Supreme Magus chapitre 1067

Le fardeau du pouvoir Partie 1

Traducteur: Ych
———

Contrairement à la plupart des gens de son âge, la reine était encore dans la fleur de l’âge. Tyris rajeunissait régulièrement Sylpha, lui donnant la vigueur et les réflexes d’une jeune femme de vingt ans.

Grâce à son talent et à son entraînement constant, la reine n’avait plus d’adversaires dignes d’elle depuis son plus jeune âge. Au début, elle avait eu recours à des combats avec les membres du Corps de la Reine, mais après qu’elle soit devenue un faux Éveillé, ils ne pouvaient plus la suivre.

Bientôt, même les membres du Corps de la Reine n’étaient plus à la hauteur, et elle a donc passé les trente dernières années à s’entraîner avec Tyris elle-même. La gardienne profita de ce temps pour exiger également un rapport complet sur la situation du royaume.

“Pourquoi n’as-tu pas encore réglé le problème avec Phloria Ernas ? Je lui ai donné ma parole que sa carrière ne serait pas affectée par ces Odi dégoûtants.” La hache à une main de Tyris intercepta la pointe de la lance de Sylpha, la bloquant entre la lame et le manche.

Puis, Tyris a presque arraché la lance des mains de Sylpha d’une torsion et d’une traction soudaines de son arme.

“J’ai fait tout ce que j’ai pu.” Sylpha grogna dans l’effort de libérer la lance avant qu’il ne soit trop tard.

“La Cour est divisée et chaque faction a ses propres priorités. Trop de gens sont impatients de poser le pied sur Jiera et de commencer une nouvelle vie. Peut-être que si tu intervenais directement…” La reine réussit à reculer et à utiliser la portée supérieure de son arme pour prendre le dessus.

“Je détruirais des siècles de dur labeur.” Tyris secoua la tête tout en esquivant la rafale rapide de fentes avec un minimum d’effort. “J’ai chargé la famille royale de le faire pour une raison.

” La Cour est toujours divisée, mais il est du devoir des Royaux de l’orienter dans la bonne direction. Pour faire ce que tu me demandes, il faudrait que je me dévoile ou que je tue Deirus dans l’ombre, mais cela ne servirait à rien.

“Le premier ne ferait qu’inciter les gens à me flatter comme c’est le cas avec Leegaain et à saper ton autorité tandis que le second me transformerait en Salaark. Je veux que mon royaume prospère grâce à son peuple, pas grâce à moi.”

Lors de chaque séance de sparring, le choix de l’arme serait complètement aléatoire par le biais d’un tirage au sort qui incluait même des combats à mains nues.

“La situation n’est pas différente de celle qui prévalait lorsque la guerre civile menaçait le Pays. Tu ne crois pas que tu pourrais faire une exception pour une fois ?” Sylpha maudit l’incapacité de la lance à effectuer autre chose que des attaques perforantes.

Elle n’avait jamais vaincu Tyris, mais elle s’était rarement sentie aussi impuissante. Trop loin et la Première Reine aurait simplement attrapé la lance à mains nues, trop près et Sylpha se serait retrouvée avec rien d’autre qu’un manche à balai dans les mains et le poing de Tyris dans l’estomac.

Tout le combat était une danse pour la maintenir à distance tout en cherchant un schéma que la gardienne ne pouvait pas prédire.

“C’est complètement différent. À l’époque, tu ne savais pas qui était ton ennemi et qui était un allié. Maintenant, au contraire, tu sais exactement qui, pourquoi et comment.” Tyris répond.

“Balkor a enseigné aux habitants du royaume bien plus que la lutte contre les morts-vivants, il leur a appris à éduquer les jeunes talents, quelle que soit leur éducation. Nalear a appris aux traîtres qu’ils ne peuvent pas se faire confiance, tout comme Deirus te montre les failles de nos lois.

“Si je l’élimine maintenant, qu’est-ce qui changerait ? Quelqu’un d’autre prendrait sa place, les Cours des morts-vivants trouveraient un autre noble mécontent, et l’histoire se répéterait. Des défis se présenteront toujours et tu ne peux pas simplement les souhaiter.” Tyris donna un coup de hache, coupant la lame de la lance et mettant fin au combat.

“Qu’as-tu appris aujourd’hui ?”

“Que les lances sont nulles en tant qu’armes, tout comme je suis nulle en tant que reine”. Sylpha halète.

“Tu ne pourrais pas avoir plus tort.” Tyris secoua la tête tout en remettant la hache dans le râtelier et la lance cassée dans la poubelle.

“Les lances sont peut-être simples et directes par rapport à d’autres armes, mais cela signifie seulement que c’est à leurs manieurs de compenser par leur astuce. Quant à toi, tu es une bonne reine.

“Contrairement à tes prédécesseurs, tu ne t’es jamais contentée de ton pouvoir et nos entraînements en sont la preuve. Même si mon sang ne coule pas dans tes veines, je ne pourrais pas être plus fière de toi, Sylpha.

“Pendant des années, tu as mené une bataille perdue d’avance contre les anciennes familles nobles, jusqu’à ce que tu gagnes. Tu as changé le système des académies et bientôt, même la vaniteuse Association des Mages recevra son dû.

“Les périodes de changement sont toujours des périodes de chaos. Quelqu’un comme Deirus qui tente de combler le vide de pouvoir laissé par les traîtres que tu as déracinés devait forcément apparaître et il n’a encore réussi que parce que tu l’as arrêté.”

“Si je suis si bon que ça, alors pourquoi avons-nous tant de mal ?” Sylpha a répondu. “Tu pourrais au moins nous aider avec ces maudits morts-vivants…”

“Et voilà que tu recommences.” Tyris soupira, coupant court aux propos de la reine. “Pourquoi les gens n’apprennent-ils jamais les leçons les plus simples ? La paix, comme toutes les choses les plus importantes de la vie, n’est pas quelque chose d’acquis, elle doit être gagnée.

“Si un loup veut manger, il doit chasser. Si un cerf veut vivre, il doit courir. Le seul changement que l’on peut obtenir en restant assis et en espérant le meilleur, c’est de s’aplatir le c*l. Une fois les morts-vivants vaincus, une fois Deirus traité, quelque chose d’autre se produira.

“Tu es la reine d’un royaume entier, ce qui fait que gérer les problèmes au quotidien est ton travail, pas le mien.”

“Alors, Mère, peux-tu m’expliquer pourquoi tu perds encore ton temps avec les puces ?”. Une voce mélodieuse émergea des ombres du palais souterrain.

Elle appartenait au plus bel homme que Sylpha ait jamais vu. Il semblait avoir une vingtaine d’années et mesurer environ 1,8 mètre. Il avait d’épais cheveux dorés et des yeux argentés qui brillaient respectivement comme le soleil et la lune sous l’éclairage magique du palais.

“L’un de tes enfants ?” Sylpha avait rencontré suffisamment de Bêtes Empereurs pour ne pas être effrayée par sa belle apparence et se concentrer uniquement sur les yeux argentés de l’étranger.

“En effet. Sylpha, voici Jorl. Jorl, voici Sylpha.” dit Tyris pendant que les deux échangent leurs salutations.

“Maintenant que nous en avons fini avec les civilités, pourrais-tu répondre à ma question, mère ?” La plupart des enfants de Tyris considéraient les Royaux comme des traîtres pour avoir renoncé à la lignée des Griffons et en voulaient à Tyris de ne pas s’être occupée de ses véritables héritiers.

Jorl était l’un d’entre eux.

“Parce que contrairement à toi, ils ont besoin de moi pour autre chose que de dorloter leur ego. Ce n’est pas étonnant que tu sois toujours coincé avec un noyau de mana bleu vif après plus de mille ans de vie. Ta stupide fierté et ta puérilité t’empêchent de grandir.” Tyris répondit par un ricanement.

“Tu as peut-être raison, et peut-être pas. Pourtant, pourquoi as-tu accordé un noyau violet à cette femme et refusé de faire la même chose pour moi ?”. Jorl regarda Sylpha avec envie.

Il avait réussi à s’auto-éveiller à vingt ans, avait atteint un corps parfait et un noyau bleu vif à cent ans, et était resté bloqué là depuis.

“Parce que Sylpha a prêté serment avec moi pour la vie. Si tu es prêt à faire de même, je t’aiderai. Le Corps de la Reine a besoin d’un capitaine qui puisse s’occuper des recrues en mon absence.” dit Tyris.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser