the beginning after the end Chapitre 417

Faux souvenirs

CECILIA

Mon corps tout entier tremblait de convulsions que je ne pouvais réprimer alors que le pouvoir en moi griffait et martelait pour sortir. Sous moi, le petit lit que j’avais fini par accepter comme le mien cliquetait contre le plancher, le cadre en bois craquant comme des aiguilles de pin dans un feu. Mes yeux ne se fermaient pas, ils fixaient la pièce sans fioritures, la ligne de leur regard étant plus déterminée par les mouvements de ma tête que par une quelconque intention de ma part.

Il y avait une sensation de coup de poing furieux contre l’intérieur de ma poitrine, et pendant un moment sauvage, j’étais certaine que le pouvoir essayait de se frayer un chemin hors de moi. Puis j’ai entendu des voix derrière la lourde porte de fer de ma chambre, et j’ai réalisé que la sensation n’était que le battement de mon cœur qui faisait une embardée écœurante.

Je voulais crier, leur dire de s’en aller, qu’ils ne pouvaient en aucun cas s’approcher. C’était trop, cette fois. Je pouvais voir le ki dans l’air, coupant dans toutes les directions.

Mais la porte s’ouvrait, et je ne pouvais pas pousser l’air à travers ma gorge serrée.

Encadré dans l’ouverture, je pouvais juste distinguer le directeur Wilbeck et quelques autres. Randall, le grand homme qui aidait à nettoyer derrière nous tous les enfants, était penché en avant, une main levée pour protéger ses yeux de l’énergie qui fouettait l’intérieur de ma chambre. Il a hésité, et juste avant qu’il ne fasse un pas en avant, une silhouette beaucoup plus petite a foncé dans la pièce devant lui.

Nico, ai-je pensé, mon cœur se serrant à parts égales de peur et de gratitude.

Nico a esquivé une explosion de ki qui a frappé Randall à la poitrine, soulevant le grand homme et le projetant contre le mur.

“Tu ne peux pas !” J’ai dit, les mots sont finalement sortis entre mes dents serrées. “Tu vas te blesser.”

Mais quelque chose n’allait pas. Que ce soit à cause de la tempête de ki qui détruisait la pièce ou de mon propre affaiblissement du sens de la perception, Nico commençait à se brouiller – ou plutôt, Nico restait brillamment, vibrant de clarté, la chose la plus claire de la pièce, tandis qu’un halo flou l’entourait. J’ai essayé de me concentrer, mais fixer le halo me faisait terriblement mal à la tête.

Nico rampait vers moi, tendant la main vers moi. Je ne pouvais pas le regarder et me suis donc détournée, mais je pouvais toujours le voir du coin de l’œil. L’image claire de Nico et le halo flou se sont séparés en deux images individuelles.

L’une était Nico, nette et claire, le visage figé dans une grimace héroïque alors qu’il résistait à l’assaut de ki que ma crise déclenchait.

L’autre, l’image floue, était un garçon de notre âge, la sueur coulant sur un visage tordu de désespoir alors que le ki enflait en lui.

Le lit s’est disloqué, les plumes, le tissu et les morceaux de bois ont tourbillonné dans l’air et se sont mis à tournoyer autour de moi comme s’ils étaient piégés dans une tornade miniature. Je me suis sentie soulevée. Les deux garçons l’étaient aussi, Nico tiré d’un côté, le garçon flou de l’autre. Toutes les quelques secondes, ils se chevauchaient, devenant une seule et même silhouette, puis se séparaient à nouveau, culbutant bout à bout.

Puis la pièce s’est effondrée, puis l’orphelinat, tandis que la tempête de mon ki s’amplifiait, enlevant couche après couche du monde et le laissant tout nu.

Nico et le garçon flou se sont soudainement séparés en des dizaines de copies d’eux-mêmes, chacune légèrement différente, comme la lumière à travers un kaléidoscope. Ils ont commencé à tomber comme des flocons de neige, se laissant dériver vers le bas en autant de scènes qui se chevauchent, des images de mes souvenirs de vie – chacune jouée côte à côte, Nico – toujours net et visible – effectuant les mêmes mouvements que le flou qui se déplaçait comme une ombre juste derrière lui.

Mes yeux se sont ouverts.

En me penchant, j’ai relâché la pression qui s’était accumulée en moi. Un préposé a poussé un seau sous mon visage juste à temps pour récupérer le contenu de mon estomac, et quelqu’un a tapoté mes cheveux et roucoulé des bruits doux et réconfortants.

“Dites au Haut Souverain qu’elle est réveillée”, a dit discrètement une voix désincarnée à proximité.

Maintenant que le rêve était terminé, mon esprit éveillé pouvait sentir les vides entre les doubles souvenirs – des endroits dans mon cerveau où Agrona avait remplacé mes souvenirs originaux par des souvenirs fabriqués. Mais même les reconnaître était comme mettre un doigt dans une plaie ouverte, déclenchant une autre vague de vomissements qui rendait mon esprit vide.

Grey, j’ai réalisé, le contexte des souvenirs saignant à travers la brume obscurcissant l’œil de mon esprit. Tant de Grey dans ma vie… tant de trous vides remplis, ou pavés avec Nico…

Ressentant une vague de panique nauséeuse qui a déclenché une autre vague de vomissements, j’ai essayé de rechercher dans mes souvenirs les parties beaucoup plus tardives de notre relation, des moments que je n’avais jamais complètement acceptés lorsqu’ils étaient vus à travers ce corps, terrifiée de ce que je trouverais.

Mais… elles étaient intactes. C’était réel. Notre amour était réel.

Alors que les nausées se dissipaient dans mon corps fatigué et endolori, je me suis penché en arrière et j’ai fermé les yeux, n’apercevant que l’assistant aux cheveux bruns qui tendait un chiffon pour nettoyer mes lèvres et mon menton.

“Voilà, mon amour, détends-toi”, dit-elle avec un soupçon d’accent vechorien.

Je n’avais aucune notion du temps qui passe, et perdais toute cohérence alors que mes pensées dérivaient de souvenir en souvenir. Je pouvais sentir les lignes de faille entre les souvenirs réels et les souvenirs fabriqués de la même manière que la langue ressent l’écart d’une dent manquante. Sans aucune orientation directe, mon esprit semblait se précipiter d’un souvenir à l’autre, explorant les profondeurs intérieures de lui-même, traçant et donnant un sens au changement de ma conscience.

Que ce soit une minute ou une heure plus tard, une présence étouffante est apparue à mes côtés, repoussant tout le reste pour se faire une place.

Mes yeux se sont ouverts. Agrona était à mon chevet, me regardant avec un léger froncement de sourcils qui traduisait à la fois l’inquiétude et la préoccupation.

“Comment vous sentez-vous ?” a-t-il demandé, ses yeux écarlates fixés sur les miens. “Mes meilleurs médecins et guérisseurs sont venus te voir, et ils disent que, physiquement, tu es indemne.”

“Je vais bien”, lui ai-je assuré, les mots me grattant la gorge. Lorsque les cornes qui s’étendent au-dessus de sa tête se sont légèrement inclinées, j’ai dit : “Honnêtement. Il ne m’a pas fait de mal.”

Agrona, dont les mains étaient jointes derrière son dos, était entièrement immobile lorsqu’il a demandé : “Cecilia, pouvez-vous me dire ce que vous faisiez dans ce bloc cellulaire ?”

J’ai froncé les sourcils, en prenant un air frustré, et j’ai regardé mes pieds. “Pardonnez-moi, Agrona. Je sais que je n’aurais pas dû être là, mais…” J’ai traîné en longueur lorsque j’ai senti les vrilles de la magie d’Agrona sonder mon esprit. Comme des doigts pétrissant le tissu mou de ma conscience, ils ont fouillé mes pensées, à la recherche de la vérité et de la contre-vérité. Mais…

“Continuez”, a-t-il dit, toujours immobile.

” Le préposé de Nico, Draneeve, est venu me voir… il m’a dit que Nico agissait bizarrement, qu’il était obsédé par l’idée que le Souverain Kiros avait des informations dont nous avions besoin, quelque chose qu’il avait peur de vous demander. Draneeve a dit que Nico s’était faufilé pour interroger le Souverain, et j’ai donc suivi.”

Pendant que je parlais, je gardais la moitié de mon esprit sur la magie de sondage. Elle traçait le chemin de mes pensées et caressait les mots à mesure qu’ils se formaient dans ma tête, avant même qu’ils n’atteignent ma langue. J’avais ressenti cette même sensation des centaines de fois auparavant, mais quelque chose était différent à ce moment-là.

“J’aurais dû venir te voir et te le dire tout de suite”, ai-je admis en laissant mes yeux se fermer. “Kiro a essayé de me tuer.”

Des doigts puissants ont saisi mon menton et ont légèrement tourné ma tête. Quand j’ai ouvert les yeux, je fixais le visage d’Agrona. “Oui, vous auriez dû. Nico a été stupide de ne pas me poser directement ses questions, et vous avez été stupide de le poursuivre pour le sauver. C’est une faiblesse, facilement exploitée par ceux qui veulent vous faire du mal, même ici à Taegrin Caelum. Si vous souhaitez vraiment gagner ma guerre et retourner à vos vies d’origine, vous devez le garder en sécurité.” Le nez d’Agrona s’est légèrement plissé en signe de dégoût. “Surtout de lui-même. Ce qui peut signifier raccourcir sa laisse.”

“Oui, peut-être”, ai-je dit sans conviction.

J’ai toujours trouvé difficile de discuter de ce genre de choses avec Agrona. Il faisait paraître les choses si simples, alors qu’en réalité, c’était tout sauf ça. Nico était sensible, gêné et enclin à l’héroïsme. Je savais qu’il se sentait de plus en plus mis à l’écart par mon pouvoir croissant, ce qu’il avait beaucoup de mal à gérer. Non pas parce qu’il voulait être le plus fort ou le plus important, mais parce qu’il voulait me garder en sécurité.

“Où est-il ?” J’ai demandé, réalisant soudainement que Nico n’avait pas été présent lorsque je m’étais réveillée, et ce que cela pouvait signifier. “Nico ?”

Agrona m’a fait un sourire compréhensif et a tendu la main pour passer ses doigts sur mes cheveux. “Il a été temporairement confiné jusqu’à ce que je puisse avoir une compréhension plus complète des événements avec Kiros. Je veillerai à ce qu’il soit libéré pour venir vous voir immédiatement. Mais maintenant que je sais que tu es indemne, je vais te laisser te reposer.”

Il a commencé à se détourner, a fait une pause, puis a jeté un regard en arrière vers moi. “Cependant, il y a une autre question que je dois vous poser.” Son ton était léger, curieux, presque nonchalant. “As-tu absorbé une partie du mana de Kiros quand il a essayé de te tuer ?”

Les vrilles sondeuses étaient toujours dans mon esprit, mais j’ai finalement réalisé ce qui était différent d’avant : il était réservé, limitant son utilisation du mana.

Est-ce de la bonté, ou autre chose ? Je me suis demandé. Il m’avait déjà dit à quel point son type de magie mentale pouvait être dangereux, s’il n’était pas manié avec précaution et par quelqu’un ayant le contrôle et la perspicacité appropriés.

Sans cette prise de conscience, je ne pense pas que j’aurais eu le courage de faire ce que j’ai fait.

“Non, Agrona. Vous l’aviez interdit. Même si cela a failli me coûter la vie, je n’ai pris aucun mana au Souverain.”

La fine ligne qui s’est formée entre ses sourcils était le seul signe extérieur de ses sentiments. Il a hoché la tête, faisant cliqueter les ornements de ses cornes. Je pensais qu’il avait l’intention de partir, mais au lieu de cela, il s’est retourné vers moi, tapotant mon tibia d’une main. “Tu devrais te concentrer sur le traitement du mana persistant du phénix dans ton corps. Ton noyau est proche de l’intégration, je peux le sentir.” Il a montré ses dents dans un sourire affamé. “Tu seras la première dans beaucoup, beaucoup de générations de mineurs à le faire.”

Je suis resté silencieuce. Les vrilles de magie dans mon cerveau s’étaient calmées, et je ne pouvais pas lire les intentions d’Agrona.

“L’intégration est une étrange bizarrerie de ta biologie d’inférieur”, a-t-il dit en me dépassant et en regardant à travers le mur dans une vision lointaine que lui seul pouvait voir. “Pour un asura, une telle chose est inimaginable. Lorsque nous devenons plus forts, nos noyaux grandissent aussi. Plus un asura vit longtemps, plus il grandit. Pas en taille, mais en puissance et en force. Et pourtant, étrangement, nous sommes toujours contraints.”

“De quelle manière ?” J’ai demandé, en hésitant. Agrona n’était généralement pas enclin à la simple conversation, et je me sentais certaine qu’il y avait un but plus profond derrière ses mots.

“L’intégration, je crois, est la clé pour déverrouiller un nouveau niveau de compréhension magique. Je l’ai poursuivie parmi mes adeptes pendant des décennies, mais elle s’est avérée assez insaisissable. Votre rôle en tant qu’Héritage, cependant, vous a mis sur la piste d’une fraction seulement du temps que j’ai investi. C’est tout à fait remarquable. Vous demandez pourquoi les asuras sont contraints, et je vais vous le dire.” La pression de sa main sur mon tibia s’est resserrée. “Nous avons le pouvoir, mais nous n’évoluons pas. Vous, les moindres, vous vous reproduisez comme des insectes, et chaque génération change, mue la carapace de leurs prédécesseurs et devient quelque chose de nouveau. Dans le changement il y a l’opportunité, et dans l’opportunité le pouvoir.”

“Comme… des insectes ?” ai-je demandé, presque amusé par cette comparaison peu flatteuse.

Agrona a fait un geste dédaigneux de la main. “Une fois que vous aurez atteint le stade de l’intégration, vous serez alors en mesure d’accéder pleinement à votre pouvoir en tant qu’Héritage. Jusque-là, ne laissez pas des revers mineurs perturber votre progression. La défaite d’hier devient la leçon qui informe la victoire de demain.”

Il s’est redressé et a lissé le riche tissu violet de sa chemise. “Des êtres comme nous deux ne peuvent pas se permettre de laisser échapper la moindre leçon, Cecil. Tu dois tout absorber, intérioriser chaque leçon, et ensuite armer ce que tu as appris. Est-ce que tu comprends ?”

Je me suis mordu le côté de la joue, incertain si je comprenais vraiment, mais après un moment, j’ai hoché la tête.

“Repose-toi, alors, et réfléchis à mes paroles”, a-t-il dit, puis il s’est éloigné. Ce n’est qu’alors que j’ai réalisé que j’étais seul, et que tous les assistants et les guérisseurs m’avaient quitté.

Je me suis enfoncé dans le lit et j’ai fixé le plafond indescriptible de ma chambre, forçant chaque inspiration et expiration, profonde et régulière. Malgré tout ce qu’Agrona avait dit à propos de l’absorption, de l’intériorisation et de l’intégration, j’ai vu mes pensées dériver loin de ses conseils non suivis et vers Nico.

J’avais toujours su de quoi Agrona était capable. Quand il apaisait mes émotions ou m’aidait à enterrer ses souvenirs, je savais ce que nous faisions. Il avait même limité mon accès aux souvenirs de ma propre vie antérieure avec ma connaissance, attendant que je sois assez forte avant de me révéler certaines choses.

Mais cela avait été pour ma propre protection, et souvent sur mon insistance. Ou du moins, c’est ce que j’avais pensé. Pourquoi Nico et Agrona avaient-ils jugé nécessaire de modifier certains de ces souvenirs, en insérant Nico à la place de Grey… Je n’arrivais pas à m’y retrouver. Une grande partie de ma relation avec Nico – toutes les meilleures parties, même – étaient réelles et vraies. Mais ils l’avaient construit, essayé de le rendre plus… héroïque.

Et ils ont pratiquement effacé Grey de ma vie. Juste pour m’aider à le détester ?

Cela n’avait pas été nécessaire. Je l’ai détesté uniquement au nom de Nico – sauf que, en examinant l’émotion qui se développait dans ma poitrine, je devais reconnaître que ce n’était pas de la haine que je ressentais. Je me suis fermement accroché à la résolution que je ressentais en le tuant pour libérer Nico de sa rage. Cela, au moins, était encore vrai. Je n’avais pas besoin de le haïr pour le détruire.

Alors que je considérais cela et bien d’autres choses, mes yeux sont devenus de plus en plus lourds et je me suis endormi.

J’ai eu l’impression de n’avoir fermé les yeux qu’un instant, cependant, lorsqu’un petit coup frappé à la porte m’a réveillée à nouveau.

“Cecilia ?”

Un sourire endormi s’est répandu sur mon visage. “Entrez.”

Le loquet a cliqué, et Nico est entré dans la pièce. Il a refermé la porte derrière lui, puis s’est dirigé vers le pied du lit, regardant tout partout sauf moi. Il s’est assis avec raideur, se soutenant sur un bras mais sans me toucher. Le silence entre nous s’est installé jusqu’à devenir gênant.

“Ont-ils été méchants avec toi ?” J’ai demandé quand je n’en pouvais plus. “S’ils l’étaient, je…”

“Non”, a-t-il répondu tardivement, la voix douce. “Est-ce que tu… comment te sens-tu ?”

J’ai observé le côté de son visage tandis qu’il fixait ses genoux. Il était pâle – enfin, plus pâle que d’habitude – et il avait une expression renfermée. Ses doigts s’agitaient nerveusement contre le côté de sa jambe. Malgré la façon dont son corps semblait drapé sur lui-même, il était également tendu. Quelque chose n’allait clairement pas.

“Je vais bien, honnêtement. Sauf, eh bien…” J’ai avalé lourdement. “Je lui ai menti, Nico. Tu m’as fait faire ça. Tu le laissais sortir, mais je ne comprends pas pourquoi. S’il te plaît, dis-moi pourquoi nous avons fait ça.”

Nico m’a jeté un coup d’œil, mais seulement pour le plus court instant. “Je suis désolé, Cecilia.” Il est devenu silencieux, et je pouvais le voir mâcher l’intérieur de sa joue. Le silence a duré assez longtemps pour que je ne pense pas qu’il allait me répondre, mais il s’est remis à parler. “Je suis vraiment content que tu ailles bien. Je ne pensais pas que – j’aurais dû deviner que Kiros ferait quelque chose comme ça. Je ne voulais pas que tu sois blessée, j’ai juste pensé, eh bien, il pourrait – je ne sais même pas, vraiment – que si tu… hum…” Il a traîné, s’est éclairci la gorge, puis m’a regardé pour de bon.

Je me suis assise, tirant mes jambes sous moi pour être assise en tailleur, puis je me suis penchée vers lui. “Tu as de la chance que Draneeve ait jugé bon de venir me le dire. S’il ne l’avait pas fait, tu serais…” Lorsque j’ai mentionné Draneeve, le poing de Nico s’est enroulé dans le tissu de ma couverture. “Ne t’en prends pas à lui, Nico Sever. C’est grâce à Draneeve que tu es en vie.”

“Non, c’est grâce à toi que je suis en vie”, a-t-il lâché entre ses dents serrées. “Draneeve est un traître. Vous n’avez aucune idée de ce qu’il a fait.”

“Est-ce pire que ce que vous avez fait ? Ce que j’ai fait ?” J’ai demandé d’un ton ironique, puis j’ai immédiatement regretté de m’être laissé aller à la frustration alors que Nico se repliait sur lui-même. “Ne nous battons pas, d’accord ? Je suis désolé.”

Il a acquiescé rapidement. “Je sais. Moi aussi.” Il a cherché mes yeux pendant un long moment avant de reprendre la parole. “Tu es sûre que tu te sens bien ? Est-ce que quelque chose est… différent ? Tu sais, avec le mana du basilic”, a-t-il ajouté rapidement.

À part le fait de me sentir me défaire un souvenir à la fois ? J’avais envie de dire, mais je me retenais. Je n’avais aucun moyen de savoir ce que Nico pouvait savoir sur ce qu’Agrona avait fait exactement, le genre de changements qu’il avait effectués, et je ne pouvais pas me résoudre à lui demander.

Puis, avec la reconnaissance inconfortable de ma propre stupidité, j’ai souffert de la réalisation effrayante que l’esprit de Nico a pu être manipulé tout comme le mien. Seulement, sans aucun moyen de briser la magie d’Agrona, il serait toujours piégé dans ces faux souvenirs. Mon hésitation à en parler m’a soudainement semblé presque prémonitoire, car attirer l’attention sur les doubles souvenirs sans d’abord établir une sorte de cadre pourrait déclencher toute sorte de réaction de la part de Nico. Il pourrait entrer dans une colère noire, se précipiter directement sur Agrona dans une sorte de réponse préprogrammée, ou faire une dépression mentale complète.

Agrona a-t-il aussi remplacé Grey dans votre esprit, pour faire de vous des ennemis ? Je me suis demandé. Ou bien n’a-t-il fait que prendre la haine que vous ressentiez déjà et l’alimenter, en rognant les bons moments et en ne laissant que les mauvais ? Agrona était comme un chirurgien avec un scalpel, prudent dans ses incisions et ses coupes. Mais je n’avais aucun doute qu’il pouvait manier son pouvoir comme une hache si cela lui convenait.

“Cecilia ?” Nico a demandé.

J’ai cligné des yeux plusieurs fois, réalisant que j’avais été entraînée au fond de mes propres pensées. “J’étais juste… en train de m’inspecter, je suppose. Mais non… je ne sens pas de changements majeurs en moi. Peut-être sera-t-il plus facile de manipuler le bouclier autour de Sehz-Clar, cependant ? Je veux dire, certainement que si le mana du phénix a aidé, alors le mana du basilic doit être encore meilleur, non ?”

Plusieurs émotions semblaient éclairer le visage de Nico en même temps avant qu’il ne les maîtrise. “Oui, bien sûr. Les bons côtés, non ?” Il a essayé de sourire, mais c’était faible et douloureux. “Pourquoi ne l’as-tu pas dit à Agrona ?” a-t-il demandé soudainement, me prenant au dépourvu.

“Je-je ne suis pas sûr…” J’ai balbutié, me penchant en arrière et laissant ma tête reposer contre le mur.

Nico s’est resitué, s’asseyant plus complètement sur le lit et me faisant directement face. “Et tu ne penses pas qu’il le savait ? Il peut sentir les mensonges… pratiquement lire dans les pensées, je pense.”

J’ai secoué la tête, certain de mes observations précédentes. “Il se retenait pour une raison quelconque. Je pense qu’il avait peur de me faire du mal.”

Nico s’est moqué, mais j’ai rapidement tendu la main et saisi son poignet. “Non, écoute. Je sais que tu as souffert de ses mains, Nico, et je suis tellement, tellement désolé pour cela. Mais il se soucie de nous, et de ce monde, et de son propre monde au-delà. Il y a une passion, une gentillesse et une solitude profondément enracinées en lui qu’il garde enfermées, mais je sais qu’elles sont là. Tout comme je sais qu’il peut faire ce qu’il dit… nous donner une vie ensemble, une vraie vie, dans nos propres corps, dans notre propre monde.”

Malgré tout, je savais que c’était la vérité. Agrona avait un esprit inhumain, et il faisait des choses que d’autres pouvaient considérer comme immorales, mais il n’était pas juste de le juger sur la moralité d’êtres inférieurs. Mon esprit était le mien, non altéré par une quelconque magie étrangère, sans influence extérieure insistant sur ma loyauté ou mes soins, et mes sentiments envers Agrona et ce monde n’avaient pas changé.

J’aurais souhaité que Nico et Agrona n’aient pas jugé nécessaire d’altérer mes souvenirs, de me cacher ces choses, mais rien de ce que je voyais dans ces faux souvenirs ne faisait de différence. Mes sentiments pour Grey, peut-être, étaient plus compliqués que je ne l’avais réalisé ; le fantôme de sa présence dans mes souvenirs altérés avait été plus facile à gérer, plus simple, et je pouvais comprendre pourquoi cela avait été préférable pour nous tous, même pour moi. Mais Grey n’était pas ma priorité.

J’ai ouvert la bouche pour continuer à parler mais je me suis étouffé avec les mots. Un nouveau souvenir a fait surface, mais j’ai eu du mal à lui donner un sens alors que deux voix parlaient comme une seule, deux personnes jouant le même rôle, l’une claire et l’autre un halo délavé, tout comme dans mon rêve. C’était le dernier souvenir qu’Agrona avait débloqué pour moi, et alors que je le revivais – maintenant en tenant à la fois le faux et le vrai souvenir, l’un posé sur l’autre – mes yeux se sont lentement élargis, ma respiration était faible et superficielle.

“Cecilia ? Cecil ! Qu’est-ce qui ne va pas ?”

Des mains sur mes épaules, une légère secousse, un souffle chaud sur mon visage…

“N-rien”, ai-je balbutié, luttant pour me reprendre, incapable de tenir le présent et les deux souvenirs dans mon esprit simultanément. “Tout m’a juste… rattrapé d’un coup, je suppose.”

Nico a sauté du lit, passant nerveusement une main dans ses cheveux noirs. “Bien sûr, je ne voulais pas… Je vais partir. Tu as besoin de te reposer.”

Alors que je luttais même pour garder les yeux ouverts et sans larmes, j’ai enregistré Nico fouillant mon visage une dernière fois. Puis, sans même un adieu, il a tourné le talon et a quitté la pièce en courant.

Je me suis effondré sur le côté et me suis mis en boule, fermant les yeux pour bloquer le présent visuel, permettant à la mémoire partagée de continuer à jouer derrière mes paupières.

En elle, sous la fausse version fabriquée par Agrona, je m’écoutais dire toutes ces choses amères et viles à Grey. Je l’ai raillé et insulté, j’ai joué avec lui… toutes les choses que j’avais pensé qu’il m’avait fait. Sauf qu’à la fin, après que son épée ait plongé à travers mon corps, il y avait plus. Seul le faux souvenir s’est éteint, permettant à ce qui se cachait derrière d’être mis en évidence.

Lorsque sa lame a transpercé ma poitrine, mon sang a coulé sur ses mains et ses bras. Je me suis appuyée de tout mon poids sur lui, la poignée de son épée entre nous, et j’ai enroulé mes bras autour de lui, presque comme une étreinte.

“Je suis désolé, Grey. C’était… le… seul moyen”, ai-je dit, le sang bouillonnant dans mes poumons et souillant mes lèvres.

Il a relâché l’épée, et mon corps s’est affaissé contre lui. “P-pourquoi ?”

“Aussi longtemps que… je vivrai… Nico sera… emprisonné – utilisé contre moi.”

Il a trébuché en arrière, et je suis tombée sur lui, enfonçant sa lame encore plus profondément en moi. J’ai laissé échapper un souffle de douleur, mais je l’ai à peine senti. La majeure partie de mon corps était déjà froide.

“Non… non, ce n’est pas possible…” Grey a bafouillé.

Il m’a tenu dans ses bras, tremblant, jusqu’à ce que le souvenir s’estompe au noir.


Commentaire

5 5 votes
Note
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ranga Tempest
10 mois il y a

Essaye encore de défendre Agrona maintenant que t’as vu ça Cecilia 🙁

Tsion Journo
4 mois il y a

Mais si elle se remet du côté d’agrona après ça je pète un câble

leit leit
3 mois il y a

si elle trouve toujours un moyen de defendre agrona c trop grave comment le perso veut pas evoluer

SØZ ŌX
2 mois il y a

Cecilia elle a intérêt à faire marcher son cerveau là

error: Le contenu est protégé !
4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser