Supreme Magus chapitre 1145

Noyaux et cristaux blancs - Partie 1

Traducteur: Ych
———

“Il était juste fatigué et vraiment, vraiment triste. Maintenant, il peut enfin se reposer tranquillement.” Menadion renifla à nouveau en pensant à toute la douleur et l’angoisse que Valeron avait traversées à cause d’une simple erreur.

À l’époque, ce n’était pas Tyris qui devait choisir le nouveau dirigeant du royaume, mais Valeron lui-même. Le Premier Roi avait simulé sa mort après avoir régné pendant plus d’un siècle parce qu’il croyait fermement que sa longue vie et l’aide de Tyris l’avaient rendu inapte à comprendre les besoins de son peuple.

Les mages voulaient plus de pouvoir, les roturiers plus de liberté et les nobles voulaient que tout reste en l’état. Au moment où Valeron s’est rendu compte qu’il était lui aussi contre le changement, il a abdiqué.

Selon son cœur, le royaume était parfait, mais sa raison savait mieux que lui. Il n’existe pas d’état parfait, juste le compromis le plus juste dans les circonstances d’un moment donné de l’histoire.

Le Royaume s’était développé à pas de géant sous le règne de Valeron et il était devenu un pays utopique par rapport à ce qu’il était avant son unification. Des lois équitables, pas d’esclavage et un système judiciaire qui tenait même les nobles responsables de leurs actes.

Le problème, c’est que “équitable” est un terme relatif et qu’au fil du temps, les nobles ont trouvé d’innombrables moyens de contourner les nouvelles règles. Même si Valeron reconnaissait la plupart de ces problèmes, il hésitait à promulguer les changements nécessaires parce que son attachement au passé l’empêchait de s’inquiéter du présent.

Certaines de ces lois avaient été rédigées avec l’aide de ses meilleurs amis. Pour lui, les changer signifiait détruire leur héritage, s’avouer que les personnes en qui il avait le plus confiance avaient eu tort.

Il avait également du mal à punir les nobles, car ils étaient tous les descendants des hommes et des femmes qu’il avait triés sur le volet pour diriger le royaume à ses côtés et en être les piliers. Les tuer ou les dépouiller de leurs titres effacerait les liens du sang de ceux qui avaient versé leurs larmes et leur sang avec lui sur le champ de bataille pendant des années.

À mesure que le royaume prospérait et que ses habitants se multipliaient, Valeron reconnaissait de moins en moins de visages, ce qui lui donnait l’impression d’être une relique d’une époque oubliée. Ses souvenirs et Tyris étaient les dernières choses qui lui restaient de sa vie humaine.

Ses descendants directs étaient toujours en vie, mais contrairement à lui, ils vieillissaient et mouraient si un accident leur arrivait. Valeron n’avait pas la force de modifier son propre héritage, alors il a fait de l’un de ses enfants le dirigeant et l’a aidé depuis les coulisses.

Son cœur saignait à chaque nouvelle loi et à chaque fois que les frontières bougeaient, car le royaume changeait plus vite qu’il ne pouvait l’accepter, mais Valeron se réjouissait toujours de voir son peuple heureux.

Cela lui donnait la force d’accepter le fardeau et l’isolement du pouvoir.

La folie d’Arthan, cependant, avait détruit toute la confiance que Valeron avait dans sa capacité à juger les gens. Il se sentait responsable d’avoir mis Arthan sur le trône et d’avoir forcé Tyris à exécuter publiquement leur arrière-arrière-petit-fils après avoir dénoncé ses crimes.

Elle savait que Valeron allait souffrir, mais la gardienne voulait aussi montrer au peuple du royaume que personne n’était au-dessus des lois, pas même les Royaux. Après la mort d’Arthan, Valeron avait cessé d’utiliser la Terre Mère, la technique de respiration de Tyris.

Incapable de reconnaître le Royaume qu’il avait construit, avec tous ses descendants directs morts, et le fardeau d’avoir échoué à arrêter Arthan avant que des milliers d’innocents ne meurent, il avait perdu l’envie de vivre.

“Tu es vraiment triste toi aussi, maman ? S’il te plaît, ne t’en va pas. Je serai sage.” Bébé Solus n’avait aucune notion de la mort, pourtant l’idée de ne plus voir sa mère la terrifiait.

“Ne t’inquiète pas, ma petite fille. Maman ne va nulle part. Je serai toujours là pour toi. Toujours.” Menadion serra son enfant contre elle, heureuse de ne pas être née noble.

Dans la communauté des Éveillés, avoir des enfants était l’un des moyens de garder des liens avec un monde qui leur devenait de plus en plus étranger au fil des décennies. Valeron avait cessé d’avoir des enfants après avoir abdiqué pour ne pas causer de problèmes avec la ligne de succession.

“Pourquoi les cheveux de maman sont-ils de différentes couleurs alors que je n’ai que de l’argent et de l’orange ? Je veux du vert aussi !” dit le bébé Solus.

“Je suis désolée ma chérie, mais ces choses-là se décident à la naissance. Tu as déjà deux mèches et cela signifie que tu es vraiment douée.” Menadion gloussa en regardant la petite fille qui jouait avec ses cheveux sous la lumière, admirant ses réflexes comme s’il s’agissait d’une gemme multicolore.

“Talentueuse en quoi ?”

“La lumière et la terre. Les éléments de la création. Tu feras un grand maître de la Forge quand tu seras grande, comme ta mère.” Menadion répond.

“Et le vert ? Est-ce que je peux l’avoir ?”

“Le vert est très, très rare. Seuls ceux qui ont six affinités peuvent l’atteindre. Le vert est la couleur du mana et le mana n’est rien d’autre que les six éléments mélangés à notre force vitale.” Menadion dit.

“Ce n’est pas rare. Toi et tante Loka l’avez. Même papa !” Bébé Solus fit la moue, posant ses longs cheveux à côté de ceux de sa mère, ce qui permit à Solus de remarquer que ses cheveux humains étaient d’une nuance de brun si claire qu’ils semblaient dorés sous les lumières magiques de la maison.

“Papa n’en a pas. C’est juste de la peinture qui salit ses cheveux à cause de son habitude de se gratter la tête avec le pinceau chaque fois qu’il est bloqué par l’une de ses œuvres. Mon Dieu, cet homme devrait se doucher plus souvent.” Menadion rit.

‘Ma mère s’appelait Menadion et mon père était peintre. Je me demande s’il est devenu célèbre et quel genre d’homme il était.’ Solus réfléchit.

“Les gens normaux n’ont pas du tout de mèche élémentaire. Comme papa et même l’oncle Valeron. Ceux qui, comme toi, ont une grande affinité pour les deux éléments de la création sont dits bénis par la lumière, ma chérie.”

Menadion fit apparaître une construction de lumière dure de Valeron portant l’armure royale et maniant la lame royale. Comme il était “mort” depuis des décennies, Tyris n’organisa pas de funérailles.

En s’assurant qu’au moins sa mémoire soit perpétuée par son enfant, Menadion a voulu rendre hommage au Premier Roi.

Dans l’hologramme, Valeron avait l’air jeune et heureux, arborant un sourire chaleureux.

“C’est toi qui as fait ces choses pour lui, maman ? Elles ont l’air idiotes.” dit le bébé Solus.

“Non, ma chérie. Ce sont l’épée et l’armure de Saefel.” Menadion a répondu.

“Qui est Saefel et pourquoi a-t-elle fait un si mauvais travail ?”

“Maman va partager un grand secret avec toi, alors tu dois me promettre de ne jamais le dire à personne”. Avec sa mort, la promesse que Menadion avait faite à Valeron n’avait plus lieu d’être.

“Saefel n’est qu’un autre des noms de Tyris. Après leur mariage, l’oncle Valeron n’a pas aimé être obligé de la partager avec le reste de Mogar. Les éveillés l’appelaient Tyris, les gens la priaient en l’appelant Grande Mère, et avec ses fonctions de gardienne, elle était souvent absente.

“Alors, oncle Valeron lui a donné un nouveau nom, Saefel, qu’il était le seul à utiliser lorsqu’ils étaient seuls.”

“Je ne comprends pas.” Bébé Solus dit.

“C’est une coutume humaine, mon enfant. Quand nous avons un bébé ou un animal de compagnie, la première chose que nous faisons est de leur donner un nom. Cela les distingue de tous les autres et nous permet de les revendiquer comme nôtres. Comment te sentirais-tu si quelqu’un d’autre m’appelait maman ?” dit Menadion.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser