Supreme Magus chapitre 812

Le secret de Laruel Partie 2 |

Traducteur: Ych
———–

“C’est un traître à notre race. Il a échangé les dons de la vie contre ceux de la mort. Son cadavre n’a pas sa place sur notre terre sacrée. Seul le feu peut purifier ses restes et en le transformant en cendres, son esprit sera purifié du mort-vivant et pourra repartir à zéro une fois qu’il aura refleuri.” dit un Treantling.

Friya claqua des doigts et le saule séché fut bientôt transformé en cendres et emporté par le vent. Une fois tué, un thrall perdait toute la vigueur que son noyau de sang lui accordait et son corps revenait à l’état ratatiné que lui avait infligé le fait de nourrir constamment son maître.

“Je dois dire que je ne me serais jamais attendu à ce qu’une femme humaine soit aussi forte et puissante. Te regarder tuer un sale Grendel était… excitant.” Un Dryade mâle ne portant rien d’autre qu’un sourire et arborant un pack de six abdominaux sur lequel on pourrait râper du fromage dit en attrapant la hanche de Phloria.

“J’espérais que tu pourrais me montrer d’autres de tes mouvements, si tu as le temps.” Le dryade était plus que séduisant et assez grand pour la regarder dans les yeux. Pourtant, Phloria lui a juste attrapé le poignet avant qu’il ne puisse aller plus loin et s’est contentée de dire :

“Merci, mais non. Je suis en mission et je n’ai aucune idée de qui je peux croire. Il pourrait y en avoir un autre comme lui caché parmi vous.”

À ses mots, tous les êtres végétaux se regardèrent avec des yeux pleins de suspicion, du moins jusqu’à ce que Lith tapote chacun d’entre eux en faisant semblant d’utiliser un sort de diagnostic.

“Vous êtes tous purs, il n’y a plus de thralls ici. Vous pouvez arrêter de douter les uns des autres et peut-être que vous pourriez nous aider.” dit Lith. “Avez-vous remarqué…”

Il fut coupé court lorsque la femelle épine l’étreignit par derrière, serrant ses seins pleins contre son dos. Sa forme était maintenant parfaitement comprimée, ce qui lui donnait l’apparence d’une femme humaine à la peau émeraude et aux cheveux blonds.

Chaque partie de son corps était douce et chaude. Son toucher était une caresse sensuelle.

“Je ne me sens pas très bien. C’est sans doute parce que j’ai partiellement fusionné avec cette ordure. Je pense que j’ai besoin d’un examen plus approfondi.” dit-elle.

“Non, tu n’en as pas besoin.” Lith a répondu en la repoussant doucement mais fermement. Il en avait assez de ces manigances.

‘Bon sang ! Les plantes sont complètement folles, elles ne s’intéressent vraiment à rien d’autre qu’au pouvoir. Il y a une minute, elle voulait me frapper, maintenant elle veut me manger. Je ne leur ferais pas confiance même si j’étais encore célibataire’. Il réfléchit.

“Nous cherchons le dernier quartier général connu d’Erlik.” Tous les êtres végétaux pointèrent du doigt la maison-arbre la plus flétrie, à quelques mètres d’eux. Lith fut soulagé de remarquer que le dryade et l’épine ne semblaient pas fâchées d’avoir été rejetées, juste déçues.

“Avez-vous remarqué quelque chose ou quelqu’un de suspect par ici ?” Il demanda, recevant tellement de réponses à la fois qu’il dut les interroger un par un. Il s’est avéré que les plantes étaient assez paranoïaques pour faire partie de la ligue de Lith.

Non seulement ils se pointaient du doigt les uns les autres, mais aussi tous les habitants du voisinage.

“D’accord, laissez tomber. Avez-vous une idée de la raison pour laquelle même les maisons voisines sont en partie flétries ?” Lith répétait les questions que Kalla lui chuchotait à l’oreille à l’aide d’un sort.

L’enthousiasme de la bataille avait momentanément fait oublier son existence au folk des plantes et elle voulait exploiter la situation aussi longtemps qu’elle le pourrait. Dès qu’ils la remarqueraient à nouveau, dans le meilleur des cas, ils refuseraient de l’aider.

Dans le pire des cas, Kalla devrait à nouveau se battre.

“Aucune idée, mais nous avons aussi trouvé cela inquiétant et nous l’avons signalé aux gardes. Pourtant, même eux n’ont pas trouvé d’explication décente.” dit un Epine mâle. “Nous pensions que c’était dû à quelques infectés qui se nourrissaient d’eux ou parce qu’Erlik et ses sbires avaient empoisonné le sol, mais ce n’est pas le cas.

“Comme tu l’as souligné, ils auraient dû se rétablir à ce stade. Même si les maisons ne sont pas des plantes, elles possèdent des capacités de régénération assez puissantes. Les morts-vivants ont été mis en fuite il y a plusieurs jours et les bâtiments ont été contrôlés pour vérifier qu’ils n’étaient pas infectés.

“Tout s’est avéré clair et pourtant…” Il pointe du doigt les feuilles mortes et les fenêtres noircies.

Si toutes les maisons du pâté de maisons fleurissaient comme si c’était le printemps, la planque d’Erlik semblait tout juste sortir de l’hiver tandis que les maisons voisines semblaient être au début de l’automne.

“Je me demande pourquoi Erlik n’a pas infecté les maisons-arbres. Elles feraient un puissant juggernaut.” Friya demande, attirant l’attention indésirable des créatures mâles et femelles.

“Les bâtiments de Laruel ne sont pas aussi vivants que toi et moi”. Une femelle épine a tenté de saisir Friya, mais elle a esquivé à temps. “Ils n’ont pas de sensibilité et n’en auront jamais. Ils sont cultivés dans le but de donner à chacun d’entre nous un endroit où vivre.

“Ils ne sont qu’un moyen de parvenir à une fin, comme votre bétail”.

“Pourquoi dis-tu qu’ils n’acquerront jamais la sensibilité ? Laruel semble abondant en énergie du monde et ce sont des êtres vivants. En plus de cela, leur capacité à répondre à la volonté de leur propriétaire leur donne déjà l’air d’être presque sensibles.” Friya a également esquivé les bras puissants d’un Tréantling.

“Ce “presque” fait toute la différence. Les maisons-arbres ne sont que des arbres ordinaires, mais le fait d’être plantés dans Laruel leur confère des propriétés particulières. Ce que tu as pris pour de l’intelligence n’est que l’énergie de L’aubier du monde qui les traverse.” dit la femelle épine qui avait dragué Lith.

” L’aubier du monde ? ” demande Lith.

“La progéniture de l’Arbre-Monde, le premier et le plus ancien de tous les êtres végétaux. Non seulement ils sont vivants, mais ils sont aussi la seule raison pour laquelle notre royaume existe pacifiquement depuis des siècles.

“Les aubiers du monde fournissent à chaque ville suffisamment de pouvoir magique pour permettre la vie quotidienne et nous protéger de tous les intrus. Ils sont les véritables dirigeants de notre royaume puisque chaque ville n’est rien d’autre qu’une manifestation de leur pouvoir.”

“Là, tu m’as perdue.” Phloria était à deux doigts de commencer à couper les mains et les têtes si quelqu’un essayait à nouveau de la tripoter ou de la caresser, mais elle ne pouvait que faire la grimace. Elle pouvait reconnaître le regard des plantes.

C’était le même regard que celui de ses prétendants trop désespérés ou trop ivres qui lui révélaient des choses dont ils ne devraient pas parler, juste pour essayer de l’impressionner. La bagarre semblait les avoir plongés dans une frénésie d’accouplement.

Les faire sortir de leur état aurait probablement signifié qu’ils redeviendraient hostiles.

“Si ces aubiers du monde sont si puissants, pourquoi avez-vous même un dirigeant ? Pourquoi n’arrêtent-ils pas Erlik ?” Demande-t-elle.

“Vous, les humains, vous appelez les Arbres-mondes des “liches végétales”, mais ils sont bien plus que cela. Une créature aussi puissante ne raisonne pas comme un simple mortel. Ils choisissent un endroit où l’énergie du monde est abondante pour s’y installer et se concentrent ensuite entièrement sur la recherche de la connaissance.

“Comme les Liches, ils sont tellement absorbés par leurs recherches magiques et leurs tentatives d’atteindre la prochaine étape de l’évolution qu’ils en oublient tout le reste, mais contrairement aux morts-vivants, ils sont vivants et bienveillants.

“En échange de connaissances et de ressources, ils nous accordent leur protection et confèrent au dirigeant élu de chaque ville-état une fraction de leur pouvoir.”

“En échange de connaissances ?” Lith lui fait écho.

“Oui. Nous partageons avec eux tous nos sorts, nos recherches magiques, notre littérature, nos arts, tout. C’est un petit prix à payer pour une vie paisible.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser