the beginning after the end Chapitre 11

Un long voyage

J’ai dû attendre une bonne heure avant que la petite elfe ne se calme. Je ne l’ai pas blâmée, être kidnappée de force causerait des traumatismes même pour les adultes, d’autant plus qu’elle semblait être un peu plus âgée que moi.

Assis à côté d’elle, la réconfortant, j’ai réalisé à quel point cette scène était bizarre. Un garçon de quatre ans tapotant tendrement la tête d’une fille elfique à l’arrière d’une calèche alors que quatre cadavres sanglants se faisaient dévorer par des bêtes justes à côté d’eux.

“Q-Qu’est-il arrivé à ces méchants ?” Elle renifla, sa voix sortant un peu nasillarde.

Ne sachant pas s’il était approprié de parler de meurtre à une enfant de sept ans, je l’ai simplement écarté en lui disant : “Euh … ils ont eu un accident très malheureux.”
Elle étudia l’expression hésitante sur mon visage en haussant un sourcil, pour regarder en arrière et murmurer “Sers-les bien.” En la regardant de près maintenant, je ne pouvais pas m’empêcher de remarquer qu’elle portait toutes les caractéristiques nécessaires qui lui permettraient de s’épanouir dans toute sa beauté dans le futur.

Avec de longs cheveux gris acier que j’ai pris pour de l’argent au soleil, l’état échevelé de la fille ne pouvait pas masquer la beauté innée qui semblait rayonner de ses pores.
Une paire d’yeux brillants en forme d’amandes parfaitement arrondies tremblait, tandis que son nez guilleret était si rouge à force de pleurer qu’il correspondait à la couleur de ses lèvres roses. Alors que tous ses traits individuels du visage semblaient être des pierres précieuses soigneusement moulées, sur la peau claire et crémeuse de son visage qui était la toile, cela apportait ses traits en une œuvre d’art surréaliste, presque fantasmagorique.
Bien sûr, c’était juste moi en train de l’observer de manière spéculative en tant que gentleman et roi qui appréciait la beauté du monde. Je n’irais pas jusqu’à dire que je l’”inspectais.”
Je l’ai aidée à se relever avant de parler à nouveau.
“Ces gens qui ont essayé de te kidnapper ne vont plus te poursuivre. Cela étant dit, penses-tu que tu puisses te rendre chez toi par toi-même ?”
Instantanément, ses yeux se sont rétractés de peur alors qu’une expression paniquée se répandit sur le reste de son visage. Alors que les larmes montaient et que ses deux mains se serraient fermement à ma chemise, même un bébé serait capable de dire ce qu’était sa réponse à travers ses actions.
“Écoute, je dois aussi rentrer à la maison. Les elfes ne sont-ils pas en sécurité en général dans cette forêt ?” Je poussai un soupir, essayant de dégager ses griffes – je veux dire ses doigts – de ma chemise.
Elle secoua violemment la tête, un peu comme un chien se séchant, et répliqua : “Les bêtes n’ont peurs que des adultes … Mes parents m’ont prévenue que les enfants seraient mangés par des chiens ou des golems-arbre.”
Je serais normalement assez étonné par quelque chose comme un golem-arbre, mais il devenait assez difficile de trouver quelque chose qui me surprenne après avoir vu un roi démon se métamorphoser en dragon.
Je me suis frotté le nez, essayant de trouver une solution à tout cela.
“Combien de temps faut-il pour arriver à l’endroit où tu habites ?”
“…”
Tenant toujours ma minable chemise, elle baissa les yeux et admit “je ne sais pas…”
J’ai eu la tentation de laisser échapper un autre soupir, car la pauvre fille avait l’air d’être déjà sur le point de pleurer, puis j’ai accepté de la ramener à la maison.
Le Royaume d’Elenoir était assez loin au nord, donc mon seul espoir était qu’il y ait une porte de téléportation là-bas qui puisse me permettre de retourner quelque part, n’importe où, à Sapin.
J’ai ordonné à la fille elfe d’attendre à l’intérieur de la calèche pendant que je ramassais quelques nécessités, la raison principale étant que je ne voulais pas qu’elle voie les carcasses mutilées des marchands d’esclaves alors même que j’avais du mal à les regarder. Finalement, trouvant un sac à dos assez petit pour que je puisse le porter sans qu’il ne traîne sur le sol, j’ai soigneusement plié et fourré une petite tente à l’intérieur, avec une gourde en cuir et des rations séchées. J’ai ramassé le couteau de Pinky sur le sol où j’avais combattu Danton et George et l’ai attaché à l’avant de ma taille pour équilibrer l’équipement maladroitement grand sur mon dos. Avant de retourner dans la calèche, j’ai libéré les chiens de forêt après avoir réalisé que, bien qu’ils pouvaient tirer une calèche, ils ne pouvaient pas être montés.
J’ai pensé brièvement à monter en calèche jusqu’au royaume elfique, mais j’ai pensé que c’était trop dangereux et que nous ferions tâche dans cette forêt.
“Partons maintenant” dis-je, essayant de paraître plus enthousiaste pour elle.
“En avant !” Elle hocha la tête, sautant hors de la calèche alors que je l’emmenais loin de là où se trouvaient tous les cadavres.
J’ai beaucoup appris sur la fille elfe en cours de route. D’une part, son nom était Tessia Eralith et elle venait d’avoir cinq ans, ce qui signifiait qu’elle avait environ un an de plus que moi, bien que ce fût seulement physiologiquement.
Tessia était aussi une fille assez réservée, sinon timide. Elle était très polie avec moi, se considérant plus jeune qu’elle ne l’était et ne se plaignait jamais, faisant d’elle une compagne de voyage très agréable. Peut-être que si je n’avais pas voyagé dans la direction opposée à ma destination, j’aurais vraiment aimé l’avoir avec moi.
Avec le coucher du soleil et l’épaississement du brouillard, nous avons installé la tente sous les racines germées d’un arbre particulièrement grand pour la nuit.
Je ne pouvais mettre aucune des tiges de support dans le sac à dos, alors j’ai utilisé la longue corde que j’avais apportée avec moi à la place et l’ai attaché sur deux des racines, puis j’ai suspendu une toile de tente dessus, alourdissant les extrémités avec des roches couvertes de mousse. Après avoir fini d’installer la tente, j’ai sorti quelques rations séchées et je lui en ai tendu.
“Merci beaucoup.” Elle s’inclina légèrement.
“Tu sais, tu n’as pas besoin d’être aussi poli avec moi. Je suis plus jeune que toi et je me sentirais beaucoup plus à l’aise si tu n’étais pas si nerveuse.” Répondis-je, les joues pleines de nourriture séchée.
“O-ok, je vais essayer !” Elle laissa échapper un sourire timide en retenant un petit rire.
J’ai commencé à me demander si elle avait été élevée par des parents très stricts. C’était peut-être simplement une coutume elfe et en lui disant d’être plus à l’aise avec moi, je l’invitais par inadvertance à m’épouser. En lui faisant un haussement d’épaules, j’ai recommencé à me remplir le visage de plus de nourriture.
Nous nous sommes assis sous l’une des racines de l’arbre à côté de notre tente et avons continué à bavarder.
“P-peux-tu me parler du royaume humain ?” Elle a soudainement demandé, ses yeux pétillants de curiosité.
“Qu’est-ce que tu voulais savoir ?”
“À quoi ressemble une ville humaine ? Comment sont les humains ? Est-il vrai que tous les hommes sont des pervers et ont plus d’une femme ?”
Je me suis étouffé avec les fruits secs que je mâchais, les recrachant avant qu’ils ne se prennent dans mes poumons.
“Non. Bien que ce ne soit pas contraire à la loi, seules les nobles et les familles royales ont tendance à avoir plusieurs épouses.” Dis-je après m’être calmé, en m’essuyant la bouche.
“Je vois maintenant !” Semblaient dire ses yeux, toujours étincelants.
Vraiment ?
J’ai continué, en expliquant un peu plus sur la ville d’Ashber et ma famille, pour passer le temps avant que je la questionne aussi.
“Qu’est-ce que c’est que de vivre à Elenoir ?”
“Mmmm …” Elle réfléchit un peu avant de trouver les mots justes.
“Je ne pense pas que ce soit trop différent de ce que tu m’as dit sur l’endroit où tu as grandi, à part que les enfants doivent tous aller à l’école pour en apprendre davantage sur notre histoire et comment lire et écrire. Quand nous nous éveillons, des mentors nous sont assignés et nous devenons leur disciple. À partir de là, il s’agit en grande partie de s’entraîner avec son maître.”
“Je vois…” ai-je marmonné, méditant sur les différents systèmes éducatifs des humains et des elfes. Alors que la méthode éducative des elfes était beaucoup plus avancée et sans discrimination, elle ne fonctionnait que parce que le royaume elfique était beaucoup plus petit et soudé par rapport au royaume humain, mais cela montrait simplement à quel point la culture impliquait une si grande différence dans les générations futures.
En me levant du sol, j’ai tendu la main pour l’aider à se relever. J’ai remarqué son hésitation quand elle est devenue un peu rouge, mais j’ai supposé que c’était juste mes yeux qui jouaient avec moi dans le noir.
“Dors dans la tente, je monterai la garde à côté de toi dehors.”
Je la voyais réfléchir un peu alors que ses yeux étaient fixés sur moi, pleins de détermination.
“Ça ne me dérange pas de p-partager la tente, si ça te va.” Elle essaya de paraître nonchalante mais sa voix la trahit…
“C’est bon. Je ne suis pas si fatigué de toute façon” répondis-je beaucoup plus vite que je ne l’avais voulu.
“D’accord…” bouda-t-elle. Ses oreilles viennent-elles d’un peu tomber ?
En m’assurant qu’elle entre à l’intérieur de la tente, je m’appuyai contre le tronc d’arbre massif et commençai à méditer.
J’ai commencé à inspecter mon noyau de mana. Sylvia m’a laissé avec quelque chose qu’elle appelle sa « volonté », mais comment cela affecte-t-il mon noyau de mana ? En inspectant de plus près, je remarquai, très faiblement, des marques quand,
“A-Arthur ?” La tête de Tessia sortit de la tente.
“Quelque chose ne va pas ?” Ai-je demandé en tournant la tête pour lui faire face.
“E-Eh bien ! Tu vois… Les bêtes auront plus de chance d’apparaître si elles te remarquent parce qu’elles verront que tu es un enfant. Donc je propose que, pour notre sécurité, il serait préférable que tu viennes à l’intérieur de la tente.” À ce stade, Tessia avait couvert son visage avec le rabat d’ouverture de la tente, me regardant d’un seul œil.
“Pfft ~ Tessia, as-tu peur de dormir seule dans la tente ?” J’ai ri.
“A-absolument pas ! Je suggérais simplement, pour notre sécurité à tous les deux, quel serait le meilleur choix !” insista-t-elle en se penchant, tombant presque hors de la tente.
“Si c’est le cas, alors je me cacherai dans l’arbre et continuerai à être à l’affût. Tu sais… pour ‘notre sécurité’” j’ai fait un clin d’œil.
“Uu…” Elle se cacha à l’intérieur de la tente avant de marmonner doucement “J’ai peur de dormir seule.”
Souriant à moi-même, j’ouvris le rabat et me glissai à l’intérieur de la tente.
Pris par surprise, Tessia laissa échapper un petit cri avant de se coucher aussitôt dos à moi. Voyant à quel point ses oreilles étaient rouges, je me voyais très bien apprécier de taquiner la pauvre elfe.
Après quelques instants de silence, elle jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. “Puis-je garder ta chemise ?”
En la voyant trembler, je me suis souvenu qu’elle n’était qu’une enfant. Je ne pouvais pas imaginer à quel point cela avait dû être difficile pour elle. Se faire kidnapper, être séparée de sa famille et emportée, ne sachant pas si elle les reverrait un jour.
Me rapprochant d’elle, je lui donnai une autre tape douce sur la tête alors qu’elle tournait son corps et agrippait le bord de ma chemise en lambeaux. Ses yeux se fermèrent de contentement et après quelques minutes, j’entendis sa respiration devenir rythmée, alors que je commençais à m’endormir moi aussi, toujours assis.
Mes yeux s’ouvrirent d’eux-mêmes et il me fallut quelques secondes pour me rappeler où j’étais. Je baissai les yeux pour voir la tête de Tessia sur mes genoux, son corps recroquevillé confortablement.
La secouant doucement pour la réveiller, je murmurai, “Tessia, nous devons partir maintenant.”
Elle se réveilla lentement, mais lorsqu’elle réalisa la position dans laquelle nous nous trouvions, son corps se redressa avec un cri de surprise. “Je suis désolé ! Je ne voulais pas … é-étais-je lourde ?”
“Ne t’inquiète pas pour ça. Plions la tente” répondis-je avec un sourire ironique. Ses joues légèrement roses, elle hocha la tête en réponse et nous avons commencé à tout ranger avant de reprendre notre voyage.
Quelques jours de plus s’étaient écoulés sans encombre lorsque, de nulle part, je fus frappé de douleurs profondes à l’abdomen. Les premières douleurs étaient survenues le troisième jour du voyage. Nous étions à l’intérieur de la tente, Tessia déjà profondément endormie, quand une soudaine douleur brûlante se propagea de mon sternum. Elle a disparu assez tôt, mais ce bref moment a causé une douleur qui m’a laissé des frissons.
En plus de cela, l’événement le plus excitant a été lorsqu’un couple de chiens de la forêt a essayé de s’approcher, mais un jet de mon couteau renforcé de mana les a chassés.
Les nuits se sont écoulées pendant que je continuais à dormir dans la tente avec Tessia et elle devenait plus à l’aise autour de moi, au moins assez confortable pour ne pas être embarrassée à chaque fois qu’elle se réveillait. Nos conversations sont devenues plus naturelles et avaient un silence moins gênant alors qu’elle commençait à plaisanter avec moi, me taquinant même sur ma façon de parler : elle a dit que j’ “essayais trop de ressembler à un adulte”. Heureusement, mes inquiétudes quant à la réapparition de la vague de douleur ont disparu. Notre rythme n’a pas été entravé par des golems-arbres ou des bêtes de mana encore plus fortes à la recherche d’enfants pour grignoter.
“Peux-tu dire à quelle distance nous sommes d’Elenoir maintenant, Tessia ?” J’ai demandé un matin particulièrement clair le cinquième jour de notre voyage.
Ses oreilles allongées se perdirent alors qu’elle commençait à surveiller son environnement. Soudain, elle a couru vers un arbre particulièrement tordu et a passé ses doigts sur le tronc. Quelques minutes de silence s’écoulèrent avant qu’elle ne vienne, visiblement excitée.
“Cet arbre est celui vers lequel je venais parfois avec mon grand-père ! Je me souviens avoir gravé mon nom dans le tronc de l’arbre quand il ne regardait pas. Nous ne sommes plus trop loin ! Je pense que si nous accélérons un peu notre rythme , nous pourrons y arriver ce soir !” dit-elle en désignant l’arbre.
“C’est bien” répondis-je, la suivant de derrière. Aussi beau que le voyage ait été, je devais faire mes plans pour rentrer à la maison d’une manière ou d’une autre, et cela ne sera pas possible tant que je ne l’aurai pas ramenée chez elle.
Bien que, je l’admets, elle me manquera probablement après cela.
“Arthur ? Tu as dit que ta famille et les gens proches de toi t’appelaient Art. Je sens qu’à travers ce voyage, je me suis suffisamment rapproché pour t’appeler ainsi. » Nous traversions un ruisseau au sommet d’un pont en rondins recouvert de mousse quand elle s’est soudainement arrêtée. « Alors … je peux aussi t’appeler Art ?” Tessia se retourna, révélant un large sourire.
“Hmm ? Bien sûr, ça ne me dérange pas” lui souriai-je.
“Ça ne te dérange pas ? Tch, tu pourrais paraître un peu plus enthousiaste…” Elle me tira la langue.
“Je serais honoré d’être appelé Art par vous, Votre Altesse” J’ai fait un arc aussi gracieux qu’un noble malgré mes vêtements en lambeaux.
“Héhé, et tu peux aussi avoir l’honneur de m’appeler Tess” gloussa-t-elle, me faisant une révérence avant de se retourner et de sauter de la bûche.
Nous avons continué la journée, avec seulement quelques arrêts rapides pour nous reposer et remplir nos estomacs. L’utilisation constante de la rotation de mana avait empêché mon corps d’être tendu, mais il était évident que Tess devenait de plus en plus fatiguée.
Après notre dernier repos rapide sur un morceau mou de mousse, nous avons continué à avancer sur le dernier tronçon. Tess et moi nous étions beaucoup rapprochés au cours de ce voyage, la fille elfe autrefois timide et réservée montrait des sourires éclatants qui étaient contagieux malgré nos conditions moins que confortables. Elle continuait à me taquiner aussi, en disant que je devrais l’appeler sœur aînée puisqu’elle avait un an de plus que moi. Je l’ai taquinée en retour, l’imitant quand elle pleurait, me frottant les yeux et criant “WAAA ~ MAMAN, J’AI PEUR !” Cela la rendit rouge vif. Elle m’a frappé le bras avant de commencer à faire la moue. Croisant les bras et la lèvre inférieure dépassant, elle marcha d’un pas lourd avant de crier “HMPH ! Méchant !”
C’était le crépuscule maintenant et le brouillard autour de nous semblait devenir plus épais. Mon sens de l’orientation était pratiquement inutile dans cette forêt ravagée. Assez pour que, si je devais me séparer de Tess, je pourrais finir par tourner en rond sans même m’en rendre compte.
Elle s’est soudainement tournée vers moi, arborant sur son visage un mélange de bonheur et d’hésitation avant de murmurer “Nous y sommes.”
En regardant autour, les seules choses visibles étaient des groupes d’arbres et du brouillard. Confus, j’étais sur le point de demander où nous étions, mais je me suis arrêté quand j’ai vu Tess placer ses deux paumes sur un arbre et marmonner un chant.
Soudainement, le brouillard autour de nous a été aspiré dans le même arbre et ce que je voyais à présent était une porte en bois géante qui semblait être calée d’elle-même sur le sol.
Tess attrapa ma main et me tira vers la porte. Quand elle l’a ouvert, je me suis souvenu du portail par lequel Sylvia m’avait poussé. Je ne me suis pas senti mieux sur cette deuxième expérience mais au moins j’avais su à quoi m’attendre. Alors que nous atterrissions doucement sur nos pieds, arrivant à destination, j’ai immédiatement fouillé dans mon sac pour m’assurer que j’avais toujours la pierre que Sylvia m’avait confiée. Ce n’est qu’après avoir confirmé qu’elle était toujours là que j’ai finalement levé les yeux et saisi la scène autour de nous.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser