the beginning after the end Chapitre 342

CENDRES ET POUSSIÈRES

ALDIR
Cendres et poussière.

Tout – chaque arbre, chaque bête, chaque être inférieur – sur des centaines de milliers, s’était transformé en cendres et en poussière. C’était le pouvoir de l’asura. Je scrutai le paysage stérile à la recherche d’un quelconque signe de vie ou de mana qui aurait pu échapper à mon attaque.

Mais il n’y avait rien.

Mes pas s’écrasaient sur la surface brisée du sol à chaque pas alors que j’errais dans le terrain vague qui avait été Elenoir. Même le sol n’était pas stable, menaçant de s’effondrer sous moi à tout moment.

J’étais un soldat, faisant mon devoir et suivant les ordres de mon seigneur. La forêt brûlée aurait dû m’inspirer un sentiment de fierté, sachant que j’avais porté un coup terrible à nos ennemis. La fierté, cependant, n’était pas l’émotion que je ressentais à la vue de cette image sinistre. Loin de là.

Lorsque j’ai été envoyé pour tuer les Greysunders, je l’ai fait sans hésitation. Il n’y avait pas de fierté – car on ne ressent pas de fierté à écraser un moustique – mais pas non plus de pitié ou de remords. C’était simplement un moment nécessaire de la guerre, l’élimination de deux agents ennemis importants.

Cependant, lorsque le Seigneur Indrath a expliqué ce qui allait arriver à Elenoir …

“Je ne peux plus me permettre de rester les bras croisés pendant qu’Agrona étend son contrôle sur les inférieurs. Alacrya était un sacrifice que j’étais prêt à faire, lui permettant de rester occupée avec ses chiens et ses expériences, mais son expansion continue sur Dicathen ne sera pas permise, surtout maintenant qu’elle a en quelque sorte réussi dans ses efforts pour créer une arme d’une puissance inouïe par la réincarnation.

Dicathen n’est rien de plus qu’un tremplin vers Éphéotus, et je refuse de permettre à ce serpent perfide d’amener cette guerre ici. Pendant des générations, nous avons travaillé pour que Dicathen puisse combattre Agrona, mais ils ont échoué. Nous ne nous sacrifierons pas pour les garder en vie.

Ce que nous ferons, c’est envoyer un message qu’Agrona ne pourra pas ignorer. Jusqu’à présent, il a utilisé ses inférieurs comme un bouclier, prenant leur vie en otage pour protéger la sienne. C’est terminé. Si le choix est entre lui donner le pouvoir d’agir contre nous ou faire tomber le monde, alors je verrai tout cela brûler.”

Windsom a été le premier à s’avancer, s’inclinant si bas qu’il aurait pu embrasser les bottes du Seigneur Indrath. “Je me porte volontaire pour cet honneur, mon Seigneur. Je vais frapper le premier coup.”

Le Seigneur Indrath n’a pas souri, mais il y avait une lumière victorieuse dans ses yeux. “Tu continueras à servir dans ton rôle de guide et de protecteur, Windsom, mais tu ne porteras pas la hache qui doit tomber. Non, il n’y a qu’un seul parmi nous qui soit capable de manier la technique du Dévoreur de Mondes.”

La technique secrète du clan Thyestes est Mirage Walk, une compétence qui faisait de nous des combattants incomparables, mais il y a longtemps, lorsque les asuras s’affrontaient souvent, nous avions une autre technique, si puissante et dévastatrice qu’il fut interdit de l’utiliser lors de la formation du Grand Huit et qu’elle n’était plus enseignée, sauf à un élève par génération.

Ce qui faisait de moi le seul membre vivant du clan Thyestes possédant les connaissances requises par le Seigneur Indrath.

La technique du Dévoreur de Mondes permet au lanceur de canaliser une quantité incroyable de mana, le comprimant jusqu’à ce que les particules individuelles commencent à exploser, déclenchant une réaction en chaîne qui se propage au mana atmosphérique et continue jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune étincelle du mana purifié lui-même par le lanceur, causant une dévastation sans pareille.

“Cette technique est interdite, Seigneur Indrath,” a insisté avec colère l’un des chefs de clan Thyestes. “Le savoir du Dévoreur de Mondes est maintenu en vie afin que notre clan n’oublie jamais les horreurs d’un pouvoir sans limite-“.

“Ce moment est exactement la raison pour laquelle un jeune membre talentueux de votre clan s’est vu enseigner cette technique depuis des temps immémoriaux, que j’ai moi-même commandée, comme vous vous en souvenez.”

Bien qu’il y ait eu des plaintes de mon clan, personne d’autre n’a défié le Seigneur Indrath quand il m’a convoqué aux côtés de Windsom.

“Général Aldir, je te demande maintenant de prouver ta loyauté. Toi et Windsom allez vous rendre à Dicathen, dans les terres boisées d’Elenoir, et localiser la Faux alacryenne Nico et la princesse elfe Tessia Eralith – ou son corps physique – et activer la technique du Dévoreur de Mondes. Transmettez mon message à Agrona et, par la même occasion, volez sa nouvelle arme.”

À ce moment-là, j’ai senti quelque chose se briser en moi, quelque chose que je croyais inébranlable : le fondement sur lequel était construite toute mon identité de serviteur du clan Indrath.

Agenouillé, j’ai passé mes doigts dans le néant gris et sec que j’avais créé en suivant l’ordre de mon seigneur – un ordre que je savais mauvais dès qu’il a été prononcé, mais refuser aurait risqué l’avenir de tout mon clan. Le Seigneur Indrath n’aurait pas hésité à élever l’un des autres clans du panthéon – plus serviles – au rang de Grand Huit, et à qualifier le clan Thyestes d’anathème…

Pourtant, notre incapacité à détruire les réincarnés avait provoqué la colère d’Indrath. Nous ne nous attendions pas à ce qu’ils aient une méthode de téléportation aussi rapide, et Windsom s’était laissé emporter à jouer avec le petit garçon aux cheveux noirs en colère. Et pourtant, la colère du seigneur s’est abattue sur moi.

Ne sois pas déprimé, Aldir, me suis-je dit. C’est indigne d’un membre de Thyestes.

Mes doigts continuèrent à tracer à travers l’épaisse couche de néant gris, et je me surpris à examiner les bosses et les plis du paysage pour trouver un souvenir de ce que cet endroit avait été : un arbre tombé, les débris d’une maison effondrée, même les os calcinés d’une des millions de vies qu’il avait éteintes.

Cependant, la technique du Dévoreur de Mondes n’a rien laissé, aucun signe que cet endroit était autrefois une belle forêt habitée par des millions d’elfes. La combustion du mana a absolument tout détruit.

Non, il y a encore quelque chose ici, pensais-je en regardant dans l’air brumeux comme si je m’attendais à voir les particules d’éther améthyste en suspension dans les nuages de cendres brûlantes. Même si je ne le pouvais pas, je savais qu’elles étaient là, tout autour de moi, sans être dérangées, même par la technique du Dévoreur de Mondes. Cette pensée m’a apporté un peu de paix, qui a été immédiatement perturbée à nouveau.

Deux silhouettes s’approchaient à distance, me tirant de mes pensées en spirale. Même lorsqu’elles m’ont atteint, je ne me suis pas levé, je ne me suis pas retourné pour les regarder. Au lieu de cela, j’ai ramassé une poignée de cendres et l’ai laissé couler entre mes doigts pour qu’elle s’envole dans le vent.

“Encore de retour, Seigneur Aldir ?” dit la voix froide et confiante. “Tu es souvent venu ici depuis… eh bien, tu sais.”

Même si cela m’irritait de savoir qu’on m’observait, je n’étais pas surpris. Mon acte avait rétabli l’équilibre du pouvoir à Dicathen, faisant frémir de terreur tous les Alacriens du continent.

Bien sûr, quelqu’un s’est vu confier la tâche de garder la lande, mais choisir de se montrer maintenant ? Je me suis demandé, toujours dos à eux.

“On dit que dix mille Alacriens sont morts ici,” continua-t-elle, le ton indéchiffrable. “Mais nous savons tous deux que ce n’était qu’une fraction des pertes.”

Les deux se tenaient en retrait, suffisamment proches pour parler sans crier. Leur mana se détachait comme une oasis dans le désert, car l’atmosphère ici était encore vide.

“Est-ce par confiance ou par naïveté que tu oses te révéler ici, Faux ?” mes mots ne contenaient aucune menace, simplement une observation. Ils savaient que je pouvais passer à travers eux sans trop d’efforts, comme on enlève une toile d’araignée, il n’y avait pas besoin de menaces.

“Je sais que le génocide te rend quelque peu irritable, Seigneur Aldir, mais ce n’est pas moi qui ai ordonné la mort de millions d’elfes innocents,” répondit-elle en ricanant doucement, sans aucune crainte. ” Penses-tu qu’il a réfléchi à ce que pourrait te faire un tel acte, asura ? Peut-être l’a-t-il fait, mais alors, si une épée se brise, vous en forgez simplement une autre, vous ne pleurez pas la perte de l’acier.”

Puis, j’ai tourné mon regard vers elle. A son crédit, elle n’a pas bronché, bien qu’on ne puisse pas en dire autant de son serviteur. “Que veux-tu, Seris ?”

“Je souhaite seulement parler, Aldir. Je partage quelques mots, dans l’espoir que tu les entendes.” Elle sourit, mais ce n’était ni moqueur ni amusant, juste… triste
? “Si je ne me trompe pas, en ce moment même, Kezess est en train de tisser sa toile de mensonges, convainquant les Dichathiens que ce sont les Vritra qui ont fait ça”- Elle désigna la désolation d’une main-“afin que ces pauvres fous ne sachent même pas qui les tue vraiment.”

D’un point de vue stratégique, ce serait le bon choix, même si cela risquait de briser le peu d’esprit qui restait aux Dicathiens. Pour contrer cela, Windsom travaillerait avec le commandant Virion – l’un des rares inférieurs dont je pensais qu’il avait une réelle capacité de leadership – pour s’assurer que cela n’arrive pas.

“Mais qui, selon vous, a tué le plus de Dicathiens dans cette guerre ?” Seris a poursuivi en inclinant la tête sur le côté et en touchant ses lèvres d’un doigt. ” Les forces d’Agrona ont tué, quoi, vingt mille, cinquante mille ? Mais Kezess, eh bien…”

“Des morts rendues nécessaires par la trahison continue d’Agrona “, ai-je dit, reprenant les mots de Windsom lorsque j’avais partagé cette même pensée en confidence après la destruction d’Elenoir. C’était déconcertant de voir cette salope de Vritra me lancer les mêmes mots maintenant. “Et c’est le Seigneur Indrath pour toi.”

“Tu lui ressembles”, a dit Seris à voix basse, en enfonçant le bout de sa botte dans la cendre.

J’ai levé le menton et me suis levée, laissant ma silhouette s’agrandir jusqu’à ce que je fasse à nouveau la moitié de sa taille. Le serviteur a essayé de se mettre devant sa Faux, mais elle l’a arrêté d’une main sur son épaule. “Je suis fière de ressembler au grand Seigneur Indrath, et je ne parlerai pas à un inférieur tel que toi, métis.”

Elle secoua la tête. “Je ne voulais pas dire Kezess. Tu parles comme Agrona.”

Avec mépris, j’ai invoqué Silverlight, qui ressemblait à une longue et fine rapière scintillant au clair de lune, et j’ai visé le cœur de Seris. “Tu as épuisé ma patience, Faux. Je peux vous abattre tous les deux maintenant, et il n’y a pas une âme à des centaines de kilomètres à la ronde qui risquerait des dommages collatéraux.”

J’ai immédiatement regretté mon choix de mots lorsque Seris m’a lancé un regard moqueur.

“Tu t’es occupé de tout cela après tout, n’est-ce pas, Aldir ?” demanda-t-elle ironiquement. Le serviteur lui lança un regard craintif, comme s’il pensait lui- même qu’elle poussait sa chance. “Mais c’est tout ce que tu es maintenant, panthéon ? Un exécuteur ? Un assassin ? Un automate fidèle, dépourvu d’empathie ou de la capacité de penser par toi-même ?”

Pourquoi n’a-t-elle pas peur de toi, Aldir ? Je me suis demandé.

Parce qu’elle sait que tu en as fini avec la mort, la réponse a résonné au fond de mon esprit.

J’ai serré les dents et j’ai lâché Silverlight. “Si tu attends de moi que j’abandonne le Seigneur Indrath pour Agrona, tu es…”

“Indrath, Agrona. Agrona, Indrath.” Seris a passé une main le long d’une corne courbée. “Tu parles comme si c’étaient les deux seuls êtres au monde, comme s’il n’y avait pas d’autre choix que de servir l’un ou l’autre.”

Je me suis moqué. C’était donc ça le plan de la garce ? S’installer comme une sorte de reine opposée au Seigneur Vritra ? “C’est une guerre à double tranchant. Tout le monde doit choisir son camp, même toi, Seris.”

“C’est le cas ?” J’ai continué de penser.

Une tempête grondait dans les yeux sombres de la Faux alors qu’elle soutenait mon regard. “Si le monde est une pièce de monnaie, Agrona d’un côté, Kezess de l’autre, alors quelqu’un d’autre a tiré à pile ou face cette pièce, et peu importe comment elle atterrit – quel que soit le visage qui regarde vers le haut depuis le sol – ce sera ce quelqu’un qui regardera vers le bas.”

“De qui parles-tu avec autant de respect ?” J’ai demandé, un peu perplexe par son comportement. “Qui, selon toi, pourrait rivaliser avec ces deux-là, qui sont considérés comme grands, même parmi les asuras ?”

La métisse Vritra a souri timidement. “Oh, tu le connais bien, Aldir, peut-être même mieux que moi. Un certain mage humain qui a tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre.”

Mes yeux s’ouvrirent brusquement – tous les trois – alors que mon esprit se remémorait les moments précédant la fin du lancement du Dévoreur de Monde, lorsque je sentis une présence étrangère m’observer, presque comme si une divinité supérieure – un vrai dieu – était venue assister à mon moment le plus bas et me juger pour cela. Je ne savais pas qui cela pouvait être à l’époque, mais maintenant …

“Arthur Leywin …”

SERIS VRITRA
J’étais d’un optimisme prudent alors que je soutenais le regard étrange des trois yeux de l’asura. Cylrit restait debout, protecteur, à mes côtés, étouffant plus sous l’effet de la force que serein, plus que prêt à donner sa propre vie pour moi si nous étions attaqués.

Bien que la conversation se soit déroulée exactement comme je l’avais espéré, je n’étais toujours pas prête à tourner le dos à Aldir. Au lieu de cela, nous sommes restés comme ça pendant un certain temps, lui me regardant avec une expression que j’espérais réfléchie, moi regardant aussi placidement que je le pouvais, étant donné son aura paralysante.

Je savais qu’il était risqué d’atteindre Elenoir sans l’approbation du Haut Souverain et de me révéler à l’asura, et je me sentais même un peu mal à l’aise à l’idée de révéler à l’asura qu’Arthur avait également survécu. Mais le garçon avait besoin d’un coup de pouce. Agrona avait son nouveau compagnon, et ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne décide de l’utiliser. Si Arthur mettait trop de temps à errer dans les Relictombs en jouant à cache-cache avec la jeune Caera Denoir, ou à se cacher sous l’apparence du “professeur Grey” à l’Académie Centrale, l’ampleur du conflit entre Vritra et Epheotus ruinerait tout.

Finalement, Aldir laissa échapper un profond soupir – mi-soupir irrité, mi- soupir de lassitude du monde – et reprit ses proportions normales. Sans un mot, il leva une main, conjurant un portail d’opale noire, et disparut avec une soudaine poussée de mana.

Une forte respiration s’échappa de mes poumons alors qu’ils se dégonflaient. Je baissai les yeux sur ma main tremblante, puis la serrai en un poing serré de frustration. Je refusais de trembler de peur, malgré l’écart de puissance entre moi et l’asura.

“Va-t-il parler de Leywin à Indrath ?” demanda Cylrit en tendant une main pour extraire les quelques particules de mana restantes du sort d’Aldir.

” Pas pour l’instant, non “, répondis-je en réfléchissant à mes mots comme à mes connaissances sur l’asura. “Il réfléchira à ce que nous avons dit, bouleversé par la raison pour laquelle nous avons partagé cette information, craignant qu’il s’agisse d’une ruse ou d’un piège. Puis, finalement, son sens du devoir l’emportera sur son inquiétude, et il le dira à Indrath. Exactement comme nous voulons qu’il le fasse.”

Un lent sourire s’est répandu sur mon visage alors que je considérais notre situation actuelle. Mes plans allaient toujours de l’avant, me permettant de garder une longueur d’avance sur la guerre, mais la réapparition d’Arthur Leywin en tant que mystérieux Ascendeur Grey était un joker bienvenu. Et avec ma protégée si bien placée à ses côtés, eh bien…

“Agrona nous tuera si elle découvre cette réunion”, dit doucement Cylrit.

“Agrona ne peut pas voir au-delà des murs de Taegrin Caelum, Cylrit,” répondis-je doucement, en donnant un coup d’épaule à mon serviteur. “Il n’a d’yeux que pour elle pour le moment, du moins jusqu’à ce qu’il décide si toute cette tactique de réincarnation en valait la peine.”

“Et si ça en valait la peine ?” La voix de Cylrit avait une pointe de nervosité à laquelle il n’était pas habitué de la part du fidèle serviteur.

“J’imagine qu’il beaucoup moins prudent avec ses Faux et ses serviteurs”, ai-je répondu.

Il y a eu un bref silence. Puis, Cylrit a juré. “Par les cornes du souverain. C’est effrayant ici, n’est-ce pas ? Pas de mana, pas de bruit, pas de vie du tout…”

“Voilà” dis-je en liant mon bras au sien, “à quoi ressemblera notre monde si Agrona et Kezess arrivent à leurs fins. Agrona sera heureux de prendre Éphéotus en échange d’Alacrya et de Dicathen, et Kezess est prêt à reconstruire la vie ici à partir des cendres si nécessaire.”

Un frisson parcourut mon serviteur à mes mots tandis que je regardais la zone dévastée. “Agrona ne laisserait vraiment pas cela arriver à Alacrya, n’est-ce pas ?”

J’ai ronflé indélicatement. “Si, en retour, il pouvait régner sur tous les autres clans d’asuras – ou les détruire et prendre Éphéotus pour le Vritra – alors tu sais très bien qu’il le ferait. Qu’est-ce qu’un monde mortel en échange de la terre des divinités elles-mêmes ?”

“Mais il y a une chose que je n’ai jamais vraiment comprit”, admit Cylrit, ralentissant un peu pour que je doive lâcher son bras. Je me suis retourné pour rencontrer son regard sérieux et posé. ” Pourquoi l’humain, il est fort, oui, mais il n’a vécu assez longtemps pour gagner en force que grâce à vous. Qu’est-ce qu’il a de si important ?”

Je me suis mis à flotter dans les airs et me suis tourné vers le sud-ouest en direction de Darv. “Même maintenant, je ne peux pas dire quel sera le rôle d’Arthur Leywin dans tout ça. Il est une anomalie, une force de changement. Je l’ai senti dès que j’ai posé les yeux sur lui. Dans un monde où les divinités ont la force d’anéantir des pays entiers, un humain ne devrait pas compter. Même toi et moi ne sommes qu’une vague dans la mer du pouvoir à côté d’êtres comme les asuras. C’est le mana qui me l’a dit, Cylrit. La façon dont il semblait l’attirer vers lui, comme s’il attendait ses ordres, comme s’ils remodelaient constamment la réalité sans même essayer. Il ne se déplaçait pas seulement dans le monde, le monde se déplaçait pour s’adapter à sa mort.”


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wyverne
1 année il y a

Vraiment l’un des meilleurs chapitres de tout tbate 😭😭😭

Ombrya_
11 mois il y a
Répondre à  Wyverne

Tellement … Wow les frissons !!

Ranga Tempest
10 mois il y a

OUI ! Il est temps pour le roi Grey de réclamer son trône ! Tremblez devant l’ascension d’Arthur Leywin !

error: Le contenu est protégé !
3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser