the beginning after the end Chapitre 149

PREMIÈRE MISSION

Un nuage de brouillard givré se formait à chaque respiration tandis que je me dirigeais vers le campement animé.

Sous une falaise près du rivage, les soldats avaient monté leurs tentes et allumé des feux derrière une formation rocheuse de plus de six mètres de haut.

La douce lumière des feux vacillants et les traînées de fumée étaient visibles de loin, mais l’imposante barricade de rochers servait de défense naturelle contre toute personne venant de l’eau.

Je pouvais à peine distinguer quelques gardiens postés au sommet de la falaise surplombant le camp, mais la brume dense qui entourait toute la plage les dissimulait.

Enroulant ma cape de laine autour de moi, je me suis enveloppé d’une autre couche de mana pour éloigner les vents violents de l’hiver.

On y est presque, j’ai informé Sylvie, qui était profondément enfouie dans mes vêtements.

Mon lien a sorti la tête, a laissé échapper un grognement aigre et s’est immédiatement caché dans ma cape.

Pour un être aussi puissant que toi, tu es bien faible face au froid, Je l’ai taquiné, en poursuivant notre randonnée.

Ce n’est pas toi qui as dû voler dans ce satané vent. J’ai l’impression que mes ailes sont trouées, même sous cette forme, se plaignit-elle. Et je ne suis pas faible face au froid, je le déteste tout simplement.

J’ai doucement ricané et j’ai accéléré le rythme.

Depuis que nous avions refusé toute sorte de trêve avec Alacrya, Aldir ne pouvait pas risquer de rompre l’accord des asuras en créant des portes de téléportation.

Cela signifiait que je devais compter sur Sylvie pour les transports longue distance, partout où les portes de téléportation n’existaient pas.

Je l’avais fait se transformer à environ un kilomètre de notre destination, afin de ne pas attirer l’attention.

A la demande de Virion, je resterais avec cette division et les aiderais dans le cas peu probable où des vaisseaux alacryens seraient envoyés aussi loin sur la côte. Cependant, à son insu, j’avais ajouté un autre point à son agenda.

Marchant au pied de la falaise, j’ai caché ma présence.

Alors que la plupart des mages le faisaient en annulant leur mana, mon entraînement à Epheotus
m’avait appris qu’un équilibre parfait entre la sortie de mana par mes canaux de mana et l’entrée de mana par mes veines de mana me permettrait de rester caché des bêtes de mana les plus alertes, tout en étant capable d’utiliser le mana.

J’ai repéré une grande tente à toit pointu près du pied de la falaise où la formation de rochers se rejoignait.

Étant donné que la tente était située dans la zone la plus sûre du campement semi-circulaire et qu’elle était trois fois plus grande que toutes les autres tentes de pacotille qui l’entouraient, je ne pouvais que supposer qu’elle appartenait au capitaine.

En m’approchant de la limite du camp, j’ai ramassé quelques morceaux de bois cassés, puis je suis passé nonchalamment devant les soldats au repos.

Personne ne semblait s’en soucier; avec ma capuche relevée et mes bras chargés de branches et de brindilles, je ressemblais probablement à n’importe quel autre jeune soldat qui espérait gagner un titre en participant à la guerre.

Certains soldats chevronnés, qui polissaient leurs armes et leurs armures à la lumière du feu, jetèrent un coup d’œil dans ma direction, tandis qu’un groupe de jeunes soldats – de toute évidence des conjurers d’origine noble, à en juger par leur équipement embelli et leurs bâtons tape-à-l’œil – se moquèrent de ma
tenue ordinaire.

Ces clowns ignorants n’ont aucune idée de qui ils se moquent, Sylvie a sifflé en jetant un coup d’œil à leurs expressions. Ils seraient plus utiles comme appâts.

Doucement, je l’ai apaisée. Le Seigneur Indrath t’a appris des insultes originales.

En m’enfonçant plus profondément dans le campement, je suis passé par la cuisine.

De grands feux flambaient à l’intérieur de fosses de terre formées par la magie;

elles étaient soigneusement garnies de ragoûts qui bouillonnaient de façon alléchante dans des marmites, tandis que de grands hommes taillaient des morceaux de viande.

“Dégagez les pots pour la viande en broche ! Benfir et Schren, préparez-vous à distribuer le ragoût !” Une femme de petite taille à l’expression féroce a rugi des ordres, tenant une louche à la main, plus comme une arme que comme un outil.

La femme qui tenait la louche m’a regardé par-dessus son épaule au moment où je passais. Elle me fit un signe de tête respectueux, ce qui me surprit – j’avais supposé que personne ne me reconnaîtrait si loin de la civilisation.

J’étais presque arrivé à la grande tente dans le coin le plus éloigné du camp quand le choc aigu du métal sur le métal a attiré mon attention.

Laissant tomber les branches dans mes mains, j’ai inspecté un groupe de soldats qui avait formé un cercle autour de la source des sons deux augmenters engagés dans un combat amical. Les cris aigus de leurs armes produisaient des étincelles même avec la couche de mana qui recouvrait leurs lames, et ils
paraient les coups de l’autre avec une habileté évidente.

“Tu t’es amélioré, Cedry”, a dit le soldat aux cheveux courts. Il semblait être un peu plus petit
que moi, mais ses bras semblaient presque anormalement longs. Il utilisait son cadre mince et ses membres longs et flexibles à son avantage en délivrant des coups rapides et irréguliers avec deux dagues.

“Et pourtant, tu es toujours aussi pénible à combattre, Jona “, répondit avec confiance la fille nommée Cedry en esquivant le coup de Jona.

Elle était clairement désavantagée, se battant au corps à corps avec de lourds gantelets
contre un adversaire qui excellait dans les frappes à longue portée, mais elle ne perdait pas.

Elle esquivait, se faufilait et parait l’attaque de Jona, et quelque chose en elle a retenu mon attention.

Ce n’est que lorsque je me suis concentré sur ses oreilles que j’ai compris ce que c’était.

C’est une demie-elfe, J’ai fait remarquer à Sylvie, qui s’était désintéressée du match et était retournée dans ma cape.

À ma remarque, mon lien a sorti sa tête. Oh ! Elle l’est. Nous n’en avons pas rencontré d’autre que ce Lucas au mauvais caractère.

Mauvais caractère est un euphémisme, j’ai ricané, le regard toujours fixé sur le combat.

Ne devrions-nous pas prévenir le capitaine de notre arrivée ? me rappela Sylvie.

Tu as raison. Je me suis laissé distraire, ai-je pensé en me détournant du duel.

Tu le fais toujours quand il s’agit de ce genre de combat, me dit-elle en me taquinant.

Il y a quelque chose dans le combat rapproché qui rend un combat excitant, contrairement à la conjuration à distance, ai-je convenu en revenant sur mes pas.

Lorsque nous avons atteint la grande tente blanche, j’ai été arrêté par un garde en armure qui tenait une hallebarde.

“Que faites-vous ici ?”

“Est-ce la tente du capitaine ?” J’ai demandé, ma capuche couvrant toujours la moitié de mon visage.

“J’ai dit, que faites-vous ici ?” a répété le garde, son regard implacable.

Expirant profondément, j’ai tendu un médaillon.

À sa vue, les yeux étroits du garde se sont élargis sous le choc.

Son regard est passé du médaillon d’or à moi, horrifié par la gaffe qu’il avait commise.

“Je suis vraiment désolé, Gen…”

“Chut”, ai-je marmonné avant qu’il ne puisse finir de parler.

J’ai levé la main.

“Je ne veux pas que ma visite fasse du bruit, alors gardons ça entre nous.”

“O-oui, monsieur”, dit-il en hochant furieusement la tête tandis qu’il ouvrait le rabat pour me laisser entrer.

J’ai fait un pas à l’intérieur de la spacieuse tente et une bouffée de chaleur a inondé mon corps.

J’ai eu l’impression qu’une couche de glace fondait sur mon visage alors que j’enlevais ma cape. La première chose que j’ai remarqué était le faucon flamboyant niché près de l’entrée.

Je me souviens d’elle, a dit Sylvie dans ma tête en sautant à terre. Je me suis tourné vers la femme assise derrière un petit bureau en bois, indifférente à l’intrusion.

“Professeur Glory “, l’ai-je saluée, en lui adressant un léger sourire lorsqu’elle a finalement levé les yeux, son visage s’illuminant à la vue de son ancienne élève. Mon ancienne professeure de mécanique de combat en équipe était toujours la même, avec son teint bronzé et ses cheveux bruns attachés serré
derrière sa tête. Elle portait une armure légère même à l’intérieur de la tente, et ses deux épées géantes étaient à proximité, appuyées contre un tiroir derrière elle.

“C’est bon de vous voir, Général Leywin,” dit-elle en s’approchant de son bureau. “S’il vous plaît, appelez-moi Arthur”, ai-je répondu, impuissant.

“Alors je préférerais que tu m’appelles Vanesy”, dit-elle en écartant les bras.

“Après tout, je ne suis plus ton professeur.”

En acceptant son étreinte, je me suis rendu compte que c’était la première fois que j’entendais le prénom du professeur Glory. Lorsqu’elle m’a libéré de son emprise, j’ai dit :

“Bien. Peux-tu me faire un bref rapport de la situation ici, Vanesy?” Vanesy a salué Sylvie d’un signe de tête poli avant d’atteindre son bureau. Après un moment de fouille, elle m’a tendu un parchemin roulé, mais
a commencé à parler avant même que je puisse l’ouvrir.

“Pour l’instant, il n’y a que moi et ma division de trois mille soldats. Ma division est plus petite, mais nous avons avec nous cinquante-huit mages, dont vingt sont des conjurers et dix des augmenters à longue portée, pour compenser le nombre,” déclara-t-elle.

Je hochai la tête en signe de compréhension tout en parcourant le parchemin.

“Il est censé y avoir un autre capitaine avec vous, non ?”

“Le capitaine Auddyr et sa division font la marche jusqu’ici depuis la ville de Maybur. Je peux envoyer une transmission si vous le souhaitez”, a-t-elle répondu.

“Ce n’est pas nécessaire. À vrai dire, je ne m’attends même pas à ce que des navires se dirigent vers le sud”, ai-je admis en rendant le parchemin à Vanesy.

“J’ai entendu parler de ton grand plan pour ces bâtards d’Alacryens sur la côte,” dit-elle en me regardant.
“Tu penses que ça va marcher ?”

“Ça va les ralentir, et avec un peu de chance, couler quelques uns de leurs vaisseaux.”

“Dommage que nous ne soyons pas là pour voir ça”, a-t-elle dit avec regret.

Le professeur aux yeux brillants, que j’avais côtoyé à la Crypte de la Veuve, sortit une gourde en cuir de son tiroir, retirant le bouchon avec ses dents avant d’engloutir ce que je supposais être de l’alcool.

“Vous voulez une gorgée, Général Leywin ?” Elle a fait un clin d’oeil, en tenant la gourde en l’air.

“Je suis mineure, tu sais.”

Vanesy s’est moqué.
“Si tu es assez vieux pour aller à la guerre, tu es assez vieux pour boire.”

J’ai attrapé sa gourde et pris une gorgée. Le liquide m’a brûlé la gorge en se frayant un chemin dans mon estomac, réchauffant mes entrailles.

Est-ce bien raisonnable de s’inhiber comme ça avant une bataille ? demanda Sylvie d’un ton désapprobateur.

Détends-toi. C’est juste une gorgée, ai-je répondu.

Etouffant une toux, j’ai rendu la gourde en cuir.

“C’est un sacré remontant.”

“Mhmm,” Vanesy a approuvée.

“Bien que tu vas avoir besoin d’un peu plus que ça pour te tenir chaud là-bas. Tu ne te les gèles pas dans cette tenue?”

J’ai baissé les yeux sur ma tenue. Même si je ne m’attendais pas à une bataille, j’étais habillé pour. Mon vêtement gris intérieur était moulant, et les manches m’arrivaient aux poignets. Bien qu’il soit assez fin et élastique pour me permettre de me déplacer librement, il était également assez solide pour
résister à des bords tranchants dans une certaine mesure. La seule chose que je
portais par-dessus était une simple tunique noire qui tombait librement sur mes
épaules.

Les manches s’arrêtaient au niveau des coudes, ce qui permettait à mes bras de bouger librement.

Je secouai la tête. ” J’ai pris l’habitude de m’entourer constamment de mana pour me tenir chaud. Honnêtement, même la cape n’est là que pour l’apparence.”

“Eh bien, je suis content que tu sois là. Le commandant Virion voulait que tu parles devant les soldats, pour les motiver.”

“A propos de ça…” J’ai souri. “Attendons l’arrivée du capitaine Auddyr pour le faire. J’espérais m’amuser un peu dans le camp.”

“Oh-oh”, gémit Vanesy.

“Qu’est-ce que tu prépares ?”

Je secouai la tête d’un air désapprobateur.

“Est-ce une façon de parler à votre supérieur ?”

“Très bien”, a-t-elle dit, en cédant.

“Mais ne blesse pas mortellement un de mes soldats.”

“Pour quel genre de personne me prends-tu ?” J’ai répondu innocemment, remettant ma cape en retournant vers la porte en tissu.

“Y a-t-il des soldats qui pourraient me reconnaître ?” J’ai demandé, me rappelant comment le chef cuisinier
s’était incliné devant moi.

“Nous sommes assez loin de toute forme de communication de masse. Je viens de recevoir une lettre par transporteur avec les dernières mises à jour, mais je n’ai rien annoncé de tout cela”, a-t-elle répondu.

“Avec tes cheveux ébouriffés et ces vêtements simples, tu passeras facilement pour une nouvelle
recrue ramassée dans la campagne.”

“Un vieux dicton dit qu’un homme sage se montre faible quand il est fort et fort quand il est faible”, ai-je répondu en montrant l’armure éblouissante qu’elle portait, gravée de décorations complexes.

“C’est pour se protéger, pas pour se vanter”, a-t-elle argumenté.

” Pas quand le motif de l’armure correspond à l’armure de ton lien “, l’ai-je taquiné en jetant un coup d’œil à l’armure argentée accrochée sur un support à côté de Torch.

“Tu es devenu un petit malin depuis qu’ils ont fait de toi une Lance”, a-t-elle grommelé.

“Oh s’il te plaît, j’étais un petit malin bien avant de devenir une Lance”, ai-je répliqué.

Vanesy s’est appuyée sur son bureau et m’a regardée, comme si elle regardait au loin.

“Paraître faible quand on est fort’. J’aime ça.”

“N’hésitez pas à la voler”, ai-je dit en me dirigeant vers la sortie de la tente.

Je ne pouvais pas lui dire que la citation venait d’un ancien général de ma vie antérieure, mais elle ne semblait pas être curieuse de son origine.

Qu’est-ce que tu voulais faire ? demanda Sylvie curieusement en se blottissant sur ma tête.

Évaluer le niveau actuel des compétences de nos soldats, bien sûr. Le sentiment de doute de Sylvie a inondé mon esprit. Tu veux dire jouer à la bagarre avec eux ? Juste un petit peu.

Même si je suis ton lien, je m’inquiète parfois de voir que le destin de ce continent repose si lourdement sur toi.


Commentaire

4.8 8 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser