Lord of Mysteries 2 Chapitre 455

Deux enfants

Traducteur : Ych
———–

La silhouette qu’il vit était un garçon d’environ sept ou huit ans, habillé comme un jeune gentleman, avec des cheveux jaunes, des yeux bruns et des joues potelées. Il avait une aura honnête et innocente, et Lumian le reconnut immédiatement comme le filleul du baron Brignais, le garçon particulier, Ludwig.

Ludwig se tenait devant une peinture murale ornée de beignets, ses jeunes yeux fixés sur l’œuvre d’art. Sentant que quelqu’un l’observe, il se retourne et aperçoit Lumian.

Lumian sourit et s’amuse à lui dire : “Tu t’enfuis encore de chez toi ?”

Ludwig, cette fois avec plus de sang-froid, répondit : “Non. J’ai dit à mon parrain que l’apprentissage ne peut pas se limiter à la connaissance des manuels scolaires. Il est tout aussi important de lire plus, d’entendre plus et d’interagir avec d’autres choses.”

Lumian s’enquit : “Et il t’a amené ici pour voir l’exposition d’art ?” Toutefois, il n’a pas pu repérer le baron Brignais dans les environs.

Il remarqua que l’intelligence et les connaissances de Ludwig semblaient s’être un peu améliorées, ce qui lui permit de trouver une excuse qu’il avait déjà utilisée auparavant.

Il semblerait que l’apprentissage ait un impact positif sur lui !

Ludwig acquiesça et ajouta : “Oui. Il est important pour un enfant de cultiver son goût pour l’art dès son plus jeune âge.”

Lumian fit claquer sa langue et poursuivit : “Alors, pas de manuels, de devoirs ou d’examens aujourd’hui ?”

Ludwig répondit, un sourire joyeux plaqué sans le savoir sur son visage : “C’est secondaire.”

Lumian nota intérieurement : “Il y a eu un peu de croissance, mais pas beaucoup…

À ce moment-là, le baron Brignais, coiffé d’un haut-de-forme en soie et vêtu d’un costume noir, s’approche de l’autre côté de la salle d’exposition.

Lumian ne put s’empêcher de faire une remarque moqueuse : “Tu n’as pas peur qu’il se perde ?”.

En tant que conspirateur, Lumian a perçu quelque chose d’inhabituel dans cette situation.

Étant donné l’anxiété passée de Brignais lorsque Ludwig s’était enfui, il n’aurait pas dû laisser l’enfant seul dans le hall d’exposition !

Brignais sourit et dit : ” Ludwig se porte bien ces derniers temps et n’a pas essayé de s’enfuir de la maison. Il était absorbé par l’admiration des tableaux, je n’ai donc pas voulu le déranger en allant aux toilettes.”

Cela ressemble à ce que ferait un parent irresponsable, mais Baron, tu n’étais pas comme ça avant. Je te soupçonne de l’avoir fait exprès… Tu as délibérément laissé Ludwig seul dans la salle d’exposition pour voir ce que ferait cet étrange enfant ? Heh heh, tu n’as pas à t’inquiéter pour lui. Tu dois t’inquiéter des visiteurs qui t’entourent. Si ce type a faim et que tu ne lui procures pas de la nourriture à temps, je crains que quelqu’un ne soit dévoré, critiqua Lumian en émettant une supposition.

Il sentait que le baron Brignais avait une arrière-pensée en organisant cette visite de l’exposition. Cela s’apparentait à mener un chien de chasse expérimenté à une occasion précise, en lâchant ses cordes pour voir s’il traquerait certaines proies.

Après avoir répondu à la question de Lumian, le baron Brignais, serrant sa volumineuse mallette, regarda Ludwig.

“À ton retour, rédige un essai concernant l’exposition d’art, en détaillant ton ressenti et l’œuvre qui t’a le plus marqué.”

L’expression de Ludwig s’est effondrée.

Lumian n’est pas surpris. Il avait beaucoup d’expérience en étant jeté dans une telle situation.

Au lieu de converser avec le baron Brignais et Ludwig, il choisit de poursuivre son observation des tableaux. Son attention se fixa sur la présence de structures ressemblant à des motels dans les pièces correspondantes, sur l’existence d’un modèle humain ressemblant à Séraphine, et sur l’impact potentiel sur les perceptions des visiteurs et sur leur environnement.

Malheureusement, l’exploration des trois petites salles d’exposition par Lumian n’a donné lieu à aucune découverte significative. Au lieu de cela, le dessin “Café” de Mullen, qu’il avait créé avec ses fesses, a attiré l’attention de nombreux touristes, suscitant à la fois admiration et critique.

Debout dans la dernière salle d’exposition, Lumian réfléchissait à ce qu’il allait faire. Il récupère ses lunettes brunes à monture dorée et décide de les essayer.

Puisque sa vision sans aide et sa vision spirituelle n’ont révélé aucun problème discernable, il a choisi de tester les lunettes de mystère de la même façon !

Positionnant soigneusement les lunettes sur l’arête de son nez, Lumian s’arc-boute alors que le monde autour de lui semble tourner et tourbillonner. Il se concentra sur les scènes qui se déroulaient dans sa “vision”.

Chaque tableau prenait une vie propre, s’affranchissant des limites des murs.

Certains tableaux semblaient regarder Lumian d’un regard glacial et pénétrant.

D’abord décontenancé, Lumian craint que quelque chose d’extraordinaire ne se prépare avec tous ces portraits, ce qui pourrait le placer dans une situation désastreuse. Cependant, il s’est vite rendu compte qu’il n’était pas attaqué.

Les personnages à l’intérieur des portraits se contentaient de le fixer avec une intensité silencieuse et froide.

C’était comme si elles avaient atteint un certain degré de conscience et un sens de l’existence, mais qu’elles n’étaient pas encore sorties de leur toile pour marcher parmi les vivants.

Une révélation frappa Lumian.

À travers la lentille des lunettes de mystère, il était témoin d’une autre réalité.

Peut-être que dans un aspect parallèle du monde, chaque tableau avait un semblant de réalité. Cependant, ils restaient bidimensionnels, plats et sans profondeur, incapables d’avoir un impact significatif sur le royaume humain ou le monde des esprits. Il pouvait y avoir des exceptions, des moments où la contemplation prolongée de certaines œuvres induisait des sentiments de délire ou d’anxiété.

Lumian s’est dit que les peintres pouvaient potentiellement amplifier la nature limitée et plate de ces objets, en ouvrant une voie vers le royaume du réel.

Par essence, les personnages des peintures ordinaires pourraient posséder une existence incomplète, condensée et spirituellement déficiente dans ce monde plat et bidimensionnel. Avec l’aide des lunettes de mystère, ils ont été dévoilés sous leur véritable forme.

De même, la perception de Lumian dévoilait des vérités plus profondes, les intentions créatives les plus poussées de l’artiste.

Une peinture représente l’avenir de Trèves, un royaume divisé. À la surface, des hommes et des femmes se délectent dans de somptueux banquets, parés de vêtements opulents. Sous la surface, des individus en haillons vivaient dans des tunnels sombres, se nourrissant de vers de terre, de rats et de mousse. Pourtant, à travers les lunettes du Mystère, Lumian a aperçu à la surface des cochons gras et gluants dont l’huile suintait de la bouche. En dessous, des visages grotesques et contorsionnés et des mains en décomposition se tendaient vers le haut.

Tel était le véritable message que l’artiste cherchait à faire passer.

Dans l’instant qui suivit, Lumian repéra le baron Brignais et son filleul Ludwig.

Le premier paraissait banal lorsqu’on le regardait à travers la lunette de mystère, mais une faible aura cuivrée émanait de sa forme. Quant au second, quelque chose de glacial s’est produit lorsqu’il a brusquement tourné la tête, semblant croiser le regard de Lumian à travers deux salles d’exposition.

Le visage poupin de Ludwig se transforma de façon troublante ; sa peau sembla se tordre, comme si elle était sur le point de tomber, et quelque chose sous la surface tenta de s’en échapper.

Le cœur de Lumian se serra et il retira instinctivement les lunettes de mystère,

et rétablit instantanément la scène dans son état normal.

Il y a effectivement quelque chose qui ne va pas avec Ludwig… Heureusement, j’ai réagi rapidement. Sinon, j’aurais pu voir quelque chose que je n’aurais pas dû… La tête de Lumian tournait et il avait l’impression de marcher sur du coton.

Il avait toujours senti que Ludwig était loin d’être ordinaire, mais cette rencontre avait fait exploser ses instincts de danger.

La véritable nature de la peau humaine d’apparence innocente qui dissimule le garçon reste un mystère inquiétant.

Ugh… Lumian avait porté les lunettes de mystère pendant une longue période cette fois-ci, et son malaise était insurmontable. Malgré la diminution des vertiges, il se sentait profondément nauséeux, avec une douleur à l’estomac, un besoin pressant de vomir et de s’occuper d’autres fonctions corporelles.

Même la constitution d’un conspirateur ne pouvait pas résister à cela.

Prenant une profonde inspiration, Lumian se dirigea vers les toilettes adjacentes aux trois salles d’exposition.

Elles se trouvaient au bout d’un long couloir orné de statues et de tableaux, parfaitement en phase avec l’ambiance du Centre des arts de Trèves.

Une fois à l’intérieur des toilettes, Lumian s’occupa de ses besoins urgents, et après s’être lavé le visage à l’eau froide, il retrouva peu à peu son calme, le malaise se dissipant.

En sortant des toilettes, le regard de Lumian s’est naturellement dirigé vers le mur opposé, où une série de peintures était exposée.

Un tableau en particulier attira son attention, une œuvre macabre et énigmatique qui s’empara de ses sens.

Il s’agissait d’une peinture à l’huile sur un fond aux couleurs vives, avec une femme nue en point de mire.

Son visage reste flou, comme si le peintre l’avait intentionnellement laissé vide. Sur son corps, des visages distincts émergeaient, chacun portant une émotion différente – colère, haine, malice, joie. Certains de ces visages ressemblaient à des chats, d’autres à des chiens, et d’autres encore semblaient n’exister que dans le domaine de la fantaisie. Ce qui les unissait, c’était leur qualité étrange, translucide et pourtant réaliste.

Alors que Lumian contemplait cette peinture troublante, une idée lui vint à l’esprit.

Lors de la visite de Gabriel à l’exposition d’art, il avait semblé parfaitement normal, du moins d’après les récits des auteurs. Mais ils n’ont pas pu surveiller ses moindres faits et gestes, surtout lors d’activités banales comme la visite des toilettes !

Avenue du Marché, Théâtre de l’Ancienne Cage à Pigeons.

Jenna venait à peine de sortir qu’elle aperçut une silhouette familière debout sous un lampadaire à gaz, de l’autre côté de la route.

C’était un jeune garçon, vêtu d’une chemise blanche, d’un gilet argenté, d’un manteau noir et d’un nœud papillon mercure, ses cheveux jaune clair étant soigneusement coiffés.

L’enfant qui m’a porté chance la dernière fois… ce formidable Beyonder ! s’exclame Jenna intérieurement, interloquée. Elle traversa instinctivement la rue et s’approcha du garçon.

Avec une légère inclinaison, elle le salua en souriant : “Tu m’attendais ?”

Le garçon lui jeta un coup d’œil et marmonna : “Je ne t’attendais pas. C’est toi qui m’attendais. Tu m’as rencontré plus tôt que n’importe quel autre choix.”

Qu’est-ce qui se passe cette fois-ci ? Es-tu en train de me porter chance pour la catastrophe imminente et de me faire découvrir quelque chose ? Les pensées de Jenna se bousculent alors qu’elle demande nonchalamment : “Tu n’as pas dit que cette direction était un peu dangereuse la dernière fois ? Pourquoi es-tu ici cette fois-ci ?”

La réponse du garçon fut mesurée et sérieuse : “Ce jour-là était ce jour-là, et aujourd’hui est aujourd’hui. Ce n’est pas parce que c’était un peu dangereux ce jour-là que c’est dangereux aujourd’hui.”

“D’accord…” Jenna l’interroge avec un sourire inquisiteur. “As-tu besoin de mon aide pour t’acheter une glace ?”

Le garçon, toutefois, répondit par un long soupir presque adulte.

“C’est autre chose ; je te paierai”.

Payer ? Me porter chance ? Jenna en avait une vague idée, mais elle ne s’est pas renseignée sur la récompense. Elle a décidé d’aller droit au but en demandant : “Quelle est la faveur ?”

Le garçon fouilla dans sa poche et en sortit une pièce d’or étincelante, éludant sa question.

“Ce sera ta récompense – une pièce d’or porte-bonheur”.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
kévin derain
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser