Lord of Mysteries 2 Chapitre 365

Observation

Traducteur: Ych
—–

L’ambiance du café de la maison rouge dégageait un charme de petite ville. Les ustensiles émaillés, les tableaux décoratifs encadrés de bois, les nappes à carreaux et les poutres apparentes du plafond lui conféraient une ambiance à la fois simple et élégante, un contraste frappant avec son extérieur vibrant et branché.

Franca, assise près de la fenêtre, a commandé une tasse de café Intis parfumé et s’est prélassée au soleil.

En jetant un coup d’œil décontracté autour d’elle, elle observait la clientèle et le personnel de service.

La plupart d’entre eux étaient des femmes, en particulier les serveuses, et leur tenue ainsi que leurs mouvements gracieux indiquaient une formation spécialisée.

Seuls deux hommes, apparemment des négociants en vin étrangers, étaient assis l’un en face de l’autre, discutant de l’impact de l’abondance de pluie et de soleil de cette année sur la qualité du raisin. Parmi les trois clientes, l’une était une femme âgée de la région aux cheveux gris, habillée modestement, qui saluait de temps en temps les passants. Une autre avait la trentaine, portait un chapeau noir voilé et une robe bleue à corset, ses traits assez ordinaires. La troisième, une beauté frappante aux sourcils délicats, avait des cheveux bruns qui tombaient naturellement en cascade dans des boucles ondulées, s’habillait simplement et dégageait une attitude calme.

À part la vieille dame du quartier, les deux autres pourraient être des participantes aux orgies. Franca détourna son attention, pensant que le premier étage, avec une douzaine de tables, ne semblait pas être l’endroit idéal pour de telles affaires privées.

Elle pensait que cela se passait peut-être au sous-sol ou à l’étage supérieur, plus près du toit en forme de champignon rouge caractéristique.

Depuis son emplacement, Franca a une vue dégagée sur l’entrée du café. Lumian, sous sa forme de chien jaune brunâtre, était tranquillement allongé, profitant du soleil et surveillant de près toutes les personnes qui entraient et sortaient du café de la Maison Rouge, ainsi que les clients et les serveuses qui se trouvaient à l’intérieur.

Personne ne prêtait beaucoup d’attention au chien sauvage au bord de la route, à l’exception de quelques chiens errants qui passaient par là.

L’un d’eux montra les dents à Lumian, qui occupait sa place habituelle, et grogna d’un air menaçant.

Lumian se sentit quelque peu désemparé. Pouvait-il vraiment participer à un combat de chiens sous sa forme actuelle ?

Ce n’était pas une préoccupation importante pour lui, mais ce qui comptait, c’était que le sort de création d’animaux avait scellé la plupart de ses pouvoirs Beyonder, réduisant sa force à celle d’un chien.

Bien sûr, étant donné sa taille de gros chien, intimider les petits canidés était un jeu d’enfant. Cependant, le chien qui grogne contre lui est lui aussi très costaud, bien que mince.

Combats ! Combats ! Franca ne pouvait pas contenir son excitation en regardant la scène se dérouler à travers la fenêtre.

Elle n’avait pas l’intention d’intervenir ; c’était une occasion rare de voir Lumian dans une situation aussi embarrassante. Comment pourrait-elle résister au spectacle ?

Lumian, vautré près de la porte, leva sa paume droite – non, sa patte avant droite. Puisant dans ses expériences passées, il concentra une partie de sa conscience sur sa patte.

Un léger sentiment de folie et une odeur de sang, perceptible uniquement par Lumian, flottaient dans l’air.

Le chien à la fourrure brune, dont on aperçoit l’ossature squelettique, fut décontenancé et recula précipitamment, la queue entre les pattes.

Oh… Allez ! Sois plus audacieux ! Pourquoi t’enfuir ? Franca, à l’intérieur du café de la Maison Rouge, est déçue.

Elle ne comprenait pas pourquoi le chien avait soudain eu peur de Lumian.

Le chasseur ne pouvait pas déchaîner ses pleins pouvoirs – au mieux, il dégageait une aura de provocation !

Simultanément, Lumian gloussa d’autodérision.

Si l’Empereur du Sang découvrait que j’utilise son aura pour effrayer les chiens, il pourrait bien m’écorcher vif, n’est-ce pas ?

Après ce bref intermède, Franca concentra à nouveau son attention sur le café.

S’inspirant de son expérience et de ses observations dans les magazines de mode, elle sirotait gracieusement son café et effectuait de temps en temps des gestes quotidiens qui mettaient en valeur son charme féminin, tous appris au cours de l’année écoulée.

Il ne lui a pas échappé que presque toutes les personnes présentes dans le café avaient les yeux rivés sur elle. Certains lui jetaient un coup d’œil discret, tandis que d’autres l’admiraient ouvertement, certains lui offrant même des sourires chaleureux.

La vieille dame du quartier, qui était assise à proximité, sourit à Franca, prit des ailes de poulet rôties au miel dans son assiette et sortit du café de la Maison Rouge.

S’arrêtant devant Lumian, elle marmonna pour elle-même, étonnée : “C’est encore un autre…”

Lumian eut un sentiment de malaise en regardant la vieille dame s’accroupir et lui offrir l’aile de poulet rôti jaune brunâtre.

Après un moment d’hésitation, il mordit dans l’aile de poulet comme un vrai chien, permettant à la vieille dame de caresser sa tête poilue.

À vrai dire, il n’était pas habitué à manger comme un chien, mais heureusement, la vieille dame s’est levée et est partie après quelques caresses affectueuses.

À l’intérieur du café de la Maison Rouge, Franca ne put s’empêcher d’éclater de rire en regardant Lumian grignoter maladroitement les ailes de poulet. Incapable de résister à ses émotions amplifiées, son corps tremblait de rire.

Si elle n’avait pas eu besoin de préserver son image, elle aurait pu éclater de rire.

Elle voulait aussi prendre quelque chose pour nourrir Lumian !

Dans son état naturel, le véritable charisme de Franca transparaît. Ses cheveux noirs, ses yeux bruns et son élégance sans effort captivaient ceux qui l’entouraient, lui donnant une présence unique et magnétique dans le café.

Le charme mystérieux de ses cheveux noirs et de ses yeux bruns, ainsi que son attitude élégante et décontractée, la rendaient particulièrement attirante.

À ce moment-là, une femme portant une combinaison de chasse de couleur claire arriva sur un cheval brun depuis l’hippodrome voisin de la forêt d’East Lognes.

Elle descendit habilement de cheval et enleva son chapeau.

Ses longs cheveux rouge orangé coulaient comme une cascade, ajoutant une touche de sauvagerie à son visage par ailleurs propre, pur et exquis.

Munie d’un fouet, la femme en tenue de chasse a attaché son cheval et s’est dirigée vers le Café de la Maison Rouge. Elle s’approcha de la belle et tranquille jeune femme.

Franca avait cessé de rire des pitreries de Lumian et ne pouvait s’empêcher de penser que cette nouvelle venue ressemblait plus à une participante aux orgies que toutes les autres personnes présentes.

Bien qu’elle soit la plus belle avec des traits d’une délicatesse exquise qui lui donnaient une apparence innocente, il y avait autour d’elle une aura qui pouvait facilement passer pour celle d’un homme.

Il y avait de fortes chances qu’il y ait quelqu’un comme elle dans une orgie féminine.

Franca leva élégamment sa main droite et brossa les cheveux noirs qui étaient tombés sur ses lèvres, affichant subtilement son propre charme féminin.

La femme aux longs cheveux rouge-orange, qui observait inconsciemment les occupants du café, parut visiblement décontenancée, comme si elle avait été momentanément stupéfaite.

Cependant, Lumian, qui était resté tranquillement allongé près de l’entrée, remarqua un léger froncement de sourcils chez la femme après sa surprise initiale.

Elle détourna son regard et continua son approche vers la femme à l’élégance tranquille et aux cheveux ondulés. Elles se lancèrent dans un léger badinage avant de monter les escaliers en bois jusqu’au deuxième étage au milieu de quelques bavardages.

Franca les observait du coin de l’œil et commençait à se faire une idée.

Il y a de fortes chances que ces deux-là soient effectivement des participantes aux orgies féminines, même si leur appartenance à la Société du Moment ou à la Société du Narcisse reste incertaine.

Franca continuait à siroter son café tranquillement, ne faisant délibérément aucun geste.

Après que plus d’une demi-heure se soit écoulée, et sans aucun signe de descente des femmes, elle décida de quitter son siège et sortit du café de la Maison Rouge.

Elle comptait s’arrêter là, pour ne pas risquer d’éveiller les soupçons en s’approchant d’elles trop précipitamment.

Son plan consistait à maintenir sa couverture de résidente des Docks de Lavigny tout proches et à revenir au Trocadéro tous les deux ou trois jours, voire plus fréquemment. Après tout, cette région était réputée pour sa production de vin et la beauté de ses paysages, attirant chaque jour de nombreux touristes. Il serait tout à fait plausible qu’une dame ayant récemment emménagé dans les environs explore la région.

Lumian, posté à l’entrée du café de la Maison Rouge, semblait désintéressé, comme s’il n’avait aucun lien avec les actions de Franca.

Presque simultanément, ses sens aiguisés détectèrent la belle femme aux longs cheveux rouge-orange qui se tenait derrière une vitre au deuxième étage.

La femme observait la silhouette de Franca qui s’éloignait avec une expression solennelle, vigilante et contemplative, dépourvue de tout intérêt romantique homosexuel apparent.

Pourquoi une telle réaction ? A-t-elle découvert quelque chose d’anormal chez Franca ? Comment l’a-t-elle découvert ? Lumian se sentit perplexe en se levant, comme s’il avait suffisamment pris le soleil, et se dirigea vers la ruelle située entre le café de la Maison Rouge et l’immeuble voisin, qui était plus proche de la direction de départ de Franca.

En peu de temps, la femme aux longs cheveux rouge orangé réapparut derrière la fenêtre du deuxième étage.

Elle scruta attentivement son environnement, confirmant que personne n’y prêtait attention. Il n’y avait qu’un chien jaune brunâtre qui somnolait dans un coin. Doucement, elle a poussé la fenêtre et est descendue gracieusement dans la ruelle en contrebas, aussi légère qu’une plume.

Immédiatement après sa descente, la femme à l’apparence propre et pure se fondit dans l’ombre.

Lumian, feignant un état de somnolence, observait silencieusement cette scène qui se déroulait, l’esprit en ébullition.

Chute de plumes… Dissimulation des ombres… Beauté… Charisme remarquable… Serait-ce une démone ?

Est-ce précisément parce qu’elle est aussi une Démone qu’elle a senti quelque chose d’inhabituel dans l’apparence et le comportement de Franca, ce qui l’a poussée à la suivre et à l’observer ?

Lumian se leva discrètement et commença à suivre Franca de loin, donnant l’apparence d’une promenade tranquille.

La femme aux cheveux roux orangés restait cachée dans l’ombre, insaisissable et difficile à cerner. Lumian ne pouvait pas déterminer sa position exacte, mais il était certain qu’elle n’était pas loin de Franca.

Franca, qui jouait son rôle de façon convaincante, ne semblait pas pressée de quitter le Trocadéro. Elle adopta le rôle d’une touriste, visitant le vignoble le plus proche, dégustant le vin rouge gratuit dans un magasin et achetant quelques spécialités régionales.

Juste avant midi, Franca est entrée dans le grand magasin haut de gamme de la ville et a commencé à essayer différents styles de vêtements féminins.

Alors que Lumian observait la scène, près de quinze minutes plus tard, il perdit Franca de vue. C’est alors qu’il a observé la femme à l’allure propre, vêtue d’une tenue de chasse, sortir de l’ombre dans un coin du grand magasin, ses yeux balayant les environs.

Franca avait réussi à se défaire de son poursuivant.

Le visage de chien sans ruse de Lumian s’illumina d’un sourire gratifié.

La dernière étape de l’opération d’aujourd’hui, se débarrasser du stalker en puissance, avait été exécutée sans faille. Franca, avec l’aide de Lie et sa capacité à contrer la divination, avait fait un travail remarquable !

Elle a dû se servir des clients du grand magasin, se changer en une autre tenue vestimentaire comme une ruse, se transformer et sortir ouvertement pour éviter d’être repérée.

Après que la femme en tenue de chasse soit retournée au Café de la Maison Rouge, Lumian a quitté le Trocadéro et s’est dirigé vers le Quartier Éraste.

Toujours sous sa forme canine, il avait l’intention d’explorer les environs du château du Cygne rouge.

Le sort de création d’animaux de Guillaume Bénet avait une durée de sept jours, après quoi il se dissipait naturellement, nécessitant un nouveau rituel.

Comme Lumian l’avait prévu, le château du Cygne rouge se dressait au sommet de la colline, son extérieur beige portant les marques d’un sang séculaire. Il se tenait dans un silence inquiétant, entouré d’une petite rivière.

Lumian fit quelques cercles autour de la zone avant d’arriver au bâtiment le plus proche, le cloître du Sacré-Cœur de l’église de l’Éternel Soleil flamboyant.

À l’ombre des arbres verts, il s’accroupit tranquillement et contempla le magnifique bâtiment doré orné de clochers.

Pendant son observation, Lumian ne put s’empêcher de remarquer un golden retriever accroupi à plus de dix mètres, son attention également fixée sur le Cloître du Sacré-Cœur.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
2 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser