessa déjà présents, assis inconfortablement sur l’un des canapés en peluche qui remplissaient la pièce. Ni l’une ni l’autre n’a croisé mon regard. Dragoth était également présent, debout devant le feu, dos tourné vers moi. Ses épaules étaient voûtées, ses larges cornes tombaient.

Ce qui est plus surprenant, c’est la présence des serviteurs. Le maladif Bivrae s’est recroquevillé dans l’ombre, tandis que le statuaire Echeron s’est attardé près de Dragoth, essayant, sans y parvenir, de cacher sa nervosité. Mawar se tenait près des fenêtres et regardait les montagnes Basilisk Fang, la lumière fraîche peignant sa peau changeante d’une couleur de marbre pâle presque translucide.

Pour la première fois depuis mon arrivée à Alacrya, j’ai cru comprendre un peu ce qu’Agrona a dû ressentir en voyant toutes ces personnes puissantes réunies. N’importe où ailleurs dans le monde, ils auraient constitué une force formidable, voire écrasante, mais ici, maintenant… ils semblaient si peu importants. Ils n’étaient rien.

J’ai senti la déception de Tessia monter en moi.

Quoi ?

‘Tu crois que c’est ce que les scientifiques ont ressenti à ton égard lorsqu’ils t’ont examinée et manipulée ? Sous une telle autorité, peut-être qu’ils t’ont considérée comme rien de plus que la façon dont tu regardes maintenant les Faux… comme une ressource, des soldats à tolérer peut-être, mais pas à respecter.’

Je déglutis difficilement, gardant soigneusement mes pensées pour moi.

“Tous mes puissants Faux et leurs redoutables serviteurs à nouveau réunis”, dit Agrona, les bras écartés. “Il ne nous manque que notre petit agneau perdu, Seris, et son fidèle chien. Sa présence aurait été un merveilleux cadeau, mais hélas…”

Dragoth s’était retourné quand Agrona a commencé à parler, et il a pâli à ce commentaire. À côté de lui, Echeron regardait fixement ses propres pieds.

“Mais ne soyez pas trop durs avec Dragoth.” Agrona nous a lancé un large sourire. “Vous avez tous subi votre part de défaites et d’échecs – d’embarras – ces derniers temps, n’est-ce pas ?”

Agrona a souri comme un père fier et compréhensif. Il se redressa sur le bar, laissant ses jambes se balancer d’avant en arrière, ses talons heurtant parfois le bois.

“Mais nous, tous, devons parfois prendre des coups et continuer à avancer.” Il a frappé ses articulations contre le comptoir à plusieurs reprises. “Pour mélanger les métaphores, nous avons laissé notre maison se salir pendant assez longtemps. La situation de Seris sera réglée en temps voulu, mais il y a beaucoup d’autres endroits que nous pouvons commencer à nettoyer dès maintenant.”

Les Faux et les serviteurs échangèrent des regards incertains, mais personne n’osa interrompre Agrona, surtout lorsqu’il donnait l’impression d’être de bonne humeur.

“La présence des dragons à Dicathen signifie qu’il n’y a plus rien à gagner de nos querelles internes”, poursuivit-il. “Tandis que Dragoth continuera à poursuivre Seris dans les Relictombs, le reste d’entre vous remettra de l’ordre dans notre maison. Je pense qu’avant que nos efforts dans ce domaine ne soient terminés, nous verrons Arthur Leywin pointer le bout de son nez, et quand il le fera, je veux que vous le capturiez ou que vous le tuez.”

Melzri et Viessa échangent un regard significatif.

” Que vas-tu faire ? ” J’ai demandé, frustrée par cette mention désinvolte de tuer Grey. Grey avait déjà vaincu une escouade de tueurs asuras d’Agrona. Je savais qu’Agrona ne s’attendait pas à ce qu’un de ces Faux batte Grey.

Agrona a penché la tête sur le côté, faisant vibrer les ornements de ses cornes. Son sourire n’a pas faibli, mais ses jambes ont cessé de se balancer. “Pourquoi demandes-tu cela, mon cher Cecil ?”

Je déglutis difficilement, quelque chose dans son regard me faisant douter de ma franchise. “Je… voulais juste dire que si Grey est une telle menace…”

Le sourire d’Agrona s’est élargi, dévoilant ses canines, et il a glissé du bar, se tenant bien droit. Son ombre semblait s’étendre sur tout le monde à la fois. “Malgré ma faiblesse feinte, ce vieux dragon prudent s’est contenté de laisser traîner la situation sur ce monde, ce qui m’a permis de sonder les profondeurs des Relictombs et d’accroître ma compréhension du pouvoir de ce monde. Enfin, grâce à notre ami réincarné, Arthur, Kezess a ouvert la voie entre Dicathen et Epheotus. Maintenant, pendant que vous mettez fin à cette stupide guerre civile et que vous chassez Arthur Leywin, je vais… me préparer à profiter pleinement du faux pas de Kezess.”

Tout ce qui était agréable glissa du visage d’Agrona comme s’il avait enlevé un masque. En dessous, il y avait quelque chose de sombre et de dangereux. “En faisant semblant d’être faibles, certains d’entre vous se sont permis de le devenir réellement. Je vous ai donné de nouveaux regalias en même temps que ma patience. Il est temps de vous montrer dignes des deux.”

La pièce semblait figée, comme si les autres ne respiraient même plus. Le temps aurait pu s’arrêter, cela n’aurait rien changé.

Les yeux d’Agrona parcoururent lentement chacun d’entre nous à tour de rôle. “L’héritage se concentrera principalement sur Arthur Leywin. Si tu ne peux pas le ramener entier, apporte-moi au moins son noyau. Utilise les Faux comme bon te semble pour t’assurer que c’est bien le cas.”

Il se tourna et balaya la pièce, laissant derrière lui un silence profond et sombre.


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Dark Shadow
11 mois il y a

Cool

Wyverne
11 mois il y a

Qui gagne dans un contrôle de mana entre Cecilia qui peut le manipuler comme bon lui semble et Arthur qui peut le plier à sa volonté grâce à l’éther ? Car Arthur il a l’air de galérer un peu plus, on le voit quand il essaye de le maitriser avec Regis par exemple. Donc je sais pas s’il est plus fort que Cecilia depuis qu’elle a eu son intégration… Y a grave moyen qu’elle soit plus forte en vrai nn ?

one ..
11 mois il y a
Répondre à  Wyverne

Moi je suis certain que Cécilia gagne dans un combat de manipulation de mana. Comme ça leurs combats n’auront pas d’annulation de sort ou Arthur aura cet avantage que quelque fois. Ce serait je pense plus sympa qu’une bataille d’affinité tout le long

Netero
11 mois il y a
Répondre à  Wyverne

Cecilia a l’air d’avoir atteint son plein potentiel. Arthur ne l’a pas encore atteint(il doit encore débloquer une autre rune avec l’artefact qu’il a obtenu dans la dernière ruine des Djinns et et il manque aussi l’artefact qu’il na pas trouvé dans la troisième ruine et qui est sûrement en possession d’Agrona). Pour le moment, je pense que Cecilia gagne. Mais, dans le futur, ça risque d’être différent.

Wyverne
11 mois il y a
Répondre à  Netero

Yep, évidemment il a encore du potentiel à développer mais je pensais surtout à une confrontation dans l’instant T étant donné que Agrona lance Cecilia à sa poursuite ! Du coup c’était surtout pour me faire une idée de l’issu d’un combat contre Cecilia si jamais elle le trouve à l’heure actuelle…

SØZ ŌX
2 mois il y a

Je pense que Arthur gagnera car comme on le sait l’éther est bien plus puissant que le mana mais je suis sûr que l’auteur va faire perdre Arthur…

error: Le contenu est protégé !
6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser