the beginning after the end Chapitre 383

EPILOGUE

Une toux sèche a secoué mon corps, et j’ai été réveillé en sursaut par la douleur. Un épais nuage de poussière masquait tout, sauf le sol en pierre taché de sang que je pensais être mon lit funéraire.

La dernière pensée que j’ai eue avant de perdre connaissance m’est revenue en mémoire. C’est ainsi que je m’attendais à ressentir la mort. Chaque partie de mon corps hurlait d’angoisse, la douleur de chaque blessure s’ajoutant à celle des autres, l’une prenant le pas sur l’autre dans mon esprit jusqu’à ce que j’aie l’impression que mon corps tout entier avait été découpé en morceaux par…

L’asura !

Malgré une forte envie de ne plus jamais bouger, j’ai tourné la tête, bousculant mes os brisés et créant un nouveau chœur d’agonies.

Je ne pouvais rien voir à travers l’épaisse couche de poussière. Mais je ne pouvais pas non plus sentir la présence insupportable de l’asura.

Prenant une profonde inspiration pour me calmer, j’ai roulé sur le côté et j’ai poussé pour me mettre debout. Des pierres et des débris s’entrechoquèrent, et l’entaille dans ma poitrine s’étira douloureusement, partiellement scellée par la poussière qui coagulait dans la blessure.

Mes jambes flageolaient, les lambeaux de mon armure s’entrechoquant comme des boîtes de conserve vides. J’ai essayé d’envoyer du mana dans mon corps pour me donner de la force, mais je n’ai ressenti qu’une douleur sourde et oppressante provenant de mon noyau, qui était presque vide.

Le contrecoup m’a retourné l’estomac et fait monter la bile au fond de ma gorge.

Des flashs de la bataille ont commencé à me revenir à travers les vagues de nausée et de douleur, et mon souffle s’est bloqué dans mes poumons.

Varay, Mica, Aya… Elles étaient toutes…
Je me suis retourné lorsque des pierres se sont détachées du mur ou du plafond, quelque part au loin. Mes sens étaient émoussés, mes pensées rampaient comme des limaces dans mon crâne, et il y avait un grondement sourd dans mes oreilles comme si j’étais sous l’eau. Seul mon odorat semblait fonctionner correctement ; la caverne puait le soufre et la terre brûlée.

Une lumière faible et sombre a traversé le nuage obscurcissant, quelques éclairs rapides, et j’ai senti le mana bouger.

Ma bouche s’est ouverte d’elle-même, mais je me suis empêché de crier. Je ne savais pas qui ou quoi était là dehors. Cela pouvait être l’asura, ou des survivants revenus des tunnels – ou des Alacryens, alertés par le trouble que notre bataille avait sans doute causé dans le désert au-dessus. Et je n’étais pas en état de me défendre s’ils s’avéraient être hostiles.

L’image du sang jaillissant des cristaux noirs brisés se superposa aux derniers souvenirs de ma propre “mort”, et je sentis une brève lueur d’espoir, mais je la refoulai tout aussi rapidement.

Je n’aurais pas dû survivre à cette bataille, et je ne pouvais pas trouver en moi le moindre espoir que les autres aient survécu. J’avais vu ce que Taci avait fait à Aya et Varay, et malgré la voix qui avait résonné dans ma tête dans ces derniers moments de conscience, je savais que même une Lance ne pourrait pas survivre à ces blessures.

Pourtant, je ne pouvais pas simplement ignorer la présence de quelqu’un d’autre ici, et j’ai commencé à boiter dans la direction de la lumière, me déplaçant aussi silencieusement que mon corps meurtri et mon armure en ruine le permettaient.

Le sol de la caverne était en ruines. Les décombres de roches brisées par la foudre et le froid rendaient l’accès difficile, et j’ai dû contourner plusieurs profondes entailles creusées dans la terre par les coups de Taci. Un mur partiellement intact d’un des nombreux bâtiments démolis avait été projeté à plus de trois mètres et reposait maintenant en angle contre un énorme rocher délogé du plafond.

Avec précaution, je me suis glissé sur le côté de ce mur, puis sur un plateau de roche plus élevé qui s’incurvait vers l’endroit où j’avais vu la lumière. La poussière s’est amincie au fur et à mesure que je me déplaçais vers le bord de la caverne et j’ai louché à travers elle pour trouver un signe de qui ou quoi avait utilisé du mana.

C’était difficile de croire ce que je voyais.

“M-Mica ?” Les mots sortaient à contrecœur de ma gorge, l’effort de parler mettant le feu à mes nombreuses autres blessures.

La Lance naine a levé les yeux vers moi depuis l’endroit où elle était agenouillée à côté d’une deuxième silhouette. Le côté droit de son visage était taché de traces de larmes à travers la saleté. Des dizaines de longues entailles rectilignes s’entrecroisaient sur le côté gauche de son visage, et un trou noir et sanglant était tout ce qui restait de son œil gauche. Tout son côté gauche était trempé de sang séché et d’une sorte de boue humide qu’elle avait compactée sur ses côtes.

Du sang s’écoulait de ses paumes, là où elle avait enfoncé ses ongles, et son regard normalement enjoué rencontrait le mien avec un vide creux qui me faisait me demander si elle était vraiment vivante ou si ce n’était qu’un aspect sombre de mon propre subconscient.

Lorsqu’elle a tourné son regard instable vers la deuxième figure, mes yeux l’ont suivie à contrecœur.

Le visage d’Aya était pâle, ses yeux sombres fixaient le plafond de la caverne sans rien voir. Son estomac était une ruine sanglante là où Taci avait porté le coup fatal.

“J’ai…” J’ai dû m’arrêter et m’éclaircir la gorge, puis j’ai continué. “J’ai cru l’entendre, juste avant la fin. Elle… elle a dit…”

Mais j’ai dû m’arrêter à nouveau, incapable de parler malgré la boule dans ma gorge.

Les épaules de Mica se sont affaissées, mais elle n’a pas répondu.

Glissant maladroitement, douloureusement, sur le rebord, je me suis déplacé vers l’autre côté d’Aya et me suis assis avec précaution.

Autrefois, il m’aurait été impossible de m’imaginer au bord des larmes pour la mort d’un autre soldat, surtout d’une autre Lance. C’est avec peu de culpabilité que je me suis souvenu de mon insensibilité après la mort inattendue de la Lance Alea. Elle méritait mieux, et Aya aussi. Il n’y a pas de honte à verser des larmes pour un ami parti trop tôt.

Les Six Lances n’étaient plus que deux, et – je jetai un coup d’œil à Mica – il ne restait plus grand-chose, même de nous. Cela aussi, c’était quelque chose à déplorer. Nous aurions dû être les plus grands défenseurs de Dicathen, mais pourtant, voilà ce qu’il était advenu de nous.

Le bruit d’une botte frottant sur une pierre dure me fit sursauter. Mes jambes se sont immédiatement dérobées, et j’ai trébuché douloureusement sur un genou, en grognant entre mes dents. Mica vacillait en se tenant debout, mais garda son équilibre, et réussit même à faire apparaître un petit marteau de pierre alors que son œil restant fixait l’obscurité.

“Annoncez-vous !” dit-elle d’une voix rauque.

Une silhouette boiteuse boitait vers nous, voilée par la poussière, une main appuyée sur le côté de son cou. On aurait dit un fantôme.

Le fantôme de…

Varay émergea sous nos yeux, comme si elle venait de sortir du royaume des morts.

Son bras gauche manquait, coupé à l’épaule, la blessure était recouverte de givre. Une plaque de glace cramoisie s’accrochait également à son cou sous sa main, mais le sang coulait librement de plusieurs fissures.

Ses yeux étaient ternes, sautant entre Mica et moi d’une manière blafarde, non focalisée. Elle s’est précipitée vers nous, sa jambe droite traînant légèrement à chaque pas, mais lorsqu’elle a atteint le bord de la plate-forme rocheuse, elle a manqué son pied et s’est étalée sur le côté, face contre terre, avec un gémissement sourd.

Mica s’est précipité vers elle, la faisant rouler et la tirant sur ses genoux.

La glace autour de son cou s’était brisée et avait fondu, révélant une horrible coupure qui ouvrait son cou presque jusqu’à la gorge. Le sang a coulé comme une fontaine, inondant Mica.

“Merde !”

Mica s’est précipitée pour ramasser une poignée de terre. Elle se concentra sur elle, fermant les yeux, le visage crispé par l’effort, et je la vis ramollir et se transformer en une épaisse boue qu’elle s’empressa de répandre sur la blessure. Lorsque ce fut fait, il y eut un autre éclair de mana, et la terre argileuse durcit, arrêtant le saignement.

Je me suis installé, fixant Varay.

Je l’avais vu mourir, j’avais vu Taci lui arracher la tête des épaules. “Une illusion”, ai-je marmonné, en me tournant vers le corps d’Aya. Sa blessure n’était certainement pas une illusion, cependant. ” Elle… elle a dit que les illusions ne tromperaient pas un asura plus d’une fois… et a utilisé les derniers instants de sa vie pour nous sauver. En superposant les illusions de nos morts sur nos vrais corps.”

J’étais abasourdi par sa dernière démonstration de force, et ses mots ont soudainement pris un sens.

“Tu en as assez fait, Bairon. Ce n’est pas ton heure.”

Elle utilisait ses dernières forces, se sacrifiant pour sauver le reste d’entre nous, m’empêchant même de m’épuiser avec Thunderlord’s Wrath.

“Ne bouge pas. Peu importe ce que tu vois. Ne bouge pas.”

J’étais allongé sur le sol aux pieds de Taci, sa lance au-dessus de moi.

J’ai sondé une profonde blessure dans mon épaule droite, puis mes doigts ont glissé jusqu’à mon sternum. Bien que douloureux et meurtri, il n’y avait aucune blessure à cet endroit. Mon noyau était intact.

Un grognement incrédule jaillit de ma part, ce qui attira un regard fatigué et vaguement irrité de Mica. “Quoi ?”

Les paupières de Varay se sont lentement ouvertes au son de la voix de Mica. Elles ont serpenté lentement devant moi jusqu’à ce qu’elles se posent sur Aya. Ses lèvres se sont ouvertes, sa gorge s’est mise à trembler alors qu’elle essayait de parler, mais rien n’en est sorti. Elle a seulement soupiré et s’est enfoncée encore plus profondément dans les genoux tachés de sang de Mica.

Mica caressa les cheveux de Varay, mais son regard fut attiré par le corps d’Aya. “J’ai senti le mana s’échapper de son noyau. Je pensais… je pensais qu’elle était morte instantanément, mais…” Un sanglot étouffé a coupé Mica, et elle a grincé des dents de frustration.

Varay s’est déplacé et a essayé de parler à nouveau. “Elle a… vidé son… noyau… exprès.” Sa voix était mince et faible, elle s’échappait d’elle. “Pour…rendre…l’illusion…plus réaliste.”

“Elle avait besoin que l’asura croie ce qu’il voyait et ressentait”, ai-je ajouté, en regardant chacune de nos blessures, en considérant à quel point nous avions été poussés à la limite de notre pouvoir. Nos signatures de mana ont dû se réduire à presque rien dans ces derniers instants. “C’était le seul moyen pour qu’il ne voit pas à travers.”

“Mais était-ce suffisant ?” Mica a demandé, sa voix rauque et brute. “Pour les gens dans les tunnels ?”

“Ces vies ne sont plus entre nos mains maintenant…” J’ai répondu. Nous n’avions même pas la force de marcher, et encore moins de poursuivre l’asura. “La vie d’Aya, cependant. Nous pouvons nous souvenir et pleurer notre amie. En attendant que la fin arrive.”

Mica a éclaté en sanglots, à moitié étouffés. Varay a forcé ses paupières tremblantes à rester ouvertes, laissant des larmes fraîches couler sur ses joues, mais ne détournant pas le regard de notre coéquipière tombée au combat.

Me tournant, j’ai tendu des doigts tremblants vers Aya et lui ai doucement fermé les yeux. “Je suis désolé”, ai-je dit, d’une voix rauque. Normalement, c’est Varay qui aurait dû s’occuper de ce genre de choses, mais je savais ce que je voulais dire. “Et merci, Lance Aya Grephin d’Elenoir. Votre longue bataille touche à sa fin, mais ceux que vous laissez derrière vous ne cesseront pas de se battre jusqu’à ce que notre heure soit venue de vous rejoindre. Reposez-vous maintenant.”


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wyverne
1 année il y a

Mais… Pourquoi il fait mourir toutes les belles lances 🫠

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser