the beginning after the end Chapitre 214

Territoire ennemi III

POV CIRCE MILVIEW

Alacryan

Je cours. Il me semblait que tout ce que j’avais fait ces jours-ci était de courir à travers cette forêt maudite. Des branches basses m’éraflaient les joues et les bras tandis que des arbustes épineux déchiraient mes vêtements et mes jambes.

J’ai sprinté dans la direction où ma magie me guidait. Sans cela, j’étais aveugle. Même s’il y avait une lune ce soir, je doutais que ses rayons pâles puissent pénétrer la canopée dense et le brouillard au-dessus.

De temps en temps, je voyais des éclairs de lumière provenant de la magie de Maeve derrière moi, éclairant les arbres et projetant des ombres étranges sur le sol de la forêt.

Maeve. Cole. S’il vous plaît faites-le en toute sécurité, j’ai prié Vritra sans interrompre la foulée.

J’ai continué à courir, en m’assurant de lever les genoux et de marcher avec mon talon en premier tout en donnant le coup d’envoi avec la plante des pieds. C’était la meilleure façon de courir sur un terrain accidenté rempli de branches cassées et de racines nouées.

Courant jusqu’à ce que les éclairs magiques de la bataille soient à peine visibles, je dérapai jusqu’à m’arrêter et m’accroupis à côté d’un épais arbuste. Les épines et les feuilles épineuses qui se pressaient contre moi m’ont réconforté à découvert. Je me couvris la bouche en haletant, craignant d’être entendu.

La paranoïa s’était installée depuis longtemps, remplissant mon esprit de doutes et de désespoir sans fin. En étouffant des sanglots, j’ai essayé de me calmer.

Tu vas bien, Circé. Tu le fais bien. J’ai essuyé le flot de larmes qui n’arrêtait pas de couler.

Je dois survivre. Pour mon frère. Pour Seth. Je l’ai récité encore et encore. C’était mon mantra. C’était ce qui me tenait.

Après avoir finalement repris mon souffle, j’ai enflammé ma crête. Immédiatement, j’ai pu sentir l’emplacement du tableau à trois points le plus proche que j’avais formé. Malheureusement, c’était plus loin que je ne l’espérais.

Incapable de jurer à voix haute, je serre les dents de frustration. Avec autant de distance entre les autres tableaux, il ne suffisait pas d’utiliser du mana.

Creusant un petit trou dans le sol meuble avec ma main, je mordis le pouce jusqu’à ce que le sang soit tiré. Avec précaution, je laisse mon sang couler dans le trou tout en instillant le mana de ma crête.

C’est par pur hasard que j’ai découvert que l’utilisation de mon sang comme moyen de mana amplifierait les effets du tableau. Peut-être découvrir pourquoi un jour mon blason pourrait-il devenir un emblème ?

Après que mon sang infusé de mana se soit infiltré dans le petit trou que j’avais fait, je l’ai recouvert et je suis allé sur un arbre voisin.

Sortant le petit couteau que Fane m’avait pratiquement obligé de garder, j’ai commencé à creuser un petit trou sous une branche basse.

J’étais sur le point de mettre mon pouce en sang contre le trou quand un claquement sec me fit tournoyer. J’ai tenu le couteau à deux mains, le pointant vers la source du son alors que j’activais ma première crête.

Mes sens se sont élargis, couvrant un rayon de vingt mètres, seulement pour sentir que ce n’était qu’une petite bestiole de la forêt. J’ai baissé mon couteau, frustré par mon moi pathétique. Je tremblais, le dos contre l’arbre, les larmes aux yeux.

Tout ce que je voulais était de me recroqueviller et de pleurer, mais malheureusement, je n’avais pas un tel
luxe. Pas si je voulais vivre.

Je savais que le bruit avait été causé par un animal mais je ne pouvais pas me concentrer. Je perdais du temps, mais pour une raison étrange, je ne voulais vraiment pas que quelqu’un me tue par derrière. C’était étrange à penser, mais je préfère regarder mon assassin lorsque que je mourais.

Après plusieurs minutes écoulées, je poussai un soupir et me retournai vers ma tâche.

Si quelqu’un était là, ils m’auraient déjà tué, me dis-je. Ce n’était pas une pensée très réconfortante, mais c’était vrai.

J’étais une sentinelle. Largement respecté et précieux mais sévèrement sans défense par rapport à des attaquants comme Fane, des défenseurs comme Maeve et même des boucliers comme Cole.

Une fois le deuxième point terminé, je suis passé à l’arborescence finale pour terminer le tableau à trois points. Je savais que l’utilisation du sang comme support pour le réseau ferait des ravages, mais j’étais toujours surpris de la faiblesse que je ressentais après la fin du dernier point. Malgré l’air vif de l’hiver qui semblait encore plus froid dans ce brouillard, je transpirais et mes genoux étaient sur le point de céder.

Je dois bouger. Presque là, dis-je à mes jambes. Sans prendre la peine de masquer ma trace de mana, je suis passé au point suivant.

Heureusement, avec l’impression en trois points que je venais de terminer, je n’aurais plus à utiliser mon sang. J’avais juste besoin de m’assurer de ne pas placer l’empreinte suivante trop loin.

J’ai réussi un demi-jogging en haletant. Je ne pensais pas que c’était possible, mais la forêt semblait devenir encore plus sombre. Les branches basses accrochées à mes vêtements en lambeaux. Sans la force de simplement de hausser les épaules, j’ai dû m’arrêter et retirer les branches, ce qui m’a coûté un temps précieux.

J’ai trébuché plus de fois que je ne pouvais compter sur les racines et les branches d’arbre qui semblaient se multiplier davantage, mais j’ai finalement réussi.

Cet emplacement devrait convenir.

Tombant en avant sur mes genoux, je me suis remis au travail. Allumant ma crête, j’ai commencé à faire couler du mana dans le premier point du tableau quand quelque chose s’est écrasé sur moi par le côté.

Sans même la chance d’être surpris, Je regardais soudain Fane, qui était au-dessus de moi. Fane ne me regardait pas, mais au loin – son visage se tordit en un air renfrogné effrayant. Il faisait sombre mais même alors je pouvais voir à quel point il était sanglant.

“Peux-tu courir ?” demanda-t-il en me remettant sur pied. Ses yeux surveillaient toujours notre environnement, cherchant quelque chose.

« Je pense que oui, » bégayai-je, mon regard se déplaçant vers une flèche scintillante enfouie dans le sol… là où
j’étais auparavant.

Fane a enflammé son emblème. Son corps entier brillait et des rafales de vent visibles l’entouraient, le soulevant de ses pieds. Dans sa main se trouvait une lance, sa longueur environ deux fois ma taille avec une pointe acérée qui tournait comme une perceuse, envoyant des coups de vent autour de nous. « Alors courez. Je vais les retenir. ”

Sans même avoir la chance de saluer mon coéquipier, je me suis retourné et j’ai couru. Je ne savais pas qui était le « lui » auquel Fane faisait référence, mais de la façon dont il avait immédiatement enflammé son emblème à sa pleine puissance, je savais qu’il ne pouvait pas être bon.

Je n’ai pas tardé à entendre les échos de la bataille derrière moi. Le sol tremblait et les arbres semblaient trembler de chagrin et de douleur pour leurs frères pris dans le combat. Plus d’une fois, j’ai été presque soufflé par les coups de vent, mais même alors, j’ai résisté à la tentation de regarder derrière moi. Je ne pouvais que prier Vritra que Fane irait bien.

Encore une fois, j’ai couru. J’ai continué à courir dans cette forêt abandonnée jusqu’à ce que mes jambes se sentent comme du plomb. Chaque pas me paraissait de plus en plus difficile à faire, comme si je pataugeais dans une mare de goudron.

Même si je voulais désespérément continuer à bouger, mon corps en avait assez. À peine capable de soulever mes pieds du sol, mes orteils se sont accrochés à une racine noueuse.

J’ai basculé en avant et j’ai vite goûté la saleté et le feuillage de la forêt dans ma bouche.

Le plastron argenté de Fane me maintenait au sol comme une ancre. Renonçant à l’idée de me relever, je me suis roulé à mes côtés et j’ai enflammé ma crête. Avec la distance que j’avais parcourue, je savais qu’il était plus sûr de renforcer le réseau avec du sang.

La blessure sur mon pouce avait déjà recroquevillé, mais en essuyant ma bouche de la saleté, j’ai pu distinguer une traînée de rouge.

Ce que mon cerveau privé de sommeil et fou a conçu comme « chanceux » était le fait que la chute sur mon visage avait déchiré une plaie sur ma lèvre.

Peut-être l’action la plus dégoûtante que j’ai réalisée de toute ma vie, j’ai craché une bouchée de sang sur le sol et y ai trempé mes doigts pour imprégner du mana.

Si je ne peux pas courir, je pourrais aussi bien créer une autre empreinte pour l’armée qui attend. Peut-être que se sera assez proche pour eux. Peut-être qu’ils sauveront encore Seth.

La crête sur mon dos a commencé à brûler – un signe révélateur que je me surmenais. Cela n’avait pas d’importance. Mes jambes ne pouvaient même pas supporter mon poids. J’étais prêt à mourir.

“Idiot ! Je ne vous ai pas dit de continuer à courir ? » Je n’ai jamais pensé que la voix rugueuse de Fane serait
aussi agréable, mais je me suis trompé.

J’ai repéré la silhouette de Fane se précipiter vers moi avec une sphère de vent l’entourant. Sans s’arrêter, il me
prit par le plastron et me tint sous son aisselle. C’est là que je l’ai vu.

« Fane. T-ton bras ! J’ai soufflé, les yeux écarquillés.

« Pas important, » dit-il sèchement. « J’ai besoin que vous vous concentriez pour me guider. »

J’avais tellement de questions pour Fane, mais ce n’était pas le moment. Pointant dans la direction que True Sense m’avait montrée, j’ai dirigé l’attaquant vétéran à travers la forêt infestée de brouillard.

Heureusement, le soleil se levait. Nous avions couru sans arrêt toute la nuit et il était évident que Fane était sur le point de s’effondrer. Il avait concentré une grande partie de son mana sur le talon où se trouvait son bras gauche afin d’empêcher le sang de couler. Le reste de son mana a été dépensé pour maximiser notre vitesse.

“Nous y sommes presque !” Dis-je avec excitation, en montrant une ouverture dans les bois à quelques dizaines de mètres.

« Encore un peu, et vous devez concentrer tout ce que vous avez sur la matrice à trois points. Faites cela et notre mission est un succès », a soufflé Fane. “Peux-tu faire ça ?”

“Je peux.”

Nous avons dérapé jusqu’à un arrêt et Fane m’a laissé tomber par terre. J’ai supposé que l’attaquant voulait que je commence sur le tableau – je n’avais qu’à moitié raison.

Je pouvais voir l’emblème de Fane briller sous sa chemise alors qu’il se tenait devant moi. La lance se forma de nouveau dans la main de Fane alors qu’il la pointait sur l’elfe qui s’approchait lentement de nous.

Même à première vue, je savais qui il était. C’était le même elfe qui nous avait repérés sur l’arbre. C’était le même elfe contre lequel Maeve et Cole étaient restés pour se battre.

« N-non. Ça ne peut pas être… » marmonnai-je alors que l’elfe nommé Albold continuait à réduire la distance entre nous. Il avait l’air blessé et fatigué, mais il était vivant. Et s’il était vivant, cela signifiait …

J’ai entendu un léger sifflement mais avant que mon cerveau ne puisse comprendre ce que signifiait ce bruit, la lance à vent de Fane avait déjà bougé. La flèche qui devait me prendre la vie gisait sur le sol.

« Merde, il y en a plus. Nous devons courir, siffla Fane. “Maintenant !” Fane me souleva et me repoussa. “Aller !”
Même avec la force que j’ai rassemblée alors que Fane m’avait tenu par le bras, je ne pouvais gérer qu’un décalage maladroit. Fane a continué à me pousser vers l’ouverture dans les bois, vers ce que je supposais être l’une des entrées du royaume elfique.

Je me tendais à chaque fois que j’entendais un coup de sifflet mais par le fait qu’aucune des flèches n’avait réussi à me frapper, je savais que Fane faisait son travail.

Je devais encore terminer le mien.

Allumant ma crête à mi- foulée, les empreintes des matrices à trois points s’illuminèrent comme une carte dans ma tête. Le plus proche que j’avais imprimé était trop loin cependant. J’avais besoin de temps, ce que nous n’avions pas.

« Nous sommes assez proches. Configurez la baie ! » Fane gémit derrière moi.

Je me suis mis à genoux et j’ai commencé à installer le premier point du tableau. Ce faisant, j’ai jeté un coup
d’œil derrière moi.

Fane me dominait à quelques pas derrière avec des tiges de plusieurs flèches sortant de son corps. Une traînée de sang coula au coin de sa bouche.

« Array !» claqua-t-il sans se retourner.

J’acquiesçai frénétiquement et j’ouvris une autre plaie sur mon pouce.

Le bourdonnement sourd des armes qui s’entrechoquaient me surprit, mais je refusai de regarder en arrière. Un autre coup de sifflet par derrière.
Fane laissa échapper un gémissement.

Mes mains ont tremblé lorsque j’ai démarré le tableau.

Bon sang ! Ce n’est pas assez fort.

J’ai essayé d’imprégner plus de mana mais, du coin de l’œil, je pouvais voir les arbres autour de nous se balancer.

Un autre grognement de douleur résonna par derrière, mais ce n’était pas la voix de Fane.

La douleur vive irradiant de ma crête devenait de plus en plus insupportable à mesure que j’imprégnais plus de mana dans la petite mare de sang qui s’était accumulée sur le sol devant moi.

J’ai entendu un autre coup de sifflet mais presque immédiatement après, j’ai été renversé alors qu’une douleur me remontait le bras comme un feu. Ma tête a explosé d’une blancheur aveuglante. J’arrivais à peine à me remettre à genoux, le vertige me submergeant.

Malgré mon cerveau qui me criait de ne pas le faire, j’ai regardé mon bras blessé. Il a été mutilé au-delà de toute reconnaissance.

« Le… tableau, » croassa la voix de Fane par derrière.

« Je… je ne peux pas », ai-je rassemblé. Je ne pouvais même pas penser correctement car j’avais l’impression que chaque pouce de mon bras droit avait été coincé à travers la peau avec des lames dentelées.

J’ai regardé, étourdi, le sang commencer à couler sous moi.

Je savais que j’allais ne mourir dans pas longtemps maintenant. Je voulais presque mourir, mais dans cet état presque mort, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à Seth. Il attendait mon retour à Alacrya dans un lit d’hôpital. Il était presque mort aussi. Même si je ne pourrais pas vivre, ne devrait-il pas le pouvoir ?

Par pure volonté, je me suis remis sur pied. Le sang a continué à couler librement de mon bras mutilé mais ça allait. Je savais ce que j’avais à faire.

« J’espère que vous pourrez pardonner à votre sœur… de ne pas avoir pu rentrer à la maison », marmonnai-je.

J’ai fait un pas sur le côté, créant une trace avec mon sang. La douleur commençait à s’estomper un peu alors que mon bras s’engourdissait, ce qui était bien.

Fane apparut, mais il était à peine debout aussi. Il dégoulinait presque autant de sang que moi.

Aucun de nous ne pouvant même rassembler un mot, Fane a continué à me protéger pendant que je fabriquais le tableau, le renforçant avec les quantités de sang que je répandais.

J’ai fait un autre pas, mais j’ai dû perdre connaissance parce que j’ai trouvé le monde tourné de son côté. Fane était toujours debout, tenant tête à Albold et un autre elfe.

Presque là.

J’ai rampé, traînant mon bras mutilé sur le sol pour continuer la piste sanglante, mais la perte de sang a dû affecter ma vision.

Une rangée entière d’arbres s’était déplacée et se penchait pour révéler un mur imposant. Et au sommet du mur se trouvaient des centaines d’elfes, chacun armé de bâtons ou d’arcs. Les portées brillaient de toutes sortes de couleurs, certaines vertes, d’autres jaunes, d’autres bleues –

« Circé !» Fane hurla, me sortant de ma stupéfaction.

Un cri désespéré me déchira la gorge alors que j’allumais chaque once de mana que j’avais laissée à travers ma crête. Ma vision s’est brouillée et je suis tombée à mes côtés, mais je m’en fichais. Je savais que cela avait fonctionné.

Chaque empreinte que j’avais laissée dans la forêt était maintenant connectée et affichée à chaque sentinelle qui attendait à l’extérieur de la forêt. J’avais créé la piste pour notre armée.

J’ai réussi à faire un sourire en faisant face à la vague de sorts et de flèches presque sur nous. J’espérais qu’ils pourraient me voir mon expression pour qu’ils sachent …

Même cette maudite forêt ne vous protégera plus. L’armée d’Alacryan vient pour vous.


Commentaire

4.4 8 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Aritendry Ramahafeno
4 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser