the beginning after the end Chapitre 427

Un visiteur inattendu

Traducteur: Ych
———
———

Au moment où j’ai franchi le portail de sortie pour entrer dans la chambre de ma famille à Vildorial, les autres s’étaient déjà dispersés. Boo était dans la cuisine en train d’avaler quelque chose dans une marmite en fonte, et Ellie était enveloppée dans les bras de notre mère. Mica s’était jetée sur le canapé, sans se soucier de la saleté et du sang qui l’entachaient. Lyra se tenait près de la petite cheminée à l’autre bout du salon, les bras croisés et le regard lointain.

Maman s’est éloignée d’Ellie juste assez pour prendre le visage de ma sœur dans ses mains et l’inspecter de près. “Tu es revenue en un seul morceau…”

“Maman, tu me mets dans l’embarras devant un serviteur et une Lance”, se plaint Ellie, essayant en vain de se dégager de l’emprise de notre mère. “Je vais bien, je te le promets. Je veux dire, d’accord, je suis morte dix fois, mais…”

“Quoi ?” Maman s’est exclamée, regardant avec incrédulité entre Ellie et moi, puis de nouveau entre Ellie et moi.

“Elle est clairement en un seul morceau, comme je l’ai promis”, dis-je en lançant un regard d’avertissement à ma sœur. Comme cela n’a pas immédiatement calmé l’inquiétude furieuse de maman, je lui ai fait un sourire et l’ai serrée dans mes bras. “Combien de temps sommes-nous partis ? Dans les Relictombs, on a toujours l’impression que c’est beaucoup plus long”.

“Quelques jours”, répond maman, en jetant à Ellie un regard de côté qui suggère qu’elle n’en a pas fini avec la conversation sur les “morts dix fois”. “Mais il y a eu beaucoup de travail ici. Lord Bairon est venu ici à plusieurs reprises pour voir si tu étais déjà rentré. Apparemment, un visiteur très important t’attend au palais. Et Gideon me rend un peu folle, pour être honnête. Il veut absolument étudier les progrès d’Ellie”.

Ma sœur s’est effondrée dans le fauteuil préféré de maman et a commencé à faire glisser ses bottes sur le repose-pieds, mais elle s’est figée lorsque les sourcils de maman se sont levés. Avec un sourire gêné, elle a enlevé les bottes sales de ses pieds et les a mises de côté avec soin, puis elle s’est adossée et a mis ses pieds en l’air. “Il va péter les plombs quand il verra tout ce que je sais faire. Je parie qu’il sera tellement surpris que ses sourcils tomberont à nouveau.”

J’ai secoué la tête devant les pitreries de ma sœur, mais j’étais toujours concentrée sur ce que maman avait dit avant. “Qui est ce visiteur important ? Tu sais quelque chose ?”

Maman a soupiré et haussé les épaules. “Non, le général ne m’a pas dit grand-chose, il a juste insisté pour que tu sois envoyée au palais dès ton retour. Sa bouche s’est plissée en une fine ligne, révélant son irritation. “Je lui ai dit que j’étais peut-être ta mère, mais que je n’allais pas te donner des ordres. Je lui ai aussi rappelé que tu serais probablement fatiguée et que tu aurais besoin d’un bon repas fait maison après avoir traîné pendant je ne sais combien de temps dans le…”

“Maman”, dis-je en riant légèrement. “Ce n’est pas grave. Je te remercie. Je vais aller le voir tout de suite.” Je me suis tourné vers mes compagnons. “Mica, tu es libre de faire ce que tu veux. Ellie, tu devrais te laver et te reposer. Ne laisse pas Gideon te mettre la pression, mais retrouve-les, lui et Emily, quand tu seras prête à les débriefer sur l’ascension.”

“Aye aye, capitaine”, dit-elle sarcastiquement, me saluant avec deux doigts sur sa tempe.

“Général”, marmonna Mica en s’endormant.

“Et moi, Régent Leywin ?” demanda Lyra, laissant retomber ses bras et se redressant, une pointe de défi dans sa posture. ” Vas-tu m’escorter jusqu’à une cellule de prison ? ”

La tension flottait dans l’air comme une charge électrique. Cela aurait été la chose la plus sûre à faire, bien sûr. Désactiver son noyau et la juger pour ses crimes aurait été tout à fait justifié. On se souviendrait toujours d’elle comme l’Alacryenne qui avait fait défiler les cadavres des rois et reines de Dicathen de ville en ville, tout en louant le clan Vritra pour sa gentillesse et sa bonne volonté.

” Tu peux donc te reposer ? Non, je ne te laisserai pas t’en tirer aussi facilement “, déclarai-je. “Je t’envoie au-delà du mur pour prendre des nouvelles de ton peuple et voir ce dont il a besoin. Considère que c’est à la fois une punition et une compensation pour les crimes que tu as commis sur ce continent.” Et j’ai dit à Mica : “Organise le transport aller-retour. Lyra de Haut Sang Dreide est libre de se déplacer entre les Terres d’Elenoir et Vildorial.” Mon regard se porta à nouveau sur Lyra. “Juste là, compris ? Ce n’est pas la liberté.”

Lyra leva le menton en me regardant. “Je comprends, régent. Je reconnais cette punition et j’accepte l’opportunité d’aider à la fois votre peuple et le mien.”

“Je veux que tu représentes ton peuple sur ce continent”, dis-je en m’adoucissant quelque peu. “Les soldats des Terres désolées doivent savoir qu’ils n’ont pas été oubliés. Mais tout n’est pas pardonné non plus.”

Mica s’était redressée pour assister à cette conversation, les sourcils froncés.

“Un problème ?” demandai-je en m’adressant à mon compagnon Lance.

“Non, je réfléchis. Les choses auraient pu être un peu plus ennuyeuses si nous avions vraiment tué cette maigre Alacryenne lorsque nous l’avions enchaînée dans la Clairière des Bêtes.”

Lyra ricana et roula des yeux. “Ce continent a beaucoup de points positifs, mais en tant que tortionnaire et geôlier, vous en manquez cruellement.” Elle se pinça les lèvres, pensive. “Je suppose que ce n’est pas une mauvaise chose, cependant.”

Les deux se sont mis à se chamailler comme à leur habitude alors qu’ils se dirigeaient vers la porte d’entrée de la chambre de ma mère. Juste avant qu’elle ne se referme derrière elles, Lyra croisa mon regard. Elle fit une petite révérence, puis laissa la porte se refermer.

Ellie sourit. “Le grand Lance Godspell montrant son ventre doux à l’ennemi, qui l’aurait cru.”

“C’est une punition”, dis-je en jetant un regard noir à ma sœur.

Maman a posé sa tête sur mon épaule. “Avec toutes tes responsabilités, tu as peut-être une image à défendre auprès du public, mais il n’y a que nous ici. Tu n’as pas besoin de faire semblant devant ta famille”.

Ellie a éclaté de rire, mais je l’ai ignorée tandis que maman s’éloignait de moi et se dirigeait vers la cuisine. Elle a dû se faufiler autour de Boo, qui occupait presque toute la pièce.

“Tu veux manger quelque chose ? Ou tu vas te dépêcher de partir tout de suite ?”

J’ai envisagé d’ignorer la demande de Bairon pour au moins une heure ou deux afin de pouvoir passer du temps avec elle, mais le fait qu’il soit venu ici, dans notre maison, plusieurs fois en mon absence m’a mis mal à l’aise.

“Je devrais y aller”, ai-je dit. “J’espère que je serai bientôt de retour. Je ne serais pas contre quelque chose de chaud à manger, si tu peux récupérer ta cuisine.”

“S’il reste de la nourriture quand je l’aurai récupérée, tu veux dire”, dit-elle en se mettant sur la pointe des pieds pour voir par-dessus le dos de Boo. “Alors, vas-y. Le monde peut s’écrouler s’il est privé de toi pendant une heure, mais ta famille tiendra bon”.

J’ai fait un signe de la main et je me suis dirigé vers la porte. En chemin, j’ai soigneusement écarté le repose-pieds des pieds de ma sœur, ce qui l’a fait tomber à moitié de la chaise.

” Hey ! ” grommela-t-elle en me lançant une étincelle de mana qui grésilla contre l’éther dont ma peau était recouverte.

J’ai ri et j’ai ouvert la porte.

“Art ?

Je me suis retourné. Ellie arborait une expression sérieuse malgré la légère rougeur de son visage.

“Merci, tu sais, pour… m’avoir laissé venir avec toi, et pour m’avoir protégée et tout ça. C’était vraiment… cool.”

“Je t’aime aussi, El”, ai-je répondu avec un clin d’œil complice, avant de partir.

La randonnée à travers l’Institut des Terriens s’est déroulée sans encombre. Tu es silencieux, remarquai-je à propos de Régis en marchant. Normalement, il aimait bien sortir de moi dès qu’il le pouvait, mais il était resté sous forme de spectre près de mon noyau depuis avant la dernière ruine.

‘Je réfléchissais’, dit-il, d’un ton plus sérieux qu’à son habitude ‘Ce monde est foutu.’

Je me suis moqué. “Il l’est vraiment, n’est-ce pas ?” Les souvenirs de l’épreuve des djinns défilaient derrière mes yeux, s’attardant sur la ville en flammes.

Des moments comme celui-ci, avec ta famille, avec Caera de retour à Alacrya… tout cela est un peu mieux.

Je n’ai pu qu’acquiescer, et nous avons continué en silence.

Aux portes de l’institut des Terriens, je regardais la foule qui se pressait le long de la route. Mon passage attirait toujours l’attention, mais en ce moment, je n’avais aucune envie d’être l’objet de leurs regards. Au lieu de cela, j’ai canalisé l’éther dans le God Step.

Un réseau de lignes violettes interconnectées est apparu, recouvrant la ville devant moi, chaque ligne reliant deux points pour créer un réseau qui semblait relier chaque point à tous les autres.

En les regardant maintenant, j’ai constaté un changement subtil dans ma perspective, plus une prise de conscience du potentiel qu’un changement visible dans les chemins d’éther eux-mêmes. Lorsque j’avais appris à ne plus me contenter de “voir” les chemins, mais à les entendre et à les sentir sous la tutelle de Three Steps, j’avais ressenti comme un changement de perspective important dans ma vision des choses. Maintenant, je me sentais obligé de faire plus que simplement les voir et les entendre. Je voulais les saisir.

Les voies éthérées n’étaient pas simplement des portes, des outils à utiliser pour une simple navigation…

Je levai la main, attirée par ces courants de lumière améthyste qui représentaient une autre dimension. Mes doigts s’approchèrent des chemins et je sentis le godrune réagir à mes intentions.

En dehors des chemins éthérés, une pression descendante me donna un frisson glacial dans le dos.

Mon bras se dirigea vers la source d’énergie, l’éther s’enroulant autour de mes doigts et de ma paume tandis que je relâchais God Step.

L’éther enroulé autour de ma main s’estompa lorsque j’aperçus des plumes d’un vert olive vaguement familier.

Alors que les ombres s’éloignaient de la silhouette volante, je pouvais distinguer son corps aviaire et l’unique corne qui jaillissait de la tête du hibou.

Avier, me suis-je souvenu.

Ce hibou avait été le lien de Cynthia Goodsky, directrice de l’Académie Xyrus. Mais il avait disparu après son emprisonnement et sa mort.

“J’attendais ton retour”, dit le hibou en hochant sa tête cornue alors qu’il se posait sur un poteau.

” Alors, tu peux parler “, ai-je répondu. La plupart des animaux liés peuvent communiquer avec leur dompteur, mais très peu peuvent parler à quelqu’un d’autre. “C’est toi qui m’attendais ?”

“Tu es confus”, dit Avier. “Je comprends qu’on ne s’attende pas à me voir et que tu sois hésitant.”

J’ai haussé un sourcil. “Hésitant, méfiant, l’un ou l’autre marche.”

La tête d’Avier s’est inclinée et il m’a regardé avec de grands yeux intelligents. “Pour aller droit au but, Aldir m’a envoyé.”

Je me suis instantanément dégrisée, mais la mention du nom d’Aldir n’a fait que soulever d’autres questions. ” Tu étais le lien de Cynthia. Pourquoi travailles-tu avec Aldir ?” demandai-je, exprimant la question la plus immédiate.

Le hibou ébouriffa ses plumes vertes. “Ce n’est pas le cas. Mais j’ai attendu trop longtemps, Arthur. Il faut que tu viennes avec moi. Nous pourrons en discuter plus longuement pendant le voyage.”

Un mouvement attira mon regard sur la route, où deux nains suivis d’un groupe de gardes se précipitaient vers nous. En regardant de plus près, je reconnus les seigneurs Daglun Silvershale et Carnelian Earthborn. Je ne pouvais que regarder, mystifié, Carnelian faire signe à leurs gardes tandis que les deux seigneurs nains ralentissaient pour marcher rapidement sur les cinquante derniers mètres. Tous deux respiraient bruyamment en arrivant, s’inclinant d’abord devant moi, puis devant le hibou.

Daglun se racla la gorge. “Ah, Seigneur Avier, vous êtes parti si vite que nous n’avons pas pu terminer notre conversation. Avant que vous ne partiez, j’aimerais vous témoigner le respect de cette grande ville et vous souhaiter la bienvenue quand vous le souhaiterez.”

Pour ne pas être dépassé, Cornaline ajouta : “En effet, l’Institut des Terriens” – il agita une main calleuse vers les portes derrière nous – “serait très intéressé à vous accueillir pour un séjour plus long la prochaine fois. Nous avons beaucoup à apprendre l’un de l’autre, je crois.”

Les sourcils broussailleux d’Avier se haussèrent tandis que sa tête se tournait à moitié pour leur faire face. “Je crains que cela ne se produise pas, mais je vous remercie tous deux pour votre hospitalité. Adieu.”

Les deux seigneurs nains ne purent que regarder, stupéfaits, la chouette s’envoler dans les airs et se poser sur mon épaule. ” Partons par la troisième porte de l’est. Je crois que c’est ce qui nous mènera le plus rapidement à la surface.”

En y réfléchissant, je me suis rendu compte que je n’avais pas vraiment le choix. S’il y avait une chance de rencontrer Aldir, je devais la saisir. Je m’adressai aux seigneurs nains : “Veuillez informer Virion, les autres Lances et Alice Leywin que je quitterai la cité pour…”. Je m’interrompis, levant les sourcils vers le hibou sur mon épaule.

“Quelques jours, au moins”, répondit-il.

” Bien sûr, Lance “, s’empressa de dire Cornaline.

“Et qu’en est-il de l’Alacryen, Général ?” demanda Daglun, s’avançant pour être à quelques centimètres de nous, plus près que Cornaline.

“Le général Mica a entendu mes instructions et peut prendre la responsabilité du prisonnier jusqu’à mon retour “, dis-je, ne sachant pas pourquoi Daglun avait pensé à poser la question.

Les deux seigneurs nains échangèrent un regard confus, mais je les dépassais déjà pour me diriger vers la route. Skarn Earthborn, le cousin de Mica, se trouvait parmi les gardes nains, et nous avons échangé un signe de tête laconique.

La curiosité de mon compagnon s’éveilla. Je me demandais où était Aldir pendant tout ce temps. Il n’est pas vraiment discret, n’est-ce pas ? Mais Windsom s’est fait passer pour un commerçant, alors peut-être qu’Aldir tient un bar quelque part.

Avier m’a guidé vers la route et l’un des nombreux tunnels latéraux. De là, il a volé devant moi, me guidant vers le passage le plus proche vers la surface. Nous avons atteint le désert aride au crépuscule, alors que le soleil se couchait derrière les dunes.

“Comment voyageons-nous ? demandai-je tandis qu’Avier tournait autour de moi.

“Je te porterai sur mon dos, si tu le permets”, dit le hibou en s’arrêtant pour planer devant moi. “Ce sera le moyen le plus rapide.”

Je regardai attentivement le hibou vert olive. Il était un peu plus grand qu’un hibou normal, mais assez petit pour être confortablement installé sur mon épaule. “Et comment ça va se passer exactement ?”

‘Sans confort. En se tenant en équilibre sur la pointe des pieds.’ Régis gloussa à sa propre blague.

Le hibou émit un son plus reptilien qu’aviaire, puis commença à grandir.

Ses ailes s’étendirent rapidement, les plumes vert olive se transformant en écailles de la même couleur. Le cou court s’allongea et des pointes en forme de franges poussèrent le long de la colonne vertébrale. La chair épaisse et dépourvue d’écailles de ses ailes et de ses collerettes est devenue d’une pâle couleur dorée. Son bec s’allongea et s’élargit, devenant un visage reptilien avec une bouche béante pleine de crocs d’apparence dangereuse, et deux longues cornes se dressèrent à l’arrière de son crâne. Ses pattes épaisses et puissantes se terminaient par des serres recourbées comme des lames de faux, et une lourde queue pendait juste au-dessus du grès.

“Tu es une wyvern…” dis-je en me rappelant ce que j’avais entendu à leur sujet. Ils étaient extrêmement rares, descendants supposés des dragons qui n’interagissaient pratiquement jamais avec les humains, les elfes ou les nains. Et pourtant, celui-ci s’était lié à une femme humaine, une Alacryenne de surcroît. “Je ne l’ai jamais su.

“Cynthia a gardé ma vraie forme secrète à ma demande”, dit Avier, la voix plus grave et plus riche que sous sa forme de hibou. Le battement de ses ailes souleva du sable tout autour de nous, mais il se posa un instant plus tard, les protubérances griffues de ses ailes se recourbant vers l’intérieur pour qu’il puisse marcher dessus comme des pattes de devant. “Nous avons un long voyage devant nous.”

“Où allons-nous ?” demandai-je, sans bouger pour monter sur son dos.

Il souffla, et la force de son haleine fit voler mes cheveux en arrière. “Si tu ne me fais pas confiance, tu n’aurais pas dû venir jusqu’ici. Mais je vais te le dire. Aldir se trouve dans la Clairière des Bêtes. Je pourrai répondre à tes questions en chemin, mais il y a des choses que tu dois apprendre en temps voulu, et de la bonne source.”

Je ne vois pas comment nous pourrions refuser, pensai-je en demandant à Regis son point de vue.

‘Si c’est un piège, envoyer une étrange bête de mana que tu n’as pas vue depuis l’âge de quatorze ans est une drôle de façon de le mettre en place’, a-t-il fait remarquer. Au pire, je suis sûr que tu peux transformer l’expérience d’être mangé par un lézard volant de trente pieds de long en une sorte d’entraînement.”

Je réprimai l’envie de lever les yeux au ciel, conscient que le regard doré et ardent d’Avier était braqué sur moi. Au bout d’une seconde, j’ai cédé et j’ai sauté sur le dos de la wyvern, m’installant entre deux crêtes distinctes.

Avier n’a pas perdu de temps, il s’est élancé dans les airs et a déployé ses ailes pour attraper la brise chaude du désert. En faisant du sur-place, il se détourna du soleil couchant et s’élança comme une flèche vers l’ouest.

Bien qu’il m’ait dit qu’il répondrait à mes questions, nous avons très peu parlé pendant que nous volions. Il se déplaçait à une vitesse qui rivalisait même avec celle de Sylvie, et le vent qui coupait les franges de sa colonne vertébrale hurlait contre mes oreilles, étouffant toutes mes pensées. Je me sentis entraîné dans une rêverie mélancolique, le vol sur Wyvernback ramenant mon récent échec à ramener Sylvie au premier plan de mon esprit.

J’ai commencé à être plus attentif lorsque nous avons survolé les montagnes et pénétré dans la Clairière de la Bête. Alors que les pentes rocheuses cédaient la place à des forêts denses, j’activai Realmheart, à la recherche de tout ce qui était assez puissant pour constituer une menace. Plus nous volions, plus le paysage changeait. Nous traversions des étendues arides et sans vie, des marécages putrides et des lacs aux eaux cristallines. Nous nous dirigions vers le cœur de la Clairière des Bêtes, où vivaient des bêtes de classe S qui avaient effrayé même Olfred Warender.

Mais rien ne nous dérangeait, ce que j’attribuais à Avier lui-même. L’ancien lien de Cynthia m’a surpris une fois de plus, me faisant douter de sa puissance lorsqu’il s’est mis à dégager une formidable aura de protection, éloignant les bêtes mana prédatrices qui s’approchaient trop près de lui.

“Qu’est-ce que tu as fait ici depuis la mort de Cynthia ?”, hurlai-je au-dessus du vent. J’ai hurlé contre le vent, posant enfin la question que je voulais poser depuis qu’Avier avait révélé sa vraie forme à Darv.

“Pendant son emprisonnement, elle m’a libéré de mon lien”, répondit-il, sa voix portant facilement dans le vent. “Elle ne voulait pas que je prenne le risque d’attaquer le château pour la libérer. Je pense qu’elle se doutait de son destin et qu’elle ne voulait pas que je sois lié à elle quand cela arriverait. À sa demande, je me suis retiré dans la Clairière des Bêtes.”

“Je suis désolé”, dis-je, à voix basse, sans m’attendre à ce qu’il m’entende. “Elle méritait mieux que ce qui s’est passé.”

Avier a poussé un cri aigu qui a semblé traverser l’air comme une lame. Une fois qu’il s’est éteint, il a dit : “Elle t’aimait beaucoup.”

J’ai attendu, mais la wyverne n’a rien dit de plus, et je suis retombé dans un silence pensif.

Peu de temps après, il commença à descendre vers la forêt en contrebas. Des arbres d’une centaine de pieds de haut, avec des canopées aussi larges et des troncs aussi épais que des tours de guet, s’élevaient à notre rencontre. Des feuilles orange brûlantes se balançaient sous l’effet d’une brise constante, donnant à la canopée l’aspect d’un lit de charbons ardents.

Mais lorsque nous avons descendu sous la ramure, les ombres étaient aussi profondes qu’un ciel couvert, et ma vision était presque submergée par l’abondance de particules de mana. Les feuilles, les arbres, le sol lui-même, chaque aspect de la croissance naturelle était animé de mana. Des bêtes de mana d’une taille et d’une force impressionnantes se cachaient au loin, chacune portant une signature de mana puissante.

Pourtant, même ces bêtes de classe S étaient tenues à distance par l’aura protectrice d’Avier.

Soudain, nous avons de nouveau plongé, et j’ai cru que nous allions nous écraser directement sur le sol. Une ombre noire profonde dans la faible lumière de la canopée ne devint claire qu’au moment où nous y pénétrâmes, et Avier déploya ses ailes, attrapant un léger courant d’air ascendant et se mettant en vol stationnaire. Lentement, nous sommes descendus dans une fissure naturelle suffisamment large pour que deux wyvernes puissent voler côte à côte.

Étrangement, je ne sentais pas de mana à l’intérieur de la fissure, mais une pression désagréable s’exerçait sur mes oreilles, ce qui m’incitait à me méfier.

Alors que nous approchions du fond, des flammes s’allumèrent dans les appliques disposées autour de la crevasse, éclairant le sol sous nos pieds, sans doute pour éviter qu’Avier ne s’y écrase accidentellement.

Des formes d’un blanc crayeux recouvraient le sol, et lorsqu’Avier s’y posa, ses serres s’écrasèrent dans les détritus. Les os de centaines de bêtes mana tapissaient le sol.

Avier n’y prêta pas attention, marchant négligemment sur le tas d’ossements et entrant dans une grotte qui s’ouvrait sur le ravin. La grotte semblait sombre et vide, à l’exception de quelques os éparpillés, jusqu’à ce que des appliques s’allument de l’autre côté, révélant un grand ensemble de portes taillées dans un bois noir mat.

“Un donjon “, ai-je dit en glissant du dos d’Avier et en m’approchant de la porte. À peine visible dans la faible lumière, une sorte de scène avait été gravée dans le bois, mais il faisait trop sombre et les gravures étaient trop effacées pour qu’on puisse en saisir le sens. Je plongeai mon regard dans les yeux dorés d’Avier, qui brillaient subtilement dans l’obscurité. “Aldir est ici ?

“Oui,” confirma Avier “Mais nous devrons peut-être nous frayer un chemin jusqu’à lui.” Tendant une aile, il envoya une série complexe d’impulsions de mana dans le bois : un code ou une combinaison quelconque.

Les portes s’ouvrirent en silence, et l’haleine fétide du donjon se répandit sur nous, lourde de mort et de pourriture. Regis s’est manifesté à côté de moi, les flammes de sa crinière raides, comme un loup dont on aurait relevé les babines.

Côte à côte, Regis et moi sommes entrés dans le donjon. Avier nous suivit, ses ailes repliées sur elles-mêmes alors qu’il marchait sur les jointures. Lorsque les portes se sont refermées derrière nous, d’autres torches se sont allumées par magie, révélant une large chambre creusée dans la roche sombre. Des ossements, et même quelques cadavres plus récents, tapissaient les murs. Le sol était couvert de taches sombres qui craquaient sous nos pieds. À l’instant où les torches s’allumèrent, une ombre s’engouffra dans un grand et large tunnel qui s’ouvrait devant nous.

“Quel est cet endroit ?”

“Aucun aventurier n’a atteint ce donjon pour lui donner un nom. Nous l’appelons simplement le Bord du Vide”, répondit Avier. “Ses habitants sont surnommés les fléaux d’ébène. Je m’attendais à être de retour avant la réinitialisation du donjon, mais tu as mis trop de temps à revenir.”

Il y avait dans la voix d’Avier une pointe de méfiance qui me fit dresser les cheveux sur la tête.

Quelque chose bougea dans le tunnel sombre devant nous.

Des pierres crissèrent, et une bête de mana noire de jais, de la taille d’un ours, sortit de l’obscurité. Elle courait sur ses quatre membres musclés comme un gorille, bien plus vite que sa taille ne le laissait supposer. Son corps était d’un noir brillant comme de l’obsidienne, avec une tête sans yeux en forme de pelle qui dépassait comme une arme. Trois cornes incurvées s’étendaient vers l’avant, deux sur les côtés de la tête plate et une en bas, à l’endroit où se trouverait normalement un menton ou une mâchoire inférieure. Entre les trois cornes, une bouche béante pleine de dents jaunes de la taille d’une dague brillait comme un rictus.

Avier passa devant moi en glissant sur ses ailes déployées. Une de ses griffes s’abattit sur le cou du fléau d’ébène, protégé par des protubérances osseuses qui partaient du sommet de son crâne et s’étendaient sur la moitié de la longueur de son corps. Malgré sa taille, la bête de mana fut écrasée au sol sous le poids d’Avier, mais ses griffes ne firent qu’effleurer l’extérieur du crâne, dur comme de la pierre.

Les ailes toujours déployées pour garder l’équilibre, Avier utilisa sa griffe libre pour déchirer le flanc et le ventre du fléau qui se débattait contre lui, se tordant suffisamment pour placer une énorme main à trois griffes autour de la cheville d’Avier. Après un moment de lutte entre la force du fléau et le mana d’Avier, le fléau transperça les écailles d’Avier, tandis que les serres d’Avier s’efforçaient de blesser le fléau.

L’éther prit la forme d’une épée et j’enfonçai mon pied dans le sol. Le monde se brouilla tandis que Burst Step me propulsait vers la bête de mana, la lame translucide perçant un trou dans son crâne épais avec un craquement.

Même avec un trou dans le crâne, la bête mana refusait de céder, frappant un bras aussi épais que mon torse comme un bélier.

J’ai enfoncé mon coude pour bloquer son attaque, mais la force de l’impact m’a déstabilisé.

Regis fut au-dessus de lui en un instant. L’une des cornes bloquées entre ses mâchoires, il lui fit tourner la tête. Le fléau d’ébène poussa un rugissement de défi et de rage, et le cou d’Avier s’abaissa comme un cobra. Ses mâchoires s’ouvrirent et un flot de flammes émeraude se déversa dans la gueule ouverte du fléau.

Le monstre de mana trembla, sa chair se fissurant en plusieurs endroits, laissant s’échapper des langues de flammes vertes.

Le feu d’Avier continua pendant plusieurs secondes avant de se calmer. Les restes de fumée ne bougeaient plus, et Avier et Regis reculèrent.

Je me brossai et m’approchai pour observer le cadavre.

La chair durcie était formée d’une roche dense, ressemblant plus à un exosquelette qu’à une peau.

La langue longue et fine d’Avier sortait et léchait la plaie sanglante de sa jambe. Des flammes s’élevèrent à cet endroit et les écailles se cicatrisèrent. “Continuons.”

Dans la section suivante du donjon, nous avons trouvé une chambre qui se divisait en trois directions différentes. Des cadavres de fléaux d’Ebon étaient éparpillés sur le sol et empilés contre les murs. Certains étaient brisés en deux, les carapaces de pierre d’autres étaient marquées de profondes marques de griffes. L’un d’entre eux avait une corne de fléau plantée dans sa gorge et dans son crâne, où elle a dû détruire le noyau de la bête.

“Ces bêtes de mana se battent-elles souvent entre elles ?” Je demandai à Avier, mais sa tête pivotait et il ne répondit pas immédiatement.

Nous nous sommes mis en position de défense, Regis à mes côtés, ses flammes se déchaînant, tandis qu’Avier tournait de l’autre côté, une fumée âcre s’échappant de ses mâchoires.

Conjurant une nouvelle épée et reprenant pied, je m’attendis à ce que des pas lourds et sourds résonnent dans le couloir.

Mais ce n’est pas la silhouette trapue et bestiale d’un fléau d’ébène qui est apparue.

C’est une imposante statue d’homme qui s’est avancée dans la pénombre, flanquée d’une bête de mana ressemblant à un ours et faisant facilement le double de la taille de Boo, avec une riche fourrure couleur acajou et des marques noires comme des cicatrices sur le visage.

Avier se détendit. “Evascir. C’est bon de te voir.”

Je me rendis compte que la silhouette statuaire était en fait enveloppée d’une couche de pierre, comme un golem pilotable. Au moment où je m’en rendis compte, la manifestation de pierre s’effrita et un homme musclé en sortit. Son crâne était chauve, sa peau de la couleur du calcaire gris. Dans son armure de terre, il mesurait dix pieds de haut, mais même sans elle, il faisait plus de sept pieds. Le poids de son aura aurait suffi à écraser la plupart des gens sur le sol.

Cet homme était un asura.

” Bon timing, Avier “, dit l’homme, son regard se posant sur la blessure de la wyvern. “Comme tu n’étais pas encore rentré, j’ai décidé de nettoyer le donjon. Je crois que j’en ai raté un.”

“Quoi qu’il en soit, tu nous as fait gagner un temps précieux”, répondit Avier. “Merci d’être venu.”

L’asura fit un signe de tête à la wyverne avant de me regarder d’un œil spéculatif. “C’est celui que vous avez été envoyé chercher ? J’espère qu’il est aussi puissant que beau.”

“Ce n’est pas pour rien que je l’appelle princesse”, ajouta Regis avec un sourire lupin.

” Ton premier jugement est-il un test formel ou une observation ignorante ? ” demandai-je, rejoignant son regard sans sourciller.

L’asura – un titan, pensais-je – laissa échapper un rire puissant, pur et joyeux. “Non, ce n’est pas un test, et peut-être un peu biaisé plutôt qu’ignorant, inférieur”. Il fit un geste vers son compagnon ours surdimensionné, qui s’écarta pour laisser passer Avier, Regis et moi. “Venez. Quittons la misère nauséabonde de ces donjons et rentrons chez nous.”


Commentaire

4.3 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Rayane Confidentiel
1 année il y a

Moi qui penser que Arthur reverrais Caera dans ce chapitre 🥲

Thanatos _0173
1 année il y a

Merci Ych pour les chapitres, j’attends chaque dimanche avec impatience pour pouvoir lire le nouveau !

Terminascout .
1 année il y a

Arthur : Bairon a sûrement un truc extrêmement important à me dire. (Genre Caera)
Arthur 2 sec plus tard : Youpie je vole !
Ce gars est plus que frustant.
En tout cas merci pour la traduction

Wyverne
1 année il y a

frrrrrrrrrr caera T-T on s’en blc de aldir c bon wsh 😂😭😭

SØZ ŌX
2 mois il y a

J’ai trop le seum je voulais trop voir Caera revoir Arthur

error: Le contenu est protégé !
5
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser