Supreme Magus chapitre 1013

L'éléphant dans la pièce, partie 1

Traducteur: Ych
———

“En quoi tout cela est-il de ta faute ?” Friya la serra dans ses bras, bientôt rejointe par Phloria qui caressa la tête de Quylla et tenta de la calmer suffisamment pour lui faire entendre raison. “Tu n’as pas appelé les morts-vivants ici ni dit à ces idiots de me reluquer comme si je n’étais qu’un morceau de viande”.

“Tout est de ma faute.” Quylla répond. “J’ai accepté cette stupide bague à l’académie parce que j’étais jalouse de Phoria et de Lith. J’ai tué Yurial et maman a failli mourir parce que j’étais trop faible pour combattre l’objet esclave.

“Ce jour-là, je t’ai mis devant une décision impossible qui, des années plus tard, a ruiné ta carrière. Si, lorsque je suis venu chez toi pour la première fois, j’avais refusé d’être adopté, maintenant tu serais heureuse et j’aurais reçu la punition que je mérite.

“Maman aurait dû renoncer à moi et te sauver de Deirus. À l’académie comme à Kulah, je n’ai réussi à sauver personne. Je ne suis qu’une orpheline inutile. Sans moi, Friya et toi seriez traités comme les héros que vous êtes.

“Je ne mérite pas d’être votre sœur”. Quylla gémit de désespoir, essayant sans succès d’échapper à l’étreinte dont elle se sentait indigne.

“Et moi qui pensais que Kortus était le plus grand idiot du camp”. dit Phloria. “Tu n’as rien fait de mal. Bien au contraire, ici comme à Kulah, tu as sauvé beaucoup de vies, la mienne et celle de Lith comprises.

“De retour à l’académie, tu ne savais pas que ton aspirant petit ami t’avait offert une bague d’esclave. Tu n’étais qu’une des dizaines d’élèves que cette folle salope de Nalear a transformés en ses marionnettes. Ce qui s’est passé n’est pas de ta faute, mais de la sienne. Yurial était l’un de ses principaux cibles, tout comme Linjos.

” Tu l’as attaqué uniquement parce que Nalear te l’a ordonné et Deirus le sait. Son fils, notre ami, est mort en tentant d’empêcher le déclenchement d’une guerre civile et par ses actions, Velan Deirus crache sur le sacrifice de Yurial.”

“Phloria a raison.” Friya dit. “Nous avons tous lu les journaux intimes que Yurial a laissés et nous savons ce qu’il ressentait pour nous. Il ne voudrait pas que tu t’en veuilles pour ce qui s’est passé. Quant à Kulah, c’est toi qui as été le véritable héros.

“Si tu n’avais pas arrêté le réacteur Mana, tout le monde serait mort maintenant. Nous ne partageons aucun sang, mais tu es ma sœur depuis le jour où nous nous sommes rencontrées. Je préférerais mourir plutôt que de t’abandonner.”

Friya berça Quylla qui sanglotait dans ses bras, souhaitant que Jirni soit vraiment à l’origine du retour de Balkor et que leur mère fasse payer au décuple tous les responsables de la souffrance de ses sœurs.

À des milliers de kilomètres de là, Jirni sentit ses oreilles brûler et ajouta quelques lignes à son plan directeur.

“Quylla, la vie sera toujours injuste. Abandonner mon travail me fait mal, mais ça pourrait être bien pire.” Phloria dit. “J’ai encore ma magie, ma famille et toute ma vie devant moi. Tu n’as pas à te sentir mal pour quelque chose que même papa et maman n’ont pas pu arrêter.

” Maintenant, puisque nous partageons tout, dis-moi la vérité. Pourquoi as-tu rompu avec Anathor juste après notre entrée à Kulah ?”

“Il m’a offert une bague”. Quylla répond.

“C’est un mauvais geste si j’en ai déjà entendu un”. Friya dit.

“Ce n’est pas de sa faute, je ne lui ai jamais rien dit de mes jours à l’académie parce que c’était trop douloureux. Quand il m’a offert la bague, je n’ai pas pu me forcer à la porter ou à lui donner une explication. Après cela, nous nous sommes éloignés l’un de l’autre jusqu’à ce qu’il soit trop tard.” Quylla avait cessé de pleurer, mais Phloria refusait de la lâcher.

” Lâche-moi ou je me mouche sur ta manche “.

“Je t’en prie. Toutes les armures de marcheurs de peau sont autonettoyantes, ma petite.” Phloria embrassa la tête de Quylla et lui donna un mouchoir.

“Tu sais, à l’académie, j’étais toujours envieuse de ta silhouette, Friya. Maintenant, au contraire, je suis soulagée de ne pas être celle qui est obligée de s’habiller comme un sac de pommes de terre pour ne pas être importunée à chaque fois que je sors de la maison.”

Quylla reniflait encore, mais entre l’étreinte et le fait d’avoir enfin trouvé la force d’exprimer ses craintes à voix haute, elle s’est rendu compte à quel point elles étaient insensées. Elle se sentait toujours coupable, mais Mogar avait cessé de se reposer sur ses épaules.

“Comme c’est gentil de ta part !” Friya glousse en ébouriffant les cheveux de Quylla.

Une fois l’ambiance morose disparue de la tente, les trois jeunes femmes dînèrent ensemble, parlant de tous les bons moments qu’elles avaient partagés pendant leur séjour au Griffon Blanc, jusqu’à ce qu’elles s’endorment.

***

Le lendemain, les Prospecteurs avaient joint leurs mains à celles des mages de l’armée pour créer une première ligne de fortifications autour du camp. La barrière que la guilde du Bouclier de cristal avait érigée au cours de la première journée était maintenant plusieurs fois plus grande et plus solide.

“Quels sont les ordres pour aujourd’hui, Sir ?” Le capitaine Kortus avait été contraint de rester debout toute la nuit pour s’assurer que tout se déroulait selon le plan de Phloria.

Il ne savait pas s’il devait détester davantage le fait qu’elle ait réussi à anticiper les mouvements des morts-vivants ou qu’il n’ait pas pu trouver une seule faille dans son plan de contre-mesures.

” Même chose qu’hier. Nous devons trouver les veines de cristal, s’il y en a, et comprendre ce que les morts-vivants faisaient ici. Peut-être qu’il n’y a pas de mines et que nous sommes tombés sur une de leurs bases secrètes.

“Cela ne rendrait pas le royaume plus riche mais cela pourrait porter un énorme coup à leurs plans. Répartissez les soldats en trois équipes. Une composée d’unités d’élite et de Prospecteurs pour fouiller les mines, une autre d’éclaireurs pour trouver toutes les traces que les morts-vivants pourraient avoir laissées, et une troisième pour monter la garde.

“Nous ne pouvons pas tomber deux fois dans le même piège. Si les Goules reviennent, nous devons nous regrouper rapidement et frapper comme un seul homme.” dit Phloria. “Capitaine Kortus, je te laisse la responsabilité du camp pendant que j’explore les grottes.

“S’il se passe quoi que ce soit, appelle-moi et je me téléporte ici. C’est bon ?”

” Sir, oui, sir. ” Kortus s’est presque mordu la langue pour ne pas faire sortir le bord de sa voix.

‘Comment ose-t-elle me traiter comme un homme de paille alors que nous avons le même rang ? Ernas est en train de dire qu’elle ne me fait pas confiance pour faire autre chose que monter la garde. Je ne sais pas comment, mais je lui ferai payer.’ se dit-il.

Sfarzen se promenait dans la tente d’Ernas, essayant de trouver un moyen de rattraper sa gaffe. Le problème, c’est que chaque discours qu’il répétait sonnait plus mal que le précédent.

“Que fais-tu ici ?” Friya portait une ample robe de mage d’un rouge profond qui dissimulait à la vue tout ce qui n’était pas ses mains, sa tête et ses pieds. “Je pensais avoir été clair hier, alors à moins que des ennemis invisibles nous entourent, nous n’avons rien à nous dire.”

“Écoute, je sais que j’ai agi comme un idiot hier…”

“Au moins, on est d’accord sur quelque chose.” Elle lui coupe la parole et tente de partir, mais il s’avance devant elle, les mains levées pour lui demander une minute de son temps.

“…et je sais que c’est soudain, mais je suis amoureux de toi. Tout ce que je te demande, c’est de me donner une chance. Un seul rendez-vous. Après ça, si tu n’es pas intéressée, tu n’entendras plus jamais parler de moi” dit Sfarzen.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser