the beginning after the end Chapitre 292

COMMENT SURVIVRE

“Je peux dire par votre regard errant que vous êtes nouveau ici. Eh bien, vous avez de la chance ! Nous avons…”

“Pas intéressé”, ai-je interrompu en faisant signe à un homme mince aux cheveux brillants et gominés de s’éloigner.

Il n’a fallu que quatre pas pour être arrêté par un autre habitant du premier étage. Une petite fille portant une courte jupe de combat, bien trop courte pour offrir une quelconque couverture dans un combat, a frottée son bras contre le mien et a levée les yeux vers moi.

“Tu veux rejoindre mon équipe ? Il n’y a que des filles, et nous aimerions vraiment avoir un homme fort et cool comme toi à nos côtés”, a-t-elle dit en battant des yeux.

Je suis arrivé au premier étage il y a moins de dix minutes et c’était déjà la septième fois que j’étais arrêté. Même après tous les avertissements d’Alaric, je ne m’attendais pas à ce que les choses aillent si mal.

Perdant patience, j’ai exercé une légère impulsion de pression éthérique.

Une onde a parcouru la foule environnante qui s’est raidie et s’est éloignée de la source de la pression. Les yeux de la fille se sont écarquillés et elle a reculée, me fixant comme si j’étais un démon.

‘Va-t’en, sale gueuse !’ Regis a déclaré théâtralement dans ma tête pendant que la fille s’enfuyait.

À part le mouvement constant des ouvriers et les escrocs omniprésents, il n’y avait pas grand-chose à voir au premier étage. L’air était étouffant et sentait la sueur, la saleté et les excréments.

Le premier étage s’étendait sur des kilomètres de part et d’autre de moi, et je ne pouvais même pas voir le plafond au-dessus de nous… si tant est qu’il y en ait un. D’après ce que je pouvais voir, il n’y avait pas de lumière ambiante. Les larges allées étaient éclairées par une combinaison de torches et de grues tenant une toile d’orbes lumineuses au-dessus de nos têtes.

La majeure partie de l’espace que je pouvais voir depuis le chemin principal était dominée par d’énormes carrières et des champs clôturés encore plus grands, couverts de hautes herbes orangées, où des bêtes ressemblant à du bétail se promenaient sans réfléchir.

Toute la zone était une cacophonie de métal grinçant, de roche se brisant, de croassements bestiaux lointains et de nombreuses conversations bruyantes se disputant la suprématie.
Pendant ce temps, les ascendeurs se dirigeaient en masse vers la porte de téléportation menant au deuxième étage.

Alors que je me rapprochais de la porte, la foule d’ascendeurs s’est regroupée en une autre file unique. Deux gardes imposants, dont les dos marqués de runes étaient fièrement affichés par leurs uniformes blindés, vérifiaient le badge d’ascendeur de chaque personne avant de les laisser passer.

Quand ce fut mon tour, le garde a tendu une main blindée, me regardant de haut en bas. “Badge ?”

Je lui ai donné mon badge. Après un rapide examen, il s’est moqué et me l’a rendu. “Bonne chance pour ton examen préliminaire, wogart.”

Bien qu’irrité par cette remarque péjorative évidente, je l’ai ignoré et j’ai franchi avec précaution le portail vitré menant au deuxième étage.

J’étais fatigué, ennuyé, et j’avais chaud après la demi-heure passée au premier étage, mais tous ces sentiments négatifs ont été complètement effacés lorsque j’ai pris connaissance de la vue qui s’offrait devant moi.

‘Putain…’ Regis a laissé échapper un sifflement.

Le deuxième étage ne ressemblait en rien à la zone industrielle désaffectée dont je venais de sortir et était complètement différent de ce que j’avais moi- même imaginé.

C’était une ville entière, large de plusieurs kilomètres, construite sous un ciel radieux et sans soleil. Les rues étaient pavées de tuiles décoratives qui étincelaient sous l’étendue bleue du ciel.

Le long de l’avenue, des orbes flottants de lumière douce remplissaient des lampadaires élégants et bien placés, donnant aux rues une qualité presque éthérée.

“Pousse-toi de là !” a aboyée une voix rauque derrière moi.

Je suis sorti de mon étourdissement, me suis excusé auprès de l’homme costaud, puis j’ai avancé. C’était beaucoup à encaisser, même pour quelqu’un qui avait vécu dans une ville volante.
Les rues étaient animées mais jamais encombrées, avec des ascendeurs partout. J’avais l’impression d’être de retour dans le hall de la Guilde des Aventuriers à Xyrus, s’il s’était étendu à toute la ville.

Comme Alaric l’avait suggéré, les commerces destinés aux ascendeurs étaient omniprésents. Les enseignes embellies accrochées au-dessus des vitrines à plusieurs niveaux annonçaient tout, des forgerons aux bouchers. J’ai vu plusieurs boutiques spécialisées dans la création et la réparation de certaines armes, des marchés où l’on pouvait trouver des produits plus simples, comme des rations sèches ou une nouvelle paire de bottes, et j’ai même trouvé un bâtiment publicitaire impressionnant offrant des services d’artefacts et de distinctions.

Cependant, ce que j’ai vu le plus souvent, ce sont des auberges. En fait, la plupart des bâtiments en brique à plusieurs étages, de couleurs et de décorations variées, étaient des auberges, qui annonçaient toutes la location de chambres à long terme, le plus souvent payées au mois plutôt qu’à la journée.

“Alaric avait raison. Tu peux passer toute ta vie ici”, ai-je marmonné dans mon souffle.

‘Concentre-toi ! Tu as l’air d’un paysan. N’oublie pas que nous sommes ici pour ton ascension’ me dit Régis, bien qu’il soit tout aussi absorbé que moi par le tourisme.

J’ai réalisé que je m’étais tellement égaré que je n’étais pas sûr de la direction à prendre pour trouver une équipe. Alaric avait donné plusieurs conseils sur ce qu’il fallait rechercher chez des coéquipiers potentiels et sur le genre de négociations auxquelles il fallait s’attendre, mais ses conseils sur la façon de naviguer dans le deuxième niveau, j’ai réalisé qu’il était plutôt superficiel.
En retournant vers le portail d’où je venais, j’ai cherché n’importe quel ouvrier ou garde qui pourrait me guider dans la bonne direction. De ce côté du portail, cependant, il n’y avait qu’un flux constant d’ascendeurs.

“Excusez-moi ?” J’ai dit, tapant sur l’épaule d’un homme qui passait. “Savez- vous où je peux trouver une équipe pour une ascension préliminaire ?”

L’homme barbu, dont le gilet en cotte de mailles dorée le faisait pratiquement briller, a penché la tête vers moi et m’a lancé un regard furieux. “Dégage.”

Après avoir reçu plusieurs refus aussi colorés de la part d’autres ascendeurs, un jeune homme qui ne semblait avoir que quelques années de plus que moi avait l’air prêt à m’aider.

“Tu es sérieux ?” a-t-il demandé avec un petit rire amusé.

“C’est la première fois que je viens ici”, ai-je admis en me grattant la joue.

“Viens,” l’homme a fait signe avec son menton. ” Je vais là-bas de toute façon.”

En sortant de l’avenue principale, nous avons traversé tous les deux une rue moins fréquentée. J’ai jaugé l’homme pendant que nous marchions ; il portait un ensemble ajusté d’armure en cuir sombre, bien fait mais beaucoup moins luxueux que ce que j’avais vu porter certains des autres ascendeurs, comme l’homme à la cotte de mailles dorée. Il se déplaçait avec assurance, sachant clairement où il allait.

“Alors, de quelle académie viens-tu ?” a-t-il demandé langoureusement. “Il y a probablement peu de chances, mais peut-être que je suis un ancien élève.”

J’ai secoué la tête. “Je ne suis pas allé dans une académie. Mon oncle m’a formé.”

“Et tu as réussi à passer l’évaluation ? Félicitations “, a-t-il dit avec un sourire avant de me tendre la main. “Je m’appelle Quinten, au fait.”

“Grey”, ai-je répondu en recevant son geste.

“Alors, as-tu eu l’occasion de visiter la ville, Grey ?” Quinten a demandé, en levant les yeux vers les bâtiments qui nous surplombent.

“Un peu. La ville est encore plus étonnante que les histoires que j’ai entendues.”

“Eh bien, à quoi s’attendre quand on a une ville faite exclusivement pour les mages puissants”, a-t-il dit en ricanant. ” Tu devrais voir les Domaines du Sommet. ”

Mes sourcils se sont froncés. “Des domaines ? Comme dans les maisons ?”

Quinten a hoché la tête. “Je n’ai jamais jeté qu’un coup d’œil derrière les portes, mais c’est une zone fermée de villas pour les ascendeurs de haut niveau.”

“Et vu le nombre d’auberges de longue durée que j’ai vu en marchant dans la rue, je suppose que ces maisons ont un prix astronomique ?”

“Astronomique serait un euphémisme”, ricana l’ascendeur alors que nous tournions à droite dans une ruelle étroite entre deux bâtiments. “Non, même si tu avais l’argent, le vrai problème est l’exclusivité. Le nombre de propriétés est assez limité, et il est rare que les Hauts-Sangs renoncent au prestige de posséder une maison au deuxième niveau. Elles ne sont généralement mises en vente que si un haut-sang est en difficulté.”

“Je vois.”

L’ascendeur m’a soutenu avec un sourire. “Je te donne juste quelques rêves à tenter d’atteindre.”

J’ai ri. “Merci.”

Quinten s’est ensuite penché plus près de moi. “Tu devrais aussi aller voir les filles de Blossom Street.”

“Huh ?” Il m’a fallu une seconde pour réaliser à quoi il faisait référence. “Oh… attends, ce sont aussi des ascendeurs, pourquoi feraient-elles…”

“Les ascensions sont dangereuses.” Il a haussé les épaules. “Beaucoup d’entre nous, et pas seulement nos charmantes escortes… ont traversé suffisamment d’épreuves pour en avoir marre de celles-ci. Les plus intelligents ont réalisé qu’il y avait des moyens plus faciles de se faire de l’argent.”

“Comme mener de pauvres mages qui essaient de devenir des ascendeurs dans des ruelles sombres et isolées et les agresser ?” J’ai demandé innocemment.

Quinten a cligné des yeux avant d’étouffer un rire. “Quand l’as-tu remarqué ?” J’ai regardé autour de moi, ignorant l’ascendeur calmement appuyé contre un pilier de brique soutenant un pont plusieurs étages au-dessus de nous. Il n’y avait pas un seul ascendeur en vue, à part mon sympathique agresseur.

“Assez tôt”, ai-je dit en baissant mon regard pour rencontrer celui de Quinten. “J’ai supposé que tu avais un groupe d’autres voyous qui t’attendaient pour t’aider, cependant.”

Il a laissé échapper un petit rire. “Pourquoi aurais-je besoin d’un groupe pour gérer un petit wogart ?”

La silhouette de Quinten se brouilla alors qu’il se précipitait vers moi, une lame de pierre condensée se coalisant autour de son bras.

‘Besoin d’aide ?’ demanda paresseusement Regis. ‘Je m’en charge.’
J’ai attrapé la lame de pierre qui s’était manifestée sur toute la main de Quinten. J’ai saisi son poignet avec ma main gauche, j’ai guidé la lame en toute sécurité, j’ai fait un pas en arrière avec mon pied gauche et j’ai amené mon coude droit vers son menton.

Avec l’élan de sa propre course, j’ai à peine eu besoin d’utiliser une force autre que celle de m’envelopper dans l’éther.

La tête de Quinten s’est retournée et il s’est effondré sur le sol, sa lame de pierre se décomposant.

Heureusement, l’agresseur n’était pas mort et son corps était assez solide pour qu’il reprenne conscience en quelques minutes ce qui me donna le temps d’utiliser ses propres vêtements pour attacher ses mains et ses pieds ensemble. ” Tu as fait une bonne sieste ? ”

L’ascendeur a laissé échapper un gémissement avant de se rendre compte qu’il était à moitié nu et que ses membres avaient été attachés. “Je ne sais pas ce que tu as fait, mais tu crois vraiment que des bandes de cuir peuvent me retenir ?”.

“Non, mais elles me donneront juste assez de temps pour t’assommer à nouveau si tu essaies de faire quelque chose de gênant”, ai-je dit avec un sourire innocent.

Quinten a hoché maladroitement la tête depuis sa position sur le sol. “Qu’est- ce que tu veux ?”

“Ce que je voulais depuis le début”, ai-je répondu. “Où dois-je aller pour trouver une équipe pour mon ascension préliminaire ?”

L’ascendeur à moitié nu s’est tortillé sur le côté jusqu’à ce qu’il soit capable de montrer la direction avec son menton. “Il suffit de suivre cette route jusqu’à l’avenue Vritra. Prends à droite et suis la route jusqu’à ce que tu voies un grand bâtiment avec une horloge géante au sommet.”

“Merci”, ai-je dit, en marchant vers lui.

“Hé, attends, tu sais que ce serait vraiment stupide de me tuer ici, n’est-ce pas ?” a-t-il demandé, de la panique dans la voix. ” T-tu seras banni de- ”

Je me suis penché et j’ai retiré les bandes de cuir autour de ses poignets. “Relaxe. Je sais que tu n’essayais pas de me tuer non plus tout à l’heure. Et je suppose que tu sais qu’il serait vraiment stupide de garder rancune, n’est-ce pas
?”

Quinten a simplement retiré les épaisses bandes de cuir autour de ses chevilles. “La chose la plus importante que nous obtenons au cours de nos ascensions n’est pas la connaissance ou la force – c’est comment survivre.”

“Je m’en souviendrai.” Je me suis retourné pour partir quand je me suis souvenu d’une autre question que je voulais poser. “Encore une chose.”

Quinten a visiblement tressailli à mon mouvement brusque. “Qu’est-ce que c’est ?”

“Qu’est-ce que ça veut dire ‘wogart’ ?”
Quinten m’a regardé, impassible. “Wogart”, j’ai répété. “Qu’est-ce que ça veut dire ?”

“Je t’ai entendu la première fois”, a-t-il grogné. “Je n’ai juste jamais entendu quelqu’un me demander ce que ça voulait dire avant.”

“J’ai grandi assez protégé”, j’ai menti. “J’ai pratiquement dû échapper à mon père pour devenir un ascendeur.”

“D’accord”, dit-il, en sortant un nouvel ensemble de vêtements de son anneau dimensionnel. ” Tu les rencontreras probablement assez souvent, mais ce sont ces bêtes aux yeux de biche qui sont au bas de la chaîne alimentaire. En gros, c’est de l’argot pour un ascendeur inexpérimenté.”

‘Ouais, t’es un wogart’ a ricané Regis.
“D’accord”, ai-je dit, en riant d’amusement tandis que je m’éloignais.

Empruntant l’étroite route de marbre, qui était étonnamment propre – il n’y avait pas un seul déchet en vue – je me dirigeais vers la tour de l’horloge quand j’ai vu filer la plus légère des ombres.

J’étais plus déçu par moi-même de ne pas avoir remarqué cette personne que contrarié par une nouvelle interruption.

” Tu peux sortir maintenant “, ai-je dit sans m’arrêter.

Un homme mince, vêtu de cuir sombre et de cotte de mailles, est descendu en sautillant d’un des bâtiments situés à ma gauche.

“Pourquoi me suis-tu ?” J’ai demandé, en étudiant l’homme qui semblait avoir à peu près mon âge.

Des boucles de cheveux vert mousse recouvraient une grande partie de son visage, mais je pouvais distinguer des pommettes hautes sous une paire d’yeux bruns profonds.

” En paix “, a-t-il dit, d’une voix basse et chevrotante. L’homme a levé les bras, montrant ses paumes vides.

“En supposant que Quinten ait dit la vérité, tu n’es pas avec lui”, ai-je songé. “Un troisième groupe qui tente sa chance ?”

Il secoua la tête. “J’ai senti une utilisation de mana, et dans cette partie du niveau, cela signifie généralement un combat. J’ai supposé que quelqu’un avait des problèmes, alors je suis venu voir.”

“Cela ne répond pas à ma question”, ai-je répondu calmement.
“La curiosité a pris le dessus sur moi”, a-t-il admis en se frottant la nuque. “J’ai été impressionné par la façon dont tu as mis ce voyou à terre et, honnêtement, j’ai été surpris que tu le laisses s’en tirer si facilement. Malgré ce qu’il t’a dit, tu aurais été dans ton droit de mettre fin à sa vie.”

“Ce n’est pas comme ça que je fais les choses”, ai-je dit, sans prendre la peine de cacher mon dégoût.

“C’est pourquoi j’aimerais faire partie de ton équipe quand tu retourneras dans les Relictombs.” L’inconnu a soutenu mon regard avec assurance, mais les doigts de sa main gauche s’agitaient avec nervosité.

Avec la récente tentative d’agression dans mon esprit, je ne me sentais pas particulièrement confiant, et j’étais sûr que cet homme cachait quelque chose. “Désolé de te décevoir, mon ami, mais je ne vais pas ‘retourner’ dans les Relictombs. C’est mon ascension préliminaire.”

Il hocha la tête, sa frange verte bouclée rebondissant doucement autour de son visage. “J’ai entendu. Je peux t’aider, t’aider à trouver une équipe qui ne te fera pas tuer.”

‘Il est persistant’, a dit Regis.

Approuvant en silence, j’ai décidé d’être franc. “Pourquoi ? Qu’est-ce que tu y gagnes ? Donne-moi une réponse à laquelle je puisse croire, et je réfléchirai à te rejoindre.”

“Je ne peux pas sentir votre mana. Je n’ai même pas pu le sentir quand tu as éliminé cet agresseur, ce que tu as réussi à faire d’un seul coup. Tu n’as pas de sens. Tu es différent. Et dans les Relictombs, la différence est une bonne chose.”

Regis a ricané dans mon esprit. ‘J’aime bien ce type.’

“C’est tout ?” J’ai demandé sceptique.

“Nous y allons tous pour les mêmes raisons : devenir fort, devenir riche”, a-t-il dit, ses mains se transformant en poings pour calmer ses doigts agités. “Mais les Relictombs ne peuvent pas être cartographiés. La seule façon de changer où tu vas est de changer avec qui tu voyages. Comme je l’ai dit, la différence a du bon.”

“Donc tu penses que les Relictombs vont t’emmener dans un nouvel endroit si tu y vas avec moi ?” Cet ascendeur semblait en savoir plus sur les Relictombs que n’importe qui d’autre à qui j’avais parlé, sauf peut-être Alaric. Même le vieil ivrogne n’avait pas fait le lien avec le fait de voyager avec différentes personnes pour tracer différents chemins dans le donjon, cependant.

“C’est l’idée. De nouveaux chemins, de nouvelles chances de gagner des récompenses, peut-être même une relique.”

C’était quelque chose que je pouvais croire. Quelqu’un avec son niveau de connaissance et de confiance était forcément utile à l’intérieur.

“Quel est ton nom ?” J’ai demandé. “Haedrig.”
Il m’a tendu la main. Je l’ai prise et j’ai été immédiatement surpris par sa petite taille. Je pouvais sentir les callosités des longues heures passées à tenir une arme sur les doigts et les paumes, et sa prise était forte, mais délicate.

“Grey.”

“Tu sais, Grey,” dit Haedrig alors que nous nous tournions vers la tour de l’horloge, “tu trouveras moins de rats prêts à tenter leur chance avec toi si tu affichais correctement tes runes. En général, seuls ceux qui manquent de confiance en leurs runes les recouvrent.”

“Est-ce une autre raison pour laquelle les mages montrent leurs runes ?” J’ai demandé. “Désolé, je viens de la campagne, alors pour moi, ça ressemble à de la frime.”

“Cela peut sembler arrogant, et il y a beaucoup d’ascendeurs qui correspondent à cette description, mais cela rend la vie plus facile en général”, a-t-il expliqué. “Peu de gens prennent réellement le temps d’apprendre à lire les runes car, selon le sort qu’elles fournissent, il peut y avoir beaucoup de variations dans la conception. Les ascendeurs, en général, ne sont pas un groupe studieux.”

En écoutant, j’ai réalisé que je n’avais pas considéré l’impact sociétal d’avoir sa force si clairement affichée pour quiconque regarde. Sur Dicathen, je pouvais juger la force de quelqu’un par la qualité de ses armes et de son armure, ou parce qu’il avait un lien avec une bête de mana, ou – à l’époque où ces choses étaient encore possibles – parce que je pouvais sentir son mana, mais je pouvais toujours me tromper. Ici, un allié – ou un adversaire – potentiel pouvait savoir exactement de quoi vous étiez capable rien qu’en regardant vos runes.

” Quoi qu’il en soit, trouvons une équipe “, a-t-il poursuivi. “Il y a plusieurs façons de procéder, mais je suppose que tu veux passer ton examen préliminaire le plus tôt possible ?”.

“Ouais.”

“Alors le bâtiment associatif vers lequel ce voyou t’a dirigé ne serait pas une bonne idée”, dit-il en prenant les devants. “C’est le moyen le plus sûr, mais il faut remplir une demande assez poussée, et il leur faudra quelques jours pour te trouver une équipe prête à te prendre.”

Je me suis frotté le menton, regrettant de ne pas avoir frappé Quinten encore plus fort. “Que suggères-tu alors ?”

Haedrig fit un signe vers le chemin. “Suis-moi.”

Nous avons quittés la route étroite pour nous engager dans l’avenue Vritra. Les rues étaient agréablement animées par les ascendeurs – certains étaient habillés de façon décontractée tandis que d’autres avaient l’air d’avoir brutalement assassiné quelqu’un il y a quelques instants. Des dizaines d’arbres blancs aux douces feuilles violettes se dressaient dans les rues à quelques blocs d’intervalle, offrant de l’ombre et dispersant leurs feuilles semblables à des pierres précieuses.

Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer les yeux d’Haedrig qui scrutaient constamment la zone, comme s’il était toujours à l’affût de quelque chose.

“On est perdus ?” J’ai demandé.

“Non. C’est juste… qu’il y a des gens qui me cherchent. Ce n’est pas important.” Ça avait l’air important… mais j’ai laissé tomber le sujet pour l’instant.
Après avoir passé la tour de l’horloge vers laquelle Quinten m’avait dirigé, nous avons pris une route sinueuse qui passait devant plusieurs auberges, deux bordels, et un centre médical. Finalement, Haedrig s’est arrêté.

‘Woah…’ dit Regis à bout de souffle.

J’ai écarquillé les yeux en voyant ce que nous avions devant nous, je ne savais pas trop quoi en penser. J’ai pensé que Haedrig s’était peut-être perdu… Il m’a regardé d’un air amusé, comme s’il se délectait de ma réaction.

“Nous sommes arrivés.”


Commentaire

5 5 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser