the beginning after the end Chapitre 17

Compagnon

J’ai sauté de mon lit et j’ai soigneusement fouillé dans ma robe pour trouver le bijou que Sylvia m’avait confié.

“H-haha… Putain de merde…” ai-je soufflé en retombant sur mes fesses, fixant ce qu’était la pierre précieuse aux couleurs de l’arc-en-ciel.
“Kyu~ !”

La pierre n’était pas une gemme…
C’était un œuf !

Et ce qui était un œuf était maintenant quelque chose que je ne pouvais pas exprimer en un mot.

La première chose qui m’est venue à l’esprit était que c’était un dragon. Ça ressemblait à un dragon pour moi, mais en même temps, ça n’y ressemblait pas. C’était tout noir. Il me faisait penser à un petit chaton, mais avec des écailles. Il était assis à quatre pattes, me regardant avec sa tête inclinée sur le côté. La sclérotique, qui est habituellement blanche dans les yeux d’un humain, était noire, comme Grand-père Virion lorsqu’il utilise sa seconde forme, sauf que ses iris étaient d’un rouge vif au lieu d’être jaunes.

Les pupilles étaient des fentes acérées qui auraient dû lui donner un air menaçant, mais avec un corps semblable à celui d’un petit animal félin, il était tout simplement adorable. La différence la plus notable entre un dragon comme Sylvia et cette petite… chose était qu’il avait deux cornes sur la tête. Les cornes étaient identiques à l’illusion qu’avait été Sylvia avant de me révéler qu’elle était un dragon. Elles s’incurvaient vers l’extérieur autour de sa tête, puis s’aiguisaient en une pointe à l’avant.

Sa tête avait la forme de celle d’un chat, mais son museau était un peu plus pointu, sinon il était identique. La queue, cependant, ressemblait exactement à celle de Sylvia. C’était une queue reptilienne qui avait deux pointes rouges à l’extrémité. Le long de la colonne vertébrale de ce bébé, il y avait aussi de petites pointes rouges qui correspondaient à la couleur de ses yeux. Il n’avait pas d’ailes, mais à la place de celles-ci, il y avait deux petites bosses.

Je pouvais voir que son ventre n’avait pas d’écailles, il avait l’air d’être en cuir.
La créature nouvellement éclose a soudainement laissé échapper un bâillement édenté, basculant sur le dos après avoir perdu l’équilibre.

Et en réponse, j’ai été envahi par l’envie irrésistible d’embrasser cette créature.
“Kyu ?” Il a fixé ses yeux acérés sur moi avec une intelligence qui ne correspondait pas à son apparence.
“S-Salut p’tit gars, je suis Arthur.” J’ai tendu la main vers lui comme si c’était un chien qui avait besoin de connaître mon odeur.

“KYU !” Il a sauté de la chaise sur mes genoux et m’a regardé fixement.
Je pouvais sentir mes mains se crisper alors que je réprimais l’envie de le serrer. Contrairement à la majesté et à l’aspect effrayant de Sylvia, cette créature était dangereuse dans un sens différent.

Ne pouvant retenir mon envie, j’ai caressé avec précaution l’adorable menace. Ses écailles étaient étonnamment douces et les pointes rouges qui couraient sur son dos ressemblaient à du caoutchouc. Je suppose que les jeunes animaux, qu’ils soient humains ou monstres, sont tous mous et doux. Il a commencé à ronronner en fermant les yeux.

Je pouvais sentir la tension sur mon visage fondre alors que je laissais échapper un rire doux. “Hehe…”
Il a roulé sur le dos, demandant un frottement plus approfondi. Son ventre était comme un cuir très doux, ce qui le rendait très agréable à frotter. J’ai regardé de plus près ses griffes et j’ai trouvé intéressant qu’elles ressemblaient plus à des pattes qu’à de véritables griffes. La seule chose qui était dure, c’était ses cornes, qui étaient étonnamment pointues elles aussi. Je n’ai pas pu m’empêcher de les comparer au bec qu’un oiseau utilise pour sortir de sa coquille.

“N’es-tu pas un petit gars mignon ?” Mon sourire s’est élargi en caressant cet adorable nouveau-né, à tel point qu’il semblait enivrant.

Au bout d’un moment, je n’ai pas pu m’empêcher de réfléchir à un nom à lui donner, ce qui m’a fait réaliser que je ne connaissais même pas le sexe de cette mystérieuse créature.

“Kyu~ !” Soudain, le nouveau-né a sorti sa langue et a léché le dessous de mon avant-bras gauche.
“Ah !” Par réflexe, j’ai essayé de reculer mon bras pour éviter la sensation de brûlure, mais avant que je ne puisse le faire, une lumière noire incandescente a commencé à envelopper mon bras.

Le picotement de douleur a disparu assez rapidement, alors j’ai attendu. La créature a retiré sa langue, révélant une marque noire sur mon avant-bras.

Il ressemblait beaucoup aux marques tribales qui recouvraient Sylvia avant qu’elle ne me transmette son testament, mais la forme de ce motif était celle d’une aile. Une seule aile ouverte, mais elle était composée de plusieurs traits et de courbes nettes qui se ramifiaient, lui donnant un aspect très complexe et mystérieux.

Je n’avais que huit ans mais j’avais déjà un tatouage. Je suis un tel rebelle.
“Maman~ ?”

La créature me regardait avec sa bouche fermée.
Quoi ? J’ai apparemment entendu une voix à l’instant.
“Maman ? » Cette fois, je l’ai entendu clairement dans ma tête.
C’était… de la télépathie ?
Secouant la tête de manière impuissante, j’ai répondu vocalement : “Je suppose que je suis ta mère. Mais je suis un garçon alors tu devrais m’appeler papa.”

“Papa !” Il a soudain bondi et m’a léché le nez.

Je suis un rebelle avec un tatouage et un enfant.

Après avoir communiqué un peu avec la créature, je me suis rendu compte de certaines choses. Je suppose qu’après l’apparition de la marque sur mon avant-bras, une sorte de connexion télépathique s’est établie. La voix de la créature que j’entendais dans ma tête ressemblait à celle d’une fille, j’ai donc décidé de l’appeler Sylvie, comme sa vraie mère.

“Syeevy ?” a-t-elle répondu en inclinant la tête.

En la soulevant et en la rapprochant de mon visage, je lui ai souri : “C’est vrai ! Tu t’appelles Sylvie.”
Elle a approché son nez du mien en fermant ses yeux vifs.

Une autre chose dont je me suis rendu compte, c’est que Sylvie avait une intelligence assez élevée pour un nouveau-né. Elle semblait déjà avoir la capacité mentale d’un enfant de 2-3 ans. Lorsque nous communiquons par télépathie, je sais qu’elle ne me parle pas nécessairement en français, mais je le comprends comme ça. C’était un sentiment très étrange, de ne pas connaître les mots qu’elle disait mais de savoir ce qu’elle voulait dire. À part des mots simples comme “papa”, la plupart des pensées qu’elle me communique étaient des émotions. J’ai pu saisir l’essentiel de ce qu’elle voulait dire par ce qu’elle ressentait.

“Ok Sylvie ! Je dois me laver maintenant. Tu veux venir avec moi ?” J’ai dit en la déposant.
“Kyu ?” Elle a de nouveau incliné la tête en me regardant. J’avais l’impression qu’elle me demandait ce qu’était le “lavage”, alors j’ai simplement ri et je l’ai emmenée avec moi.

En entrant dans la douche, elle a semblé crier “NOOOONNN” en hurlant un “KYUU” strident.
“Je suppose que tu n’aimes pas tant que ça l’eau, n’est-ce pas Sylvie ?” ai-je gloussé en la déposant hors de la douche.

Sylvie s’est secouée comme un chien mouillé et s’est posée sur le sol à côté de la douche, sa queue remuante, m’observant pendant que je finissais de me laver.

Son comportement me faisait penser à un mélange entre un chien et un chat. Je n’aurais jamais imaginé que sa lignée soit celle d’un puissant dragon. Bien sûr, c’était en supposant qu’elle soit l’enfant de Sylvia.
Ça m’a fait réfléchir.

Sylvie était-elle vraiment un dragon ? Elle ressemblait vraiment à un bébé dragon…
Pourquoi était-elle complètement noire alors que Sylvia était d’un blanc pur ? Ce qui m’a le plus déconcerté, c’est que Sylvie avait des cornes étrangement similaires à cette illusion de roi démon cornu qu’était Sylvia au début et aussi au démon qui l’a confrontée.

Je suis sorti de la douche et me suis séché. Il ne servait à rien de penser à tout cela maintenant ; comment allais-je expliquer cela à Papi et Tess, cependant ?

Lorsque je suis sorti de la salle de bain, Sylvie à trottiner derrière moi, me demandant de ne pas la laisser seule à l’arrière.

J’ai rassemblé les morceaux de la coquille dont Sylvie était sortie et je les ai mis de côté. Puis j’ai enroulé la plume qui enveloppait la pierre autour de mon avant-bras pour couvrir la marque que la petite Sylvie avait laissé.

Quatre mois. Dans quatre mois, je pourrai voir mes parents. Je me demande s’ils me reconnaîtront encore.
Sylvie a dû sentir la nostalgie de mes parents car elle s’est blottie contre mon visage et a léché mes joues.
“Merci petite Sylv.” En caressant sa tête cornue, je me suis endormi.
____________________________________________
“KYAAAAAA !”
“Qu’est-ce qu’il y a ? Que s’est-il passé ? Qui est là ?” J’ai sauté sur mon lit, utilisant mon oreiller comme une épée de fortune, les cheveux en pétard.

“Oh mon dieu ! Qu’est-ce que c’est ? C’est si mignon ! Kyaa ! »

J’ai tourné mon attention vers Tess qui tenait Sylvie qui se tortillait.
“Kyu !!” Il a crié. “Papa, à l’aide !”
J’ai laissé échapper un soupir et je me suis recouché dans le lit.
Reviens, mon beau sommeil…

“Elle s’appelle Sylvie et elle est sortie de sa coquille hier. Tu devrais la lâcher, cependant. On dirait qu’elle n’aime pas être étranglée” ai-je étouffé à travers l’oreiller avec lequel j’ai couvert ma tête.
C’est trop tôt le matin.

Sylvie s’était enfin libérée de l’emprise de Tessia et la regardait fixement en se cachant derrière moi.
“Grrrrr…” laissa échapper Sylv dans un grognement aigu.

“Ne t’inquiète pas Sylv, c’est une amie.” ai-je dit en caressant sa tête, renonçant à me rendormir.
“Elle est adorable !” Tess bavait littéralement sur ma prudente éclopée. Je pouvais voir des cœurs sortir de ses yeux alors qu’elle se rapprochait de nous, ses mains se crispant lascivement comme celles d’un prédateur.
“Ok, maintenant tu as juste l’air effrayante, Tess. Sors de ma chambre pour que je puisse me changer.” ai-je ordonné en poussant la perverse princesse hors de ma chambre.

J’ai enfilé une robe de chambre ample et un pantalon. Alors que je mettais mes chaussures, Sylvie a sauté sur ma tête et s’est blottie.

“Kyu !” Elle avait l’air heureuse.

Je suis descendu en disant bonjour aux servantes confuses et choquées qui ne pouvaient détacher leurs yeux de ma tête.

Ils ont tous fini par avoir la même expression que Tess, cependant. J’ai fini par devoir accélérer le pas car je commençais à craindre pour notre sécurité.

“Papi ! On est là !” J’ai crié à grand-père Virion qui sirotait du thé en lisant quelque chose.
Tournant la tête, il sourit, “Ah ! Art tu es ici ! Pourquoi Tess s’agitait-elle à propos d’une sorte d’animal de compagnie qui…”

Sa coupe tomba quand il remarqua la bosse noire cornue assise sur ma tête.
“C-c’est…” Il continua à bégayer quelque chose d’incompréhensible.

“Qu’est-ce que c’est ?” a-t-il finalement réussi à demander, ses yeux ne quittant pas le sommet de ma tête.
“Euh… Je pense qu’elle ressemble à un dragon, bien que je ne sois pas tout à fait sûr moi-même.” ai-je répondu sans assurance.

“Kyu ?” Je pouvais dire que Sylvie était prudente vis-à-vis de Virion à travers notre lien mental.
Tess a franchi la porte de la cour en sautillant pratiquement de haut en bas.
“Tu as dit que c’était un dragon ? Mais c’est si mignon ! Art ! Je peux la tenir ? Est-ce que je peux ? Je peux ?” supplia-t-elle, les yeux brillants.

“Grrr~” Sylvie a commencé à siffler sur son ennemi mortel alors que ses griffes commençaient à poignarder mon cuir chevelu.

“AH ow ow OW OW ! Sylvie tes griffes !” J’ai essayé de la décoller de ma tête mais elle ne bougeait pas.
Grand-père Virion, qui était à moitié hébété, essayant toujours de donner un sens à la créature sur ma tête, a finalement pris la parole. “Si c’est vraiment un dragon, comment es-tu tombé sur un œuf ? Comment l’as-tu fait éclore ?”

“Le dragon qui m’a laissé sa volonté m’a confié une pierre que je pensais n’être qu’un simple joyau de valeur. Je n’ai même pas réalisé ce qu’elle était réellement avant qu’elle n’éclose. Que veux-tu dire par faire éclore ?” J’étais aussi confus maintenant.

“On dit que les œufs de dragon, en supposant qu’il s’agisse bien d’un œuf, ne sont pas capables d’éclore par le simple passage du temps. On dit que le dragon à l’intérieur doit sentir que quelque chose capable de le protéger et de l’aimer est proche de lui pour qu’il puisse éclore. Même dans ce cas, il doit y avoir un lien très étroit entre eux.” a-t-il expliqué.

En essayant de penser à ce qui avait pu déclencher l’éclosion, je suis presque immédiatement arrivé à la conclusion.

“L’activation de la volonté, Papi ! Je pense que c’est ce qui l’a fait sortir !” me suis-je exclamé.
Il s’est gratté le menton, hochant lentement la tête. “C’est une explication viable. Les races draconiques n’ont pas été vues depuis des centaines d’années, et les archives les concernant sont limitées, donc je ne peux pas en être sûr. Mais ça ne sert à rien d’y penser maintenant ! Assurez-vous simplement de garder cette éclosion secrète pour le moment. Bien qu’il ressemble beaucoup à une créature de la race draconique, je suis l’un des seuls à pouvoir faire ce lien. La plupart des gens ne sauront pas que cette créature est un dragon, donc il devrait être possible de la faire passer pour une sorte de bête mana rare.”

Une fois cette question réglée, j’ai placé Sylvia sur le sol à côté de moi pendant que je commençais à m’entraîner. La prochaine étape de mon entraînement pour les quatre prochains mois sera d’apprendre à utiliser le pouvoir de la volonté que Sylvia m’a laissé, ainsi que de condenser mon noyau de mana vers les prochains stades.

Accéder à la première phase est simple, mais peut prendre une vie entière si la compréhension de ta volonté bestiale ne vient pas naturellement. Bien que ton noyau de mana ne soit que rouge foncé, ton corps devrait déjà dépassé celui d’un mage de stade orange foncé. Après la cérémonie, tu devrais sentir une petite zone à l’intérieur de ton noyau de mana qui contient la puissance de la volonté. C’est là que la volonté de ta bête est stockée. L’accès à l’étape d’Acquisition doit se faire par ton propre apprentissage, et non par un enseignement. D’après mon expérience, la meilleure façon de déclencher ta volonté bestiale est d’être continuellement en combat.

“Ça me paraît logique.” ai-je répondu, commençant déjà à étirer mon corps.
“Bien ! Battons-nous !” dit-il avec un sourire confiant sur son visage.

Les jours passaient vite pour moi car j’étais complètement immergé dans l’entraînement. J’ai pu accéder à la première phase, mais je ne pourrai pas l’utiliser dans un combat réel tant que je ne la contrôlerai pas mieux. Virion m’a aussi appris à dissimuler ma volonté bestiale pour que les autres mages ne la remarquent pas. Après l’assimilation, la vitesse de ma culture du mana est montée en flèche.

Pendant cette période, Sylvie ne semblait pas avoir changé, si ce n’est qu’elle était devenue un peu plus intelligente. Son vocabulaire était encore limité mais il était beaucoup plus facile pour nous de nous comprendre. Je sortais souvent avec Tess. Elle m’entraînait avec elle dès qu’elle avait du temps libre, essayant de se faire le plus de souvenirs possibles avant mon départ. C’est ainsi que les quatre mois qui semblaient si loin étaient maintenant passés.

Habillé d’un simple vêtement à manches longues vert olive et d’un pantalon noir, avec la plume enroulée autour de mon avant-bras, je suis sorti de ma chambre.

“Arthur ! N’oublie pas de faire attention ! Nous trouverons un moyen de te contacter d’une manière ou d’une autre et de te donner des nouvelles. Prends ça avec toi pour pouvoir naviguer dans la forêt d’Elshire si jamais tu passes dans le coin. Ou peut-être trouveras-tu une autre princesse pour te ramener.” Il m’a fait un clin d’œil en me tendant une petite boussole ovale en argent.

“Uuu… Grand-père !!”
“OUCH ! Petite ! C’était une blague !” Grand-père Virion glapit en se frottant le côté.

“Alduin et Merial iront dans un carrosse séparé en tant que chefs de ce royaume, tandis que Tess et moi n’irons pas. Ce sera la dernière fois que nous nous verrons pour un bout de temps. A la prochaine, Arthur !” Il m’a attrapé dans une forte étreinte, faisant presque tomber Sylvie de ma tête.

“Tu vas me manquer, Art ! N’oublie pas de revenir me voir ! Uu~ ne va pas courir après les filles humaines, ok ? Promets-le-moi, ok ?” Elle a reniflé, des larmes ont coulé dans ses yeux.

J’ai serré ma chère amie dans mes bras et lui ai également tapoté la tête. “Nous nous reverrons ! Tu as intérêt à être plus forte que moi la prochaine fois qu’on se verra, Tess ! Avec Papi qui t’enseigne, tu n’as aucune excuse !”

Elle m’a fait un faible signe de tête, incapable de former des mots à cause de son reniflement constant.
Je leur ai fait un signe d’adieu et j’ai suivi Merial et Alduin après qu’ils m’aient adressé un sourire compatissant. Je n’avais pas vraiment eu l’occasion de passer beaucoup de temps avec le roi et la reine, mais nous étions plus à l’aise l’un avec l’autre maintenant. J’espérais que la prochaine fois, je serais capable de me rapprocher d’eux.

Je suis monté dans le carrosse que prenaient les représentants des elfes, tandis que le roi et la reine étaient escortés dans un autre carrosse.

“Eh bien, regardez qui c’est ! Si ce n’est pas le morveux humain ! La famille royale t’a finalement viré du royaume ?” Un garçon elfe habillé d’une robe violette très décorée a souri.
“Euh… je suis désolé, mais est-ce que je vous connais ?” J’avais l’impression de savoir qui était cet elfe, mais je n’arrivais pas à mettre le doigt sur l’endroit où nous nous étions rencontrés. Pendant ce temps, Sylvie grognait en pointant ses cornes dans sa direction.

“Je suis le noble que vous avez impitoyablement attaqué en défiant les coutumes du duel !” Il s’est levé en colère, pointant un doigt accusateur sur moi.
Je me suis soudainement souvenu. “Tu es l’insecte que j’ai fait chuter !” ai-je crié un peu plus fort que je ne l’avais prévu.

“T-tu oses… !?” Son visage devint rose vif tandis que ses oreilles se contractèrent sous l’effet de la colère, alors que quelques elfes derrière tentaient désespérément de couvrir leurs ricanements.
“Aha désolé, désolé ! Je ne voulais pas dire ça. Je n’ai jamais appris ton nom par contre.”, ai-je gloussé en lui tendant la main.

Le visage encore rouge, essayant de préserver le peu de dignité qui lui restait, il a rejeté ma poignée de main et a déclaré d’un ton pompeux, “Je m’appelle Feyrith Ivsaar III, descendant de la noble famille Ivsaar ! Tu as peut-être gagné lorsque nous étions tous deux enfants, mais si nous devions nous battre à nouveau en duel, je gagnerais facilement.”

Une jeune elfe qui avait l’air d’avoir quelques années de plus que Feyrith a ajouté : “Vous pouvez l’appeler Feyfey comme nous.”

“Ne lui dites pas ça !” Le visage devenant encore plus rouge, Feyfey a détourné la tête de moi et s’est assis.
Je me suis assis à côté de Feyfey et lui ai donné une tape sympathique sur ses épaules affaissées par la défaite.

Lorsque notre voiture a franchi la porte de téléportation, nous avons été accueillis par la sensation désormais familière d’être au milieu d’un film à avance rapide.
“Nous sommes arrivés à Xyrus !” Le chauffeur a annoncé.

En jetant un rapide coup d’œil à l’extérieur, j’ai remarqué que nous étions entourés d’un défilé de personnes qui applaudissaient poliment à notre entrée. Ce tournoi était censé être l’un des plus grands événements du continent. Il ne s’agissait pas seulement de rassembler tous les jeunes doués, mais aussi de construire un avenir où ils pourraient également apprendre sous un même toit. C’était une aventure passionnante à laquelle les dirigeants du continent prenaient part, mais aussi une aventure effrayante qui serait, sans aucun doute, remplie de disputes et d’hostilité.

Après avoir traversé la foule, le conducteur a tiré la voiture près d’un petit espace entre deux bâtiments et m’a fait signe, à l’arrière, que c’était le meilleur moment pour partir sans être remarqué.
Je dis au revoir à Feyfey et au reste des représentants et leur souhaite bonne chance. Feyfey a simplement détourné la tête, mais a également fait un léger signe de la main. En sautant de la calèche, Sylvie toujours sur ma tête, j’ai traversé la ruelle en essayant de me souvenir de la maison où se trouvaient mes parents.
Après environ une heure à faire le tour des lieux, j’ai finalement réussi à trouver l’immense manoir dans lequel mes parents étaient censés résider.

“On est à la maison, Sylv. On est enfin à la maison.” ai-je marmonné en tremblant dans un souffle.
“Kyu ?” dit-elle comme si elle disait : “Je pensais que nous étions à la maison avant.”
J’ai fait des pas prudents en montant les escaliers et j’ai pris une grande respiration. Après avoir épousseté ma chemise et mon pantalon, j’ai frappé à la double porte géante.


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser