the beginning after the end Chapitre 40

Nouveaux vents

« Frère, réveille-toi !!!! »

« Oof ! » J’ai gémi, le vent expulsé de force de mes poumons lorsque ma sœur a sauté sur moi.

En frottant mon sternum douloureux, j’ai haleté : « Ellie, tu n’es plus une petite fille. Tu vas me faire sérieusement mal un jour. »

« Tu me traites de grosse, frère ? » Ellie a feint un souffle.

« Extrêmement ! » ai-je ajouté en la jetant hors de moi. Ma petite sœur a poussé un cri de surprise quand je l’ai chatouillée.

Cette petite coquine, qui n’apprend que des choses inutiles dans cette école pour dames ou autres.

Après une reddition pleine de larmes de ma sœur, je me suis retourné pour voir Elijah déjà douché et habillé, ses lunettes encore embuées par la vapeur. « Je te jure, tu dors comme un loir, Art. Ta femme va sérieusement devoir utiliser des sorts pour te réveiller quand tu seras plus vieux. »

« La ferme. » ai-je marmonné, trop fatigué pour faire une réponse développée.

Après avoir rapidement lavé mon visage et arrangé mes cheveux de façon à ce qu’ils soient à peine présentables, nous sommes descendues toutes les quatre, avec Sylvie sur ma tête.

« Je me demande ce qu’il y a pour le petit-déjeuner. J’espère que c’est viiiaaannde ! » pensait Sylv avec excitation, sa petite tête de renard se balançant d’un côté à l’autre dans l’attente.

« Bonjour, vous quatre ! Vous arrivez juste à temps. » nous a appelé ma mère depuis la cuisine alors que les bonnes préparaient la table. Même s’il y avait des cuisiniers au manoir, ma mère trouvait impératif de nous préparer au moins le petit-déjeuner. Alors, pendant que Tabitha l’aidait à préparer le repas, les servantes mettaient la table et nettoyaient ensuite.

Après mon retour, ma famille, ainsi que Vincent et Tabitha, ont remarqué le changement apparent d’apparence de Sylvie. J’ai essayé de faire croire qu’elle s’était naturellement transformée après avoir digéré de nombreux noyaux de bête, mais j’avais l’impression que mes parents et les Helsteas savaient que Sylvie n’était pas une bête de mana comme les autres : je les surprenais parfois à lui parler comme si elle était humaine.

« Bonjour, les garçons – et bonjour, ma petite princesse. Vous avez bien dormi ? » Mon père, qui parlait à Vincent, s’est tourné vers nous, donnant à ma sœur en difficulté un baiser barbu sur la joue.

« Beurk, papa ! Ça chatouille ! » Elle le repoussa, essuyant l’endroit où elle avait été embrassée.

« Vous avez bien dormi ? » Vincent a demandé, avec un demi-sourire en regardant mon père s’occuper d’Ellie.

« Bonjour, tante Leywin, tante Tabitha, oncle Vincent et oncle Reynolds. » annonce Elijah avant de s’asseoir à côté de moi. Il avait cessé d’appeler mes parents « Seigneur » et « Dame » à mesure qu’il se rapprochait d’eux, et avait fini par appeler tout le monde « Tante » ou « Oncle ».

Après avoir dit bonjour à tout le monde, je suis retourné à ma place et j’ai commencé à manger une omelette au jambon et aux légumes avec une soupe très légère.

Alors qu’il mangeait, mon père a soudain pris la parole, la bouche pleine d’œufs. « Ça me fait penser. Les enfants, si vous n’avez rien de prévu, voulez-vous venir avec nous à la place de la ville ? Il y a une grande annonce dans la capitale d’Etistin où résident le roi et la reine, mais quelques artificiers vont mettre en place une projection en direct de la diffusion sur la grande place. »

« Chérie, s’il te plaît, ne parle pas la bouche pleine. » gronda gentiment ma mère avant de reprendre sa conversation avec Tabitha concernant les dernières rumeurs sur certaines connaissances mutuelles. Il semblait qu’elle s’entendait très bien avec les nobles dames de Xyrus, puisqu’elles sortaient souvent toutes les deux pour des brunchs et des après-midis shopping.

« Ça semble bien. Elijah et moi n’avons rien de prévu aujourd’hui de toute façon, n’est-ce pas ? » Je me suis tourné vers mon ami qui engloutissait sa deuxième omelette. Il m’a envoyé un pouce en l’air – ses joues étaient remplies de nourriture.

« Je veux y aller aussi ! Je peux, maman ? » Ellie s’est penchée sur la table en direction de ma mère.

« Tu as école aujourd’hui, Ellie. Tu pourras passer du temps avec ton frère après. » a-t-elle répondu en poussant ma sœur qui faisait la moue à se rasseoir sur sa chaise.

« Oncle Vincent. Je me souviens que tu as mentionné quelque chose à propos du fait que tu allais rendre visite à un célèbre chercheur qui a un laboratoire à Xyrus. Tu veux bien me le présenter après qu’on ait regardé l’annonce aujourd’hui ? » J’ai dit entre deux bouchées de nourriture.

« Ah, tu veux dire Gideon ? A-t-il suscité ton intérêt ? Ce n’est pas seulement un chercheur, mais aussi un inventeur et un artificier réputé ! C’est lui qui a conçu les vaisseaux que nous utilisons pour les rivières ainsi que quelques autres artefacts bien utilisés ! J’ai quelques affaires avec lui de toute façon, donc ce ne serait pas un problème de t’emmener. Tu avais besoin de quelque chose de spécifique de sa part ? » demanda-t-il, les yeux intelligents derrière ses lunettes brillant de curiosité.

« Pas quelque chose dont j’ai besoin, mais plutôt quelque chose à discuter. Je pensais qu’il trouverait ça intéressant. » Ma réponse vague a suscité d’autant plus son intérêt.

« Eh bien, il n’est pas du genre à rencontrer de nouvelles personnes mais je suis sûr que je peux le faire sortir la tête de son trou si je suis avec toi. » acquiesça-t-il.

« Super ! J’ai hâte d’y être. » Je me suis concentré sur mon assiette vide. En baissant les yeux, j’ai surpris Sylvie en train de dévorer le reste de mon omelette.

______________________________________________

La place de la ville, qui était habituellement animée par une grande activité, était anormalement remplie de civils normaux et de nobles. Sur le côté de la grande tour de l’horloge, quatre orbes formaient un carré et sous ces orbes flottants se trouvaient deux artificiers en robe brune. Ces vêtements peu attrayants signifiaient qu’ils ne faisaient pas leur travail pour la gloire et la célébrité, mais cela n’empêchait pas les mages de chanter avec des gestes inutilement grandioses, les mains s’agitant comme s’ils dirigeaient une symphonie.

Sylvie s’agitait sur le dessus de ma tête, profitant de toutes les vues et de l’énorme foule de gens rassemblés. Il n’y avait qu’Elijah, mon père et Vincent qui étaient venus avec moi, car les femmes de la maison avaient d’autres projets.

Alors que de plus en plus de personnes se rassemblaient, une image crépitante commença à se former avec les quatre orbes brillants comme coins. Soudain, l’image floue devint plus claire, le mirage de couleurs se transformant en l’image du château de Glayder.

« Les trois Rois et Reines des différents pays de notre cher Continent de Dicathen se sont réunis ici en ce jour mémorable ! »

Je vis un homme habillé de façon très fantaisiste et portant une épaisse barbe grise annoncer à un public qui semble se compter par centaines de milliers, à en juger par l’espace occupé par les gens.

« Attention Humains, Elfes et Nains, je me fais appeler Blaine Glayder. Alors que la plupart d’entre vous me connaissent comme le Roi de Sapin, aujourd’hui je ne parle pas en tant que Roi des Humains, mais en tant que représentant du Continent de Dicathen ! »

Les centaines de milliers de personnes se sont toutes agenouillées, certaines se mettant à quatre pattes pour vénérer le Roi. La projection floue devint plus claire et s’approcha du balcon du château. Là, je pouvais voir le Roi de Sapin à l’avant avec la Reine de Sapin, Priscilla Glayder, assise derrière lui avec quelques autres personnages importants. Mes yeux se sont agrandis lorsque j’ai aperçu Alduin et Merial Eralith, le roi et la reine d’Elenoir, avec Grand-père Virion debout derrière eux, les bras croisés et ses cheveux blancs attachés soigneusement derrière ses oreilles pointues. À leurs côtés, deux représentants des Nains, tous deux vêtus de vêtements extravagants bien trop grands pour leurs silhouettes compactes. J’ai supposé qu’il s’agissait du roi et de la reine.

« Aujourd’hui marque le début d’une nouvelle ère sur ce continent que nous appelons notre maison. Je suppose que beaucoup d’entre vous sont conscients des problèmes existants entre les Humains et les Elfes alors que même les Nains étaient considérés comme de simples partenaires commerciaux. Cependant, ce n’est pas la façon dont nous souhaitons continuer. Les représentants des trois royaumes – vos dirigeants – se sont réunis à de nombreuses reprises ces dernières années dans le but d’unir nos races. Il y a deux ans, nous avions accepté que les trois races puissent devenir des aventuriers. Au début, il n’y avait qu’un ou deux représentants, mais aujourd’hui, le projet s’est étendu. Cela me fait sourire quand je vois des groupes d’humains, d’elfes et de nains travailler ensemble vers un but commun. L’année dernière, une autre étape importante a été franchie lorsque l’Académie Xyrus a accueilli des étudiants du Royaume d’Elenoir et du Royaume de Darv, afin que la nouvelle génération de mages puisse se faire des amis et des souvenirs non seulement avec les humains, mais avec les trois races. Nous comprenons tous combien il peut être difficile pour certains d’entre nous de s’adapter après une inimitié constante entre nous. Cependant, nous vous exhortons à laisser tomber le passé et les discriminations que vous pouvez avoir, et à penser au-delà, si ce n’est pour vous-même, mais pour vos enfants et l’avenir de ce continent. »

Il y eut une nouvelle salve d’applaudissements accompagnée d’un rugissement de vénération et d’adoration. Le roi Glayder s’est assis et Alduin Eralith, le roi d’Elenoir et le père de Tessia, s’est levé de son siège et s’est éclairci la gorge avant de parler dans la version de ce monde de ce qui semblait être un microphone.

« C’est un honneur de parler au nom de tous ceux qui sont ici en ce jour inoubliable. Comme le roi Glayder l’a si bien dit, je suis également d’accord sur l’avenir de notre continent. Pour certains, cela ne présente pas beaucoup d’intérêt, mais pour ceux qui aspirent à l’aventure et à de nouveaux endroits à visiter, je peux dire sans hésiter que ce continent est rempli de nombreuses inconnues. Un exemple évident est celui des Clairières des Bêtes qui se trouvent juste au-delà de nos frontières. Bien qu’un nombre incalculable d’aventuriers se soient aventurés dans les Clairières des Bêtes, il n’est pas exagéré de dire que pas même la moitié n’a été traversée. Si les bêtes de mana n’ont pas quitté la Clairière des Bêtes, qui peut dire que parce qu’elles ne l’ont pas encore fait, elles ne le feront jamais ? Même dans notre propre patrie de Dicathen, il y a des endroits si dangereux que personne n’ose les explorer, mais si je disais qu’il y a des mystères et des dangers encore plus grands là-bas ? »

Le roi Eralith s’est arrêté un bref instant tandis que la foule à Etistin et la foule ici sur la place de la ville de Xyrus se remplissaient du son des murmures.

« C’est vrai ! Vous n’avez pas mal entendu, chers concitoyens de Dicathen. Nous vous annonçons aujourd’hui, le 10 février du 1005e cycle, que nous avons trouvé la preuve de l’existence d’un autre continent. »

La foule a éclaté en une clameur de bruits, certains en colère, d’autres effrayés, mais tous curieux. Même mes propres mains tremblaient d’excitation tandis que mon père et Vincent se regardaient en état de choc.

« S’il vous plaît. Nous ne savons pas grand-chose, donc votre supposition est aussi bonne que la nôtre. Ce que nous savons, c’est qu’il existe là-bas – peut-être à portée de main d’ici quelques années – un autre continent qui peut être hostile ou non. Il y a eu des preuves qu’ils ont essayé de nous atteindre également, mais des deux côtés, il semble que notre technologie actuelle ne nous permette pas de voyager aussi loin. »

La foule présente dans la capitale était en plein chaos jusqu’à ce que le roi nain se lève de sa chaise et trotte vers le micro.

« SILEEENNNCEE !! »

Le roi nain a rugi dans l’artefact d’amélioration de la voix.

« Comme l’a dit Alduin, nous ne savons pas grand-chose. Cependant, en ces temps d’incertitude et de menaces possibles dans le futur, ne seriez-vous pas tous d’accord pour dire que se serrer les coudes est ce qu’il y a de mieux pour ce continent et notre peuple ? Vos enfants peuvent aussi être en danger. La dernière chose que nous voulons est de nous battre entre nous. Nos apparences peuvent être différentes et nos cultures peuvent s’affronter, mais rappelez-vous ceci… nous sommes tous nés sur ce continent de Dicathen. Pour ma part, je suis fier de cela et j’espère que les générations futures ressentiront la même chose. Et vous ? »

La foule est restée silencieuse au début, mais quelques applaudissements ont déclenché un énorme boum d’acclamations et de sifflets. Le Roi Nain n’était pas aussi éloquent dans ses paroles que les deux rois précédents qui ont parlés, mais ses mots ont eu un impact très fort. Même Elijah à côté de moi applaudissait avec excitation tandis que Sylvie continuait à regarder l’écran avec curiosité.

« Le processus d’union de nos trois races et royaumes prendra du temps et beaucoup d’efforts, mais aujourd’hui, nous allons sacrer six individus – des individus que nous, les trois rois et reines, croyons être les plus courageux, les plus tatillons, les plus intelligents et les plus puissants. »

De l’arrière du podium, six guerriers sont sortis : deux elfes, deux humains et deux nains. Vêtus d’armures blanches raffinées qui variaient légèrement pour chacun, ils s’avancèrent et mirent un genou à terre.

Les trois rois se rendirent chacun devant les six chevaliers agenouillés et sortirent d’une petite boîte ornementale, six anneaux. Le Roi Glayder des humains présenta les anneaux aux deux chevaliers elfes tandis que le Roi Nain les présenta aux deux chevaliers humains. Enfin, le Roi Alduin des Elfes a placé les anneaux sur les deux chevaliers Nains, leur demandant de se lever et de s’incliner devant la foule. Alors que les acclamations explosaient, le Roi Glayder s’est levé et a pris la parole une fois de plus.

« Ces six individus se verront dorénavant accorder le titre des Six Lances. Chaque Lance signifie les liens qu’ils entretiennent non pas avec leur Royaume, mais avec le Continent tout entier. C’est un moment historique puisque les premières Lances ont été sacrées. L’objectif principal de ces six individus sera le bien-être du Continent, qu’il s’agisse d’explorer des donjons dangereux et inconnus dans les Clairières des Bêtes, ou de travailler à nos côtés, nous, les dirigeants de ce Continent, pour s’assurer que notre maison soit protégée lorsque le temps viendra où nous serons confrontés à des hostilités étrangères d’un autre Continent. »

Une fois de plus, la foule a rugi et beaucoup ont commencé à jeter des fleurs et les chapeaux qu’ils portaient en l’air. Alors que la foule de Xyrus commençait à clamer son excitation, je ne pouvais m’empêcher de penser à moi-même. Je savais que des théories telles que la mentalité de troupeau ou la psychologie des foules n’avaient pas été définies dans ce monde, mais les dirigeants de notre pays savaient exactement comment exploiter les émotions de la masse.

« Enfin, si le titre de l’une des Six Lances peut être prestigieux et comparable à celui de nos propres rois et reines, ce titre comporte également un grand fardeau et un grand danger. Enfants de la nouvelle génération qui cherchent à devenir les futurs protecteurs de ce continent, efforcez-vous de faire partie des Six Lances ! Devenez forts et nobles, car même les cieux ne sont pas une limite ! »

Sur ce, les quatre orbes formant les coins de la projection ont flotté vers le bas tandis que l’image de l’annonce s’est estompée. La dernière chose que nous avons entendu était les chants de « Vive le Roi, vive Dicathen ! »

A côté de moi, j’ai entendu Elijah marmonner en lui-même, « Wow… les Six Lances… Ça a l’air génial. » Les enfants dans la foule avaient déjà commencé à jouer la scène du sacrement, en criant à leurs amis qu’ils étaient eux aussi devenus l’une des Six Lances et qu’ils iraient combattre le mal.

Une partie de moi voulait être excitée aussi. Bon sang, j’étais excité ! La perspective d’un nouveau continent à explorer avec des gens différents et peut-être même des races différentes m’intriguait au plus haut point. Cependant, j’étais assez cynique par rapport à tout cela. Bien sûr, leurs arguments étaient valables, mais au final, ils faisaient de ce nouveau continent l’ennemi commun pour que toutes les races de Dicathen puissent s’unir. C’était un vieil outil utilisé par de nombreux rois, mais un outil efficace qui fonctionnait très bien.

Pourtant… mon cœur de roi, mais aussi de guerrier et de mage assoiffé d’aventure et d’excitation, battait de plus en plus fort.

« Même les cieux ne sont pas une limite. » ai-je répété dans mon souffle.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ciberbug Cibercraft
22 jours il y a

Première apparition des lances !

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser