Supreme Magus chapitre 787

Javvok Partie 1 |

Traducteur: Ych
———–

Lith éprouvait des sentiments contradictoires depuis qu’il avait marché plus d’un kilomètre dans les chaussures de Yondra. Depuis qu’il était tout petit, il avait toujours poursuivi ses ambitions, passant moins de temps avec ses proches au fur et à mesure qu’il montait en puissance.

Il craignait de commettre les mêmes erreurs que Yondra et de se réveiller un jour pour se rendre compte de tout ce qu’il avait perdu alors qu’il était trop tard. Les paroles de Raagu sur la courte durée de vie des humains par rapport aux Éveillés résonnaient dans son esprit, faisant douter Lith de son chemin dans la vie pour la première fois depuis des années.

Après leur retour à la maison, Lith décida de prendre un peu de temps libre pour ses recherches et de le passer avec sa famille. Son congé était sur le point de se terminer et avec tout ce qui s’était passé, il avait fait passer Kamila en premier pendant trop longtemps.

Il voulait s’assurer que sa famille sache à quel point elle comptait pour lui, même si cela signifiait prendre du retard sur son emploi du temps.

***

Quelques jours plus tard, alors qu’ils prenaient le thé de l’après-midi dans les quartiers de Quylla, Friya entra triomphalement en tenant un parchemin dans sa main droite.

“Ça n’a pas été facile, mais j’ai enfin réussi. J’ai trouvé un endroit qui répond aux exigences de tout le monde pour notre voyage de loisir. À cause du printemps, les grottes de Rothar sont devenues un donjon infesté par une race de monstres encore non identifiée.”

“Et en quoi est-ce intéressant ?” demande Lith.

“Les grottes de Rothar sont proches de la ville commerciale de Javvok, ce qui signifie que nous pouvons dormir dans un bon hôtel et que Kamila peut venir nous voir quand elle le souhaite grâce au portail de la ville, petit malin.” Friya répond.

“J’ai compris cette partie.” Lith la réprimande. “Je veux dire pourquoi les monstres et surtout, pourquoi nous ? Ils ne peuvent pas se débrouiller tout seuls ?”

“Bien sûr qu’ils le peuvent, mais ce n’est pas la question. Quylla veut pratiquer la magie offensive sous surveillance. Ce n’est pas comme si elle pouvait rôder sur les toits de la ville en espérant que des crimes se produisent, et elle ne peut pas non plus attendre que le prochain cinglé s’en prenne à elle.

“Les monstres sont la cible parfaite pour s’entraîner. Ils sont forts, laids, et tu ne te sens pas coupable quand tu les tues parce qu’ils traitent toutes les créatures vivantes comme nous traitons notre dîner.”

“Ça me va.” Phloria soupire. “J’ai besoin d’évacuer pas mal de frustration et un simple entraînement ne suffira pas. Je viens d’être suspendue de mes fonctions jusqu’à nouvel ordre.”

“Tu quoi ?” Les autres s’exclament à l’unisson.

“Le directeur Onia a tenu parole.” dit Phloria. “Un comité spécial a été formé pour évaluer les événements de Kulah et déterminer si quelque chose aurait pu être fait différemment.

“Jusqu’à ce que leur enquête soit terminée, je redeviens une civile.”

“Je dis que c’est des conneries !” dit Lith. “Une bande de gratte-papiers ne peut pas juger d’une situation de vie ou de mort en lisant des rapports tout en buvant du thé dans la sécurité de leur bureau.”

“Pourtant, c’est exactement ce qui va se passer.”

“Ne t’inquiète pas, frangine.” Quylla dit en la serrant dans ses bras. “Je suis sûre que papa et maman préféreraient les tuer plutôt que de laisser quelque chose de grave t’arriver. En plus, il y a le constable Griffon de ton côté.”

Phloria ne répondit pas. Elle était bien consciente de l’influence de la maisonnée Ernas, mais espérer que, malgré le fait que tant d’actifs importants du royaume aient été massacrés comme des poissons dans un tonneau, personne n’en serait tenu pour responsable n’était qu’une pensée naïve.

Quelqu’un devait assumer la responsabilité de ce qui s’était passé. Berion était trop haut placé dans la chaîne de commandement, tandis que ses soldats n’étaient que des simples soldats. Phloria était donc le seul membre vivant de l’expédition que l’on pouvait raisonnablement blâmer.

“Par curiosité, quelles étaient les autres conditions que tu devais remplir ?” Lith demande à Friya, pour détendre l’atmosphère et ne pas laisser Phloria s’appesantir sur les mauvaises nouvelles.

“Phloria voulait un endroit riche en trésors naturels pour ses expériences de maître de forge et je voulais quelque chose qui fasse bonne figure sur le CV de ma guilde du Bouclier de cristal.” Friya dit en leur tendant à chacun une pierre de mana en forme de bouclier rond.

“Vous êtes tous recrutés, au passage”.

“Quand est-ce qu’on part ?” demande Phloria.

“Quand on veut. Tout le monde est d’accord pour partir à l’aube ?” dit Friya.

Sa proposition fut acceptée à l’unanimité, puis ils reprirent leurs activités comme d’habitude. Lith retourna à ses recherches, Phloria s’enferma dans la Forge d’Orion pour s’occuper l’esprit, Quylla poursuivit son programme d’entraînement aux sorts de niveau cinq, et Friya commença à prendre des dispositions pour leur voyage.

Plus tard dans la nuit, Lith discuta des derniers détails de ses plans avec Kamila. Ils venaient de rentrer de Lutia, où ils avaient dîné tous les deux jours avec leurs deux familles, ce qui avait rendu tout le monde incroyablement heureux, sauf Lith.

Il avait l’impression que le malentendu s’aggravait tout comme les attentes de sa mère grandissaient de jour en jour, mais il ne pouvait pas faire grand-chose. Il voulait passer du temps avec ses proches et comme Zinya était leur voisine, il aurait été incroyablement impoli de tenir les deux sœurs à l’écart.

“Tu penses pouvoir arriver à Javvok sans trop te stresser ?” demanda Lith. “Tu travailles déjà beaucoup et je ne veux pas te charger d’une autre corvée”.

“Tu n’es pas une corvée, idiot.” Dit-elle en passant ses bras autour de son cou et en l’embrassant. “D’ailleurs, tant que tu m’attends de l’autre côté, sortir du portail des Ernas ou de celui de Javvok, c’est la même chose.”

“Bon sang, je n’ai pas encore quitté les lieux et tu me manques déjà”. dit Lith en passant ses mains dans son dos, puis plus bas.

“Depuis quand serrer mes fesses est une forme d’adieu ?” Elle glousse.

“Ça me manque déjà aussi.” Il répondit, heureux de la facilité avec laquelle une armure de marcheur de peau pouvait être enlevée.

***

Le lendemain matin, le groupe atteignit Javvok et alla s’enregistrer dans leur luxueux hôtel.

“C’est une perte d’argent.” Lith grommela, se maudissant de ne pas y avoir pensé plus tôt. “Pourquoi ne pas faire le trajet entre ici et la maison des Ernas au lieu de rester à l’hôtel ?”.

“Ce n’est pas une perte d’argent !” Friya le réprimande. “Si nous faisons l’aller-retour, ce serait comme si nous n’étions jamais partis, et en plus, tout le monde ici a besoin de se détendre à fond. Peut-être que tu vis notre maison comme un lieu de vacances gratuit, mais pour nous, c’est un rappel constant de notre devoir. En plus, des parents !”

” Tout à fait d’accord. ” Disent les deux autres femmes à l’unisson. Elles aimaient Jirni et Orion, mais après avoir passé tant de temps ensemble, elles commençaient à se sentir à nouveau comme des petites filles et avaient envie d’être traitées comme des adultes.

“Mon Dieu, cela fait des années que je n’ai pas pris de vacances. Et vous les filles ?” dit Phloria.

“Je crois que c’est ma première.” Quylla répond. À l’époque où elle était orpheline, la survie était sa priorité et une fois qu’elle s’était inscrite à l’académie du Griffon blanc, elle n’avait jamais cessé de pratiquer la magie plus d’une journée.

Elle n’avait jamais voyagé nulle part si ce n’est pour des questions liées au travail.

“Pareil.” dit Lith. Chaque fois qu’il ne travaillait pas pour l’armée ou sa famille, il avait passé tout son temps libre à l’intérieur de sa tour.

“Raison de plus pour ne pas faire le trajet. Il faut que vous restiez loin des livres et des laboratoires pendant un certain temps. Amusez-vous bien.” Friya a dit, laissant Lith pantois. Il n’avait aucune idée de comment s’amuser sans un ordinateur et quelques jeux vidéo.

Mogar n’offrait que peu de divertissements pour quelqu’un comme lui qui ne s’intéressait pas aux arts.

Chapitre soutenu par Urasage.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser