the beginning after the end Chapitre 160

EN PROFONDEUR

Il y aura des implications radicales si les nains sont vraiment alliés avec les Alacryens, mais indépendamment de mon intuition, je dois m’assurer que je ne suis pas trop méfiant.

Il me fallut encore une heure environ pour localiser l’une des entrées cachées du royaume souterrain des nains, et même cela ne fut possible qu’avec l’aide de Realmheart.

J’ai soigneusement passé mes doigts le long du léger pli, camouflé pour ressembler à une fissure ordinaire dans la falaise abrupte.

Ta respiration est tendue, a noté Sylvie depuis l’intérieur de ma cape.

Ce n’est pas grave. J’ai juste utilisé Realmheart pendant trop longtemps, c’est tout, ai-je répondu en regardant mes bras.

Sans les runes dorées gravées sur ma peau, et maintenant que ma vision était redevenue normale, j’ai réalisé à quel point mon corps était devenu pâle.

Ce n’était pas le genre de pâleur crémeuse que les filles souhaitent, mais le genre de pâleur maladive qui vous fait craindre pour votre bien-être.

J’ai l’impression que je ne devrais pas avoir à te le rappeler, mais tu sais qu’il existe un concept appelé “modération”, qui fait des merveilles sur le corps et l’esprit, n’est-ce pas ?

Ignorant le harcèlement de mon lien, j’ai poussé l’entrée cachée une fois de plus.

Malgré le mana que j’ai ajouté pour renforcer mon corps, la porte en terre refusait toujours de bouger.

Il devrait y avoir un moyen de l’ouvrir.

Il y a quelque chose qui m’échappe.

J’ai continué à faire glisser mes mains, qui étaient entourées de mana d’attribut terre, sur la longueur de la porte cachée.

Peut-être qu’il faut être un nain pour avoir le droit d’entrer, pensa Sylvie.

Non. Je doute fortement qu’il y ait une signature mana spécifique que seuls les nains puissent avoir, à part peut-être les déviants occasionnels, et si l’entrée était basée sur la manipulation du mana des déviants, plus de quatre-vingt pour cent de leur population ne serait pas capable d’entrer par leurs propres portes.

Non, il doit y avoir un autre moyen… je crois que je l’ai trouvé !

Je me suis rapidement agenouillé, envoyant Sylvie dégringoler de ma cape à cause de ce mouvement soudain.

Tu n’as peut-être pas besoin d’être un nain, mais c’est un nain qui a construit cet endroit, alors je dois agir comme si j’en étais un.

J’ai passé mes mains sur la paroi rocheuse une fois de plus, repoussant les arbustes qui couvraient une
grande partie de la moitié inférieure de la porte cachée.

Ah, la hauteur ! s’exclama-t-elle, sa voix excitée résonnant dans ma tête alors qu’elle grimpait sur mon épaule.

Après plusieurs minutes de recherche de la poignée – ou du bouton, du levier, etc, pour ouvrir le mécanisme de la serrure, je l’ai finalement trouvé.

À environ un mètre et demi du sol, près du rebord de la porte, ma main gauche s’est enfoncée dans la falaise.

Au début, j’ai eu l’impression d’avoir touché accidentellement une sorte de sève ou une substance semblable à de la colle, mais lorsque j’ai augmenté le débit de mana dans ma main, la viscosité de la paroi a changé.

En jouant avec le mécanisme unique de cette porte, j’ai réalisé qu’il ne s’agissait pas de la quantité de mana d’attributs terrestres que vous mettiez dans votre main, mais du schéma précis des niveaux de mana que vous invoquiez en insérant votre main plus profondément dans la serrure cachée.

Je devais trouver la bonne combinaison de niveaux de production de mana pour réussir à déverrouiller cette entrée.

Chaque fois que je me trompais de niveau de production et que j’essayais d’enfoncer ma main plus profondément dans le trou de la serrure, la terre entourant ma main devenait plus visqueuse, poussant ma main hors de la
serrure.

“Merde”, j’ai juré dans mon souffle après la vingtième tentative ratée.

A moitié tenté d’ouvrir la porte, j’ai pris une profonde inspiration et j’ai relâché Realmheart une fois de plus.

Immédiatement, une douleur fulgurante a envahi mon corps et mes membres.

J’ai plié et suis tombé à genoux en toussant intensément. Cette fois, je n’ai pas seulement vomi de la nourriture et de la bile, mais aussi du sang.

Une vague de détresse et d’inquiétude s’est abattue sur Sylvie.

Je te jure, si tu reparles de modération…Finissons-en avec cette mission.

Ensuite, tu pourras te reposer, a-t-elle répondu.

Avec un faible hochement de tête, j’ai essayé de mettre du poids sur mes jambes et de me redresser, mais je me suis retrouvé à plat sur le dos.

Avec le peu de mana que j’avais dépensé pour maintenir Realmheart, j’ai annulé le mana que j’avais concentré dans mes jambes pour l’utiliser pour déverrouiller l’entrée.

Je pouvais sentir les émotions de mon lien une fois de plus alors qu’elle me regardait.

Restant silencieuse, Sylvie m’a aidé à me mettre en position assise, utilisant sa tête pour me pousser vers le haut.

J’avais l’impression d’avaler des aiguilles en respirant, mais j’étais reconnaissant de pouvoir à nouveau activer Realmheart.

Sans perdre de temps, je me suis concentré sur la zone où se trouvait le trou de serrure, ma main l’atteignant à peine avec l’aide de Sylvie.

Utilisant le dernier peu de mana que j’avais économisé, j’ai envoyé du mana d’attribut terre dans ma
main. Immédiatement, j’ai pu voir les fluctuations des particules de mana se rassembler autour du trou de serrure caché.

Quand j’ai envoyé la bonne quantité de mana dans ma main, les particules se sont illuminées et dispersées.

J’ai pu introduire ma main plus loin dans le trou sans craindre de devoir recommencer.

Je parie que vous, les dragons, n’avez jamais pensé à utiliser Realmheart pour des choses comme ça, ai-je dit en grimaçant alors que ma main s’enfonçait dans le mur, maintenant jusqu’à mon avant-bras.

Des choses comme déverrouiller une porte? Non, ce serait indigne de nous, grogna-t-elle.

Les situations demandent une adaptation, mon petit dragon à fourrure, rétorquai-je en tirant sur la poignée enfouie dans le mécanisme de verrouillage de la porte cachée.

Avec un clic satisfaisant, le mur de terre a grondé avant de s’ouvrir. Sylvie était toujours en train de soutenir mon corps brisé ; je me suis retourné et lui ai adressé un fier clin d’oeil.

Je suis gênée à l’idée de t’appeler “papa”. Même sous sa forme de petit renard poilu, il y avait un sentiment palpable de moquerie quand elle a roulé des yeux.

Hé, c’est toi qui a éclos pour moi.

Retirant Realmheart, j’ai essuyé la traînée de sang qui coulait du coin de ma bouche et le long de mon menton, puis j’ai réalloué mon minuscule mana dans mes jambes une fois de plus.

Travailler avec un pourcentage à un chiffre de mon mana me permettait à peine d’utiliser mes jambes mutilées – même se tenir debout était une tâche ardue.

Utilisant le mur comme support, je me suis levé et n’ai pas perdu de temps pour me diriger vers l’étroit couloir.

Le passage faisait environ 1,5 mètre de large et le plafond raclait le sommet de ma tête même lorsque je me
courbais ; cela ressemblait plus à un tunnel grossier qu’à un véritable couloir.

Heureusement, il y avait des bougies qui jetaient une faible lumière à l’intérieur de petits renfoncements creusés de chaque côté des murs.

Sans avoir besoin d’utiliser le mana pour autre chose que renforcer mes jambes, j’ai pu profiter de ce bref temps d’arrêt pour utiliser la rotation du mana afin de reconstituer mon noyau vide.

Je pouvais sentir la chaleur des bougies, mais après m’être aventuré à travers les vents durs et sablonneux, je l’ai accueillie de bon cœur.

Je suis resté sur le côté gauche du couloir, en partie pour être un peu caché et aussi parce que
j’avais désespérément besoin de soutien.

Je me suis appuyé contre le mur dentelé en descendant la petite pente.

Pendant ce temps, Sylvie trottait prudemment quelques pas devant, vérifiant et testant tout ce qui était suspect pour s’assurer qu’il n’y avait pas de pièges cachés.

C’est vraiment une bonne idée ? Tu n’es pas en état de te battre si nous rencontrons un ennemi.

Je suis limité à ce que je peux faire dans cette forme et même si nous voyons que les nains sont alliés aux Alacryens, que pouvons- nous faire ? Mon lien me bombardait de questions alors que nous avancions
lentement dans le couloir.

Ce n’est pas une bonne idée, mais nous devons le faire, répondis-je sérieusement.

Tu as raison, je ne peux pas me battre, et il n’y a pas beaucoup d’endroits où se cacher si nous tombons sur quelqu’un, mais nous ne pouvons pas perdre de temps à récupérer.

Si j’ai raison, même si je ne peux pas rassembler de preuves, je sais qu’au moins Virion et Aldir m’écouteront.

D’accord, mais notre arrangement tient toujours.

Dès qu’on a des ennuis, je casse ces murs et on s’en va.

Bien sûr, j’ai accepté. Nous avons avancé dans le couloir faiblement éclairé jusqu’à ce que quelque chose de luminescent – qui n’était pas une bougie apparaisse au loin.

En échangeant des regards, mon lien et moi avons fait notre chemin vers la lumière.

Le tunnel s’est légèrement incurvé à mesure que nous nous rapprochions de la lumière immobile, et mes oreilles ont pu capter des échos lointains de sons.

Les sons s’amplifiaient à mesure que nous avancions dans le tunnel, mais il se passait trop de choses en même temps pour que je puisse distinguer des sons spécifiques.

Il y avait des conversations, des échos, des bruits de pas multiples et aigus, ainsi que des bruits de métal.

Finalement, après quelques minutes de titubation, la sortie du tunnel se trouvait juste devant moi.

Dos au mur, je me dirigeai vers la sortie en prenant soin de ne pas lancer accidentellement des cailloux ou de ne pas faire de bruit qui pourrait alerter les gardes qui se trouvaient au coin du tunnel.

Ne sentant aucun signe d’activité à l’extérieur du tunnel, Sylvie et moi nous sommes rapidement
déplacés vers le bord de la sortie, où un rideau d’ombre nous cachait des regards indiscrets.

Nous sommes restés bouche bée devant l’ampleur de ce que nous avions découvert.

Le couloir s’ouvrait sur une énorme caverne avec un plafond en dôme si parfait que, pendant une seconde, j’ai douté que nous soyons encore sous terre.

Plutôt que des bougies, des torches massives bordaient les murs, révélant la taille réelle de la caverne et les personnes qui s’y trouvaient.

J’ai laissé échapper une série de malédictions dans ma tête en regardant vers le bas.

Au centre du sol de la caverne – à environ deux étages – se trouvait une énorme porte de téléportation entourée de nains, et des troupes alacryennes s’échappaient régulièrement de la porte chatoyante.

Avant que je puisse voir de plus près ce qui se passait, le bruit de pas m’a fait faire demi-tour.

L’énorme caverne ressemblait à une ruche, avec des dizaines de tunnels parsemant uniformément le mur. Des escaliers taillés dans la pierre bordaient les murs, chacun menant à un tunnel différent, et à l’approche
du tunnel par lequel Sylvie et moi étions arrivés, se trouvait un peloton de soldats alacryens.

Je vais nous faire sortir d’ici, a déclaré mon lien, son corps commençant déjà à briller.

Pas encore ! En me concentrant sur l’entrée d’un autre tunnel à quelques mètres de là, j’ai réussi à déloger quelques rochers.

J’ai immédiatement entendu les mouvements du peloton qui tournait autour, armes et armures s’entrechoquant.

Saisissant l’occasion, j’ai pris mon lien et l’ai serré contre ma poitrine.

En m’aplatissant autant que possible contre l’angle de l’entrée et du mur, j’ai rassemblé une plus grande partie du mana que j’avais accumulé en venant ici et j’ai fait en sorte qu’un rideau de roche du mur nous entoure.

“C’est juste un rocher instable. Allons-y”, a grogné le soldat qui dirigeait le peloton.

Retiens ta respiration, ai-je ordonné à Sylvie en activant Mirage Walk. Coaliser le mana atmosphérique autour de nous pour cacher notre présence était une technique que je n’avais pas eu besoin d’utiliser depuis mon retour à Dicathen, mais dans cette situation – où les mages ennemis marchaient à quelques centimètres de nous
– je ne voulais prendre aucun risque.

A l’intérieur du cercueil de terre, j’étais entouré d’une obscurité totale. Je pouvais entendre les pas synchronisés des soldats qui passaient devant nous, leurs pas délibérés résonnant contre les murs du tunnel.

Ils étaient si proches que je pouvais entendre la conversation feutrée des soldats.

“Quand penses-tu que nous rentrerons à la maison ?” murmurait une voix.

“Pourquoi ? Ta famille te manque déjà ?” se moqua une voix rauque.

Concentre-toi juste sur le fait d’accumuler quelques réussites à travers cette guerre.

Ton sang te sera reconnaissant si tu peux enfin te permettre de les faire sortir de cette petite hutte que tu appelles maison.”

་་
“Grand Vritra, fermez-la derrière”, a hurlé une voix bourrue.

“Fermez vos gueules et marchez ou toute votre équipe va être de garde cette nuit.”

J’étais fasciné par leur conversation.

Leur façon de parler était similaire à la nôtre, mais certains termes comme “sang” et “Grand Vritra”, je devais les deviner en fonction du contexte. Cela m’a fait réfléchir : comment deux continents différents qui n’ont eu qui n’avaient pratiquement aucun contact entre eux peuvent-ils avoir des langues si étrangement similaires ?

Grand-père m’a dit que c’était dû à l’intervention des asuras, a ajouté mon lien, sa voix étant tendue même dans ma tête.

Les asuras envoient souvent des représentants pour aider secrètement à faire progresser Alacrya et Dicathen lorsque cela est nécessaire.

Il disait qu’ils prenaient la forme d’un être inférieur, bien qu’exceptionnellement intelligent,
et les aidaient à progresser à travers les siècles.

Un peu comme la façon dont les asuras nous ont accordé les artefacts à l’époque ? J’ai demandé.

Ouaip.

Sauf qu’apparemment, on l’avait fait bien avant.

Les artefacts étaient supposés être un changement drastique, quelque chose que les asuras ont choisi de faire pour empêcher les inférieurs de s’éteindre.

Je vois, j’ai réfléchi.

C’était effrayant de penser que les génies de mon ancien monde avaient peut-être été des divinités envoyées d’en haut pour nous aider à survivre et à progresser.

Au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient, l’inconfort de notre situation se transformait en agonie.

Nous ne prenions que des respirations superficielles et inaudibles, et même alors, je pouvais sentir l’oxygène dans notre cercueil de pierre conjurée diminuer, car il n’y avait aucune fissure pour
fournir de l’air respirable.

Il est rapidement devenu presque insupportable d’étouffer et d’avoir chaud, ce qui a renforcé la sensation de suffocation.

J’ai essayé de me concentrer uniquement sur le maintien de Mirage Walk pour nous cacher de toute personne ayant un sens aigu du mana, mais j’ai presque perdu mon emprise sur le sort quand un bruit sourd a secoué la crevasse dans laquelle nous étions enfermés.

“Qu’est-ce que vous faites ?” chuchota un soldat avec impatience.

La crevasse de terre a tremblé une fois de plus quand quelque chose a frappé le mur que j’avais conjuré.

Je suis prête à me battre. Reste derrière moi, me dit mon lien, sa voix devenant un grognement féroce dans mon esprit.

Ne bouge pas, j’ai claqué des doigts, essayant d’empêcher mon cœur d’éclater hors de ma cage thoracique.

“Cette extrémité de l’entrée était différente de l’autre côté,” répondit un autre soldat, hésitant.

“Et ça sonnait un peu creux quand je l’ai touché.”

Il y eut une brève pause et je craignais qu’ils ne poussent plus loin leurs investigations, mais, à mon grand soulagement, son camarade se contenta de se moquer.

“Miséricordieux Vritra.

Je sais que tu es écolo mais ne retiens pas les autres juste parce que tu vois quelque chose de bizarre.

Nous sommes sur un autre continent.”

J’ai poussé un soupir de reconnaissance alors que les pas de la marche reprenaient, diminuant lentement alors qu’ils remontaient le tunnel par lequel nous étions descendus.

Après m’être assuré que les soldats étaient tous passés et que personne d’autre n’allait venir, j’ai ouvert un petit trou pour observer les environs.

Ce n’est qu’après quelques minutes que j’ai annulé mon sort.

Nous avons obtenu ce que nous étions venus chercher.

Maintenant, retournons dire à Virion que tu vas pouvoir te reposer et guérir de tes blessures, a plaidé Sylvie.

Oui, allons-y, j’ai acquiescé.

Même avec les techniques de guérison uniques de Sylvie utilisant l’éther, mes jambes étaient sur le point de s’effondrer, et le seul repos que j’avais eu était lorsque je m’étais brièvement évanoui sur son
dos en venant ici.

J’étais déjà en train de réfléchir à la meilleure façon d’annoncer cette nouvelle cruciale à Virion et Aldir, et de penser aux précautions que je devrais prendre au cas où les choses tourneraient mal et où je devrais me battre contre les deux lances naines.

Me préparant à partir, j’ai jeté un coup d’œil à la caverne au plafond en forme de dôme, quand soudain les soldats alacryens se sont tous agenouillés, face à la porte de teleportation.

Après avoir affronté deux serviteurs et même en avoir vaincu un, je pensais être prêt à affronter une faux.

Même si je soupçonnais les nains de trahir Dicathen, j’étais convaincu que nous pourrions gagner cette guerre.

Mais
quand cette sombre silhouette cornue a franchi la porte, j’ai été secoué jusque dans mon noyau de mana.

Ici, à peine debout, je me sentais comme un moucheron face à un ouragan. J’ai ressenti du désespoir.


Commentaire

4.9 10 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser