Supreme Magus chapitre 1071

Folie et sagesse, partie 1 |

Traducteur: Ych
———

“En plus de cela, même si nous trouvons un moyen de réparer mon noyau, je ne peux pas me séparer de la tour. Je pourrais devenir mon propre maître après ta mort, mais cela signifierait vivre une éternité de solitude.

“L’immortalité serait ma malédiction plutôt que ma bénédiction. Après avoir perdu tous ceux que j’aime, ce ne serait qu’une question de temps avant que le chagrin et l’isolement ne me rendent fou, comme cela arrive aux Liches.” Solus n’avait jamais eu aussi peur de son avenir.

Trouver les réponses qu’elle avait longtemps cherchées ne lui avait apporté aucune joie, seulement du désespoir.

“Arrête de débiter des bêtises, Solus !” dit Lith. “Tu n’as jamais été un fardeau pour moi. Tu es mon ami et mon confident le plus précieux. Notre lien m’a rendu meilleur et je n’ai même pas encore commencé à te rembourser pour tout ce que tu as fait.

“Je prendrai soin de toi non pas parce que je dois le faire, mais parce que je le veux. Quel que soit le désordre dans lequel ma vie va se transformer, je veux que tu en fasses partie. Quant à l’immortalité, toi et moi sommes dans le même bateau.

“Je ne peux pas me permettre de mourir sans faire un autre voyage au pays de jamais, alors ne me tue pas comme ça. Ne t’inquiète pas pour l’avenir. Nous nous en occuperons le moment venu, comme nous l’avons fait pour tout le reste. Ensemble.” Lith embrassa sa tête, berçant Solus entre ses bras.

“Puisqu’il nous reste un peu de temps avant d’aller nous coucher, que dirais-tu si je te préparais mon chocolat chaud de renommée mondiale avec de la crème fouettée et des crêpes noyées dans le sirop ?” demande Lith d’une voix apaisante.

“Tu essaies de me donner du diabète ?” Solus a hoché la tête et gloussé en même temps.

“L’avantage d’avoir un corps énergétique, c’est qu’on ne peut pas grossir. Tu devrais en profiter tant que tu en as la possibilité. Une fois que tu auras ton vrai corps, tu seras comme tout le monde. Un moment sur les lèvres, une vie entière sur les hanches.” Lith s’est amusée à se pincer le ventre.

“Comment oses-tu te moquer d’une dame !” Solus rit, essayant de lui rendre la pareille mais ne trouvant rien à pincer.

“Je vais suivre ton conseil et prendre un double chocolat. Alors, peut-être, je te pardonnerai.”

Pendant que Lith préparait la nourriture, Solus vérifia son corps et se rendit compte qu’elle n’avait aucune idée de la façon de préparer un simple repas. Les mages étaient souvent tellement concentrés sur leurs recherches qu’ils ne prêtaient aucune attention à des choses comme la cuisine ou la couture.

L’idée que pour continuer à savourer ses plats préférés comme elle l’avait toujours fait sans prendre dix kilos par mois, elle devrait à la fois faire beaucoup d’exercice et apprendre à les préparer, faisait passer l’immortalité pour un problème mineur aux yeux de Solus.

***

Région de Weghan, près du repaire d’Ajatar le Drake, dans la partie centrale du royaume du Griffon.

Ajatar dormait profondément alors que le soleil venait de se coucher. Sa dernière expérience avait non seulement été un échec cuisant, mais elle avait aussi duré plus de trois jours. Le drake était agacé et avait grand besoin de se reposer.

L’invigoration ne pouvait pas réparer sa fierté blessée ni sa mauvaise humeur. La seule prescription était de prendre un peu de repos pour apprendre de ses erreurs.

C’est pourquoi, lorsque quelqu’un a déclenché tous ses réseaux d’alarme et frappé à sa porte, Ajatar était royalement énervé avant même d’apprendre l’identité de l’invité indésirable ou la raison pour laquelle il le dérangeait.

“Ça a intérêt à être urgent, mon pote, parce que sinon je vais te peindre en noir et bleu partout”. Le Drake ressemblait à un lézard surdimensionné recouvert d’écailles bleu saphir avec une énorme corne blanche sortant de son museau.

Malgré sa taille gigantesque, Ajatar se déplaçait aussi aisément qu’un chat, atteignant la porte en une fraction de seconde.

“C’est quoi ce bordel ?” Il dit en remarquant un homme en haillons endormi sur sa sonnette. “Comment diable un humain sait-il trouver ma sonnette et comment a-t-il déclenché tout en esquivant mes pièges ?”.

Ajatar activa ses sens mystiques et ses réseaux pour s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une sorte de ruse élaborée pour une embuscade. Beaucoup de gens tuaient les drakes pour leurs écailles robustes qui pouvaient être utilisées pour fabriquer des protections extraordinaires.

De la même façon, la maison du Drake était entourée de peaux humaines pour rappeler à tous les chasseurs en herbe que le dépeçage était un jeu auquel on pouvait jouer à deux. Ce n’est qu’une fois que tous les contrôles de sécurité se sont révélés négatifs qu’il a reniflé l’étranger.

L’homme en haillons sentait la saleté, l’alcool et quelque chose qui rappelait au Drake sa propre jeunesse dissolue. Sous toute cette puanteur, l’odeur d’un congénère de Bête Empereur était faiblement détectable.

“Si tu veux dormir, va ailleurs. Que veux-tu de moi ?” Le Drake demande.

“Oh, désolé.” Morok réussit à bâiller, roter et péter en même temps, libérant un gaz nocif qui effaça toute trace de sommeil restante dans le corps d’Ajatar.

“J’ai besoin qu’on me ramène au duché d’Ernas Arch pour récupérer mon prix, puisque ces salauds m’ont laissé tomber comme une mauvaise habitude.” Dit-il avant de s’endormir littéralement sur le sol avec un bruit sourd.

“Quel genre d’idiot vient de trébucher dans ma maison ?” Ajatar demande aux cieux en roulant des yeux.

“Sois plus précis, bon sang ! As-tu la moindre idée de la taille d’un archiduché ? Il y a plusieurs seigneurs éveillés qui y vivent. Soit tu me dis où tu veux aller, soit je jure devant les dieux que je te Warp à un endroit aléatoire.”

“Emmène-moi chez les Ernas, merci.” Morok s’arrêta de ronfler le temps de répondre, puis reprit promptement.

Fatigué de jouer le jeu de toutes ces absurdités, Ajatar utilisa l’Invigoration sur Morok, nettoyant son corps des substances comme de la fatigue.

” Ça ne marche pas comme ça, mon pote. Commence par le commencement. Qui es-tu et que veux-tu ?” demande le Drake.

“Espèce de démon !” Morok regarda le Drake avec indignation, le faisant culpabiliser même s’il n’avait aucune idée de la raison. “C’était de l’alcool de première qualité et de la joie chimique. As-tu la moindre idée de ce que cela m’a coûté ? J’exige un dédommagement !”

“Tu veux que je paie pour avoir perturbé ton état d’ébriété ?” Ajatar était sidéré mais ne se sentait plus coupable.

“Tu le casses, tu le paies. Pourquoi le réseau de distorsion est-il toujours inactif ?” Morok tendit la main pour l’argent tout en regardant le laboratoire en désordre avec mépris. “Mec, cet endroit est un véritable capharnaüm puant. Tu n’as pas honte ?”

La panne et l’explosion qui s’en est suivie avaient en effet laissé le laboratoire dans un état pitoyable. Des morceaux d’équipement brisé gisaient partout et la puanteur des ingrédients brûlés donnait au repaire une odeur âcre.

Pourtant, entendre ces mots venant de quelqu’un qui, en comparaison, faisait ressembler son laboratoire à un bouton de rose, faillit donner une attaque à Ajatar.

“Premièrement, je ne te donnerai pas une seule pièce de cuivre. Deuxièmement, si tu n’aimes pas ma maison, va à Feymar et utilise le portail des humains.” Le Drake dit .

“Un peu de respect, mec ! Je suis un compagnon Bête d’empereur et un héros de guerre de surcroît. J’ai affronté Baba Yaga, j’ai survécu de justesse à la légendaire bataille des trois armées, puis j’ai rampé jusqu’ici. Est-ce trop demander que de m’aider un peu ?” dit Morok.

“Même si je voulais croire que tu as rencontré une légende vivante comme Baba Yaga et que tu as survécu pour raconter l’histoire, je me moque du reste. La dernière guerre a eu lieu avant même ma naissance et je n’ai jamais entendu parler d’une telle bataille.”


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser