Supreme Magus Chapitre 363

La haine fraternelle, partie 1

Traducteur: TheCounterspell
——-

Camp d’entraînement de la région de la ville de Regharos

La cérémonie de remise des diplômes des cadets était un événement célébré non seulement par les nouveaux membres de l’armée du Royaume du Griffon, mais aussi par leurs commandants.

Trouver des diamants dans la nature et aider les recrus prometteurs à surmonter leurs limites est l’une des façons les plus courantes pour un sergent instructeur d’accumuler des mérites. La réussite ou l’échec de leurs cadets pouvait changer leur carrière.

Trion Proudstar se remettait encore de son affrontement avec Phloria Ernas. Elle avait tenu parole. Ni elle ni sa famille n’avaient fait un geste contre lui, mais l’armée n’était pas aussi indulgente.

Phloria était considérée comme l’un des jeunes officiers les plus remarquables. Elle n’avait encore jamais échoué dans une mission importante et la plupart des soldats qu’elle avait formés étaient devenus membres d’unités d’élite.

À l’époque où elle était encore cadette, Trion avait tout fait pour la faire échouer.

Maintenant que leurs rôles étaient inversés, chaque réussite de Phloria lui valait de sévères réprimandes et des regards méprisants. Pour ses supérieurs, Trion n’avait pas su reconnaître sa valeur. Plus elle montait en grade, plus la tache sur son dossier personnel s’agrandissait.

La seule source de soulagement de Trion était la camaraderie de ses collègues sergents. Ils savaient pour son frère et comprenaient son chagrin. La plupart d’entre eux venaient de familles perturbées et chacun avait son propre fardeau.

Faire une erreur stupide n’était pas un problème. Tant que Trion était prêt à en tirer des leçons, il aurait tout leur soutien. La fin du semestre signifiait également qu’ils pouvaient enfin se détendre et profiter d’un repas lent.

Le mess était rempli de voix racontant les anecdotes les plus ridicules sur leurs propres cadets. Les recrues du printemps étaient considérées comme le pire lot, car il était généralement composé de nobles ou de jeunes paresseux qui ne savaient pas quoi faire de leur vie.

“Ce cadet que j’ai eu, Revkin, c’était vraiment un sacré numéro.” Trion plaisantait à propos de son dernier succès. “Rude et indiscipliné, mais un vrai soldat jusqu’au bout des ongles. Plus tu lui donnais du fil à retordre, plus il apprenait vite…”

Il s’apprêtait à raconter à ses amis comment il avait recommandé Revkin pour le grade de caporal suppléant, lorsqu’un sentiment étrange lui a parcouru la peau. C’était presque la fin de l’été, le climat était donc encore chaud, et pourtant Trion sentait un nœud dans son estomac.

C’était une sensation qu’il n’avait jamais oubliée, comme les courants d’air froid qui sévissaient dans sa chambre en hiver, lorsqu’il était encore enfant.

“Pourquoi ce silence soudain ?” Demanda Beligros, l’un des amis les plus proches de Trion, lorsqu’il le vit regarder anxieusement l’entrée du mess.

La réponse franchit la porte quelques secondes plus tard, revêtant le vert profond des Rangers et le grade de premier lieutenant sur ses manches.

“Par la Grande Mère.” Plus d’une voix s’est exprimée alors qu’il passait devant leurs tables. La plupart des sergents instructeurs examinèrent Lith, enviant celui qui avait eu la chance d’être son commandant.

Tout dans sa façon de bouger et de porter l’uniforme leur disait qu’il venait d’être diplômé. La formation d’un officier à partir d’un cadet est généralement un événement qui permet de faire carrière. Certaines femmes sergents l’ont approché pour des raisons moins nobles.

Lith avait dû déployer beaucoup d’efforts pour trouver Trion parmi la myriade de camps d’entraînement qui existaient dans tout le royaume de Griffon. Pour avoir accès au bon sans raison officielle, il lui avait fallu s’acquitter de quelques faveurs. Ses relations ne pouvaient pas faire grand-chose.

L’influence de Lith en dehors du marquisat de Distar était quasi nulle, mais c’était un prix qu’il était heureux de payer pour le bien de sa mère. Il n’avait jamais réalisé à quel point l’absence de Trion avait fait souffrir Elina, sinon il aurait traqué son frère il y a des années.

“Sergents.” dit Lith en les saluant après avoir atteint la table de Trion. Il était inhabituel pour un officier de saluer les sous-officiers en premier, mais étant fraîchement promu, Lith leur rendait le respect que leur rang et leur ancienneté méritaient.

Tous les amis de Trion furent agréablement impressionnés par la courtoisie dont le géant faisait preuve à leur égard, alors ils se levèrent et rendirent le salut. Tous sauf Trion. Ses genoux se sentaient faibles alors que le nœud dans son estomac remontait rapidement jusqu’à sa gorge.

La scène qui se déroulait devant lui sortait tout droit de son pire cauchemar.

“Qu’est-ce que tu fais ici ?” Trion a demandé en utilisant sa seule volonté de regarder Lith dans les yeux alors qu’il se préparait à l’impact.

“Il faut qu’on parle.” Le regard de Lith n’était ni en colère ni menaçant. Son ton était plat, comme s’il demandait simplement son chemin dans une ville inconnue.

“Qu’est-ce que tu fais, mec ?” Beligros chuchote tout en essayant de tirer Trion vers le haut.

“Il est peut-être aussi vert à l’intérieur qu’à l’extérieur, mais il reste un officier supérieur et tes gestes sont un acte d’insubordination manifeste.”

Trion voulut répondre, mais sa mâchoire était serrée si fort qu’il ne pouvait pas parler. C’est alors que le cauchemar est devenu réalité.

“Pas besoin de formalités, sergent Beligros. Après tout, Trion et moi sommes frères.” Tout le mess se leva à ces mots, tandis que Beligros pâlit en sachant que ses paroles irrespectueuses avaient été entendues.

‘Bon sang, j’essayais juste de faire bouger Trion. J’espère que ce type n’est pas rancunier’ pensa-t-il.

“Qu’est-ce que tu veux ?” Trion a répondu d’une voix rauque. Quoi qu’il en soit, il voulait que cela se termine rapidement. Il pouvait presque entendre les pensées de tous ses pairs, qui faisaient des comparaisons cruelles entre les deux frères.

Lith était l’homme le plus grand de la pièce avec ses 1,83 (6′) alors que Trion atteignait à peine la taille moyenne de 1,65 (5’5″). Pour ne rien arranger, il n’était plus un enfant maigre. Lith avait la carrure que l’on attend d’un vétéran d’une unité d’élite, pas celui qu’on attend d’une recrue.

De plus, son rang juste après la remise des diplômes et le fait qu’il fasse partie des Rangers étaient des indices importants pour toutes les personnes présentes. Ils signifiaient qu’il était un mage. Sinon, quel que soit le talent d’un cadet, être promu au-delà du grade de caporal juste après un camp d’entraînement était impossible.

“C’est à propos de notre mère. Elle s’inquiète toujours pour toi. Ça te dérangerait de me dire pourquoi, en deux ans et demi, tu n’as jamais pris la peine de rentrer à la maison ou au moins d’écrire une lettre ?” La pièce devint silencieuse. Lith était différent de l’image que Trion s’était faite de lui.

Trion leur avait toujours dit que sa famille l’avait abandonné, alors entendre parler d’une mère inquiète était une nouvelle hallucinante.

“Tu veux vraiment me faire croire qu’elle se soucie de moi ? Après m’avoir ignoré pendant des années, en donnant tout son amour et son attention à son petit fils parfait ?” Les mots de Trion suintaient le poison.

“Écoute, je sais que nous ne nous sommes jamais entendus.” Lith soupire, pourtant les accusations de son frère le laissent de marbre. Il ne se souciait pas des griefs de Trion. Pendant toutes ces années, il l’avait cru mort.

‘Quel est ce monde où l’on ne peut même pas faire confiance aux assassins ? Pendant la peste, ils m’ont menacé de le tuer si je ne me rendais pas, et pourtant nous voilà.’

“Aucun de nous ne mérite une mère comme Elina et tu le sais. Ne laisse pas tes sentiments à mon égard obscurcir ton jugement. Elle mérite mieux.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser