the beginning after the end Chapitre 135

Son retour

Tessia a fait un autre pas en avant, moins hésitant cette fois. “Arthur ? C’est toi ?” demande-t-elle encore, sa voix semblant se bloquer dans sa gorge.

Tous ceux qui étaient là soldats, augmenters, conjurers – se sont retournés pour regarder notre chef qui s’approchait de l’homme assis au sommet de la colline de cadavres.

Puis le silence qui avait rempli la caverne a été rompu par un gazouillis lumineux. Comme si elle sortait de nulle part, une traînée blanche a été projetée vers Tessia et a atterri dans ses bras. Il ressemblait à une sorte de renard blanc miniature.

“Sylvie !” Tessia s’exclama, embrassant la créature avant de lever les yeux vers la silhouette sur la colline de corps.

“Vous ! Dites votre nom !” La voix habituellement confiante de Drogo vacilla à la vue du spectacle qui s’offrait à nous.

L’homme aux yeux bleus l’a regardé en silence pendant un moment et Drogo a fait un pas en arrière. Finalement, il a répondu : “Arthur Leywin.”

Retirant son épée ensanglantée du cadavre dans lequel elle était enfoncée, il sauta adroitement sur le sol de pierre, s’arrêtant devant la grande porte.

Il est sorti de l’ombre, et j’ai pu enfin distinguer ses traits, qui avaient été
enveloppés dans l’obscurité.

Il semblait jeune malgré l’aura qui émanait de lui. Ses cheveux auburn ébouriffés et longs jusqu’aux épaules contrastaient avec ses yeux brillants, qui semblaient posés presque décontractés – même dans cette situation. Les éclaboussures de sang et de crasse qui assombrissaient son visage et ses vêtements ne diminuaient en rien son apparence.

Il n’était pas séduisant. Rien à voir avec les nobles que j’avais vus, qui se promenaient la poitrine gonflée et le nez pointé si haut qu’ils auraient pu aussi bien regarder le ciel.

Non, derrière son regard nonchalant et ses lèvres légèrement retroussées, il y avait un air de souveraineté qui transcendait tous ces nobles paons qui agitaient leur pouvoir comme un plumage coloré.

Rengainant son épée sarcelle dans un fourreau noir sans ornement, il a fait un pas vers nous, les mains levées.

“Je suis de votre côté”, a-t-il dit d’un ton las.

Les soldats ont tous échangé des regards incertains tandis que Tessia faisait un autre pas en avant. Puis plusieurs membres des Twin Horns ont accouru en criant

“Arthur ?”.

Tessia, cependant, est restée où elle était.

Tessia et Arthur se sont dévisagés pendant un bref instant, et je crois même avoir vu Arthur esquisser un léger sourire, mais aucun d’eux ne s’est approché de l’autre.

Le comportement de Tessia m’avait pris au dépourvu, mais les actions des Twin Horns semblaient dissiper la tension et la suspicion qui avaient envahi la caverne.

En même temps, cela a soulevé plus de questions dans ma tête.

En supposant qu’il s’agisse vraiment de l’Arthur Leywin dont Tessia nous avait tant parlé, que faisait-il ici ? Comment est-il arrivé ici ? Avait-il tué le mutant de classe S tout seul ?

Je me suis retourné pour regarder Darvus.

D’après ses sourcils froncés et son regard perplexe, il semblait être curieux des mêmes choses. Caria, elle, avait un sourire niais sur le visage et fixait l’homme entouré par les Twin Horns, ignorant apparemment le fait qu’il y avait un énorme tas de cadavres sanglants et puants juste derrière eux.

“Bien que je déteste interrompre vos retrouvailles, il y a des questions plus urgentes à régler”, dit Drogo à voix haute. “Que s’est-il exactement passé ici ?

Je n’ai pas été informé que quelqu’un se joindrait à nous dans cette opération.”

“Je suis sûr que personne n’a été informé, puisque je suis arrivé il y a moins d’une heure”, a répondu Arthur en s’éloignant de la foule d’amis qui l’avait entouré. “Je ne m’attendais pas vraiment à atterrir au milieu d’un essaim massif de bêtes de mana, mais je suppose que c’est une bonne chose que je l’ai fait.”

“Vous dites que vous avez tué à vous seul toutes ces bêtes mana derrière vous- y compris un mutant de classe S ?” balbutia un soldat.

“Vous voyez quelqu’un d’autre là-dedans ?” Arthur a incliné la tête.

“C’est impossible !” a hurlé un autre soldat. “Comment un simple garçon peut-il faire, à lui seul, ce qu’un bataillon entier de mages a entrepris de faire ?”.

Arthur a simplement levé un sourcil, ne semblant pas affecté.

“Cela n’a vraiment pas d’importance que vous me croyiez ou non. Le fait est que le mutant qu’on vous a ordonné de tuer est maintenant mort.”

D’autres soldats ont commencé à crier des questions et des accusations, mais l’homme mystérieux les a tous ignorés.

Il tendit la main à Drogo et dit :

“Vous semblez être le chef de cette expédition. Cela vous dérangerait-il de me laisser rester à votre camp ce soir? Je suis plutôt épuisé et j’aimerais une bonne nuit de repos avant de repartir.”

Drogo semblait abasourdi, mais il accepta la poignée de main et hocha la tête sans rien dire.

“Et tous les noyaux de bêtes ?” demanda un conjurer barbu en désignant la montagne de bêtes de mana.

Une fois de plus, tout le monde échangea des regards dans l’espoir de trouver des réponses. Habituellement, les noyaux de bêtes étaient collectés après une bataille et répartis entre les soldats.

En regardant le nombre de cadavres empilés dans cette colline, même l’homme le moins ambitieux baverait
devant le potentiel à gagner.

“Ils sont tous partis”, répondit Arthur calmement.

“Désolé, mais mon lien a un grand appétit pour les noyaux de bêtes.”

Il désigna le renard blanc à fourrure qui se nettoyait aux pieds de Tessia.

“Vous voulez dire que cette petite chose a dévoré des centaines de noyaux de bête ?” demanda un augmenters corpulent, incrédule, la main crispée sur la poignée de son épée.

“Oui”, a répondu Arthur avec franchise.

“Et le noyau de bête du mutant de classe S ? Que lui est-il arrivé ?” Drogo a demandé, en retrouvant son calme.

་་

“Je l’ai.” Arthur laissa échapper un soupir. “D’autres questions ? Je serai heureux de débriefer plus tard, mais rester là à répondre aux questions de tout le monde n’est pas exactement la meilleure utilisation de notre temps.

“Nous allons l’escorter jusqu’à la base, Chef”, a dit Tessia, et les membres des Twin Horns ont tous acquiescé.

“Très bien. Pour l’instant, je veux que quelques équipes restent en arrière pour chercher d’éventuels traînards et collecter tout ce qui vaut la peine d’être vendu.

Le reste d’entre nous retournera au camp et attendra de nouvelles instructions,” ordonna Drogo, apaisant les soldats mécontents.

Le voyage de retour au camp principal fut presque aussi tendu et étouffant que celui de la descente.

Caria, Darvus et moi sommes restés silencieux, mais l’humeur maussade de presque tous les soldats présents pesait sur nos épaules.

Même Tessia et les Twin Horns ont réduit leurs conversations avec Arthur à des chuchotements indiscernables.

Derrière moi, je pouvais entendre les soldats parler entre eux. Certains étaient heureux qu’il n’y ait pas eu de bataille, d’autres étaient déçus de ne pas pouvoir repartir avec des noyaux de bêtes ou d’autres primes; quelques-uns étaient carrément en colère de ne pas avoir pu combattre une bête mana puissante.

Cependant, malgré les sentiments mitigés de chacun concernant l’apparition d’Arthur, nous partagions tous une émotion : la peur. En arrivant au camp principal, Arthur se dirigea directement vers les cabines de bain près du ruisseau, tandis que Tessia et les Twin Horns suivirent Drogo dans sa tente personnelle.

“Eh bien, c’était décevant”, soupira Darvus en s’affalant près des restes fumants de notre feu de camp.

“Je dirais que c’était assez mouvementé”, a rétorqué Caria.

“Vous avez vu ce tas de bêtes de mana ? Et ce mutant géant ? Même avec nous tous réunis, je doute que nous serions sortis indemnes d’un tel combat.”

“Exactement !” Darvus s’est exclamé.

“Ce type, Arthur, comment diable a-t-il pu tous les tuer… s’il les a vraiment tués en premier lieu ?”.

J’ai secoué la tête.

“Quoi, tu crois que ce type était assis là, à prendre la pose, à attendre qu’on se montre pour s’en attribuer le mérite ?”.

“Eh bien, je ne suis pas sûr de ça, mais je veux dire… ce n’est pas naturel. Tessia a dit qu’il avait à peu près son âge, ce qui veut dire qu’il est un peu plus jeune que nous. Dans quel genre de fosse ardente a-t-il dû grandir pour devenir un tel monstre ?” Darvus poussa un soupir, baissant les yeux sur la
paire de haches qu’il avait tâtonnée.

“S’il a vraiment été capable de tuer à lui seul toutes ces bêtes de mana, ainsi qu’un mutant de classe S, à quoi servent des types comme nous ?”

“Est-ce que je sens un soupçon de jalousie ?” Caria sourit, poussant légèrement Darvus avec son coude.

“Tu veux dire de l’envie, Caria”, ai-je corrigé sur un coup de tête.

Elle s’est tournée vers moi. “Quelle est la différence ?”

“La jalousie est ce que tu ressens quand tu as peur que quelqu’un prenne quelque chose que tu possèdes. L’envie, c’est se languir de quelque chose que quelqu’un d’autre possède. ” J’ai secoué la tête.

“Tu sais quoi ? Laisse tomber, ce n’est pas important.”

Caria s’est contentée de hausser les épaules et de poser une main sur l’épaule de son amie d’enfance.

“De toute façon, ce n’est qu’une personne, Darvus. Peu importe sa force, ce n’est pas comme s’il pouvait gagner la guerre tout seul. Tu as vu dans quel état il était. Il n’était pas vraiment blessé, mais il avait l’air épuisé.”

Darvus a roulé les yeux.

“Merci. Au moins, il était fatigué après avoir anéanti à lui tout seul une armée de bêtes de mana et un mutant de classe S.”

“Pas besoin d’être désagréable avec moi, Darvus. J’essaie juste d’aider,” Caria a claqué, ses joues devenant rouges.

“Eh bien, ne le fais pas ! Je n’ai pas besoin de ta pitié. En plus, ce type n’est pas naturel. Je n’ai pas besoin de me comparer à un monstre de la nature comme lui.”

“Je ne sais pas, il me semble plutôt normal”, ai-je ajouté.

“En mettant de côté sa force, il semblait être une personne décente quand il parlait aux Twin Horns.”

“Oui, j’ai même vu un sourire quand il a vu Tessia”, a ajouté Caria en souriant.

“Bien que je m’attendais à quelque chose de plus, comme une étreinte passionnée ou autre.”

“Je t’en prie, tu as vu la façon dont il parlait à tout le monde. C’était un connard snob”, dit Darvus en secouant la tête.

“Eh bien, tout le monde était un peu con avec lui”, ai-je rétorqué. Je ne savais pas pourquoi je défendais Arthur, mais parfois Darvus me faisait vraiment sortir de mes gonds. Dès qu’une situation ne se passe pas comme il le souhaite, il pointe toujours du doigt et fait des suppositions pour se sentir mieux dans sa peau.

Les yeux de Darvus se sont rétrécis. “Pourquoi prends-tu son parti ?”

“Techniquement, je ne suis pas de son côté.” Je secouais la tête.

“Je pense juste que c’est naïf de se faire des impressions sur ce type sans même avoir eu une conversation avec lui. Tu as entendu comment Tessia parle toujours de lui. Tu ne crois pas qu’on devrait lui accorder le bénéfice du doute ?”

“L’esprit de Tessia est probablement obscurci par ses souvenirs d’enfance”, s’est moqué Darvus.

“Tu as vu la tension entre eux. Hey, peut-être que tu as enfin une chance avec elle.”

Je ne pouvais plus le supporter.

“Tu es si mesquin que ça ? On dirait un enfant, à me mêler à tout ça. Tu tires des conclusions sur Arthur en te basant sur quoi, exactement ?”

“Les garçons, ne nous disputons pas”, a dit Caria, son regard passant de moi à Darvus.

“Je me base sur mon instinct, crétin !” Darvus a sifflé, en se levant.

“Peut-être que c’est quelque chose que tu ne peux pas faire à cause de ton noyau de mana déformé.”

Je pouvais sentir le sang me monter à la tête à cette insulte.

“Au moins, je n’ai pas besoin de me convaincre et de convaincre tout le monde que quelqu’un de meilleur que moi doit être un monstre juste pour que je puisse garder ma fierté sans valeur intacte !”. J’ai craché.

Le visage de Darvus est devenu rouge lui aussi, et il a tremblé de rage. Il a jeté au sol la hachette qu’il tenait à bout de bras, puis s’est retourné, a marché jusqu’à notre tente et s’est glissé à l’intérieur.

“Stannard…” Caria s’est approchée de moi après avoir vu son meilleur ami partir.

“Tu sais qu’il ne voulait pas dire ça, n’est-ce pas ? Tu sais comment il est quand il est énervé.”

Avec un soupir, j’ai rassemblé un faible sourire pour elle. “Je vais bien. Ce n’est pas comme si c’était la première fois que nous avions une de ces disputes. Je ne me prends pas la tête avec lui aussi souvent que Tessia, mais c’est surtout parce que je me retiens.

Mais parfois, je ne peux pas le supporter et j’explose.”

“Tu as raison, cependant”, a répondu Caria après un moment de silence.

“Darvus est bien meilleur qu’à l’époque, mais étant né dans la noblesse, on lui a tout donné : la richesse, les ressources, l’attention – même le talent.”

“Ça lui fait du bien s’il est toujours aussi con.” J’ai roulé les yeux.

“Ecoute, Caria, je ne suis pas en colère contre toi, je ne suis même pas en colère contre ce que Darvus a dit. J’en ai juste marre de son narcissisme – cet ego qui surgit peu importe à quel point tu essaies de l’enfoncer.”

Caria a gloussé. ” Ne m’en parle pas. Je le connais depuis plus de douze ans, et je parie qu’une bête de mana enragée pourrait mûrir plus vite que Darvus. Mais il s’est beaucoup amélioré depuis qu’il vous a rencontrées, toi et Tessia. C’est un fait.”

“Oui, je sais.” J’ai hoché la tête, réfléchissant déjà à un moyen de briser la glace avec mon coéquipier égocentrique.

Caria et moi avons alimenté le feu jusqu’à ce qu’il soit de nouveau flamboyant et nous sommes restés assis autour pendant un moment, à discuter. Nous nous sommes levées lorsque nous avons remarqué deux silhouettes sombres qui s’approchaient du camping.

“Hey les gars”, la voix de Tessia a résonné. Alors que les formes se rapprochaient, j’ai pu distinguer sa forme, et l’homme à côté d’elle.

“J’aimerais vous présenter mon ami d’enfance, Arthur”, a-t-elle dit une fois qu’ils nous ont rejoints, en posant une main sur son bras. En m’approchant d’eux, j’ai remarqué que ses yeux étaient un peu rouges.

Les cheveux encore humides de son bain, Arthur a baissé la tête.

“Stannard Berwick et Caria Rede, n’est-ce pas ? Ravi de vous rencontrer, et merci de prendre soin de mon amie. Je sais qu’elle peut être un peu difficile.”

Caria a ricané et Tessia lui a donné un coup de coude dans les côtes. Les voir tous les deux comme ça m’a fait remettre en question le sentiment que j’avais eu quand j’ai vu Arthur pour la première fois. Sans le sang qui couvrait la majeure partie de son visage, on pouvait dire qu’Arthur était en effet l’ennemi
de tous les hommes célibataires. Ses traits étaient nets, mais pas trop, avec un charme subtil qui allait au-delà de la norme classique de “beau”.

Ses cheveux brun-roux étaient longs, comme s’il n’avait pas eu une bonne coupe depuis des années, mais cela ne faisait que souligner la qualité sauvage et indomptée qu’il avait en lui.

Il faisait une tête de plus que Tessia, ce qui le rendait plutôt grand pour son âge notre chef ne faisait que quelques centimètres de moins que Darvus.

Bien qu’il portait une robe ample, je pouvais dire que son physique était celui d’un combattant. La façon dont Arthur se tenait, la manière dont il marchait et la façon dont ses yeux semblaient observer tout ce qui l’entourait confirmaient que l’aura qu’il dégageait n’était pas le fruit de mon imagination.

Alors que Tessia et Arthur se préparaient à prendre place autour du feu, Darvus est sorti en trombe de sa tente. Lorsqu’il est passé à côté de moi, il m’a lancé le regard embarrassé qu’il arborait toujours lorsqu’il était sur le point de s’excuser, mais je l’ai arrêté d’un geste de la main. Avec un sourire en coin,
j’ai dit : “C’est bon, crétin.”

Darvus s’est frotté l’arrière du cou en me lançant un sourire en coin, mais son regard s’est durci alors qu’il faisait face à Arthur.

Tessia, Caria et moi l’avons tous regardé, nous demandant ce qu’il pourrait dire.

Puis Darvus a levé un doigt et a dit à voix haute, “Arthur Leywin. Moi, Darvus Clarell, quatrième fils de la Maison Clarell, je te défie formellement en duel !”


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser