Supreme Magus chapitre 988

Monstre Boss Partie 2

Traducteur: Ych
———

‘Je suis censé être le héros ou le boss ?’ demande Lith.

‘Ça dépend. Est-ce que tu te sens comme un héros ?’ pense Solus.

‘Pas du tout.’

‘Alors tu as ta réponse.’

Le brun a vu Lith désarmé et a également rangé son arme dans son propre objet dimensionnel, croyant que le voyou éveillé le défiait en duel. De plus, il ne voulait pas donner à Lith une raison de détruire son arme si précieuse.

Le jeune effectua une série de feintes avant de frapper Lith avec un crochet du gauche qui portait tout son poids plus la force de la torsion de ses articulations des orteils jusqu’au poignet. Lith ignora les feintes et encaissa le coup de poing sans bouger.

L’impact lui fit tourner la tête vers la gauche, produisant un bruit de craquement d’os et de tendons.

“C’est vraiment triste.” Lith vérifia l’intérieur de sa joue à la recherche de blessures, il n’en trouva aucune.

L’Éveillé, au contraire, gémissait de douleur en tenant sa main brisée en de multiples points.

‘Je vais marquer ça comme un “comme un boss” dans ton dossier personnel.’ Solus ricane.

À part quelques ennemis mineurs qu’il avait affrontés au cours de ses voyages, Lith avait pris l’habitude de s’attendre au pire de la part de ses adversaires. Qu’il s’agisse d’Irtu, des Talons, de Nalear, ou même de Treius et des six Éveillés qu’il avait affrontés à Zantia, Lith se retrouvait toujours face à la crème de la crème.

Des adversaires qui le surpassaient en expérience, en équipement, ou qui avaient été formés par les meilleurs maîtres que Mogar avait à offrir. Tous ses ennemis précédents avaient été des épéistes magiques professionnels, alors qu’aujourd’hui, il affrontait des gens qui étaient tout simplement dans la moyenne.

Ils n’étaient pas des monstres anciens comme Thrud, ni fusionnés avec de puissants artefacts comme Treius ou Acala. Ils n’avaient même pas la motivation des six Éveillés qui, en plus de s’entraîner quotidiennement jusqu’à suer du sang, avaient été prêts à sacrifier une partie de leur vie pour accomplir l’héritage de leurs maîtres.

” Bon Dieu ! J’ai envoyé Cylla et ses prétendants chercher Verhen dans l’espoir qu’elle acquière une expérience précieuse au combat et qu’elle apprenne peut-être un peu d’humilité. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle ne tienne pas un seul coup.

“Je comprends maintenant pourquoi vous le tenez tous les deux en haute estime”. Jiza Gernoff, l’arrière-grand-tante de Cylla et une ancienne du Conseil humain, dit en regardant la performance embarrassante de sa nièce.

Athung et Faluel, respectivement le seigneur humain et le seigneur des bêtes du marquisat de Distar, avaient tous deux du mal à ne pas rire aux éclats. Jiza prenait son fiasco avec dignité, il n’y avait aucune raison de remuer le couteau dans la plaie.

“Eh bien, Jiza, tu aurais peut-être dû te rappeler comment j’ai obtenu mon poste avant de jeter la pauvre Cylla dans la gueule du Dragon”.

Athung Soranot était une femme d’une vingtaine d’années, mesurant environ 1,75 mètre, avec des cheveux noir corbeau qui lui arrivaient dans le bas du dos. Elle portait une confortable robe de mage que Raagu lui avait offerte pour célébrer l’obtention d’un territoire à un âge où la plupart des Éveillés étaient encore des apprentis.

Les vêtements lourdement enchantés étaient suffisamment amples pour ne pas entraver ses mouvements, mais ne pouvaient guère dissimuler ses douces courbes. Tout comme Lith, elle était une auto-éveillée qui possédait un noyau bleu et qui devait encore apprendre à connaître l’obstacle nécessaire pour dépasser ses limites.

“C’est exactement la raison pour laquelle je l’ai envoyée.” Jiza secoua la tête.

“Cylla est une mage brillante et talentueuse, mais à cause de notre lien de sang, elle ne fait jamais aucun effort pour s’entraîner. J’enregistre tout pour à la fois fournir aux anciens du Conseil les preuves dont ils ont besoin et donner une leçon à nos jeunes.

“Mon Dieu, Verhen a raison. C’est tout simplement pathétique.”

“Nous ferions mieux de bouger.” Faluel a clignoté juste à temps pour sauver la vie des deux Éveillés. Lith leur avait brisé le cou et les trachées pour s’assurer qu’ils meurent assez lentement pour servir leur objectif, mais ils n’avaient aucun moyen de s’en remettre.

“D’accord, princesse. Dis-moi pourquoi tu es ici et peut-être que je rendrai cela moins douloureux.”

Les mots de Lith terrifièrent Cylla tandis que sa main qui enserrait sa gorge et la maintenait soulevée du sol resserrait son emprise. Elle n’aimait ni Orton ni Canto, mais voir leur force vitale s’évanouir, c’était trop.

Ils étaient venus pour la draguer, ou au moins pour faire bonne impression à sa tante. Elle se sentait responsable de leur disparition.

“Laisse-la partir.” dit Faluel tout en restaurant les deux hommes avant que leurs noyaux de mana ne commencent à s’estomper.

“Pourquoi le ferais-je ?” Lith fit craquer le cou de Cylla comme du bois. “Ils ont envahi mon territoire et m’ont menacé. Ils sont encore en vie uniquement parce que je les ai laissés faire.”

“Non, c’est mon territoire et tu es mon invité”. La voix de Faluel est devenue sévère.

Laisser Lith la traiter et lui parler comme un pair alors qu’ils étaient dans l’intimité de son repaire était une chose, mais faire de même en présence de témoins en était une autre. Un apprenti qui manque de respect à son maître est un signe de faiblesse qu’aucun des deux ne peut se permettre de montrer.

“Je suis désolé, maître Faluel.” Lith lâcha brusquement la jeune fille, la faisant tomber c*l par-dessus tête sur le sol, tandis qu’il adressait à l’Hydre une profonde révérence.

“Notre territoire et notre invité tu veux dire”. Athung est apparu en même temps que Jiza. “Jusqu’à ce que le Conseil prenne une décision, l’éveillé Verhen n’est affilié à aucune faction. Aîné Gernoff, des explications s’imposent, si tu veux bien.”

Après s’être assurée que Cylla allait bien, Jiza Gernoff ne daigna pas accorder un second regard à sa nièce. Elle concentra toute son attention sur l’anomalie que la faction des bêtes et celle des humains se disputaient tandis que les morts-vivants faisaient pression pour l’éliminer.

“Éveillé Verhen, tes plusieurs exploits et infractions à la loi du Conseil ont été portés à notre attention.” dit Jiza. “J’ai été chargée de te mettre en garde à vue et de t’amener au siège du Conseil pour t’interroger.

“Es-tu prêt à me suivre ou devons-nous perdre encore du temps avec des combats inutiles ?”

‘Solus ?’ pense Lith.

‘Un noyau violet brillant, des prouesses physiques qui éclipsent toutes les Bêtes Empereur que nous avons rencontrées et qui ne pesaient pas au moins une tonne, et elle a plus d’artefacts que de décorations sur un sapin de Noël.’ Elle a répondu.

“S’il te plaît, ouvre la voie.” Lith lui fit une petite révérence.

Jiza Gernoff était une femme âgée de 583 ans, mais à cause de l’Éveil, elle avait l’air d’avoir à peine la quarantaine. Elle mesurait 1,62 mètre, avait des cheveux blonds mi-longs mouchetés de brun sur toute la longueur et des yeux bleu clair.

Si ce n’était son ample robe de mage au lieu de l’uniforme de l’armée et son allure un peu plus âgée, elle rappellerait Jirni à Lith.

Toutes deux ne montraient leurs émotions que si elles le décidaient et elles étaient bien plus dangereuses que leur petite carrure ne le laissait supposer.

“Pas si vite. D’abord, je dois évaluer ton niveau de menace. S’il te plaît, retire tous les dispositifs d’occultation en ta possession ainsi que tout objet que tu ne veux pas exposer à ma technique de respiration.

“N’hésite pas à rester nue, je doute que tu aies quoi que ce soit que je n’ai pas déjà vu au cours de ma longue vie.” Jiza avait l’air poli et monotone comme un répondeur téléphonique.

Lith gardait son armure de marcheur de peau et rangeait tout le reste à l’intérieur de sa dimension de poche. Il doutait que ce soit quelque chose de nouveau pour un Maître de forge éveillé et sa paranoïa ne lui permettait pas de rester sans défense.

“Et mes objets dimensionnels ?” Solus ne pouvait pas être stockée car elle était un être vivant et il ne pouvait pas risquer que Jiza découvre son existence.

“Le seigneur Athung et le seigneur Faluel sont ici pour témoigner que tout se déroule selon le protocole et pour t’offrir leur aide. Fais ton choix, et n’oublie pas que chaque choix a des conséquences.” dit l’aîné Gernoff…


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser