Lord of Mysteries 2 Chapitre 388

Une nuit agitée

Traducteur: Ych
—–

Alors que l’aura frénétique et violente surgissait du mince brouillard gris, le 6 rue des Blouses Blanches trembla légèrement, comme sous le choc.

Dans les différentes pièces du bâtiment, les corps de ceux qui dormaient déjà profondément tremblèrent involontairement, plongeant dans un cauchemar rouge sang. Ceux qui étaient encore éveillés regardaient autour d’eux avec surprise et confusion, comme s’ils avaient été transportés à une époque où les barricades étaient partout et où les coups de feu résonnaient dans l’air.

Sur un lit, dans une pièce calme située en diagonale de l’appartement de Franca, un homme dont les yeux étaient restés fermés, apparemment endormi, s’est soudain réveillé en sursaut. Il a levé les yeux avec méfiance et crainte vers la source de l’aura terrifiante.

Au même moment, sous l’église Saint-Robert, dans le bureau de l’Inquisition du quartier du marché,

Angoulême de François, en service de nuit, se leva d’un bond et se prépara à se précipiter dans la zone où les objets mystiques étaient scellés. Il espérait ainsi améliorer sa capacité à gérer les accidents et les catastrophes en peu de temps.

Dans d’autres pièces, Imre, Valentine et les autres ont également senti l’aura violente qui semblait secouer toute la ville de Trèves. Certains tremblaient, tandis que d’autres pâlissaient.

C’était encore plus terrifiant que le désastre de l’Arbre de l’ombre.

Cependant, ils ne sont pas restés immobiles. Certains se précipitèrent hors de la pièce pour rejoindre Angoulême, tandis que d’autres levèrent les bras et prièrent précipitamment le soleil avant de sprinter vers l’église Saint-Robert située au-dessus.

Quartier de la Cathédrale Commémorative, 11 Rue des Fontaines.

Gardner Martin, qui caressait son armure intégrale, fronça les sourcils et jeta un regard perplexe vers la région sud-est.

Il sentit que quelque chose l’appelait, ce qui fit bouillir son sang.

Dans les profondeurs de Trèves, Olson, l’homme à l’allure d’ours affamé qui trimbalait une petite valise brune, a soudain dressé les oreilles à l’affût de tout mouvement à proximité.

Les bruits lointains de tueries et de cris lui parvinrent faiblement.

Les yeux du superviseur de l’Ordre de la Croix de Fer et de Sang brillèrent de férocité et de folie. Il étendit sa main droite et la pressa contre son cou.

Un fil indiscernable en sortit, émettant un sang ardent.

Dans le quartier de l’île au centre de la rivière Srenzo, la cathédrale Sainte Viève de l’église du Soleil éternel flamboyant était déjà plongée dans les ténèbres. Seul le clocher voisin restait éclairé, mais à cet instant, la cathédrale assoupie baigna soudain dans une lumière solaire éclatante.

La lumière du soleil a inondé les dômes en forme d’oignon, illuminant chaque vitrail.

Au nord de Trèves, au cœur du quartier des cathédrales, d’imposantes cheminées noires comme le fer se dressent au-dessus de la cathédrale patriarcale du Dieu de la vapeur et des machines.

Des grondements retentissent lorsque l’énorme machine à vapeur installée dans la cathédrale se met en marche. De vastes quantités de brouillard blanc pâle s’échappent des cheminées qui ressemblent à une forêt et recouvrent le ciel nocturne.

Dans le Quartier Éraste, une petite ville très proche du Cloître du Sacré-Cœur, un golden retriever et la dame à ses côtés se retournent et regardent au loin la métropole de Trèves.

À l’intérieur du château du Cygne rouge, le comte Poufer, déjà allongé sur son lit, ouvrit les yeux.

Il sentit que tout l’ancien château devenait extrêmement oppressant, et que des rugissements et des cris cauchemardesques résonnaient dans les profondeurs du sous-sol.

À ce moment-là, les Beyonders du quartier du marché et les personnages puissants ailleurs dans Trèves furent distraits par l’aura non déguisée et flamboyante de la folie.

Caché dans une pièce située en diagonale de l’appartement de Franca, Loki venait de réagir à l’aura violente et terrifiante. Avant qu’il ne puisse invoquer le Wraith qui avait possédé Lumian et l’utiliser pour s’enfuir par prudence avec lui à travers le monde des esprits, les ténèbres environnantes s’intensifièrent instantanément, avalant la lumière cramoisie de la lune et apportant un calme extrême à la zone.

Il n’a pas pu résister à l’envie de fermer les yeux, il n’en était même pas conscient. Il bascula en arrière sur le lit et tomba dans un profond sommeil.

Les pensées de Lumian revinrent à la normale. Il canalisa sa colère, déversant toutes ses émotions refoulées dans les flammes cramoisies.

” Allez au diable ! ”

Avec un grognement bas, il fit un pas gauche en avant, les yeux saillants de vaisseaux rouges tout en tordant sa taille et en balançant son poing droit de toutes ses forces.

Dans une explosion étouffée, les flammes du corps de Lumian se coalisèrent à la surface de son poing, se condensant naturellement en une boule de feu d’un blanc flamboyant.

La boule de feu d’un blanc flamboyant jaillit du poing droit de Lumian, suivant une trajectoire prédéterminée, et s’écrasa contre le mur à côté de l’appartement.

La voix qu’il venait d’entendre émanait de derrière le mur !

Boum !

Un grand trou déchira le mur, révélant un homme debout dans le couloir.

Il avait des cheveux et des yeux bruns, et un visage décharné. C’était la marionnette que Loki avait employée ce soir-là.

C’est lui qui avait parlé !

Avant que Lumian ne puisse se rendre compte qu’il n’avait pas trouvé le vrai Loki, les ténèbres déferlèrent sur lui comme un raz-de-marée, l’engloutissant.

Ayant déjà évacué sa colère et ses flammes, le cœur de Lumian se calma rapidement. Il ferma inconsciemment les yeux et s’enfonça lentement dans le sol.

Son visage contorsionné commença à se détendre, et son corps et son âme trouvèrent la paix.

Il ne montrait plus aucun signe de perte de contrôle.

Vêtue d’une robe semblable à celle d’une veuve noire et d’un bonnet voilé, Hela émergea de l’obscurité.

Étant la plus proche de l’appartement lors de la recherche des traces du combat entre Loki et Lumian, elle fut sans doute la première à arriver.

Sans hésiter, elle fit disparaître Lumian, Franca, Loki et les deux marionnettes.

Sa silhouette s’estompa et les denses ténèbres se dissipèrent rapidement.

À part le mur effondré, aucun indice ne subsistait sur les lieux.

Deux secondes plus tard, l’appartement fut soudain baigné par la lumière du soleil.

Dans une mine inhabitée située sous Trèves.

Lumian, Franca et compagnie se sont rapidement matérialisés.

Ils étaient tous plongés dans un profond sommeil, à l’exception d’Hela. Son visage pâle restait conscient alors qu’elle se tenait sur le côté.

La vice-présidente de la Société de recherche sur les babouins à poils bouclés n’avait plus les cheveux secs et flétris qu’elle avait auparavant. Elle s’était transformée en mèches lisses, portant désormais la couleur de la nuit.

Elle sortit une flasque remplie d’alcool et avala un tiers de son contenu avant de fixer son regard sur Lumian.

Le front d’Héla commença à se fissurer silencieusement, émettant une étrange et ancienne lueur qui se manifesta par une indescriptible et ancienne porte de bronze.

La porte oscilla et grinça, révélant un espace étroit. Au-delà s’étendaient des ténèbres sans fin, remplies d’innombrables yeux denses et indescriptibles qui semblaient se cacher à l’intérieur.

Sous l’influence de cette aura mortelle, le Wraith attaché à Lumian s’envola sans résistance.

En un instant, il atterrit sur le sol, et Héla leva sa main droite, la pressant contre son front. L’ancienne porte de bronze disparut, et la faible lumière s’enfonça dans la fissure.

Hela reporta son attention sur Loki, toujours endormi.

Le chef du poisson d’avril avait un visage ordinaire, se fondant dans la foule comme n’importe quel autre habitant de la rue des Blouses Blanches.

Hela le fixa un bref instant avant que ses yeux ne se déconcentrent.

Dans le rêve de Loki.

Hela est apparue, vêtue d’une tenue semblable à celle d’une veuve noire, devant un ancien château enveloppé d’un fin brouillard gris.

Les portes massives du château étaient grandes ouvertes, étrangement silencieuses comme l’entrée d’un cimetière.

Hela jeta un coup d’œil au château noir avec ses nombreuses flèches et sa forme mince avant de franchir la porte. Elle traversa l’atrium faiblement éclairé et pénétra dans le hall, où étaient suspendus de curieux lustres aux sources lumineuses inconnues.

De nombreux invités remplissaient la salle, leurs expressions figées comme des statues de cire, immobiles.

Entourée de dizaines, voire de centaines de statues de cire, se trouvait une plate-forme grise avec trois marches en pierre. Au milieu de l’estrade se trouvait une ancienne chaise rouge foncé.

Un homme d’une vingtaine d’années occupait le siège.

Il portait un chapeau haut de forme en soie et une queue de pie noire, avec des yeux gris foncé et des cheveux bruns et courts. Sous l’arête élevée de son nez, la courbe subtile de sa bouche cachait un sourire peu évident.

Appuyant sur les accoudoirs des deux côtés, l’homme se détendit et s’adossa à son fauteuil.

“Qui es-tu ?” Sa voix résonna dans l’ancien château, comme pour interroger Hela.

Hela passa devant la foule soupçonnée d’être des statues de cire et arriva devant l’homme.

Sa voix froide resta impassible tandis qu’elle s’enquit : “Loki, tu ne me reconnais pas ?”

Le sourire de Loki s’intensifia.

“Hela, tu es venue finalement…”

Saisissant l’occasion que lui offrait son état de rêve, Hela l’a confronté directement.

“Pourquoi as-tu fait du mal à un membre de la Société de recherche ?”

Le regard de Loki se déplaça vers le haut, et il laissa échapper un rire.

“Le seul but de ces imbéciles est de nous amuser.

” Tu dois savoir que l’apocalypse est imminente, à quelques années près. Ils sont tous destinés à mourir, tôt ou tard. Il vaut mieux qu’ils se sacrifient maintenant pour nous divertir.”

Hela se tut, et un silence glacial enveloppa le rêve, l’air devenant plus froid. Des mains en décomposition, d’un blanc pâle, s’étendaient depuis le sol de pierre et les murs environnants.

Au bout de quelques instants, Hela reprit la parole.

“Pourquoi as-tu fait du mal à Muggle ?”

Le rire de Loki cessa brusquement, remplacé par un sourire en coin alors qu’il regardait Hela.

“Parce que…”

Son expression changea brusquement, et Hela sentit un danger imminent au sein du rêve.

“Parce que le Céleste digne des Cieux et de la Terre pour ses bénédictions…”

La voix de Loki s’estompa rapidement, et le rêve tout entier commença à s’effondrer sous la volonté d’Héla. L’ancien château se désintégra en fragments, disparaissant dans une obscurité sinistre, mais pure.

De retour dans le monde réel, au plus profond de la mine inhabitée de Trèves, Hela ouvrit les yeux. D’innombrables créatures minuscules se tortillaient sous sa peau blanche et pâle.

En un instant, sa forme changea et se réassembla, ne présentant plus les anomalies inquiétantes qu’elle avait affichées plus tôt.

Le corps de Loki s’était désintégré en une mare de chair et de sang, dans laquelle rampaient des asticots grotesques. Hela observait en silence, mais aucune caractéristique du Beyonder n’émergeait des restes.

Dans un château noir enveloppé d’un fin brouillard, un cercueil rouge foncé reposait dans une chambre sinistre.

Soudain, une main d’un blanc pâle émergea du cercueil, agrippée à son rebord en bois.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre !
Toujours aussi terrifiant les Voyants…
Merci pour la traduction, qui permet de lire des œuvres incroyables comme celle-ci !

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser