Supreme Magus Chapitre 32

L'invitation du comte Lark

Traducteur: TheCounterspell

———————————-

Tout s’est passé d’une façon étrange. Lith a reçu une lettre au lieu d’un appel holograme et bien qu’elle lui soit adressée, elle a été livrée chez Nana.

En tant qu’hôte, Nana a pris la liberté de la lire avant de la lui remettre. Elle était simplement préoccupée par le bien-être de Lith, bien sûr.

La lettre disait d’une écriture parfaite :

“Cher Lith,

“Merci encore d’avoir tué la bête magique monstrueuse. Tu as servi le Comté de Lustria et tu mérites d’être récompensé en conséquence. A cette fin, je voudrais que tu me rejoignes dans mon manoir dans dix jours après réception de cette lettre. Nous avons beaucoup à discuter. Je t’invite à me contacter dès que possible via l’amulette de communication de Lady Nerea.

Comte Trequill Lark.”

« Qu’est-ce que cela signifie ? Cela semble si sérieux que c’en est presque inquiétant. Ça ne ressemble pas à quelque chose qu’une personne joyeuse et pleine d’entrain comme le comte écrirait. » Demanda Lith à Nana

« Hmmm. » Nana hocha la tête, désireuse d’éviter l’accusation outrageuse d’être curieuse.

« Je peux sentir les bonnes et les mauvaises nouvelles.

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a rien de grave. Malgré le ton sombre, digne d’un ordre de paiement, Lark a utilisé une lettre. Cela signifie qu’il n’y a rien d’urgent ou d’important, puisqu’il pouvait se permettre d’attendre la livraison et la réponse.

La mauvaise nouvelle est que tout ce qui précède pue la formalité et l’étiquette. Je crains que tu ne passe une journée entière à t’ennuyer, en t’occupant de toutes les affaires officielles concernant tes prix et autres. Comme je le dis toujours, petit lutin, aucune bonne action ne reste impunie ! »

‘C’est ma réplique !’ Cria Lith intérieurement. ‘Non seulement tu ouvres mon courrier, mais en plus tu me voles mon truc ?’
Même l’appel hologramme suivant était gênant. Le comte Lark était inhabituellement calme et posé, réussissant à ne pas poser de questions à Lith sur la magie, et il n’a pas perdu son monocle une seule fois pendant l’échange.

Après avoir entendu que Lith avait accepté son invitation, il a déclaré que son tailleur personnel passerait plus tard pour prendre les mesures de Lith, et qu’il enverrait sa diligence à la date fixée, une heure après l’aube devant la maison de Nana.

Puis, le comte a poliment mais promptement mis fin à l’appel, disant qu’il avait beaucoup de choses à faire. Pour Lith, c’était comme parler à un parfait inconnu.

Le tailleur est arrivé moins d’une heure plus tard et il n’a pas donné à Lith un regard méchant ou une remarque désagréable. Au contraire, il l’a reconnu au premier coup d’œil et l’a complimenté sur sa taille.

Bien qu’il n’ait que huit ans et demi, Lith mesurait déjà plus d’un mètre et trente-cinq centimètres, et dans le comté de Lustria, tout homme dépassant 1,75 mètre était considéré comme grand.

« Continue à grandir si vite et bientôt tu seras aussi grand que le comte, jeune homme. »
Après le départ de l’homme, Nana a sifflé de surprise.

« Grands dieux, je le connais. C’est le tailleur qui prépare personnellement les vêtements de la famille d’Alouette. C’est encore pire que ce que je pensais. Cette occasion doit être quelque chose de vraiment important, comme être invité à un bal.
C’est un de ces rares moments où je suis heureux de ne plus faire partie de la haute société. Prépare-toi à de longs silences gênants, à des bavardages insupportables et à être promené comme une sorte de bête exotique. »

Lith passa les dix jours suivants dans sa routine habituelle, s’obséder sur les paroles de Nana était inutile, puisqu’il avait déjà pris ces choses en considération lorsqu’il avait décidé de resserrer sa relation avec le comte.

Sauf la danse, bien sûr. Lith avait toujours détesté danser, même sur Terre, surtout à cause de ses deux pieds gauches. Mais même cela ne l’inquiétait pas beaucoup, il n’avait aucun moyen d’apprendre les danses de la Cour en si peu de temps.

Même s’il parvenait à trouver un livre sur le sujet et à l’ajouter à Soluspedia, ce qui n’était pas gagné, il aurait toujours besoin de s’entraîner. Il ne pouvait que se résigner et endurer.

Lorsque le jour fatidique arriva, une luxueuse diligence s’arrêta devant la maison de Nana. Elle était toute blanche, avec les décors peints en or, tirée par quatre étalons blancs comme neige.

Un valet en descendit, s’inclinant devant Lith avant de lui remettre une petite boîte en bois.

« Monseigneur, voudriez-vous vous changer dans votre nouvelle tenue, avant de monter dans la diligence ? »

Tant de respect était stupéfiant pour Lith, il s’inclina donc en retour sans un mot, avant d’aller se changer dans les quartiers d’habitation de Nana.

Il est sorti vêtu d’un pantalon en velours bleu foncé sur des chaussures en cuir dur, d’une chemise en soie blanche comme neige et d’un blazer assorti au pantalon, avec l’écusson de la famille du comte brodé en or au-dessus de son cœur.

‘Superbe ! Je porte probablement plus d’argent que ce que vaut la ferme de ma famille. A en juger par le blason, je suppose que Nana avait raison. Lark va me présenter à quelqu’un, et il faut que ce quelqu’un sache à qui j’appartiens.’

Il était seul dans la diligence. Après lui avoir ouvert la porte, le valet est allé s’asseoir à côté du cocher.

Malgré la vitesse remarquable des chevaux, le trajet dura plus d’une demi-heure. N’ayant rien à faire, Lith a passé tout ce temps à utiliser l’Accumulation. Son noyau de mana d’un cyan profond n’avait pas encore changé d’une seule nuance, il avait définitivement besoin de plus de travail.

Lorsque la diligence s’est finalement arrêtée, Lith a regardé par la fenêtre, pour découvrir qu’ils étaient juste aux portes du domaine.

Deux soldats entièrement armés ont parlé au cocher, inspectant l’intérieur, le dessus et le dessous de la diligence avant de les laisser passer.

Ils sont partis à toute vitesse, des gardes armés jusqu’aux dents qui ont effectué un contrôle complet de la diligence. ‘Peut-être que Nana avait tort, ça semble de plus en plus urgent.’

Une fois passé la porte, et au-delà des hauts murs gris, la diligence a ralenti, permettant à Lith d’avoir une vue d’ensemble du manoir. Le parc autour du manoir s’étendait à perte de vue.

L’air sentait l’herbe coupée, des parterres de fleurs et des buissons finement taillés ornaient les chemins pavés qui traversaient tout le parc.

A mi-chemin entre la porte et le manoir, il y avait une place, entourée de bancs. En son centre, il y avait un énorme piédestal avec une statue en marbre de quelqu’un dont Lith supposa qu’il devait être soit le premier comte Lark, soit un ancêtre dont ils étaient fiers.

Le manoir lui-même était plus grand qu’il ne l’avait imaginé, s’étendant sur au moins 3 000 mètres carrés, divisé en un bâtiment principal, une aile gauche et une aile droite formant un U inversé.

Il lui a fallu près de cinq minutes supplémentaires pour arriver à l’entrée du manoir.

Plus il regardait autour de lui, plus il sentait que quelque chose n’allait pas. Un des plus grands changements qui s’est produit après que le noyau de mana de Lith ait évolué vers le cyan, c’est qu’en plus de ses cinq sens, son instinct s’est grandement amélioré.

Il était capable de sentir les dangers cachés, comme avec le Ry, et de saisir plus facilement le comportement réel et les intentions de quelqu’un. Ainsi, il n’a pas manqué qu’il y ait trop peu de serviteurs autour de lui, et ceux qu’il a réussi à repérer avaient tous une expression tendue.

Un majordome en livrée blanche et bleu profond l’accueillit avec une profonde révérence.

« Le Comte m’a demandé de m’excuser en son nom pour ne pas vous avoir reçu personnellement, Magico Lith. Sa Seigneurie m’a également chargé de vous conduire au plus vite dans ses quartiers privés, où il vous expliquera tout. »

Le visage impassible du majordome était impeccable, mais Lith aurait pu couper l’atmosphère avec un couteau tellement elle était épaisse. Il suivit le majordome jusqu’à ce qu’ils arrivent dans une pièce à double porte gardée par quatre soldats.

En regardant par les fenêtres, Lith pouvait voir qu’il y avait encore plus de gardes à l’extérieur, patrouillant sous les fenêtres et les portes vitrées menant au parc.

À l’intérieur, il trouva le comte faisant nerveusement les cent pas. Deux jeunes étaient assis sur des fauteuils, et tous deux montraient des signes d’anxiété, tapant du pied ou se tripotant les cheveux.

Le comte Lark n’avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois qu’il l’avait vu en personne. Il avait une cinquantaine d’années, mesurait environ 1,83 mètre et était mince, ce qui le faisait paraître encore plus grand.

Il avait des cheveux noirs épais avec des mèches grises et une barbichette courte de la même couleur. Son inséparable monocle à monture noire était attaché à sa poche de poitrine par une ficelle de soie bleue.

Dès qu’il vu Lith, son air sombre a disparu. Le comte était redevenu son ancienne personnalité passionnée.

« Grands dieux, Lith, tu es enfin là ! » Le comte lui a serré la main avec tant de vigueur que Lith a cru qu’il essayait de l’écraser.

« Où sont mes manières. Permets-moi de te présenter mes enfants bien-aimés. »

Les deux jeunes se sont levés et ont tendu la main à tour de rôle.

« Voici mon troisième enfant, Jadon. Il est aussi le prochain en lice pour devenir le prochain comte Lark. J’espère que cela arrivera dans de nombreuses années. »

Lith lui a serré la main. Jadon avait une poigne ferme mais douce, ressemblant physiquement à son père, sauf qu’il était plus petit de presque dix centimètres et avait une carrure beaucoup plus musclée. Il avait une vingtaine d’années, des cheveux noirs et une barbichette.

« Et voici ma quatrième née, Kelya. Cette belle jeune femme a presque seize ans et est prête à faire ses débuts à la Cour du Roi. Ils sont la seule famille qu’il me reste. »

Kelya était une petite fille d’1 mètre 53, aux cheveux roux flamboyant avec des nuances d’or et aux yeux vert émeraude. Elle portait une robe de jour vert émeraude qui mettait en valeur ses cheveux et ses yeux. Elle correspondait au profil du comte, sauf pour la partie beauté.

Elle n’était pas vraiment bien dotée au goût de Lith, et malgré tout le maquillage qu’elle portait, il était impossible de cacher un tel cas d’acné. Même si elle avait réussi à s’en débarrasser, Lith l’aurait considérée comme jolie, au mieux.

Keyla lui tendit la main, la paume tournée vers le bas. Lith n’avait pas besoin de son livre d’étiquette pour savoir qu’elle attendait un baiser de la main.

C’était gênant pour lui, il n’avait jamais fait une telle chose, même pour ses anciennes petites amies quand les choses étaient presque sérieuses. Heureusement, après être mort et renaître deux fois, avoir affronté des tueurs et des bêtes magiques, il en faudrait bien plus pour l’embarrasser.

Il lui fit donc une petite révérence tout en lui donnant une petite bise sur la main.

« C’est un réel plaisir et un honneur pour moi de vous rencontrer tous. » dit-il en suivant l’étiquette.

« Maintenant, s’il vous plaît, votre Seigneurie, pourriez-vous m’expliquer la raison de ma convocation ? »

Plus Lith voyait et entendait, moins il comprenait. Lith ne comprenait pas pourquoi le comte lui donnait tous ces détails inutiles, ni pourquoi le costume taillé à la main qu’il avait reçu était si semblable à celui que portait Jadon.

Le comte se grimaça.

« Oh ! bien sûr, je suis désolé. Je suis encore tellement choqué par les récents événements que ma tête ne fonctionne pas correctement. Laissez-moi vous expliquer, je vous ai appelé ici parce que j’ai besoin de votre aide pour sauver nos vies. Ma femme veut tous nous tuer. »


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
* Sleepless
8 mois il y a

Ah ça sent le divorce mdr

Dan irarora
6 mois il y a

Ben voyon…

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser