Supreme Magus chapitre 1200

La paix de l'esprit Partie 2 |

Traducteur : Ych
———

Curieusement, le sort ne trouva rien d’anormal à la santé de Narlond. À part le fait d’avoir faim et d’être fatigué, le Rezar semblait aller tout à fait bien.

“C’est peut-être parce que tu as mangé mon déjeuner, que tu m’as donné envie de me faire exploser les tympans, et qu’ensuite tu as utilisé mes vêtements comme serviette. Encore une fois !” La voix de Nalrond n’était qu’un faible grognement.

“Quel pleurnichard ! Contrairement à toi, je n’ai pas passé toute la matinée assis sur mon c*l. J’avais faim et cette soupe m’a fait du bien. Je vais te préparer quelque chose de délicieux en un clin d’œil.” Morok répond.

“Mon Dieu, non ! Je préférerais boire une potion nutritive.” Nalrond se lamente.

“Quant au manque de serviettes, ce n’est pas ma faute si nous devons rester ici si longtemps et que je n’en ai pas emporté assez. En plus, après une douche, je suis aussi propre qu’un bébé, alors il n’y a pas de mal, il n’y a pas de faute. Tu peux encore porter tes vêtements après les avoir fait sécher un peu.”

Morok montra à Nalrond une chemise froissée avec plusieurs taches d’eau et plusieurs poils. Certains longs et droits tandis que d’autres étaient suspicieusement courts et bouclés.

“Tu vois ? Elle est comme neuve.”

Nalrond gémit, se demandant si la magie des ténèbres suffirait ou si ce n’est qu’en nettoyant la chemise avec du feu que l’on pourrait détruire un tel mal.

Plus tard, dans l’après-midi, Quylla et Morok retournèrent à la grotte et vérifièrent tout avant d’entamer la deuxième tentative de communion avec Mogar. Cette fois, tous les cercles magiques avaient été tracés avec la méthode de Quylla et brillaient d’une lumière émeraude.

“Tu es sûr que tu ne veux pas que Friya soit là aussi ? Si tu finis comme Nalrond, je risque de ne pas pouvoir te sauver toute seule.” Quylla demande.

D’un côté, elle voulait essayer le rituel juste pour voir Mogar de ses propres yeux et apprendre ce que la planète pensait d’elle. D’un autre côté, rien qu’en regardant sa propre projection d’âme, Quylla doutait de pouvoir survivre à l’expérience.

“Ne t’inquiète pas, je ne vais pas prendre de risques inutiles. Dès que je comprendrai que je ne suis pas à la hauteur, je sortirai de là. Je veux juste comprendre à quel point le rituel dépend de Mogar et à quel point il dépend du mage.”

Morok s’assit les jambes croisées au milieu de la formation, pour protéger son esprit des influences extérieures.

“Pourquoi fais-tu cela ? Tu n’as rien à gagner à poser des questions pour les autres.” dit Quylla.

“Parce que si j’ai raison sur la nature du rituel, j’apprendrai de toute façon beaucoup de choses sur moi-même.” Morok a répondu, la laissant pantoise.

Elle s’attendait à une phrase de drague ringarde ou à un discours héroïque destiné à être une phrase de drague, et non à une réponse qui avait vraiment du sens.

Morok revit ensuite sa stratégie avec elle pour la dernière fois avant de fermer les yeux et d’ouvrir son esprit.

Le paysage mental était exactement comme Nalrond l’avait décrit. Un espace blanc et vide avec seulement deux personnes : Morok et Mogar.

Le premier était vêtu de son ancien uniforme de Ranger et avait même les crocs de bébé accrochés à ses hanches au lieu des armes qu’Ajatar avait fabriquées pour lui. Morok avait son apparence humaine, ce qui étonna beaucoup Mogar.

“Tu ne crois pas que tu en fais un peu trop pour quelqu’un que tu connais si peu ?” Dit-elle en faisant un signe de la main à son corps qui ressemblait exactement à celui de Quylla.

La seule différence avec l’original était les cheveux striés des six couleurs des éléments au lieu d’être seulement argentés.

“Pas vraiment. Tu n’as pas idée à quel point c’est difficile de trouver quelqu’un qui est encore plus dérangé que moi, mais dans le bon sens du terme. En plus, je voulais te regarder dans les yeux et te dire de te mêler de tes affaires !” Morok grogne, perdant son insouciance l’espace d’une seconde.

“Oh là là. J’ai touché un point sensible ?” Mogar ricana d’une manière cruelle que Morok trouva à la fois effrayante et charmante.

“Beaucoup d’entre eux, en fait.” Il répondit honnêtement. “Assez de bavardages. Tu sais pourquoi je suis ici.”

“Quelles sont tes questions ?” Mogar soupira.

“Voilà pour ce qui est d’être omniscient. Je veux savoir comment soigner la fille appelée Solus, comment soigner Lith, et comment faire en sorte que Quylla s’éveille sans perdre la vie.” Il dit.

“Pas une seule question pour toi. Es-tu si généreux ou simplement si stupide ? Tu ne sais rien d’eux. Pourquoi mets-tu ta vie en jeu pour eux ?” Les yeux de Mogar brillent d’intérêt.

“Je suis tout simplement stupide. Quant à ta deuxième question, je ne le fais pas tant pour eux que pour moi. Je veux comprendre qui je suis et ce que je veux, sinon je finirai par gâcher ma vie comme mon père. Pas de douleur, pas de gain”. dit Morok.

“Tu aurais pu me le demander. Tu n’y as pas pensé ?” demande Mogar.

“Si, mais ce genre de réponses n’a de sens que si tu les trouves par toi-même, sinon elles ressemblent aux divagations d’une diseuse de bonne aventure.”

“Des paroles sages pour quelqu’un d’aussi simple d’esprit.” Mogar claqua des doigts, faisant apparaître trois sphères de lumière.

Se souvenant de ce que lui avait dit Nalrond, Morok se rapprocha de chacune d’elles, pour s’assurer que la nature de leur épreuve était la même. La première sphère convoqua la silhouette meurtrie de Menadion, la seconde le Roi Fou enchaîné, mais la troisième le prit par surprise et faillit lui briser la nuque d’un simple coup de poignet.

Une autre Quylla se tenait devant lui, vêtue de la robe d’un mage d’un violet profond et dont le Bloodbind sortait de ses manches comme deux serpents jumeaux enragés faits d’Adamant.

“Est-ce que la réponse ressemble à Quylla parce qu’il s’agit d’elle ou parce que je l’aime bien ?” demanda Morok, se demandant si trois Quyllas n’étaient pas plus que ce qu’il pouvait supporter.

“Ce sont tes questions ?” À en juger par sa grimace, Mogar ne semblait pas avoir apprécié ses attentions.

‘Maintenant que j’y pense, si cela se passe à l’intérieur de mon esprit, parler ou penser, c’est la même chose.’ Il réfléchit.

“C’est le cas, sale type.” Mogar lui répond. “Maintenant, réponds à ma question.”

“Je ne vais pas perdre mon temps sur une question aussi insignifiante. Je suis plus intrigué par l’idée du contrôle que j’ai ici.” Morok plissa les yeux en se concentrant et l’espace blanc autour de lui se transforma soudain en jardin entourant un petit cottage.

Une clôture carrée faite de piquets de bois maintenus par des planches de bois séparait la maison du reste du monde qui était toujours blanc et vide. Le cottage était un bâtiment d’un étage en bois avec un toit en pente et une porte peinte d’un vert profond.

Il pouvait sentir l’odeur des œufs et du bacon que sa mère lui avait préparés pour le petit déjeuner de son anniversaire, mais il n’y avait aucune trace de sa mère ou de la nourriture. L’odeur du savon qu’elle utilisait rendait le souvenir encore plus douloureux.

“Comment peux-tu encore désirer la même femme qui t’a chassé de sa vie alors que tu n’étais qu’un enfant innocent ?” demande Mogar.

“Elle est toujours ma mère et j’espérais voir si elle allait bien. Maintenant que j’ai compris les règles de base, il ne me reste plus qu’une seule question.” Morok se massa délicatement les tempes tout en se concentrant plus que jamais en fixant ses adversaires.

“Tu es un homme remarquable, Morok Eari.” dit Mogar. “Tu as accepté ton passé et les cicatrices qu’il t’a infligées sans le laisser gâcher ta vie. Il n’est pas étonnant que ton âme soit en paix.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser