Supreme Magus Chapitre 174

Le vrai problème

Traducteur: TheCounterspell
————-

Le groupe a suivi les directions données par le Kroxy, mettant à jour leur carte en cours de route. Au début, ils avaient été dubitatifs quant à la confiance à accorder à ses paroles, mais après y avoir réfléchi un moment, ils ont décidé que cela valait la peine de tenter le coup.

“Si Phillard voulait vraiment nous faire du mal, il l’aurait fait quand nous étions le plus faible”. Phloria a fait remarquer, l’autre étant d’accord avec elle.

“Dieux, je n’arrive toujours pas à croire que les bêtes magiques peuvent parler et raisonner comme nous, les humains. Si j’avais su cela pendant l’examen blanc, je crains que j’aurais éprouvé la même hésitation qu’au début du donjon.”

Ses paroles ont fait réfléchir les autres sur leur expérience précédente. Les bêtes magiques étaient capables d’utiliser la magie tout comme eux, si ce n’est mieux, pour se battre tactiquement et pour prendre soin de leurs coéquipiers.

– “Ça a été vraiment stupide de ma part d’ignorer tous les faits et de laisser les préjugés guider mon raisonnement.” pensa Yurial. ” Ce n’est pas parce qu’ils ont une forme différente qu’ils sont incapables d’avoir des sentiments.

“Je dois parler de cette question avec mon père, il n’en a jamais parlé lorsqu’il discutait de la manière de gérer notre grand duché. Se lier d’amitié avec eux pourrait être vraiment profitable.”-

Plus ils progressaient dans le donjon, plus ils rencontraient de carrefours. En utilisant la vision de vie, Lith pouvait voir qu’il n’y avait plus de grandes formes de vie qui se cachaient dans les autres chemins, juste des insectes et ce qu’il espérait être des rats.

– “Il semble que les gobelins et les ogres étaient tout ce que nous avons à affronter”. pensa Lith. “C’est logique si Yurial a raison et que le but de l’examen était de transmettre une expérience pratique du combat contre les humains. En faire plus serait tout simplement cruel.” –

Lith sut qu’il avait raison quand, après le dernier carrefour, l’amulette de Linjos émit une lueur verte, indiquant qu’il était libéré de son rôle de surveillant, pourtant, puisqu’ils marchaient toujours prudemment au lieu d’être transportés dans le hall principal, il avait également tort.

“Je pense que le test n’est pas encore terminé, c’est juste que mon rôle est passé de spectateur passif à joueur actif.” Il a expliqué aux autres, les rendant encore plus nerveux.

De toutes les raisons qu’ils pouvaient imaginer pour permettre à Lith de les aider, aucune n’était de bon augure.

La dernière grotte était grande. Le plafond était haut de plus de dix mètres et la pièce faisait au moins trente mètres de long et vingt de large. De l’autre côté de la grotte était visible une énorme porte lumineuse qui semblait être faite d’argent.

Il y avait trois silhouettes humanoïdes près de la sortie, et la lumière était trop faible pour distinguer leurs traits. Ils étaient plus grands que les gobelins mais plus petits que les ogres et ce seul fait devait normalement renforcer la confiance du groupe.

C’était la première fois qu’ils étaient plus nombreux que leurs adversaires et ils avaient aussi l’élément de surprise. Connaissant Linjos, ils supposaient que les derniers adversaires étaient forcément les plus forts.

“Ils ne nous ont pas encore remarqué. Nous pouvons tous les abattre d’ici.” murmura Yurial, après que le groupe se soit replié dans le tunnel précédent.

“J’en serais ravie.” répondit Phloria avec un soupir. “As-tu considéré à quel point Linjos est sournois, cependant ? Et si c’était d’autres élèves et non des ennemis ? Et s’ils attendaient que la porte s’ouvre ou servaient d’appât pour voir à quel point nous sommes imprudents ?

Peut-être que c’est juste un test de contrôle des impulsions. Linjos a fait rejoindre Lith à notre équipe pour qu’on soit trop confiants et qu’on précipite les choses. Est-ce que quelqu’un est capable de les identifier ?”

A cette distance et avec une lumière si faible, même Lith ne pouvait pas voir grand chose. Selon Solus, leur condition physique était mauvaise, et même s’ils avaient des noyaux cyan, il ne leur restait plus beaucoup de mana.

– ” J’aimerais pouvoir partager cette information avec les autres. Phloria a probablement raison, ce n’est qu’un autre foutu test.” – pensa Lith.

Au signe de Phloria, tout le monde activa un sort de vol depuis leurs anneaux, pour ne pas faire de bruit en avançant.

Le groupe se dispersa avec Phloria, Friya et Lith en première ligne, tandis que Quylla et Yurial restaient à l’arrière. L’espacement entre eux était suffisant pour s’entraider si la nécessité s’en faisait sentir, mais leur permettait aussi de se disperser en cas d’attaque.

En raison des dimensions de la grotte, il était possible d’utiliser la magie du feu, aussi si leurs adversaires étaient capables d’utiliser la magie, une seule boule de feu ou même un éclair pouvait les éliminer tous d’un coup s’ils continuaient à marcher en une seule ligne.

Bientôt, ils étaient assez proches pour reconnaître les trois humains bien habillés.

Phloria se sentait vraiment fière d’elle et avait hâte de se vanter devant les autres, quand elle et les trois autres reçurent une tape sur l’épaule avec la magie de l’air de Lith, le signe convenu pour le danger.

Quand elles se sont retournées pour le regarder, il se tapait le nez à plusieurs reprises.

Ils se sont soudainement souvenus des mots de Phillard. Les ennemis de Linjos étaient marqués d’une odeur distinctive, et maintenant ils étaient assez proches pour pouvoir la percevoir.

Lith a pu voir l’expression de Phloria se figer en une expression paniquée, tandis qu’elle et les autres suaient à grosses gouttes.

– “Phloria avait raison depuis le début.” pensa Lith. “Ces trois-là font toujours partie du test, mais elle a sous-estimé Linjos. Il n’est pas aussi sournois qu’elle le croyait, il est bien pire. Linjos teste leur résolution et mon self-control en même temps.

Si j’ai raison, ils ont le droit de tuer, mais pas moi.”-

Le raisonnement de Quylla était très similaire à celui de Lith, pourtant elle était au bord des larmes.

– Comment ai-je pu penser que tuer quelqu’un était cool quand Friya m’a parlé de la vérification des antécédents de Lith ? Je l’imaginais comme un héros de conte de fées, tuant des monstres et des criminels, mais la réalité est différente.

Prendre une vie est terrible, ça laisse un vide dans ton coeur comme si ton âme était en train de dépérir. Même si ce sont des ennemis du directeur, je ne peux pas les tuer de sang-froid. Ils ne m’ont rien fait, ils sont peut-être innocents. “-

Devenir habitué à tuer pour se défendre et surmonter le traumatisme dérivé du meurtre d’êtres humanoïdes sont deux choses totalement différentes. Même en dormant l’un près de l’autre et en gardant une lumière, cela ne suffisait pas à chasser les cauchemars.

Tuer quelqu’un de sa propre famille était le tabou moral suprême, la seule idée était suffisante pour plonger leur esprit dans le chaos.

Le choix leur fut ôté des mains quand l’un des trois se tourna dans leur direction.

“Attention !” Elle a crié. “Ennemis en vue !”

Les trois avaient des visages rugueux, ils avaient clairement manqué de nourriture et de sommeil pendant plusieurs jours. Leur peur était évidente, rendant le groupe encore plus hésitant à attaquer. Étant encerclés et en infériorité numérique, les trois ont attaqué en utilisant uniquement la première magie, espérant battre rapidement de si jeunes adversaires, avant que leurs forces restantes ne s’épuisent.

Phloria et Friya se sont cachés derrière leurs boucliers magiques, tandis que Yurial et Quylla ne pouvaient qu’esquiver. Les trois ont choisi d’utiliser la première magie non seulement parce qu’elle ne nécessite pas beaucoup de mana, mais aussi pour empêcher leurs adversaires de lancer des sorts.

L’une des plus grandes différences entre la vraie et la fausse magie était que, tandis que les vrais mages ne consommaient du mana qu’après avoir conjuré leurs sorts, un faux mage le dépensait dès le début de l’incantation, donc être interrompu entraînait un gaspillage de mana.

Les trois étaient néanmoins condamnés. Ils étaient désarmés, tandis que le groupe de Phloria n’avait besoin que d’un seul sort stocké dans leurs anneaux pour les tuer. Le problème était qu’ils n’étaient pas disposés à le faire, même sous une telle attaque.

Lith soupira, réalisant son rôle dans cette mascarade. Il injecta son mana dans le bâton, activant ses effets une fois de plus et envoyant six éclats de glace de la taille d’une aiguille dans les yeux de ses ennemis, les aveuglant.

Le bâton était un hybride expérimental entre un objet enchanté et un objet alchimique.

Il améliorait la concentration et la sensibilité au mana d’un mage, permettant même aux faux mages de modifier la trajectoire de leurs sorts après qu’ils aient été lancés, ce que seule une magie de niveau 5 pouvait réaliser.

Dans le cas de Lith, cela lui permettait de contrôler très finement le flux de mana, au point d’être capable d’atteindre même de petites cibles avec une précision extrême. Bien sûr, tout a un prix et des limites.

La pierre de mana flottant au milieu de l’extrémité en forme de croissant de lune du bâton était un consommable. Plus le sort qu’elle concentrait était puissant, plus elle perdait rapidement ses énergies magiques, rendant le bâton inutile jusqu’à ce que la pierre précieuse soit remplacée.

Ils étaient assez chers, c’est pourquoi Lith ne l’avait utilisé qu’avec la première magie.

De plus, le bâton était incapable de concentrer la magie spirituelle ou tout autre sort supérieur au niveau trois, ce qui rendait son utilisation limitée.

Au moment où les trois étaient paralysés par la douleur et la peur, Lith a conjuré un éclair de niveau 1 qui les a rendus inconscients. Puis il leur a bandé les yeux, les a bâillonnés et les a attachés pour les empêcher d’utiliser la première magie.

Un claquement de mains se fit entendre dans la grotte, provenant d’un hologramme grandeur nature de la reine Sylpha qui était apparu au milieu de la grotte.

Tout le monde, sauf Quylla, la reconnut et s’agenouilla. Personne n’a manqué un tel détail, ce qui a amené ses amis nobles à se demander comment un roturier comme Lith pouvait connaître la Reine.

“Reposez-vous, pas besoin de formalités. Félicitations, vous êtes le premier groupe d’élèves qui a réussi à venir jusqu’ici. Je loue votre rapidité, votre compétence et surtout votre humanité.” Son regard s’est posé une seconde sur Lith, exprimant son approbation.

Linjos passa la porte argentée qui s’ouvrit sans bruit portant une lame dans ses mains.

“Parfois cependant, l’humanité doit être mise de côté pour que la justice soit rendue. Prenez ces trois-là par exemple. Le baron Lazot, qui a participé à un trafic d’esclaves, détruisant des centaines de vies avant d’être pris la main dans le sac.”

Elle désigna le jeune et bel homme que Lith venait de finir de ligoter.

“Ou la mage Syalle, qui s’est baignée dans le sang d’un nouveau-né en croyant que cela la garderait jeune et fraîche pour toujours.” Sylpha désignait maintenant celle qui avait repéré le groupe.

“Et enfin, mais pas des moindres, la duchesse Hileo, qui pour des raisons futiles a anéanti des villages entiers. Tous les humains ne sont pas mauvais, mais ils ne sont pas tous bons non plus. Cette épreuve est peut-être la plus dure de votre jeune vie, c’est pourquoi je suis ici avec vous aujourd’hui.

Les Mages sont l’épine dorsale du Royaume du Griffon, et doivent être capables de le défendre contre ses ennemis, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de ses frontières. Même si cela entraîne un énorme coût personnel.

Dame Quylla, compte tenu de votre jeune âge et de votre nature de guérisseuse, je pense qu’il est trop tôt pour vous d’affronter cet obstacle. Que nos ancêtres bénissent votre chemin, vous êtes libre de partir.”

Quylla s’est enfuie sans se retourner. Des larmes coulaient de ses yeux à l’idée que, quelle que soit sa décision, ces gens étaient déjà morts. Elle pleura pour eux, mais aussi pour elle-même, réalisant qu’elle laissait dans cette grotte son innocence d’enfant.

“Mage Lith, tu peux partir aussi.” Sylpha ne donna pas d’explication, mais s’adresser à un simple élève avec le titre de Mage était plus que suffisant pour que les personnes présentes comprennent à quel point les deux se connaissaient.

Lith partit sans se presser, il ne pouvait rien faire pour les aider cette fois-ci.

“Seigneur Deirus ?”

Suivant la voix de la reine, Linjos lui offrit l’épée.

Yurial hésita d’abord, puis la prit à la poignée, la plongeant dans le cœur du baron. Il avait reconnu cette épée au premier regard, c’était la lame de cérémonie du royaume utilisée pour les exécutions publiques.

Son père l’avait utilisée d’innombrables fois, et Yurial avait été forcé d’y assister depuis qu’il avait accepté de devenir le prochain héritier.

“Votre royaume vous remercie pour votre sacrifice.” Sylpha lui fit une petite révérence de respect, avant de renvoyer Yurial dans sa chambre. Elle pouvait voir sur son visage qu’il était sur le point de pleurer, de vomir ou les deux, et voulait lui éviter de le faire devant les autres.

“Dame Phloria ?” L’épée flottait devant elle.

“Je suis désolée votre Majesté, je ne peux pas.” Elle est tombée à genoux, en pleurant. Phloria se souvint du jour où elle avait demandé à son père, Orion, ce que cela faisait de tuer les méchants. Orion est allé au noyau, lui tendant un chiot et un couteau, lui demandant de le tuer.

Même là, Phloria a refusé de le faire, pleurant pour sa vie.

“C’est ce qu’on ressent. A chaque fois.” Orion a dit.

“Quand ça ne fait plus mal, ça veut dire que tu es devenu le méchant.”

Sylpha l’a aussi éloignée par distorsion. Il n’y avait aucune raison de torturer une si jeune fille plus longtemps.

“Lady Friya ?”

Friya connaissait très bien la Duchesse Hileo. Elle avait été la meilleure amie de sa mère d’aussi loin qu’elle se souvienne. Maintenant elle comprenait enfin de quoi elles parlaient et riaient toujours, quand elles pensaient qu’elle ne pouvait pas les entendre.

– “Le monde craint, les gens craignent. D’abord ma mère, puis Lady Ernas et maintenant la Reine. Personne ne se soucie vraiment de moi, je ne suis qu’un outil pour leurs jeux malsains. Je suis la seule sur qui je peux compter.” Friya pensait en tailladant en arc de cercle.

“Gloire au royaume.”

La tête de la Duchesse a roulé sur le sol, sa chute faisant écho dans les ténèbres du cœur de Friya.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser