Supreme Magus chapitre 970

Il est temps de bouger Partie 2 |

Traducteur: Ych
———

“Peut-être que tu pourrais même enseigner la magie de lumière avancée à Quylla. Ses capacités de guérison avec la magie factice sont presque équivalentes à celles de l’Invigoration et je crains qu’elle ne se heurte bientôt à un mur.” Lith se gratta la tête, embarrassé.

Il détestait demander des faveurs, mais il manquait de temps et des connaissances nécessaires pour aider quiconque à monter en puissance. Tista et les rois des bois de Trawn étaient loin du goulot d’étranglement de compétences auquel Lith et Quylla étaient confrontés.

Il leur suffisait de quelques leçons et des notes de Lith sur la vraie magie pour continuer à s’améliorer à pas de géant.

Faluel a sept têtes, elle devrait donc pouvoir enseigner librement à sept personnes. Dans le pire des cas, il y a moi, Tista, Protecteur, Solus, Phloria et Quylla. Faluel aurait même une tête de libre pour son propre travail.’ pensa Lith.

Il n’a pas inclus Friya, non pas parce qu’elle était la seule à ne pas connaître ses secrets, mais parce que tant qu’elle aurait sa guilde d’aventuriers, Friya ne pourrait jamais se permettre de prendre le temps nécessaire pour prendre des leçons auprès de l’Hydre.

Faluel et Solus le regardèrent tous deux avec des yeux écarquillés, comme s’ils le voyaient pour la première fois.

“Es-tu vraiment prêt à me les présenter ?” Solus demanda avec des yeux débordant de joie.

“Es-tu vraiment prêt à mettre à nouveau ta vie en jeu pour le bien des autres ?”. Faluel a dit presque en même temps.

“Tu as déjà lié ton destin aux trois rois et à ta sœur. Chaque personne que tu éveilles est ta responsabilité pour le siècle à venir. Les humains ne sont pas comme les bêtes. Nous vieillissons comme le vin, alors qu’elles vieillissent comme le lait, devenant gâtées et aigres.”

“Oui pour vous deux.” Lith acquiesça.

“Solus, tu sais que je n’ai jamais eu l’intention de te garder caché pour toujours ni que j’ai honte de notre lien. Si tu n’étais pas une fille, et une jolie fille de surcroît, j’aurais déjà amené Kamila à la tour pour qu’elle te rencontre.”

Ses paroles auraient fait rougir Solus si la pierre avait du sang.

“Quant à Phloria, elle m’a sauvé de nombreuses fois, aussi bien de mes ennemis que de moi-même. Je ne suis pas prêt à la perdre pour toujours. Elle vaut tous les risques.”

“Je suis fier de toi.” Faluel se dressa sur la pointe des pieds pour lui pincer les joues. “Un milliard de points pour ça. Je vais réfléchir à cette Phloria, mais pour l’autre fille humaine, la réponse est non. Le noyau de mana de Quylla est trop puissant pour l’Éveil, elle mourrait sûrement.”

“Je n’ai jamais voulu l’Éveil…” Lith a essayé de dire, mais Faluel lui a coupé l’herbe sous le pied.

“En plus, c’est une fausse mage, d’où la compétition. Tu ne peux pas être au courant car jusqu’à présent tu as été un loup solitaire, mais les Éveillés et les faux mages sont en désaccord depuis des décennies.

“Les progrès magiques des faux mages sont exceptionnels. Grâce à leur nombre et à leur travail d’équipe, ils comblent peu à peu le fossé qui nous sépare d’eux. Des gens comme Tyris, Salaark ou l’Impératrice magique qui, après avoir vaincu un Éveillé, partagent avec leurs sujets leur butin de guerre n’aident pas notre cause.

“Tout comme tu partages ton armure de Marcheur de peau avec cet Orion, d’ailleurs”.

“Je pensais qu’il n’en tirerait rien et qu’il finirait par détruire l’armure”. Lith a répondu.

“Oui, tu n’es pas le premier à faire cette erreur et tu ne seras certainement pas le dernier. Est-ce que tu as été payé pour ça au moins ?” demande Faluel.

Lith sortit Guerre de sa dimension de poche, en prenant soin de ne pas la sortir du fourreau.

“Par la Grande Mère !” Faluel a fait un bond en arrière à la vue de l’épée bâtarde.

Elle ne tenta même pas de s’approcher, utilisant Vision de vie et ses sorts de maître de forge à distance.

“Tu as fait une excellente affaire. C’est un chef-d’œuvre comme j’en ai rarement vu de la part d’un faux mage. Sors-le en présence de mes filleuls et je te tue.” Aucune de ses paroles ne ressemblait à une plaisanterie.

“Tu sais ce qui ne va pas avec ?” Lith était sidérée.

“Les métaux magiques sont différents de ceux qu’un forgeron utilise normalement. Ils ont presque un noyau qui leur est propre et qui leur donne presque la vie.” Faluel acquiesça. “As-tu déjà entendu le dicton selon lequel les artisans mettent leur âme dans leurs créations ? C’est vrai, surtout pour les maîtres de forge.

“Plus l’un d’entre nous travaille longtemps sur un métal mystique, plus il nous prend de l’énergie. C’est notre énergie qui compose leurs pseudo-noyaux, si bien que tu pourrais les comparer au travail d’un nécromancien.

“Tout comme il y a des morts-vivants moins importants et plus importants, il y a des artefacts moins importants et plus importants. Ton épée fait partie de ces derniers.”

“Est-elle vivante ?” Lith pouvait sentir Guerre bourdonner de puissance, comme si elle essayait de communiquer avec lui.

“Non. La comparaison entre les deux arts ne va pas aussi loin. Sans cerveau ni force vitale, il ne peut y avoir de vie, mais il peut y avoir de la volonté. Chaque fois que vous fabriquez quelque chose, vous ne cherchez que la perfection parce que vous ne pouvez vous permettre aucune distraction.

“Les maîtres de forge exceptionnels parviennent cependant parfois à imprégner leur volonté dans le pseudo-noyau, tout comme n’importe quel bon mage le fait avec les sorts de niveau cinq. La différence, c’est que les sorts sont éphémères alors que les artefacts sont éternels.” dit Faluel.

“Signification ?”

“Cela signifie que cette épée porte deux volontés, ou dans ton cas, peut-être même trois si Solus peut s’en charger. Chaque fois qu’elle frappera ou qu’elle emploiera ses compétences, la volonté persistante de son créateur se battra à tes côtés. La guerre t’enseignera et apprendra de toi.”

Faluel resta en silence pendant un moment, laissant à Lith le temps de comprendre à quel point l’existence de Guerre était réellement complexe.

“Maintenant, pars. Je t’appellerai dès que j’aurai terminé mes préparatifs. Je t’enseignerai les mêmes choses qu’à Solus, mais je ne les enseignerai pas de la même façon. L’hiver m’a laissé débordé et je crains que bientôt le Conseil humain ne fasse des siennes, alors prépare-toi.”

***

Région de Kellar, ville de Jambel, quelques jours plus tard.

En tant qu’archimage, Lith avait reçu d’innombrables invitations de la part de seigneurs féodaux de tout le royaume du Griffon. Il les avait poliment mais fermement refusées car il n’avait aucune envie d’être impliqué dans une quelconque politique.

Lith n’avait accepté celle du baron Eiros Wyalon que parce que le baron était l’un des rares nobles qu’il avait rencontrés en tant que Ranger qu’il respectait et qu’il avait profité de l’occasion pour emmener sa famille.

Jambel était la seule ville où il avait été traité avec respect dès son arrivée et ses habitants l’avaient aidé au mieux de leurs capacités sans avoir peur de risquer leur vie.

De plus, le baron n’était pas un politicien mais un honnête homme, et les mines d’argent de Zolgrish le Liche étaient mûres pour être exploitées. Avec le printemps qui rendait le climat agréablement frais et sa famille qui voulait voir les endroits où Lith avait vécu ces deux dernières années, il pouvait faire d’une pierre plusieurs coups.

Jambel était une ville forteresse de taille moyenne, entièrement construite en pierre.

Elle était trop éloignée des routes commerciales pour dépendre des marchands, elle a donc été conçue pour être autosuffisante tout au long de l’année. Jambel a été construite près de deux grands lacs, qui fournissaient du poisson et de l’eau douce, tandis que des champs cultivés entouraient les murs de la ville jusqu’aux bois avoisinants.

Ces derniers étaient la principale source de gibier et de bois, c’est pourquoi les habitants de Jambel les traitaient avec beaucoup de respect. Ils plantaient deux arbres pour chaque arbre abattu et utilisaient le roulement pour leur donner le temps de grandir.

Contrairement à la plupart des villes, Jambel n’avait pas de bidonvilles. Même les maisons les plus pauvres étaient en pierre et les seuls bâtiments en bois étaient des cabanes à outils….


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser