Lord of Mysteries 2 Chapitre 426

"Malédiction"

Traducteur : Ych
———–

Iraeta a inconsciemment fait un pas en arrière.

“Non, ce n’est pas la peine.”

Il sortit de son hébétude et se concentra sur l’homme en robe grise qui peignait avec application la marionnette dans la pièce faiblement éclairée. Il demanda avec curiosité : ” Es-tu l’artisan des statues de cire qui sert le comte Poufer ? ”

Ce comte avait un passe-temps particulier qui consistait à fabriquer des figurines de cire pour ses amis.

L’homme à la barbe rouge feu évita le contact visuel direct et continua à colorier le pantin à moitié terminé qui se trouvait devant lui.

Lumian, qui était déjà retourné dans le couloir, tourna la tête et jeta un coup d’œil à Albus Médicis. Au lieu de parler, il adressa sa question à l’homme énigmatique qui se trouvait dans la pièce encombrée : “Comment devrions-nous t’appeler ?”

Lumian était certain que quelque chose ne tournait pas rond chez l’artisan des statues de cire qui se trouvait devant lui, mais il n’arrivait pas à déterminer l’ampleur du problème. Ils venaient de remarquer qu’aucune lumière ne s’échappait de cette pièce, ce qui indiquait que l’homme avait travaillé sur la marionnette dans l’obscurité la plus totale !

L’homme aux yeux profonds d’un noir de fer et à la barbe d’un rouge ardent leva une fois de plus les yeux et parla d’un ton spectral : “Mon grand-père est devenu fou et s’est aventuré dans les profondeurs du palais souterrain, pour ne plus jamais revenir….

“Mon père est devenu fou et s’est aventuré dans les profondeurs du palais souterrain, pour ne jamais revenir…”

“Alors, tu es fou toi aussi ?” Albus Médicis interrompit les divagations de l’homme.

L’homme hésita un instant avant de répondre : “Je… entends les invocations provenant des profondeurs du palais souterrain…”

À ce moment-là, son regard balaya les visages de Lumian, d’Albus et d’Elros. Les coins de sa bouche, cachés par sa barbe, se retroussèrent légèrement, laissant entrevoir un sourire insaisissable.

Ses yeux vacants d’un noir de fer gagnèrent en intensité, et sa voix porta un sentiment d’urgence.

“Vous trois, dépêchez-vous de rejoindre les profondeurs du palais souterrain…”

Iraeta marmonna sous son souffle : “Pourquoi pas moi ?”

L’esprit de Lumian s’emballait tandis qu’il cherchait un point commun avec Albus et Elros.

Comme l’avait fait remarquer le poète Iraeta, le “vous trois” dans la déclaration de l’homme étrange ne l’incluait pas. Étant donné l’atmosphère et les circonstances particulières, quelque chose ne tournait vraiment pas rond.

Je suis un chasseur, et Albus est un chasseur. Elros est peut-être aussi un chasseur ? Tandis que Lumian contemplait cela, Albus Medici ne semblait pas perturbé par les paroles inquiétantes de l’artisan des statues de cire. Il affiche un sourire insolent et demande : “Veux-tu que nous nous aventurions dans les profondeurs du palais souterrain pour sauver ton grand-père, ton père et ton frère, ou préfères-tu envoyer tes salutations ?”

Assez agressif… Logiquement, c’est au moins un Pyromane, le genre dont la potion a été en grande partie digérée. Pas besoin de provoquer tout le monde à chaque mot… Se pourrait-il qu’il fasse volontairement croire aux autres qu’il n’est qu’un Provocateur ? Lumian regarde le profil latéral bien défini d’Albus et marmonne intérieurement.

L’homme qui peignait la marionnette ne prêta aucune attention à Albus et continua son travail.

” Désolé de te déranger “, dit Lumian, ne laissant pas à Albus l’occasion d’envenimer la situation. Il tendit la main vers la poignée de la porte en bois vermillon, la ferma doucement et laissa la pièce derrière lui.

Lumian décida de ne pas explorer la pièce avec le soldat bardé de fer, craignant de déclencher des événements indésirables.

Dans l’obscurité, Lumian descendit les marches de pierre usées, une lampe à carbure à la main.

Au milieu de l’écho des pas, Elros Einhorn commenta soudain : “Cet homme ressemblait à un lion…”

Lumian se rappela l’apparence de l’artisan de la statue de cire. En effet, avec ses longs et denses cheveux roux et sa barbe, il ressemblait effectivement à un lion humanisé.

Albus Medici fit doucement osciller la lampe à carbure dans sa main et jeta un coup d’œil à Elros.

“Ceci est le château de ton grand-père maternel. Tu as vécu ici pendant près de six ans. Ne te comporte pas comme un visiteur qui, comme nous, ne sait rien.”

“Je ne sais sincèrement pas qui était cette personne”, répond Elros en secouant la tête. “Je n’entre que très rarement dans le palais souterrain. Le plus loin que je sois allé, c’est la salle remplie de statues de cire.”

En d’autres termes, lors de tes explorations limitées, tu avais choisi le même chemin que moi. Tu avais sélectionné la porte de la folie parmi les trois portes de l’espoir, de la folie et de la mort… Pourquoi n’as-tu pas continué plus profondément ? Qu’est-ce qui t’inquiétait ? Lumian déduit quelques informations de la réponse succincte d’Elros Einhorn.

Albus se moque.

” As-tu entendu parler de la légende selon laquelle les membres de la famille Sauron deviennent fous et s’aventurent dans les profondeurs du palais souterrain, pour ne plus jamais revenir ?

“Par exemple, mon grand-père est devenu fou et s’est aventuré dans les profondeurs du palais souterrain…”

Le membre de l’ordre de la Croix de fer et de sang imita le discours de l’homme avec une précision troublante.

Excellent, tu as posé la question que je voulais poser… Malgré les manières grinçantes d’Albus Medici, il a servi à quelque chose.

Il n’avait aucune réserve et, avec beaucoup de perspicacité, posait les questions qu’il ne pouvait pas poser.

Avec un tel coéquipier à ses côtés, Lumian pouvait maintenir un semblant de distance et dissimuler ses véritables pensées et son attitude.

Les marches de pierre usées semblaient interminables. Alors qu’Elros descendait prudemment, elle soupira et s’expliqua,

“J’ai toujours été au courant de ces légendes.

” Le maître du château du Cygne rouge et les membres de la famille Sauron qui résident ici, hommes et femmes, deviennent peu à peu violents et irritables, pour finir par devenir fous. Il est possible qu’ils pénètrent dans les profondeurs du palais souterrain après s’être mutilés et n’en reviennent jamais. Ces incidents se produisent sporadiquement, parfois une fois toutes les quelques années, ou deux ou trois fois par an.

“En dehors des membres de la famille qui aspirent à restaurer la gloire de leurs ancêtres, Sauron a pris ses distances avec cet ancien château. Il ne veut pas devenir fou.

“Cela a un certain effet, assurant la pérennité et l’héritage de la famille Sauron. Cependant, cette folie semble être une malédiction, une malédiction enracinée dans la lignée. Sauron, qui réside ailleurs, verra de temps en temps des gens revenir soudainement et répéter les expériences de leurs ancêtres ici.”

Est-ce l’explication superficielle du déclin de la famille Sauron ? Si les principaux membres de la famille deviennent fous les uns après les autres et pénètrent dans les profondeurs du palais souterrain sans revenir, la famille va effectivement décliner petit à petit… Pourquoi Elros nous a-t-elle parlé en détail des affaires dont la famille Sauron a le secret… Elle croit que nous ne partirons pas vivants, alors elle satisfait son désir de partager ? Lumian ne put s’empêcher de se remémorer les cauchemars qu’il avait vécus à cause du jeu de la tarte du roi.

Dans ces cauchemars, le château du Cygne rouge était envahi par des fous qui se mutilaient de façon effroyable, s’arrachant les globes oculaires et bien d’autres choses encore.

Il semble que ces fous aient pu inclure divers individus de la famille Sauron qui avaient sombré dans la folie au cours de plus de deux siècles.

Mais tous ne partageaient pas la lignée des Saurons. Lumian se souvenait que le romancier Anori et d’autres participants au jeu de la tarte au roi étaient également devenus fous et avaient commis des actes grotesques envers eux-mêmes et les autres, bien qu’ils n’aient pas la lignée de la famille Sauron.

Albus Médicis, de sa manière irritante, arbora un sourire en coin en demandant à Elros : “Ton grand-père maternel est-il lui aussi devenu fou et s’est-il aventuré dans les profondeurs du palais souterrain ?”

Elros reste calme et répond : “Non, il est décédé à cause de maux de tête chroniques. Tous les propriétaires du château du Cygne rouge ne finissent pas par devenir fous.”

Albus, imperturbable, continua d’insister : “Quels sont les facteurs communs à ceux qui ne deviennent pas fous ?”

Le visage d’Elros était éclairé par la lueur de la lampe à carbure lorsqu’elle a répondu sur son ton habituel : “C’est un secret de famille.”

En substance, elle disait : “Je ne vais pas te le dire”.

Cette réponse laissa à Lumian, qui ouvrait la marche, un sentiment de frustration grandissant.

Si Elros les avait simplement mis en garde contre le fait de s’immiscer dans les affaires de la famille Sauron dès le départ, il n’aurait pas réagi de façon émotionnelle. Mais sa volonté de partager des informations intrigantes, pour ne retenir que les détails cruciaux, ressemblait à une provocation délibérée.

Après un moment de silence, le sourire d’Albus Medici revint, et il poursuivit : “Et ta mère ?”

Elros répondit : ” Elle est décédée normalement à la suite d’une maladie. ”

Albus gloussa et poursuivit : ” Et toi ? Tu as aussi la lignée de la famille Sauron. Est-ce que tu deviendras soudainement folle ?”

Elros tourna la tête et jeta un coup d’œil au camarade impoli, révélant un sourire indescriptible.

“À la longue, nous deviendrons tous fous.”

Qui entends-tu par “nous” ? Le front de Lumian tressaillit, sentant qu’Elros ne faisait pas seulement référence à la famille Sauron.

Un moment de silence s’ensuivit, rompu par le soupir sincère du poète Iraeta.

” La peur d’une famille, la malédiction qui dure depuis des générations, et les aïeux qui se sont aventurés dans les sombres souterrains. Quel excellent thème pour un essai. C’est très inspirant. Si Anori le découvrait, il produirait sans aucun doute un roman classique. Même moi, j’aurais envie d’écrire un long poème.”

Tout en conversant, ils arrivèrent enfin tous les quatre au bout des longues marches de pierre.

Devant eux s’étendait un vaste hall dont les piliers de pierre d’un blanc grisâtre soutenaient le plafond sombre.

Les quatre lampes à carbure éclairaient l’espace, révélant plusieurs piles d’os partiellement exposées derrière certains piliers de pierre.

“Plein de morts !” Albus Medici, imperturbable, soupira en souriant et se promena vers l’un des tas d’os.

À ce moment-là, Lumian perçoit un bruissement.

Il releva rapidement la tête et souleva la lampe à carbure.

Dans le faible éclairage jaune, au plafond tacheté, une ombre colossale se déplaçait à une vitesse surprenante, rampant sur la surface inégale avant de disparaître dans l’ombre de l’autre côté.

L’ombre était une créature ressemblant à une araignée.

Par rapport à son espèce, elle n’avait qu’une seule paire d’yeux, mais chaque œil contenait de nombreux minuscules yeux simples se déplaçant indépendamment, irradiant une lumière froide et sinistre.

D’innombrables poils longs et épais encerclaient un cœur flétri, noirci et de la taille d’un poing sur son dos.

Le sang de Lumian se glaça tandis qu’un terme lui venait à l’esprit : L’araignée chasseuse noire !

C’était l’un des principaux ingrédients de la potion de Conspirateur.

Au cours du dernier mois, bien que Lumian n’ait pas encore acquis d’ingrédients liés aux araignées chasseuses noires et aux sphinx, il avait acquis une compréhension générale de ces deux créatures Beyonder, y compris de leur apparence et de leurs capacités. Récemment, il avait envisagé de se “téléporter” à un autre endroit dans sa quête de ces créatures.

Cependant, l’araignée chasseuse noire dont il venait d’être témoin était encore plus inhabituelle que les informations qu’il avait recueillies. Elle s’écartait considérablement de plusieurs détails, en particulier la présence d’un cœur flétri qui ressemblait étrangement à celui d’un humain…


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
24 jours il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser