Supreme Magus Chapitre 305

Fuite (Partie 1)

Traducteur: TheCounterspell
——-

“Mon… anneau de pierre. Où est-il ?” Parler était une tâche colossale pour Lith. Il devait se concentrer et cracher les mots un par un tout en réprimant l’envie de déchirer les personnes présentes, membre par membre.

La fureur qui coulait dans ses veines ne faisait que renforcer sa volonté de trouver Solus d’abord et de massacrer Nalear ensuite. Commençons par le commencement.

Les élèves tremblaient de peur, mais les ordres qu’ils avaient reçus les empêchaient de parler. Du moins jusqu’à ce que le dernier ordre de Nalear sorte de leurs amulettes de communication.

“Fais ce que ton cœur veut.”

“Libère-moi, espèce de monstre ! Ou ma mère te fera supplier la mort, toi et ta famille !” dirent certains.

“Je t’en supplie, ai pitié. Nalear m’a forcé à le faire.” Sanglotaient les autres.

Deux filles sur les cinq élèves eurent assez de sang froid pour libérer les sorts stockés dans leurs anneaux magiques, sans se soucier de ce qui arriverait à leurs camarades. Le linceul de ténèbres qui enveloppait Lith engloutissait leurs attaques magiques, absorbant la majeure partie de leur puissance destructrice avant qu’elles ne frappent.

Cependant, à cause de leur courte portée, elles étaient plus que suffisantes pour le faire saigner, déchirer sa chair et exposer ses muscles. Lith réagit en envoyant les ténèbres vers ses attaquants.

Les vrilles transpercèrent les deux étudiantes, les privant de leur vitalité tout en la transférant à Lith et en soignant ses blessures. Les filles se desséchèrent comme des momies séchées en quelques secondes, avant de se transformer en cendres avec leurs uniformes.

Se nourrir de la force vitale de quelqu’un permettait non seulement à Lith de récupérer sans se fatiguer davantage, mais aussi de restaurer l’endurance de son corps comme s’il s’était reposé un peu.

‘J’ai déjà trop utilisé Invigoration. J’ai besoin de plus d’énergie. J’ai encore faim.’ pensa Lith.

Les trois autres devinrent hystériques, criant et appelant à l’aide. Lith fit en sorte que les ténèbres les engloutissent sans leur faire de mal. La froideur qui s’en dégageait amplifiait leur peur, mais en même temps les faisait sortir de leur panique.

“Je ne le demanderai qu’une fois de plus. Où est mon anneau ?”

“Je ne sais pas. Je le jure.” sanglota un garçon aux cheveux roux.

“Alors tu es inutile.”

Le garçon ne réussit qu’à émettre un petit glapissement avant de disparaître dans les ombres. Le teint de Lith s’améliorait à chaque « repas ».

Bientôt, il fut clair qu’ils n’avaient aucune connaissance du plan de Nalear ou de l’endroit où se trouvait Solus.

‘Ne laissons rien au hasard’ pensa Lith avant de les tuer. Il prit ensuite une couverture pour se couvrir, avant de chercher de la nourriture.

‘Invigoration peut me rendre ma force et mon mana, le Lien Vampirique peut restaurer ma fatigue, mais aucun d’entre eux ne peut reconstituer mes nutriments. J’ai besoin de tous les avantages possibles avant d’affronter à nouveau Nalear.’

‘A en juger par ses ordres, Linjos est mort et l’académie est sur le point de tomber. Je ne laisserai pas cette sorcière s’en sortir, ni sa vision se réaliser. Solus, Phloria, attendez-moi. Je viens pour vous.’

Après avoir mangé tout ce qu’il avait pu trouver de comestible dans l’appartement de Nalear, Lith s’enfonça dans le chaos qu’était devenue l’académie du Griffon Blanc.

***

La patience de Solus était à bout de souffle depuis des heures, mais elle endurait. Elle sentait ses forces s’amenuiser, tout comme le sort qui la retenait prisonnière. Contrairement à Lith, elle ne pouvait pas guérir ou récupérer son mana indéfiniment, elle devait donc adopter une approche chirurgicale.

D’abord, elle devait sonder le cristal de mana et les voies du pseudo-noyau, à la recherche des points faibles. Ce n’est qu’ensuite que Solus put ouvrir d’innombrables petits trous, faisant diminuer les énergies qui alimentaient la boîte.

Chaque trou était trop petit pour rendre la structure suffisamment instable pour exploser, mais ensemble, ils drainaient la prison magique à un rythme plus rapide que la consommation d’énergie de Solus.

Au moment où Solus brisa la serrure, la boîte mystique explosa dans une pluie d’éclats enflammés. Elle se retrouva dans la chambre d’un des petits agneaux de Nalear. Elle avait décidé qu’il valait mieux éloigner le plus possible Lith et l’artefact.

En confiant la boîte à un agneau, elle s’assurait que même en cas de problème, il serait impossible à Lith de la trouver.

Son geôlier était un garçon de quinze ans aux cheveux châtains qui était en train d’enlever le pantalon d’une jeune fille inconsciente allongée sur son lit. Elle saignait abondamment d’une blessure à la tête.

Dès que le garçon aperçut Solus, l’ordre de priorité de Nalear prit effet. Il sortit son amulette de communication pour alerter son maître lorsque Solus lui transperça la gorge avec une des lames élémentaires de Lith grâce à la magie de l’esprit.

La dague enchantée par le feu ne fit qu’une bouchée des défenses de l’uniforme, tuant le garçon d’un seul coup. Solus était choquée. Elle savait que les agneaux de Nalear étaient contrôlés par l’esprit et qu’ils n’étaient probablement pas entièrement responsables de leurs actes.

Elle s’attendait à ce que les matrices s’activent, sauvant Lith, la fille sur le lit et l’agneau d’un seul coup.

‘La seule explication possible est que Linjos est mort.’ s’écria intérieurement Solus. Elle aimait beaucoup le directeur.

N’ayant ni temps ni mana à perdre, elle versa rapidement une potion de soin dans la gorge de la jeune fille avant de quitter la pièce. Solus découvrit qu’il était inutile de fermer la porte. Les serrures étaient hors ligne, comme tout le reste de l’académie.

‘Désolé, petite. Je n’ai pas le temps de te garder.’

Elle prit sa forme d’araignée et activa son sens du mana. Elle pouvait voler, mais ne savait pas où aller. Marcher au plafond lui permettrait de ne pas se faire repérer tout en cherchant Lith. Elle voulait le retrouver au plus vite.

***

“Fascinant, n’est-ce pas ?” dit Tyris en pointant Lith, qui marchait à pas de géant dans le couloir, massacrant tous ceux qui tentaient de l’attaquer.

“En effet.” Leegaain utilisa la Vision de Vie, regardant la seconde forme de Lith se détacher de son aura, griffant pour s’échapper.

“Il est vraiment comme une bête magique. Je dirais que ses éléments naturels sont le feu et les ténèbres.” Contrairement aux humains qui s’accordaient avec tous les éléments, les bêtes magiques étaient limitées à deux éléments après avoir évolué de leur forme animale.

Du moins jusqu’à ce qu’elles deviennent des monstres évolués. Même les Gardiens n’étaient pas différents. Les éléments de Salaark avaient toujours été la lumière et les ténèbres. Ils faisaient d’elle une incarnation littérale du cycle de la mort et de la renaissance, avant même qu’elle ne devienne un phénix.

Leegaain était une créature de feu et d’air, tandis que les fondations de Tyris étaient la magie de l’air et de la lumière.

” N’est-ce pas l’artefact vivant dont vous m’avez parlé ? ” Le dragon pointa son doigt vers Solus qui venait de s’échapper de la pièce.

“Tu sais ce que c’est ?” Tyris leva un sourcil, incrédule.

“Bien sûr que je le sais. C’est le désespoir de Menadion. Son histoire est longue mais intéressante…”

“Alors, gardez-la pour un autre moment.” retorqua Salaark en lui coupant la parole.

***

“Je vais appeler ton père et Friya. Tu alerte Quylla du danger. Si les pions de Nalear l’atteignent en premier, elle est comme morte.” Après avoir entendu de la bouche de Leflia ce que le traître professeur lui avait fait faire, Jirni avait compris ses intentions.

Après sa sœur, Phloria avertit aussi Yurial. Elle n’avait pas oublié la vision de Lith. D’après ce qu’elle savait, chacun d’entre eux pouvait mourir à tout moment.

“Comment as-tu su qu’elle était contrôlée ?” demanda Phloria après avoir fixé un point de rencontre avec le reste de sa famille.

“Le tressaillement de ses yeux. Même une personne très volontaire ne peut résister à un objet d’esclavage, mais elle peut signaler sa détresse par de petits mouvements des mains ou des yeux. Je le sais par expérience.”


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser