the beginning after the end Chapitre 18

Famille

C’était un sentiment étrange d’être plus nerveux maintenant, en rencontrant ma famille, que lorsque j’ai été nommé roi pour la première fois, au milieu des personnes les plus puissantes du monde.

« Ouf, faisons-le, Sylvie. »

« Kyu » Elle a répondu, mon excitation se propageant à elle.

Le bruit sourd du métal s’entrechoquant a résonné étonnamment fort.

De façon inattendue, j’ai pu entendre de faibles bruits de pas, suivis d’une voix enfantine. « J’arrive ! »

Une femme de chambre a ouvert la porte avec une petite fille. Dès qu’elle m’a vu, elle s’est cachée derrière la bonne.

La servante me regarde curieusement, manifestement surprise de voir un enfant de huit ans frapper à la porte du domaine d’un noble.

« Ahem, ravi de vous rencontrer. Mon nom est Arthur Leywin. On m’a informé que ma famille réside actuellement dans ce manoir. Cela vous dérange-t-il si je leur parle ? » j’ai fait une légère révérence, Sylvie se balançant sur ma tête.

Avant que la femme de chambre confuse n’ait pu répondre, j’ai entendu un son bien trop familier en arrière-plan.

« Eleanor Leywin ! Tu es là ! Il faut que tu arrêtes de courir vers la porte d’entrée dès que quelqu’un… » Ma mère s’est arrêtée au milieu de sa phrase et a laissé tomber un petit bol de ce qui semblait être de la nourriture pour… ma sœur.

J’ai baissé les yeux pour voir la fille aux yeux bruns éblouissants, qui me regardait avec une curiosité innocente. Ses cheveux châtain cendré clair brillaient bien plus que ceux de Père, mais je savais de qui elle tenait cette couleur. Ses cheveux étaient attachés en deux nattes sur le côté de sa tête, au-dessus de ses oreilles.

J’ai lutté pour détacher mes yeux de ma petite sœur et je me suis tourné vers ma mère. Ma vision devenant floue et mes yeux se remplissant de larmes, j’ai dit une chose qu’elle attendait depuis longtemps.

« S-salut maman. Je suis de retour. » J’ai fait un petit signe de la main maladroit, ne sachant pas quoi faire si elle ne pouvait pas me reconnaître.

Heureusement, ma crainte ne s’est pas réalisée et elle a couru vers moi à une vitesse que je jurerais être plus rapide que celle de grand-père Virion, mais c’était peut-être juste à cause de ma vision floue.

« Oh mon bébé ! Arthur !! » Elle arriva devant moi et s’effondra à genoux, ses bras autour de ma taille, serrant de toutes ses forces, craignant que je ne disparaisse à nouveau si elle me lâchait.

« Tu es vivant ! La Voix… Je savais que c’était toi ! *sniff* Tu es de retour maintenant ! Oui, tu es à la maison maintenant. Arthur, mon bébé ! » C’est tout ce qu’elle a réussi à dire avant de s’effondrer en pleurs.

Je n’ai même pas pu faire une phrase complète avant de fermer les lèvres pour retenir mes sanglots.

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser, alors que ma tête était enfouie dans l’épaule de ma mère : vous pouvez être un tyran tout puissant et immortel, mais lorsque vous êtes en face de vos proches, votre capacité à contrôler vos émotions vous trahit.

Je n’arrêtais pas de répéter en sanglotant que j’étais vivant, que j’étais à la maison, et que je ne partirais pas. Un tourbillon d’émotions parcourait ma mère. Elle était heureuse que je sois de retour et en vie, elle était furieuse que je n’aie pas pu revenir plus tôt, elle était triste que j’aie dû être loin d’eux et de combien cela avait dû être difficile pour moi, tout cela en même temps.

A un moment, Eleanor s’est approchée de nous et a commencé à tapoter le dos de maman. « Maman. Là, là. Ne pleure pas. » Mais après avoir échoué à la réconforter, elle s’est mise à pleurer elle aussi.

« Arthur ! » J’ai tourné la tête, le visage encore mouillé de larmes pour voir dehors la silhouette de mon père en train de sprinter, trempé de sueur. Je suppose que la femme de chambre lui avait dit que j’étais de retour.

Il ne s’est pas arrêté avant de nous rejoindre et a simplement glissé sur son genou, nous serrant tous dans ses bras tandis que nous tombions presque.

« Arthur ! Mon fils ! Regarde comme tu es grand. Oh mon Dieu ! Tu es de retour, tu es de retour ! » Mon père tenait ma tête dans ses mains pour mieux voir mon visage. Il s’est effondré en posant sa grande main sur l’arrière de ma tête, amenant mon front à toucher le sien.

Notre petite réunion de famille a continué. Ma mère sanglotait de façon incontrôlable, m’enlaçait, et ma petite sœur, innocente, pleurait avec elle, tandis que mon père et moi nous regardions l’un l’autre, les larmes aux yeux, tous heureux d’être enfin réunis.

Finalement, nous avons tous réussi à nous relever.

Nous étions assis sur un canapé, ma mère juste à côté de moi avec Eleanor sur ses genoux. Mon père était assis sur une chaise qu’il avait tirée, face à moi, les coudes sur ses genoux et penché en avant. Ma mère me tenait les mains et pleurait à chaque fois qu’elle voyait mon visage.

« Est-ce que tu vas bien maintenant ? As-tu au moins mangé trois repas par jour ? Tu as dormi en t’habillant chaudement tous les jours, n’est-ce pas ? Oh mon bébé. Regarde comme tu es grand maintenant. » Des larmes s’échappaient de ses yeux tandis qu’elle les plissait pour essayer de sourire.

Elle caressait mes cheveux et déposa un doux baiser sur le sommet de ma tête. « Dieu merci, tu es de retour. Je suis si heureuse » a-t-elle chuchoté, sa voix tremblant encore.

Eleanor nous regardait curieusement, Sylvie et moi, tandis que le bébé dragon était assis à côté de moi et observait attentivement les trois humains inconnus.

Mon père regardait Sylvie avec une expression curieuse mais il n’en a pas parlé. En tournant son regard vers moi, ses yeux se sont adoucis et il a continué à secouer la tête, répétant à quel point j’étais grand maintenant. Ce doit être un sentiment à la fois gratifiant et misérable pour un parent de voir à quel point son fils a grandi, mais de ne pas avoir pu être là avec lui tout ce temps pour en être témoin.

« Ellie, dis bonjour à ton grand frère. Il était absent pendant un moment mais il va vivre avec nous à partir de maintenant. Allez, dis bonjour ». Ma mère a gentiment encouragé ma sœur.

« Frère ? » Elle a incliné la tête, me rappelant une Sylvie confuse.

Elle a mis ses mains sur l’oreille de ma mère et a murmuré quelque chose d’inaudible.

« Haha oui, ce grand frère. Celui dont j’ai toujours raconté les histoires. C’est lui. »

Les yeux de ma sœur ont commencé à pétiller quand elle a regardé vers moi. Je ne pouvais pas m’empêcher de me demander quelles histoires maman lui avait racontées.

« Chalut Frère~ ! » Elle a rayonné en agitant ses deux petites mains vers moi.

« Bonjour Eleanor. C’est un plaisir de te rencontrer… sœur. » J’ai rigolé, en lui tapotant la tête en réponse.

Mon père a ensuite pris la parole. « Arthur, nous étions dévastés après cet incident, et nous y avons à peine cru lorsque nous avons entendu ta voix dans nos têtes. Dis-moi, comment as-tu survécu à la chute ? »

Il m’a fallu un certain temps pour tout expliquer depuis le début. J’ai retenu certaines informations que je pensais ne pas devoir leur dire tout de suite. Je leur ai expliqué que je m’étais inconsciemment enveloppé dans une couche protectrice de mana et que j’avais eu la chance de heurter un tas de branches sur la falaise avant d’atterrir dans un ruisseau. A partir de là, je leur ai raconté ma rencontre avec Tess et comment elle avait failli être kidnappée. Après l’avoir sauvée, elle m’a conduit à son royaume et j’y suis resté.

« Tu as parlé d’une maladie qui t’a empêchée de revenir plus tôt. De quoi s’agissait-il ? Tu es guéri maintenant ? » intervint ma mère, un regard inquiet sur le visage.

En secouant la tête, j’expliquai : « Tu n’as plus besoin de t’inquiéter pour ça. Je suppose qu’il y avait une sorte d’instabilité dans mon noyau de mana qui me provoquait des douleurs périodiques. C’était vraiment mauvais au début mais heureusement, il y avait un ancien qui savait comment la soigner. Le processus était lent mais il m’a assuré que ce n’était pas dangereux si c’était traité de la bonne manière. »

Le soulagement a remplacé l’inquiétude dans son regard et elle m’a tapoté silencieusement la tête à nouveau.

« Alors, c’est quoi l’histoire avec ta petite amie ? » Mon père a juste gloussé, en mettant finalement Sylvie sur le tapis.

« Haha, alors que je voyageais, je suis tombé sur la tanière d’une bête de mana. Il n’y avait que la mère et elle était gravement blessée. Un peu après que j’y sois allé, elle est morte. Pendant que je regardais autour de moi, il semblait qu’elle gardait quelque chose, alors je l’ai ramassée en pensant que c’était quelque chose de précieux, mais je ne savais pas que c’était un œuf. Il a éclos il y a seulement deux mois, donc c’est encore un bébé. Dis bonjour à Sylvie. »

Je l’ai soulevée, tenant son corps de façon à ce que ses membres pendent comme ceux d’un chaton.

« Kyu~ ! » Elle a ronronné, comme pour dire bonjour à tout le monde.

Je n’ai pas exactement menti à ma famille en disant cela, mais je m’étais déjà promis de ne tout leur dire que lorsque je serais plus âgé et plus à même de me battre.

Je leur ai ensuite demandé de me mettre à jour sur tout ce qui leur était arrivé après notre séparation. La seule chose que j’ai pu dire en les voyant à travers la divination de l’eau la première fois, c’est qu’ils vivaient ici à Xyrus, mais rien de plus, donc j’étais extrêment curieux.

Après que mon père ait expliqué ce qui s’était passé depuis, ma mère est intervenue. « C’est vrai ! La famille Helstea était partie en voyage mais elle devrait revenir aujourd’hui. Ils vont être tellement surpris quand ils te verront, Art ! »

Je me suis retourné pour faire face à ma mère. Elle n’avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois que je l’avais vue. La seule chose que j’ai remarquée, c’est qu’elle avait perdu un peu de poids et que son teint était légèrement plus pâle. J’ai eu mal au cœur car je savais que c’était dû au stress et à la dépression après ma perte. Le corps de mon père était en fait beaucoup plus musclé maintenant. Avec sa barbe, il avait l’air beaucoup plus rustique qu’avant. Je suppose que son travail d’instructeur pour les gardes de l’hôtel des ventes d’Helstea l’avait également mis en forme.

« Papa. De quelle couleur est ton noyau de mana maintenant ? » ai-je demandé tandis que Sylvie se remettait en place sur le dessus de ma tête, la queue battant la mesure.

Un sourire confiant se dessina sur son visage tandis que mon père répondit fièrement : « Ton vieux père a quitté le stade de rouge clair il y a quelques années et est devenu un mage orange foncé. »

J’ai levé les sourcils de surprise. À l’âge de trente ans, mon père se débrouillait plutôt bien. Le mage moyen qui n’allait pas à l’école stagnait généralement au stade rouge clair, voire orange foncé s’il avait de la chance. Bien sûr, c’était différent pour les élites qui avaient une lignée beaucoup plus pure et avaient accès à de meilleures ressources, mais pour un mage standard, mon père s’en sortait bien.

Il m’a ensuite demandé, en se rapprochant, « Je parie que tu ne m’as demandé que pour pouvoir te vanter. Dis-moi, à quelle étape en es-tu maintenant ? »

En me grattant la joue, j’ai marmonné : « … rouge clair. »

Mon père était déjà penché en avant sur sa chaise, mais après avoir entendu cela, il a complètement trébuché de sa chaise. Même ma mère a laissé échapper un souffle de surprise.

« Putain de merde ! » s’est exclamé mon père.

« Peutain ! » Eleanor a fait écho, riant de la chute de mon père.

« Chérie ! Qu’est-ce que j’ai dit à propos de jurer devant Ellie ? » réprimanda ma mère tout en bloquant les oreilles de ma sœur.

« Haha désolé. Désolé ! Ellie, n’écoute pas ce que ton père vient de dire. » Il s’est ensuite retourné vers moi.

« Mon fils est toujours le même génie qu’avant. Allez, viens. Fais un petit combat avec ton vieux père. » Mon père a souri de façon menaçante en me serrant les épaules.

« Chéri ! Il vient de rentrer à la maison ! Laisse-le se reposer. » Mère m’a tiré en arrière.

« C’est bon, maman. » J’ai doucement posé ma main sur la sienne, lui adressant un sourire rassurant.

« Les hommes ! Toujours à vouloir se battre ! N’est-ce pas, Ellie ? » Ma mère a secoué la tête de manière impuissante.

« Papa et Frère sont des hommes ! » répéta Ellie, en essayant d’imiter l’expression de notre mère.

Mon père et moi avons cette fois ri. C’était vraiment bon d’être de retour.

On se leva tous pour aller dans le jardin quand j’entendis la porte s’ouvrir.

« Rey ! Je viens d’apprendre que votre fils était vivant. Mais qu’est-ce qui se passe ? » Je vis un homme mince et correct avec des lunettes et des cheveux séparés dans un costume en train de transpirer, avec ce que je supposais être sa femme et sa fille qui couraient derrière lui.

« Vincent, tout le monde ! Je voudrais que vous rencontriez mon fils, Arthur ! Il est de retour Vince, Haha ! »

Mon père a passé son bras autour de l’épaule de l’homme.

« Arthur, voici Vincent, mon vieil ami et la personne pour qui je travaille maintenant. C’est sa maison, alors présente-toi avant qu’on commence à la démolir » dit-il avec un large sourire.

En m’inclinant à un angle de quatre-vingt-dix degrés, je me suis présenté. « C’est un plaisir de vous rencontrer. Je m’appelle Arthur Leywin. Je ne suis pas sûr de ce que ma famille vous a dit à mon sujet, mais j’ai été en contact avec eux pendant un certain temps. C’est également moi qui leur ai dit de ne rien dire à personne avant mon retour, alors je m’excuse pour la confusion. Merci d’avoir pris soin de ma famille pendant tout ce temps. » Cet homme était celui qui avait hébergé ma famille dans les moments les plus difficiles. En ce qui me concerne, je lui devais beaucoup, à lui et à sa famille.

« O-oui, ce n’est vraiment pas un problème. Je suis content que tu sois en vie et en sécurité. » Il ajusta ses lunettes comme pour s’assurer qu’il parlait vraiment à un enfant de huit ans. « Je te présente ma femme, Tabitha, et ma fille, Lilia. » poursuivit-il en les poussant vers l’avant pour qu’elles soient devant lui.

« C’est un plaisir de vous rencontrer Madame, Lilia » Je m’inclinai à nouveau, Sylvie se présentant elle aussi avec un « Kyu ! ».

Tabitha a répondu par un sourire aimable. « C’est super de t’avoir dans notre maison, Arthur. Dis bonjour, Lilia ! Arthur a ton âge alors ne sois pas timide. »

La fille nommée Lilia a pris la parole, désignant avec hésitation la créature sur ma tête. « Qu’est-ce que c’est ? C’est tellement mignon. »

« C’est une jeune bête de mana avec laquelle je suis lié. Elle s’appelle Sylvie. Sylvie, descends et dis bonjour »

Sylvie a sauté de ma tête et a miaulé à Lilia.

« Oh mon dieu ! » Lilia a crié.

« Rey, qu’est-ce que tu voulais dire par « démolir ma maison » ? » a demandé Vincent après avoir quitté Sylvie des yeux.

« Nous étions juste sur le chemin de l’arrière-cour. Arthur et moi allons avoir une petite partie de plaisir. Tu veux venir ? » dit-il en gloussant.

Vincent bafouille incrédule : « Quoi ? Tu es sérieux ? Ton fils vient de rentrer et tu veux te battre avec lui ? De plus, ton fils ne doit pas avoir plus de huit ans. Pourquoi tu vas t’entraîner avec lui ? »

« Ne vous fiez pas à l’âge de mon fils ! Il est déjà un augmentateur de stade rouge clair ! », s’exclama fièrement mon père en bombant le torse.

Vincent a juste secoué la tête. « Ne sois pas ridicule, Rey. Ton fils de huit ans s’est déjà éveillé, et il a dépassé trois stades ? Même les petits génies snobs qui sont admis à l’académie Xyrus en sont à peine au stade du rouge foncé, et ça, c’est à onze ou douze ans ! »

Mon père s’est contenté de rire plus fort en réponse avant d’ajouter en nous conduisant dans le jardin : « Vous verrez. D’ailleurs, j’ai aussi une petite surprise. »

Nous avons mis une distance adéquate entre nous sur le grand terrain gazonné à l’extérieur.

« Prêt quand tu l’es. » ai-je souri, en plaçant Sylvie à côté du public, qui se composait du reste de ma famille et de la famille Helstea.

« Fais attention, Art ! Tu as beau être un stade rouge clair, ton vieux père est toujours à un stade plus élevé que toi ! » Il a frappé ses deux poings ensemble, me donnant un sourire confiant.

J’ai repéré Vince, qui secouait encore la tête, incrédule.

« Viens ! » Mon père railla, se mettant dans une position offensive.

Voyons voir à quel point mon entraînement avec Grand-père Virion a porté ses fruits.

Mon corps, déjà renforcé par l’assimilation, répondait au mana de manière beaucoup plus aiguë qu’auparavant. Avant que mon père ait eu le temps de se préparer, mon poing était déjà à portée de son corps.

Même mon ouïe était plus sensible maintenant, car je pouvais entendre Vincent marmonner faiblement « Qu’est-ce que… » ainsi que plusieurs halètements des autres.

Mon père a répondu immédiatement et j’ai pu sentir le mana se répandre dans son corps.

Faisant semblant de donner un coup de poing, je tordis mon torse et tentai un coup de pied haut, mais il fut promptement bloqué par le bras gauche de mon père.

Il était évident qu’il ne s’attendait pas à ce que mon coup de pied soit si puissant, car son bras a été repoussé par le coup, ouvrant sa garde. Cependant, avant que je puisse utiliser cette ouverture, il a profité de l’élan pour me frapper avec sa main droite.

Il était évident que j’étais maintenant dans une position désavantageuse, mais une vie entière de combats m’avait déjà préparé sur la façon de le contrer.

J’ai pris son coup avec mon avant-bras gauche et ma paume droite pour adoucir le coup, mais aussi pour créer assez d’espace pour que je puisse me glisser à l’intérieur.

Mon corps n’était pas assez grand pour que je puisse lui donner un coup d’épaule, alors à la place, j’ai attrapé son bras droit et j’ai donné un coup de pied dans la partie arrière de son genou droit.

Perdant l’équilibre, il est tombé en avant alors que j’utilisais mon corps imprégné de mana pour le projeter. Malheureusement, il a repris l’équilibre trop rapidement et je n’ai eu d’autre choix que de mettre de la distance entre nous avant qu’il ne m’attrape.

« Eh bien, je dois dire que tu es meilleur que tous les mages que j’ai formés ! Cependant, ton vieux père va devenir sérieux maintenant ! Fais attention. » Il a pris un air plus sérieux. Il était évident que nous nous étions tous les deux retenus.

Le fait mystérieux concernant le mana formé à l’intérieur du noyau au cours des premières étapes était qu’il différait selon la façon dont les augmentateurs et les enchanteurs l’utilisaient.

Bien que cela soit coûteux, de nombreux parents choisissent de faire tester leur enfant nouvellement éveillé pour savoir dans quel élément il est le plus doué en utilisant un appareil spécial. L’attribut d’un enchanteur devient très visible selon le type d’éléments qu’il a le plus de facilité à lancer.

Pour les augmentateurs, cependant, c’était beaucoup moins évident parce que la plupart de leurs attaques étaient concentrées sur l’utilisation du mana pour améliorer leur corps. Cependant, même les augmentateurs avaient des différences dans leur capacité à maîtriser certains types d’éléments. Un exemple rapide était l’accumulation de mana en un seul point et sa libération dans une attaque explosive. Bien qu’aucune flamme visible n’ait été impliquée, un augmentateur qui avait plus de facilité à utiliser le mana de cette manière serait typiquement considéré comme un mage à attribut feu.

Cela n’a été appliqué qu’au début.

Bien que cela diffère d’une personne à l’autre, après un certain seuil du noyau de mana et la compréhension de l’élément, il ou elle pouvait utiliser le mana d’une manière qui se rapporte réellement à l’attribut de l’utilisateur. Pour les enchanteurs, cela signifiait qu’ils pouvaient commencer à s’éloigner lentement des roues d’entraînement de la psalmodie et commencer à raccourcir leurs vers ou même à les supprimer complètement dans l’élément qu’ils maîtrisaient.

Pour les augmentateurs, cela devenait beaucoup plus perceptible car ils pouvaient commencer à manifester leur attribut élémentaire au lieu de manipuler le mana d’une manière correspondant à leur attribut élémentaire.

Par exemple, avant de percer, l’attaque d’un augmentateur de l’attribut feu sera simplement plus explosive, tandis que l’augmentateur de l’attribut vent aura plus de facilité à manipuler le mana pour des attaques plus rapides et plus tranchantes.

Cependant, avec une compréhension suffisante, l’attribut de l’élément de l’augmentateur influence physiquement ses attaques. Les augmentateurs de l’attribut terre peuvent apprendre à produire un gantelet de terre et même à créer de petites secousses sismiques en tapant du pied, tandis que les augmentateurs de l’attribut vent peuvent apprendre à libérer de petites lames de vent et à créer un effet de vide dans leurs coups de poing, et ainsi de suite. Toutes ces techniques sont essentiellement des techniques que les mages peuvent utiliser s’ils comprennent suffisamment leur élément respectif.

Bien sûr, les enchanteurs avaient toujours l’avantage majeur de pouvoir influencer beaucoup plus sur leur environnement. Leur portée était également beaucoup plus grande, mais leur faiblesse était toujours la vulnérabilité du processus de chant ainsi que leurs corps qui n’étaient pas naturellement protégés par le mana.

En raison de ces différences, les deux types de mages qui ont pu franchir le seuil sont beaucoup plus forts que les mages qui n’ont pas pu le faire, ce qui détermine en fin de compte le talent et les réalisations futures qu’ils pourront accomplir.

Alors que les enchanteurs pouvaient contrôler les éléments de manière innée grâce à leur capacité à absorber le mana de la nature avec leurs veines de mana, les augmentateurs sont différents.

Pour chaque augmentation d’attribut, il y en avait dix qui ne l’étaient pas. Il y avait des cas d’augmentateurs d’attributs qui ne franchissaient jamais le seuil et devenaient des augmentateurs d’attributs élémentaires à part entière. C’est là qu’une formation adéquate entrait en jeu ; avec suffisamment de conseils dès le début, les mages avaient plus de chances d’être amenés à comprendre leur attribut élémentaire.

Ses deux poings se sont enflammés et ont éclaté en gants écarlates. Le contrôle de son élément de feu était novice, comme le montrait la vapeur qui s’échappait de son corps. Cela signifie qu’il y avait du mana inutile qui se répandait dans tout son corps.

J’avais appris très tôt que mon père était un mage à attributs de feu, mais après avoir atteint un goulot d’étranglement pendant des années tout en étant occupé en tant que père, il a pu atteindre le stade orange et, plus impressionnant, a pu percer dans sa compréhension du feu. Il peut maintenant être considéré comme un augmentateur élémentaire officiel, ou élémentaire pour faire court.

Je lui ai adressé un sourire fier, avant de me préparer à mon tour.

« Impressionnant, papa… mais maintenant c’est mon tour ».  


Commentaire

4.3 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser