Supreme Magus Chapitre 132

Désespoir |

Bien que son entrée en scène ait semblé autoritaire et dramatique aux membres des Talons, Lith était en fait assez désespéré, et Solus aussi. Au moment où l’homme hargneux avait révélé sa présence, il savait qu’il venait de passer de la poêle à frire au volcan.

Qui que soient ces gars, ils avaient maîtrisé la discipline de la magie spatiale au point d’en faire une forme d’art. Lith ne pouvait que courir ou voler, mais contre un adversaire qui plie froidement l’espace, “la téléportation” ou “Switch” c’était inutile.

Sa seule option était d’entrer et de les tuer si vite qu’ils ne comprendraient même pas ce qui les avait frappés. Il était temps de tester les limites de son nouveau corps.

– “Première chose, on doit tuer le gardien.” pensa Lith, sans savoir que c’était la tête de sa cible visée qu’il jetait à l’ennemi le plus proche, faisant éclater les deux têtes sous la violence de l’impact.

“Notre seul espoir est de le trouver avant qu’il ne lance un autre réseau, sinon nous sommes foutus. Le seul point positif est que les sorts du gardien sont lents.”

“Tu te concentres sur le meurtre.” répondit Solus.

“Je vais collecter autant d’informations que possible sur nos adversaires. Si je vois le moindre soupçon de magie Gardien, je te le dirai.” –

Malheureusement, l’unité des Talons n’était composée que de vétérans, aussi dès que Lith décapita Seephit, il leur fallut à peine une seconde pour se remettre et se regrouper. Celui que Lith avait tué d’un coup de tête non conventionnel, était simplement trop près pour esquiver le projectile.

Farion Negal, le général, a instantanément donné des ordres codés, que ses hommes étaient prêts à exécuter. L’élément de surprise était déjà perdu, et Lith devait encore affronter neuf personnes.

“Noir deux ! Rouge trois ! Blanc quatre !” Bien que la cible ne soit qu’un enfant, Negal a employé une tactique extrêmement agressive. Son credo était le suivant : peu importe l’adversaire, ne jamais le sous-estimer, ne jamais se détendre, ne jamais parler avant d’avoir tué.

Les deux experts de mêlée les plus compétents le tueraient, ou dans le pire des cas, le garderaient occupé pendant que trois spécialistes à moyenne portée les couvriraient et feraient gagner du temps aux quatre lanceurs de sorts à longue portée pour mettre fin au combat.

Maudissant sa malchance pour la énième fois depuis sa naissance sur Terre, Lith se prépara à affronter ses ennemis. D’abord, il a poussé son noyau de mana à la limite, émettant une légère aura cyan qui a enveloppé l’espace autour de lui d’un mana si dense que l’air a commencé à craquer.

Ensuite, il a infusé son corps avec les six éléments, tout en lançant un de ses nouveaux sorts aussi vite qu’il le pouvait. Les deux Talons étaient un homme et une femme, le premier utilisant une combinaison épée et bouclier, le second des épées jumelles à la place.

La soif de sang et la folie tordaient leurs traits, à tel point que même Yurial n’aurait pas perdu de temps à se demander si elle était sexy ou non.

– “Attention ! Tout leur équipement est au même niveau que celui des corps d’armée ! Même leurs tatouages semblent être enchantés.” Solus l’avait prévenu.

“C’est bien ma chance. J’ai besoin d’une fichue arme pour bloquer les lames enchantées, mais je ne peux toujours pas me permettre les prix de l’académie !” –

Une partie des tatouages disparut, augmentant leur vitesse comme une potion de haute qualité et leur permettant d’atteindre Lith avant qu’il ne puisse terminer son lancer. Ils se sont placés dans des directions opposées, forçant Lith à créer un angle mort dans son champ visuel.

A leur grande surprise, il n’a même pas essayé de suivre leurs mouvements avec ses yeux. Au lieu de cela, il a tourné le dos à l’homme au bouclier, se concentrant uniquement sur la femme au double maniement.

Néanmoins, ils n’ont pas perdu leur concentration, exécutant une attaque à deux volets où chaque coup était destiné à coincer la proie, en rendant les attaques venant du partenaire plus difficiles à esquiver. Pourtant, Lith les a toutes esquivées sans problème, même celles venant de son dos.

Le premier échange fut plus que suffisant pour que Negal comprenne ce qui se passait, l’obligeant à violer déjà son credo.

“Qu’est-ce que vous faites, bande d’idiots ? ! C’est la Garde Complète ! Rouge, blanc, repliez-vous !” Pour empêcher leur cible de s’échapper, Negal commença à tisser le réseau magique anti-aérien.

Pendant une fraction de seconde, les Talons se figèrent, pensant que leur Général était devenu fou.

Full Guard était un sort commun aux chevaliers mages, qui créait une aura bleue sphérique d’un rayon de 1,65 mètres (5,41 pieds) tout autour du lanceur.

Grâce à Full Guard, un Chevalier Mage n’avait aucun angle mort. Tout ce qui entrait dans la sphère était détecté, ce qui lui permettait de contre-attaquer et d’esquiver avec une précision chirurgicale sans même regarder.

Ce que Negal a dit n’a pas de sens, cependant. L’aura cyan entourant leur cible avait un rayon de plus de vingt mètres (66′), ce que chacun d’entre eux savait par expérience être impossible.

La portée du sort, même au niveau cinq, était censée couvrir uniquement la longueur donnée par le bras plus la longueur de l’arme. Lorsque leur instinct et leur discipline se sont manifestés et qu’ils ont obéi à l’ordre, il était déjà trop tard.

Lith avait auparavant ignoré le charabia de l’entraîneur de football, mais maintenant, violant son credo, Negal s’était exposé.

– ” Gardien à trois heures ! ” Solus a crié au moment où elle a reconnu le modèle d’énergie. –

Lith a exploité l’ouverture, s’élançant vers Negal tout en étendant ses bras, avec un mouvement qui n’avait aucun sens pour ses ennemis. À cette distance, tout sort provenant d’un anneau pouvait être facilement évité.

L’équipe rouge et blanche recula, sans arrêter ses chants, essayant de garder la distance avec la proie tandis que l’équipe noire était à sa poursuite. Leur problème était double, cependant.

Lith était trop rapide pour ses poursuivants, et personne dans les Talons ne connaissait l’existence de la magie spirituelle.

Rapide comme un serpent, des vrilles de mana pur et invisible ont traversé l’espace entre le prédateur et sa proie, s’enroulant autour de la tête de Negal. Les sorts pleuvaient sur Lith de toutes les directions.

Certains qu’il parvenait à esquiver, d’autres qu’il devait encaisser pour ne pas perdre sa concentration, laissant les effets combinés de la fusion terrestre et de son uniforme bloquer la plupart des dégâts, tandis que la fusion lumineuse régénérait les blessures dès qu’elles étaient ouvertes.

À chaque pas qu’il faisait, la force magique de Lith devenait assez puissante pour passer outre les protections enchantées de Negal, déformant horriblement sa tête avant de la faire éclater comme un ballon.

La portée de la magie spirituelle avait déjà atteint cinquante mètres lorsqu’il avait sauvé la famille du comte Lark.

Maintenant, elle pouvait frapper aussi loin que Lith pouvait voir, mais plus il était loin de la cible, plus les effets étaient faibles.

– “Ok, le gardien est à terre. Il en reste huit. Avec un peu de chance, le choc de mon utilisation de la magie de l’esprit devrait les étourdir pendant quelques secondes, me donnant beaucoup de temps pour égaliser le terrain.” –

Pourtant, la chance était une maîtresse capricieuse. Ce que Lith ignorait, ne connaissant rien aux militaires à part ce qu’il avait appris dans les films, c’est que dans des unités aussi soudées, il n’y avait que deux sortes de généraux.

Ceux dont la mort détruirait le moral des troupes, les transformant en cibles faciles, comme il l’avait espéré, et ceux dont la mort transformerait ses soldats en démons frénétiques ne craignant pas la mort.

Farion Negal appartenait à la deuxième catégorie. La plupart des membres des Talons étaient soit des psychopathes dépourvus d’empathie, soit des tueurs de sang froid, ils ne se souciaient de rien d’autre que d’eux-mêmes.

Tuer Negal équivalait à leur couper la vie, ils n’avaient aucune idée de comment survivre sans lui en dehors du champ de bataille. Quelques-uns lui étaient même reconnaissants de les avoir sauvés avant leur exécution.

Chacun d’entre eux l’a pris personnellement.

Pour ne rien arranger, le brigadier Phita Beruit, commandant en second, a rapidement retrouvé son sang-froid, évitant que la situation ne dégénère en chaos.

“Noir quatre ! Rouge deux ! Deux blancs ! Ne laissez pas la mort du Général se gâcher. Tuez-le, bordel !”

Le Général de Brigade Beruit était un ancien membre du corps de la Reine. C’est grâce à ses connaissances sur le protocole et l’équipement du corps que la mission s’était déroulée sans encombre, jusqu’à la mort de Seephit.

Contrairement aux autres, elle avait déjà vu quelqu’un se déplacer aussi rapidement. Une fois, Beruit avait été membre du personnel de la Reine et avait été témoin de sa vitesse inhumaine. Lors d’une embuscade, elle avait tué trois assaillants avant même que ses gardes du corps ne puissent bouger.

Dans son esprit, maintenant que tout avait enfin un sens, toutes ses questions avaient trouvé une réponse. Pourquoi six membres du corps avaient été envoyés pour protéger un roturier insignifiant. Pourquoi le salaire était obscènement bon, même pour les standards des Talons.

“Cet enfoiré est un membre de la famille royale !” Elle a crié.

“Nous devons faire vite, avant qu’ils n’envoient quelqu’un à sa recherche !”

Tout le monde dans le Talon avait entendu l’histoire de Beruit au moins une fois. Personne ne l’avait jamais crue, pensant qu’il s’agissait d’une auto-illusion datant de l’époque où elle était encore une recrue. Mais maintenant les choses ont changé.

Beruit ne pouvait pas croire que Negal leur avait caché une information aussi précieuse. Elle savait que même le Général ne prenait pas son histoire au sérieux, mais en étant si méticuleuse, cet acte d’inattention ne lui ressemblait pas.

– “Je suis quoi ?!” Lith ne pouvait s’empêcher de ricaner intérieurement à ces bêtises.

“D’abord, je suis le fils bâtard du comte Lark, et cette fois de la reine ?”

“Deux autres ennemis s’approchent !” Solus l’a prévenu.

Lith ne put que soupirer de soulagement.

“Juste ce que le guérisseur a ordonné.” –

Puis, il activa le sort qu’il avait précédemment lancé, rendant le monde autour de lui sombre.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser