Lord of Mysteries 2 Chapitre 473

L'affaiblissement de la corruption

Traducteur : Ych
———–

« Tu as récupéré », chuchote Jenna à Lumian.

Elle s’abstint de parler fort, craignant d’agiter son compagnon et de déclencher à nouveau la même mutation. De plus, elle craignait d’attirer l’attention de l’inquiétant géant, enveloppé de fumée et de pluie qui le rendaient insaisissable.

Lumian croisa le regard de Jenna et se rendit compte au reflet qu’il était redevenu normal.

Inconsciemment, il répondit : « Cela signifie que le rituel de l’auberge, mené par les hérétiques en m’utilisant comme modèle, est terminé… »

Soudain en alerte, Lumian balaya les environs du regard.

Le rituel de l’auberge étant terminé, il anticipait l’arrivée des octroyés des dieux maléfiques des douze autres chambres.

Son regard s’arrêta sur une zone inhabituelle ornée de briques de pierre d’un noir pâle, dominant le paysage.

Elle s’étendait, remplissant le champ de vision de Lumian, à l’exception de l’endroit où elle s’arrêtait avant la grande ville lointaine et la figure colossale au milieu des turbulences météorologiques.

Tous les 20 à 30 mètres, des piliers de pierre d’un blanc grisâtre s’étendaient dans son champ de vision, certains se dressant et d’autres succombant à l’effondrement. Ces piliers, assez larges pour atteindre trois ou quatre personnes, obstruaient la vue de Lumian et de Jenna.

Le ciel au-dessus, soutenu par ces sentinelles de pierre, prenait une translucidité étrange, comme si un feu invisible à l’œil nu faisait rage silencieusement.

La lueur qui en résultait jetait un éclairage inquiétant, semblable au crépuscule sur un champ de bataille déchiré par la guerre. Lumian, dépourvu de Vision Obscure, pouvait percevoir clairement son environnement sans invoquer une boule de feu cramoisie.

Il n’a pas remarqué madame Pualis et les autres adeptes des dieux maléfiques.

« Les résidents de l’auberge ne sont-ils pas entrés, ou sont-ils dispersés en divers endroits, arrivant au hasard ? » songea-t-il à haute voix.

Sans se décourager, il réoriente son attention, espérant que Jenna possède les informations pertinentes.

Bien que Jenna ait du mal à comprendre le concept de « hasard », elle saisit l’intention de Lumian.

Sans approfondir ce mystère, elle pivota vers une préoccupation plus urgente.

« Que devons-nous faire maintenant ? »

Au même moment, Jenna a fait un rapprochement.

L’auberge a été créée en utilisant Ciel comme modèle… D’après les connaissances mystiques qu’implique la malédiction d’une démone, Ciel pourrait-il abriter en lui le don d’un dieu maléfique ? Euh… Il semble avoir mentionné auparavant qu’il portait le sceau de M. Fou sur lui, et que celui qui est scellé est un don de dieu maléfique ? La transformation était en fait similaire aux effets d’une malédiction, mais grâce au sceau, il n’y avait pas de conséquences graves ?

Qu’est-ce qu’on fait ? Lumian évalua la scène chaotique qui s’offrait à lui : un géant colossal et flou au milieu de la fumée, de la pluie, des éclairs et des flammes. Il s’esclaffe,

« Nous devons maintenant mettre de la distance entre nous et ce géant. »

« Nous allons nous diriger dans la direction opposée de la ville, trouver une cachette sûre et observer le déroulement des événements. Notre objectif est de localiser rapidement une sortie. »

Bien qu’il ressente une attraction inhabituelle vers le géant et la ville, Lumian réussit à résister. Il n’était plus sous l’emprise de l’attraction intense qui l’avait saisi auparavant – maintenant qu’il lui manquait un niveau angélique. La rationalité l’emporta alors qu’il considérait attentivement les risques et les avantages.

Le géant, sans aucun doute de nature divine, semblait être dans un état de folie. Lumian, un conspirateur de séquence 6, ne pouvait pas se permettre de l’approcher avec désinvolture. Un simple coup d’œil pourrait lui faire perdre le contrôle !

La ville, probablement Trèves de la quatrième époque, recelait ses propres dangers – un danger qui faisait périr même les demi-dieux – avec des créatures mortes-vivantes potentielles et de la corruption comme les vieux os. Lumian avait le sceau du Fou et l’aura de l’empereur du sang Alista Tudor, mais il ne pouvait pas se sentir aussi détendu, insouciant ou sans peur qu’à son retour à Cordu avant la corruption.

S’il était entré dans Trèves de la quatrième époque avec de telles intentions, il se serait peut-être transformé en un monstre irrationnel et perpétuellement attardé, scellé avec un ange en un clin d’œil.

Sur ce, Lumian se retourna et piqua un sprint dans la direction opposée à la silhouette du géant au temps toujours changeant, loin de la magnifique cité.

Il devait mettre de la distance entre lui et la menace imminente. Personne ne pouvait prédire si l’énorme créature allait faire du bruit !

Les voix déchaînées des Beyonders de haut niveau représentaient un grave danger pour les Beyonders de moyenne séquence.

Jenna fit confiance à l’expérimenté Ciel et le suivit avec grâce. Ils passèrent devant les piliers de pierre d’un blanc grisâtre, certains se dressant tandis que d’autres gisaient en ruines, poussant plus loin dans la zone pavée de briques de pierre d’un noir clair.

Tandis que Lumian sprintait, un léger froncement de sourcils plissait son front.

Il sentait sa spiritualité s’épuiser après l’intense bataille dans le monde des peintures et les multiples traversées du monde des esprits. Si une autre mésaventure se produisait, il se demandait combien de temps il pourrait endurer.

Je dois trouver un moyen de reconstituer ma spiritualité… En réalité, il est minuit. Dois-je faire profil bas jusqu’à 6 heures du matin ? contemple Lumian en s’élançant vers l’avant.

Dans le quartier du faux marché de la surface, une pluie torrentielle tombait en cascade sur Séraphine et les autres « chambres ».

Elles se tenaient dans la rue en face de la Salle de Bal Brise, leurs poitrines rayonnant de diverses teintes.

Une à une, des silhouettes se matérialisèrent, perçant le vide et descendant dans l’obscurité profonde. Elles franchirent la porte noire comme le fer, teintée de sang et de rouille, dans les profondeurs de l’ombre.

Séraphine contempla la scène surréaliste, ses yeux vides et son expression rigide soudain envahis par le chagrin. L’eau de pluie arrose ses longs cheveux bruns.

À côté d’elle, le visage de Gabriel rayonnait de joie tandis qu’il parlait sur un ton d’outre-tombe : « C’est fini ? Pouvons-nous être ensemble pour toujours ? »

Le visage trempé de Séraphine se tordit. Elle ordonna à Gabriel : « Quitte cet endroit et ne t’approche pas de moi ! ».

« Pourquoi ? » Gabriel s’interroge, perplexe.

Le rôle de Séraphine en tant que chambre d’auberge avait été rempli. Il ne devrait rien y avoir d’autre, n’est-ce pas ?

Le monstre pouvait reprendre sa vie normale.

Séraphine prononça avec douleur : « Les occupants étant partis, les chambres de l’auberge n’ont plus aucune valeur… »

Avant qu’elle n’ait pu terminer, une paire d’ailes transparentes ressemblant à des libellules jaillit de son dos, gravées d’yeux ouverts et froids.

En silence, la forme de Séraphine se désintègre. La robe bleu lac mouillée perdit son support et dégringola au sol. Parée de chair et de sang qui se tordaient, chaque pièce portait des ailes oniriques semblables à des libellules et des motifs semblables à des yeux.

La tête de Séraphine est restée relativement intacte. Entourée de libellules de sang, quelques épis de blé et des champignons ont poussé sur son visage. Des gouttes de pluie frappaient son visage et glissaient.

Elle ouvrit la bouche, comme si elle menait à un autre monde, et sa voix devint stridente.

« Nous ne sommes pas bénis, mais l’œuvre de lutins !

« Va ! »

Gabriel fixa d’un regard vide Séraphine, une composition de libellules de sang et d’une tête. Un chagrin indescriptible se gravait sur son visage vide et froid.

Au milieu de la pluie battante et du soleil, il fit instinctivement quelques pas dans la direction opposée avant de s’arrêter.

Le dramaturge se retourna, revenant sur ses pas en direction de Séraphine.

Un doux sourire s’enroula sur les coins de sa bouche.

« J’avais oublié. Je suis déjà un monstre. Où puis-je aller ?

« Je te suis reconnaissant de m’avoir laissé courir tout seul à la fin. »

Tout en parlant, Gabriel se pencha, laissant ses genoux toucher le sol et les flaques d’eau.

Ses bras enveloppèrent les innombrables libellules de sang et la tête de Séraphine qui se débattait, et il planta un profond baiser sur les lèvres ornées d’épis de blé et de champignons.

Thud ! Thud ! Thud ! Les libellules de sang tranchèrent sa chair avec leurs ailes, s’enfonçant dans son corps, drainant sa force vitale.

Il persista dans son baiser.

Des gouttes de pluie les éclaboussaient.

En peu de temps, des ailes translucides et rêveuses sortirent du dos de Gabriel, tachées de sang.

Au milieu des bruits de rongement qui font froid dans le dos, le corps de Gabriel s’effondra et fondit, de même que la tête de Séraphine.

Au milieu du sang qui coulait, d’étranges libellules aux ailes translucides, ressemblant à des boulettes de viande, s’élevèrent dans les airs, comme des feux d’artifice brillants dans une tempête.

Soudain, un soleil ardent s’est abattu, engloutissant la zone et les corps anormaux.

Non loin de là, Angoulême, Valentine et Imre écartent les bras à l’unisson.

De retour à l’église Saint-Robert, ils ne sont pas affectés par le rituel, ils ne sont plus dans le monde de la peinture. Ils ont gardé les pieds sur terre et, une fois la situation stabilisée, ils se sont dirigés vers la salle de Bal Brise.

Quartier éraste, Cloître du Sacré-Cœur.

Les orages et les éclairs voilaient le soleil doré, mais pour l’instant, ils ne pouvaient pas empêcher la lumière du soleil de percer.

L’entrée de la Salle de Bal Brise se brouille et tremble, mais elle persiste. Le monde de la peinture qui avait échangé avec la surface devenait peu à peu éthéré, se rapprochant d’un retour à la paroi rocheuse.

Après avoir échappé à l’assaut de la lumière du soleil, la magicienne et Justice se rendirent compte qu’elles avaient perdu la trace de Dame Lune.

Les yeux de la première brillent d’étoiles resplendissantes.

Bientôt, elle « vit » la silhouette de Dame Lune.

La bienheureuse du dieu maléfique ne se dissimula pas et pénétra avec force dans les ténèbres instables et la mystérieuse porte illusoire couleur fer.

Dans un éclair de lumière stellaire, les détenteurs des cartes des Arcanes majeurs, la Magicienne et la Justice, arrivèrent à l’extérieur de la Salle de Bal Brise.

Les deux hésitent, ne sachant pas s’ils doivent la poursuivre.

À ce moment-là, Justice s’exclama doucement : « J’ai l’impression que l’attrait et l’appel du souterrain vers moi se sont affaiblis… »

Leur hésitation provenait du fait que plonger profondément dans les souterrains de Trèves de la quatrième époque les soumettrait à une corruption immense et anormalement terrifiante pour des demi-dieux.

Les hérétiques s’en moquaient. En fait, ils étaient devenus fous. Tout au plus, leur folie serait plus complexe et plus approfondie, mais ils n’avaient pas d’autre choix que de considérer cette question.

« La corruption s’est affaiblie ? » La magicienne était surprise.

D’après ce qu’elle savait, seuls deux individus pouvaient provoquer ce phénomène :

L’un était Monsieur le Fou ou Le Céleste digne du ciel et de la terre pour les bénédictions. En renforçant temporairement la puissance du sceau, ils pouvaient endiguer les diverses corruptions de Trèves de la quatrième époque et les diminuer.

L’autre était la divinité qui avait acquis une compréhension rudimentaire de la plus grande anormalité souterraine : « Le Seigneur qui a tout créé, le Dieu omnipotent et omniscient, le Seigneur qui règne derrière le rideau d’ombres, le souverain du monde de l’esprit et de la nature dégénérée de tous les êtres vivants. »


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Someone
29 jours il y a

Je penche pour Adam

Sigurd Goudard
29 jours il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser