the beginning after the end chapitre 3

LONGUEUR D'AVANCE

Point de vue D’Alice Leywin
Arthur était le plus adorable des bébés. Certaines mères sont folles de leur
bébé, même s’il est moche, mais ce n’était pas mon cas.

Arthur avait une petite touffe de cheveux auburn, des yeux espiègles qui
semblaient rayonner d’une lumière bleutée, et son regard était parfois
presque… intelligent. Mais je n’étais pas éprise. J’avais prévu d’être une mère
stricte et juste. Je savais que je ne pouvais pas compter sur mon mari pour
apprendre le bon sens au petit Art. Pour l’amour de Dieu, il avait essayé
d’apprendre à mon bébé à se battre alors qu’il savait à peine ramper.

Je savais que le petit coquin deviendrait comme son père si je le laissais faire.
Quand il a commencé à ramper, j’étais si fière que j’étais au bord des larmes,
mais je ne savais pas à quel point il serait difficile à gérer quand il deviendrait
plus mobile.

Je ne pouvais pas le quitter des yeux un seul instant sans qu’il ne se glisse dans
le bureau. C’était très étrange. Nous nous assurions de lui acheter beaucoup de
peluches et de jouets en bois pour jouer, mais il finissait toujours par aller dans
cette pièce. En cela, au moins, il était tout le contraire de son père, Reynolds
fuyait les textes plus longs que le journal hebdomadaire.
Mon fils semblait s’intéresser à beaucoup de choses. Je ne me lassais pas de
voir sa tête, si disproportionnée par rapport à son petit corps, tourner à gauche
et à droite en essayant de comprendre tout ce qui l’entourait.
Voyant à quel point Art était excité lorsque nous sortions en ville, j’ai commencé à faire les
courses un jour sur deux au lieu de deux par semaine.
Non, je n’étais pas éprise de lui. C’était juste pour son éducation concernant le
monde extérieur et pour avoir de la nourriture fraîche à la maison. Rien de
plus.

Il était particulièrement intrigué par la pratique de son père. Reynolds avait été
un aventurier compétent à l’époque, il avait été un aventurier de rang B à l’âge
de vingt-huit ans, ce qui était une ascension plutôt rapide.
Pour éviter d’envoyer des adolescents enthousiastes mais ignorants à la mort, la Guilde
des Aventuriers, où je travaillais comme médecin stagiaire, exigeait des
candidats qu’ils passent un test avant d’acquérir leur grade de rang E, le plus
bas.
Quant aux rangs supérieurs, je n’avais vu que quelques aventuriers de
rang A au cours de mes années de travail là-bas, et je n’avais jamais vu
d’aventurier de rang S, bien que je suppose qu’ils existent.
En travaillant à la Guilde des Aventuriers ou ce que nous appelions
simplement le Hall de la Guilde à l’époque à Valden, j’ai vu trop d’adolescents impatients. Une fois, j’ai été chargé de surveiller un examen pratique de base, où le candidat devait simplement démontrer ses compétences fondamentales en matière de manipulation de mana, mais avant même que le test ne commence, le gamin est tombé directement sur le dos parce que l’épée qu’il portait était trop lourde pour lui! Au moins, ils étaient ambitieux, mais j’ai toujours été surprise qu’ils ne se soient pas laissés emporter par leur ego
surdimensionné.

Reynolds avait l’air d’un simple écervelé à l’époque. Dès qu’il m’a vu dans le
hall de la Guilde, sa mâchoire s’est littéralement décrochée. Il est resté planté
là jusqu’à ce que le type qui faisait la queue derrière lui lui donne un coup de
coude pour qu’il se dépêche, puis il a réussi à marmonner : “Sa…Salut… je
peux échanger 1…le matériel contre une mission ?”. J’ai rigolé pendant qu’il
devenait rouge d’embarras.

Il a finalement réussi à rassembler son courage pour m’inviter à dîner, et nous
avons sympathisé à partir de là. Même après cinq ans de vie commune, je
souriais toujours quand je voyais ses yeux bleus de chiot qui me regardaient.
Art a hérité des meilleurs traits de chacun de nous, ce qui le rend encore plus
adorable. Vous auriez dû le voir quand je changeais ses couches. Pour une
raison quelconque, ses joues devenaient rouges à chaque fois et il se couvrait
le visage avec ses petits doigts. Je ne pensais pas que les bébés de cet âge
pouvaient être gênés, mais c’est ce qu’il semblait.

Mais l’un des meilleurs moments a été quand il a dit son premier mot :
‘maman’.
Il a dit ‘maman’ en premier !
Je lui ai dit de le répéter encore et encore, juste pour être sûr que je n’avais pas
mal entendu, et Reynolds a boudé toute la journée parce que Art avait dit
‘maman’ avant ‘papa’.

J’ai pris un air sévère et réprimandé Reynolds pour avoir été si enfantin, mais
je savourais secrètement le fait d’avoir gagné.
J’étais si heureuse durant ces mois, avec mon fils près de moi où que j’aille.
Ensemble, nous regardions souvent par la fenêtre son père s’entraîner après le
dîner.
J’étais heureux que Reynolds ait renoncé à devenir un aventurier et ait
accepté le poste de garde municipal à la place. Le métier d’aventurier aurait pu
rapporter plus d’argent, mais ne pas savoir quand ou si mon mari rentrerait à la
maison ne valait pas un sou de plus. Surtout après ce qui s’était passé lors de
notre dernière quête ensemble.

Le petit Art n’a jamais été malade, mais je le trouvais souvent assis, immobile,
les yeux fermés. Au début, j’ai pensé qu’il avait peut-être du mal à faire ses
besoins, mais cela ne semblait pas être le cas. C’était étrange, et je ne savais
pas quoi en penser. Je pensais que les bébés de cet âge étaient censés être
énergiques et instables, mais il semblait dépenser la plus grande partie de son
énergie à se réfugier dans le bureau, pour ensuite s’asseoir là, parfaitement
immobile, presque comme s’il méditait.

Je m’inquiétais au début, mais bien que cela se produise plusieurs fois par jour,
cela ne durait que quelques minutes, et Art semblait toujours étrangement
heureux après. La façon dont il levait les bras et me regardait me donnait envie
de le dévorer.
Ahem. Mais je n’étais pas éprise.

Point de vue d’Arthur
Deux ans s’étaient écoulés depuis que j’avais fait mon premier voyage difficile
vers le bureau.

Depuis lors, je n’ai cessé de rassembler les petits bouts de mana disséminés
dans mon corps et de les concentrer, pour tenter de former un noyau de mana.
C’était une tâche lente et ardue. Il m’aurait été plus facile d’apprendre à
marcher sur les mains et à manger avec mes pieds dans ce maudit corps que
d’essayer de faire en sorte que mon noyau de mana se condense.
J’ai compris pourquoi le livre disait qu’il fallait attendre l’adolescence pour
qu’une personne ‘s’éveille’. Si j’avais laissé les particules de mana dans mon
corps se déplacer d’elles-mêmes, il aurait fallu au moins une décennie pour
qu’elles gravitent suffisamment les unes vers les autres pour former quelque
chose qui ressemble de près ou de loin à un noyau de mana.

Au lieu de cela, avoir la capacité mentale d’un adulte signifiait que j’avais la
capacité cognitive de vouloir consciemment que mes particules de mana
s’assemblent. C’était quelque chose que j’avais fait à l’école dans ma vie
antérieure, où on vous apprenait dès l’enfance à contrôler le ki. La clé était
d’être capable de sentir le ki – ou mana, désormais – dans votre propre corps et
de rassembler les particules vers le plexus solaire. Si on les laissait tranquilles,
elles finissaient par flotter lentement les unes vers les autres, comme le duvet
d’oie qui dérive vers le fond d’un sac ouvert, mais j’avais décidé de saisir les
plumes et de les pousser dans le sac, au sens figuré, au lieu d’attendre qu’elles
descendent toutes seules.

Mon rituel quotidien consistait à essayer de dépenser le plus possible de mon
énergie limitée à rassembler mon mana, sans éveiller les soupçons de ma mère
et de mon père. Mon père semblait penser que le fait d’être jeté en l’air serait
assez agréable pour un enfant. Bien que je comprenne que l’effet d’adrénaline
puisse exciter certaines personnes, lorsqu’il a utilisé le mana pour renforcer ses
bras et me jeter en l’air comme un projectile à grande vitesse, les seules
sensations que j’ai ressenties ont été la nausée et une peur traumatisante des
hauteurs.

Heureusement, ma mère avait la mainmise sur mon père, mais elle me faisait
peur aussi parfois. Je la surprenais souvent à me fixer, presque à baver, me
regardant comme si j’étais une sorte de viande de première qualité.
J’ai essayé d’adapter mon comportement à mon corps en ne faisant que des
phrases très simples, en parlant juste assez pour faire passer le message, sans
aucune grammaire.

La première fois que j’ai dit “maman” pour lui faire comprendre que je voulais
plus de nourriture, elle a presque fondu en larmes de joie. Cela faisait
longtemps que je n’avais pas reçu ce genre d’affection maternelle.

Mon entraînement était lent et éprouvant, mais j’avais une longueur d’avance
sur les autres, alors je ne me plaignais pas. Les deux dernières années n’avaient
pas été perdues, car j’avais finalement rassemblé tout mon mana dans mon
plexus solaire et j’étais en train de condenser un noyau de mana quand…
*BOOM*


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser