Supreme Magus chapitre 925

Réunion secrète Partie 1 |

Traducteur: Ych
———

“Je ne veux pas être insistant, mais depuis que tu t’es inscrit au Griffon blanc, tu as rendu de grands services au royaume et tu as été payé en conséquence. Pourquoi ce soudain changement d’avis ?” demande la marquise Distar.

“Qui a offert son cœur, son corps et son âme au royaume plus que Phloria Ernas ?” La voix de Lith était froide comme la pierre. “Pourtant, cela ne l’a pas empêchée de subir un sort injuste. Elle n’est encore qu’une capitaine, n’est-ce pas ?”

“Ton jugement est irréfléchi. Rien n’a été décidé et elle peut être acquittée à tout moment.” La marquise se trouvait maintenant sur un terrain instable.

Le procès de Phloria, toujours en cours, était une note acide que tous les amis et les ennemis des Ernas jouaient en permanence. Les premiers exigeaient l’acquittement et des excuses, tandis que les seconds réclamaient un châtiment exemplaire.

“Un procès qui n’aurait même pas dû commencer et qui pourtant, dans quelques mois, aura un an. Si la politique peut pousser une famille aussi puissante que les Ernas à un tel degré, je préfère rester en dehors avant qu’elle ne transforme mes bénédictions en malédictions. Comment va Brinja ?” demanda Lith.

Dans les cercles sociaux du royaume du griffon, demander des nouvelles d’un parent était la façon polie de mettre fin à une discussion. La marquise a compris sa dérive et a déplacé la conversation vers des sujets moins controversés, comme le développement du comté de Lustria.

“Tu veux te joindre à nous, Trequill ?” Elle avait remarqué depuis un moment que l’homme excitable attendait le bon moment pour intervenir. L’avenir du royaume ou d’un Grand Mage n’étaient pas à la portée d’un noble de campagne.

“Avec plaisir, chère Marquise.” Le comte Lark sauta littéralement sur l’occasion, faisant sortir son monocle de l’orbite.

Le comte Lark n’avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois que Lith l’avait vu en personne. Il avait une cinquantaine d’années, mesurait environ 1,83 mètre et était mince, ce qui le faisait paraître encore plus grand.

Le comte avait d’épais cheveux noirs avec des mèches grises et un bouc court. Son inséparable monocle à monture noire était attaché à sa poche de poitrine par une ficelle de soie bleue.

“Comment vont les choses pour la famille Lark, cher comte ?” dit Lith pendant qu’ils se serraient la main.

” Ça pourrait aller beaucoup mieux. ” Lark soupira. En regardant comment Lith était devenu aussi grand que lui et en pensant à ses exploits, Lark regrettait que les rumeurs selon lesquelles Raaz était son fils illégitime soient des mensonges. “Remercie Dieu que nous ayons eu trois Rangers cet hiver.

“Le problème n’est pas les morts-vivants, mais la panique qu’ils provoquent. Tous ceux qui sont morts au cours des derniers mois ont vu leur cadavre décapité et quelques villages ont été décimés à cause de violents cas d’hystérie collective.”

“C’est la même chose partout.” Lith haussa les épaules. “Dans le nord, un voyageur qui atteignait un village la nuit ne vivait pas pour voir le jour. Les gens avaient tellement peur qu’ils tuaient sans pitié tout étranger qui frappait à leur porte.

“Comment vont Jadon et Kelya ?”

“Très bien, vraiment très bien. Peut-être trop. Après avoir acquis les biens de ma défunte épouse, je les ai laissés diriger un comté chacun pendant que je supervisais leur travail. Nos comtés se sont tellement développés que mes enfants ont failli ne pas assister à leur propre mariage.

“Ne deviens jamais un seigneur féodal, cher Lith. Cela te pompe l’âme.” dit Lark avant de remarquer que la Marquise lui lançait un regard noir.

“Bonjour, Lith. Où étais-tu passée ? Tu nous as tous manqué à l’académie du Griffon blanc.” Une douce main lui tapota l’épaule, l’incitant à se retourner.

“Professeur Wanemyre, je croyais que tu détestais les événements sociaux. Te rencontrer ici est une si agréable surprise.” Lith lui fit une révérence et lui baisa la main.

Lyca Wanemyre était l’un de ses professeurs préférés et la femme qui lui avait enseigné tout ce qu’il savait sur le Forgemastering.

C’était une femme d’une trentaine d’années, mesurant 1,65 mètre, avec des cheveux noirs à la taille retenus par des nuances de rouge. Elle portait une robe de soirée et des gants qui mettaient en valeur ses doigts longs et agiles.

Même le tissu bouffant ne parvenait pas à cacher ses courbes douces et pulpeuses. C’était l’une des rares occasions où le professeur Wanemyre se maquillait, ce qui faisait ressortir son joli visage en forme de cœur et la faisait paraître plus jeune que son âge.

Avant la trahison de Nalear, Wanemyre avait une attitude calme et posée, mais après avoir été possédée par un réseau d’esclaves, elle était devenue paranoïaque et froide. Wanemyre avait cessé de faire confiance aux gens, vivant en recluse depuis plus de deux ans.

Pendant la période où il était professeur adjoint, Lith avait assuré la liaison entre ses quartiers privés et le monde extérieur. Il s’était occupé des cours théoriques et pratiques de Forgemastering pendant qu’elle luttait contre le stress post-traumatique causé par les ordres de Nalear.

“C’est en fait la première fois que je sors du Griffon Blanc depuis… l’accident.” Ses yeux se voilèrent une fraction de seconde tandis que les fantômes du passé tentaient de l’entraîner à nouveau dans son enfer personnel.

Wanemyre prit une profonde inspiration et retrouva sa concentration.

“Tu n’appelles jamais, tu ne rends jamais visite, alors j’ai pensé que rencontrer mon élève préféré était l’occasion parfaite de voir à quel point mes compétences sociales sont rouillées. Es-tu sûr de ne pas vouloir devenir maître de forge royal ? Je serais ravie de t’avoir à nouveau comme élève.”

Lyca Wanemyre était l’un des maîtres de forge royaux les plus jeunes et les plus talentueux de sa génération. C’était l’une des raisons pour lesquelles le défunt directeur Linjos avait fait d’elle un professeur malgré le fait qu’elle était bien plus jeune que ses pairs.

Même ses actions lors de la trahison de Nalear n’avaient pas affecté les compétences ou la réputation de Wanemyre. Lith avait envisagé de lui demander son aide pour apprendre la forge des runes après qu’Orion eut décliné sa demande, mais le prix demandé par le royaume était trop élevé.

Au cours de la soirée, Lith rencontra le professeur Vastor et le directeur Marth, qui furent sidérés d’apprendre que l’enfant de Rena avait survécu.

“Si tu as trouvé Manohar, ne pas révéler sa position est un acte de trahison”. dit Marth, mi-plaisantant et mi-sérieux.

“Si c’était le cas, je te le livrerais dans un sac mortuaire”. Lith dit d’une voix mortellement sérieuse. “C’est mon mentor qui a sauvé le gamin. C’est une guérisseuse incroyable et une personne encore plus incroyable.”

Vastor essayait de faire promettre à Lith qu’il leur présenterait un tel génie quand son père, Raaz, interrompit leur bavardage.

“Je suis désolé, professeurs, mais je dois voler mon fils pour un moment. C’est une affaire familiale mineure qui requiert encore son attention. Nous revenons tout de suite.” Raaz était beaucoup de choses, mais un bon menteur n’en faisait pas partie.

Tout le monde comprenait que quelque chose n’allait pas, mais faisait semblant de ne pas s’en apercevoir et ne posait pas de questions. Lith craignit un instant qu’il ne soit arrivé quelque chose à Falco, mais il aperçut Rena qui discutait aimablement avec Quylla.

Aucune force sur Mogar ne pouvait empêcher Rena d’approcher son fils s’il éternuait, il devait donc s’agir d’autre chose. Raaz conduisit Lith vers un passage pour les domestiques, puis vers une ouverture secrète dans le mur.

Lith se retrouva à l’intérieur d’un salon caché, sans fenêtre ni porte, sauf celle par laquelle il était entré. La pièce entière était faite de pierre solide et si fortement enchantée que Lith pouvait sentir les poils de son cou se dresser.

La pièce n’était meublée que d’une longue table ovale et de nombreuses chaises en bois rembourrées. Il n’y avait aucune source de lumière, à l’exception des pierres précieuses magiques incrustées dans les murs, ce qui donnait à l’endroit un aspect encore plus claustrophobe.

C’était l’endroit idéal pour les tortionnaires et les conspirateurs, aussi Lith fut-il surpris lorsqu’il remarqua que la personne qui l’attendait était Orion et non Jirni.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser