Supreme Magus chapitre 1028

La Tour Secrète Partie 2 |

Traducteur: Ych
———

“Il y a suffisamment de nourriture pour tout le monde. Inutile de ruminer l’estomac vide. Quel que soit votre choix, vous aurez besoin de force.” Elle désigna les six chaises vides, une pour chaque invité plus une pour elle-même.

Baba Yaga s’apprêtait à s’asseoir en bout de table lorsqu’elle perçut un grondement sourd dans l’atmosphère.

“Il arrive !” Dit-elle alors que ses yeux se transforment en feux flamboyants de mana.

D’un geste de la main, elle créa un double de la salle à manger, envoyant les enfants et la Mère au loin pour les laisser dîner tranquillement. Dans le même temps, la Crone et ses invités observaient les événements qui se déroulaient à la surface à travers ce qui ressemblait à un miroir de surveillance apparu dans les airs.

“Lui qui ?” demanda Phloria, ressentant de l’espoir pour la première fois depuis qu’elle avait pénétré dans ces maudites mines.

“Ma fille Aube l’appelle le Chevalier le plus noir, tandis que les Bêtes le connaissent sous le nom de Fléau. Je préfère appeler les choses comme je les vois, alors pour moi, c’est le Destructeur. Quant à vous, je crois que vous le connaissez sous le nom de Lith Verhen”. Baba Yaga dit .

***

Le météore noir flamboyant a parcouru les derniers kilomètres qui le séparent des mines en un clin d’œil, sans jamais ralentir. Même s’il était clairement visible à l’horizon, les gens du camp étaient trop occupés soit à essayer de tuer, soit à survivre, pour prendre la peine de regarder le ciel.

‘Je ne sais pas ce qui se passe en bas et je m’en fiche.’ Grâce à ses sens améliorés, Lith pouvait voir des humains, des thralls et des morts-vivants se battre ensemble contre des humains normaux.

‘Solus, y a-t-il des traces de Phloria et des autres ?’

‘Aucune, mais il y a du grabuge en bas. Leur signature énergétique peut être masquée par l’un des anneaux d’Orion, couverte par leurs ennemis, ou pire encore. Es-tu sûr de vouloir le faire ?’ demande Solus.

‘Oui, je le suis. Tant qu’aucun témoin ne reste en vie, nous n’avons pas besoin de nous soucier de cacher quoi que ce soit de notre force. Nous pouvons aller jusqu’au bout et même au-delà. Se battre si près d’un geyser de mana aussi puissant est une occasion unique et notre meilleure chance de sauver mes amis.’

Solus glissa de son doigt et atteignit le sol en premier, atterrissant derrière une petite colline située à quelques centaines de mètres du camp. Son point de chute se trouvait exactement au milieu du flux d’énergie du monde en furie qui venait d’en bas et qui avait donné naissance aux mines de cristal.

Elle a pris la forme d’une tour, puis s’est éloignée à l’aide d’un Warp.

Pendant ce temps, Lith a atterri brutalement, ouvrant un profond cratère dans le sol et tuant au passage tous les morts-vivants qui se trouvaient à proximité. Il avait repris sa forme humaine et portait sa robe d’Archimage, exerçant une autorité suprême sur les soldats qui étaient miraculeusement indemnes de l’impact.

“Phloria Ernas, où est-elle ?” Même le réseau de scellement dimensionnel ne pouvait atténuer la pression que sa colère bouillonnante dégageait.

Les traîtres et les thralls tremblaient dans leurs bottes à la vue de Lith tandis que les soldats pleuraient de joie. Grâce à la vision de vie qui lui montrait les traces des noyaux de sang que portaient les thralls, Lith pouvait distinguer ses amis de ses ennemis.

Voyant ses mains bouger, les traîtres pointèrent leurs armes et leurs baguettes contre Lith. Les formes heurtèrent sa robe et se fissurèrent tandis que les mains qui les maniaient s’engourdissaient sous l’effet de l’impact.

Ces dernières libérèrent des sorts qui furent instantanément maîtrisés par ceux de Lith, sans faire gagner une seule seconde à leurs propriétaires avant que des lances d’échec ne tuent tous ceux qui avaient levé la main sur l’archimage.

“Phloria Ernas, où est-elle ?” Lith répéta la question au soldat qui s’accrochait maintenant à sa robe d’un bleu profond comme s’il s’agissait de leur bouée de sauvetage.

” Tu dois nous aider ! Nous avons failli mourir aux mains des traîtres et de leurs alliés morts-vivants…” dit une jeune soldate jusqu’à ce que la magie de l’esprit l’étouffe en même temps que les gémissements de tous ses camarades.

“Je n’ai pas demandé de rapport. Ernas. Où ?” Lith les aurait volontiers abandonnés à leur sort, mais parcourir l’intégralité du champ de bataille sans but était plus que stupide alors que des renseignements gisaient partout.

“Je ne sais pas.” Dit-elle au milieu des larmes lorsque la pression sur son cou s’est atténuée et que les autres soldats ont hoché la tête comme des perroquets en pleine crise d’épilepsie.

“Ils sont censés être dans la tente de commandement. C’est par là. Je ne les ai pas vus depuis ce matin pourtant.” La jeune soldate pointa du doigt l’endroit où la bataille était la plus féroce, sa voix suppliant d’être épargnée malgré son inutilité.

“Très bien. Fuyez ou mourez, c’est à vous de choisir.” Lith les lança vers le chemin que son arrivée avait dégagé.

Les humains et les morts-vivants à proximité étaient trop concentrés sur lui pour se soucier des survivants, ce qui leur donnait une chance de s’enfuir.

“Il est fou ?” Nandi était sidéré. “Les renforts de l’armée représentent à eux seuls un millier d’hommes et les morts-vivants sont au moins la moitié de ce nombre.”

“Non, il ne l’est pas.” Baba Yaga ne comprenait pas non plus le comportement de Lith et regardait le miroir de surveillance avec confusion.

“Il y a une grande puissance en lui, pourtant sa force vitale est brisée et il n’est plus qu’un homme. Même un Éveillé ne peut pas s’éloigner facilement d’un tel champ de bataille, à moins que…” Tout le monde se tourna vers elle, mais Baba Yaga ne prit pas la peine de terminer sa phrase.

Elle était trop occupée à repenser à la description de sa défaite par Aube.

Solus se téléporta à nouveau au-dessus des mines de cristal et cette fois-ci, elle y resta. Les Sentinelles sortaient de toutes les portes et fenêtres de la tour, à la recherche d’indices sur leurs amis disparus.

Les Sentinelles étaient des appareils de surveillance qui ressemblaient à une sphère de verre de la taille d’un ballon de basket. Elles pouvaient scanner tout ce qui se reflétait sur leur surface et partager avec Solus tous ses sens mystiques, ce qui leur permettait d’identifier quelqu’un en se basant sur sa signature énergétique.

Baba Yaga a suivi l’arrivée de Solus sur un autre dispositif de surveillance qu’elle seule pouvait voir.

‘Une force vitale provenant d’un bâtiment ? C’est un objet maudit, c’est sûr. Cela correspond à la description de Aube et explique le cran de Verhen. Une tour de mage est l’outil le plus puissant qu’un mage puisse souhaiter.’ Elle le savait bien puisque sa cabane était en fait une tour de mage façonnée selon la volonté de son maître.

‘Pourtant, il est trop jeune pour avoir construit une tour et je les connais toutes.’ Baba Yaga avait déjà vu la tour de Menadion plus d’une fois par le passé, mais elle ne l’avait pas reconnue.

Comme Solus l’avait dit à Lith, ils avaient découvert ensemble des choses sur la tour que Menadion elle-même ignorait, mais ce n’était qu’une supposition due à l’ignorance de Solus.

En fusionnant une personne avec sa tour, Menadion n’a pas tant créé un objet maudit qu’un hybride humain-tour. Les reliques normales étaient incapables de se développer en dehors de la conception de leur créateur, mais Solus était un être vivant et sa moitié de tour l’était aussi.

Plus Solus retrouvait ses pouvoirs et apprenait la magie, plus la tour pouvait se remodeler en fonction des développements magiques les plus récents. Ils grandissaient ensemble car les Éveillés affinaient naturellement leur propre corps grâce au mana qui coulait en eux.

Pendant ce temps, Lith s’élançait vers la tente de commandement tout en ignorant toutes les attaques qui lui étaient destinées grâce à la protection combinée de l’armure de marcheur de peau boostée et de son anneau de barrière qui bloquait les coups qu’il ne parvenait pas à esquiver.

“Ranger Verhen, comme c’est gentil de te joindre à nous !” Une voix quelque peu familière appartenant à un beanpole quelque peu familier dit….


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

J’en connais un qui va se faire tabasser.
Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser