Lord of Mysteries 2 Chapitre 308

Choix incompréhensible

Traducteur: Ych
———

Anthony Reid, un homme rond et d’âge moyen, s’est trouvé décontenancé. Mais après un bref instant, il sourit avec autodérision et prononça : ” J’étais tellement ébranlé que je ne pouvais même pas juger de l’authenticité de cette phrase. Comme prévu, un spectateur doit prendre place dans le public.”

Lumian resta calmement assis, son sourire inébranlable.

“Non, ce n’est pas si simple. Pourquoi ai-je quitté le tabouret de bar d’un bond ? Pourquoi t’ai-je murmuré à l’oreille par derrière ? Mon but était de te protéger de mes expressions subtiles et de mon langage corporel involontaire. À ces moments-là, tes émotions étaient déjà attisées, brouillant ta capacité à déchiffrer ma véritable intention.”

Une courte pause a suivi le silence contemplatif d’Anthony Reid, puis il a parlé,

“C’est une des raisons. Une autre réside dans ton comportement caractéristique. Je ne sais pas si tu t’en es rendu compte, mais tu as tendance à te donner en spectacle, à paraître nonchalant ou, en termes modernes, à agir de façon cool.

“À l’instant, j’ai cru que ces actions, compte tenu des circonstances, correspondaient à ton comportement habituel, visant à donner du poids à tes paroles. Alors, la suspicion ne m’a même pas traversé l’esprit.”

Un petit rire s’échappe des lèvres de Lumian.

“Il est tout à fait naturel pour un garçon comme moi d’aspirer à une touche de froideur, à un peu d’arrogance. Cela permet aussi de masquer mes vraies motivations. En fait, les deux sont authentiques. C’est pourquoi ils restent imperméables à l’examen.”

C’était un peu comme s’il avait des corbeaux de feu qui l’encerclaient, une main dans la poche, et qu’il les lâchait sur ses adversaires au fur et à mesure qu’il avançait. D’abord, c’était indéniablement cool, et ensuite, il saisissait l’occasion pour saisir le doigt de Monsieur K afin d’éviter toute mésaventure potentielle.

Anthony Reid réfléchit un instant avant d’acquiescer.

“Seul un motif superficiel, imprégné d’authenticité, peut vraiment tromper un spectateur.”

Levant son pied droit par-dessus son genou gauche, Lumian orienta à nouveau la conversation sur la bonne voie.

“Notre voyage pour dévoiler les personnes et les forces qui se cachent derrière Hugues Artois n’a pas encore commencé, car nous sommes engagés dans des affaires plus urgentes. Mais ne crains rien, nous nous pencherons sur cette question la semaine prochaine. Nous possédons également les sources d’information pertinentes.”

La stratégie de Lumian impliquait que Jenna approfondisse les antécédents d’Hugues Artois par l’intermédiaire des Purificateurs, en explorant les moyens qu’elle pourrait “aider”.

En tant que responsable de la disparition d’Hugues Artois, il était logique que Jenna suive les progrès de l’enquête, espérant déterrer tous les détails sans éveiller les soupçons des Beyonders officiels. Ces pensées et ces tendances étaient inhérentes à Jenna, Lumian n’avait donc pas besoin de les alimenter davantage. Un simple rappel suffirait.

En temps voulu, les Purificateurs pourraient subtilement guider Jenna et ses compagnons vers des actions qu’ils pourraient trouver gênantes. Cela fournirait indéniablement des pistes inestimables à l’enquête d’Anthony Reid.

Les yeux marron foncé d’Anthony Reid reflétèrent la silhouette de Lumian tandis qu’il absorbait le discours en silence.

Le courtier en informations fit un signe de tête presque imperceptible.

“Je vais rester encore un peu.”

S’engager avec les Beyonder du chemin du spectateur est simple. Il n’est pas nécessaire de concocter un autre conte ou de chercher une excuse pour l’influencer. Il peut découvrir la vérité par lui-même… Lumian afficha un sourire et fit un geste en direction du lit. “Assieds-toi.”

De cette façon, il n’aura pas à dévoiler la véritable identité de Jenna ni son rôle d’informatrice des Purificateurs.

Anthony Reid se tenait près de la porte, ancré sur place, et prit la parole : ” Tu as plus ou moins compris ce qui m’est arrivé. Y a-t-il quelque chose d’autre que tu veux que j’ajoute ?”

“Je préférerais un récit plus détaillé”, répondit Lumian sans grande cérémonie.

Ayant traversé la mafia de Poison Spur, la société Bliss, la catastrophe de Cordu, la mort de Ruhr et de Michel, et l’explosion de l’usine chimique de Goodville, Lumian trouvait les dieux maléfiques et leurs sous-fifres anormalement repoussants. Son attitude décontractée avait été remplacée par un nouveau sérieux.

Autrefois, il pensait que les gens pouvaient avoir les croyances qu’ils voulaient, que cela ne le concernait pas. Aujourd’hui, son point de vue a complètement changé. Pour lui, seuls les hérétiques qui étaient retournés dans leur tombe étaient de bons hérétiques. Les hérétiques vivants étaient des bombes à retardement qui risquaient tôt ou tard de faire des ravages sur lui et ses compagnons.

Il ne se contentait donc pas de raconter des histoires à Anthony Reid. Il avait vraiment l’intention de se plonger dans les affaires d’Hugues Artois et de découvrir d’autres hérétiques lorsqu’il aurait un moment de libre.

De plus, cela pourrait le rapprocher de M. K et de l’Ordre Aurora.

Bien sûr, il semblait assez étrange qu’un chef de la mafia recherché donne un coup de main aux autorités pour éliminer des cultistes.

L’expression d’Anthony Reid s’assombrit lorsqu’il dit : “Vers la fin de la guerre avec le royaume de Loen, mes camarades et moi étions postés sur une route vitale dans les contreforts nord de la chaîne de montagnes Hornacis. Notre commandant était le major Hugues Artois.

“Nous étions répartis en trois compagnies, chacune sur des positions différentes. Nous devions empêcher les petites équipes Beyonder du royaume de Loen de traverser le chemin traître et de nous attaquer par l’arrière, ainsi que nous défendre contre les assauts directs.

“Cette nuit-là, des coups de feu et des coups de canon ont soudain brisé mon sommeil. J’ai vu mes camarades se faire déchiqueter, un par un, par derrière. Leurs têtes explosaient, leurs corps se déchiraient. La terre est devenue une mer de sang…”

À ce moment-là, le souffle d’Anthony Reid s’est accéléré, comme s’il revivait le traumatisme.

Il marqua une pause avant de poursuivre : ” Au milieu de cette guerre, j’ai fait une rencontre fortuite qui a poussé ma Séquence vers le haut. Je n’en ai jamais fait part à Hugues Artois. Grâce à mes nouvelles capacités, j’ai réussi à percer l’encerclement avec quatre camarades blessés et j’ai battu en retraite.

“Deux d’entre eux ont été gravement blessés et ont été abandonnés à jamais sur le sentier de la montagne. Je peux encore voir leurs regards douloureux et en colère.

“Au début, j’ai pensé que l’une des autres positions avait peut-être été compromise, ou que les dirigeables de Loen avaient largué des troupes derrière nous sous le couvert de l’obscurité. Mais plus tard, j’ai compris que la raison en était que la troupe d’Hugues Artois avait choisi de battre en retraite sans nous en informer, après n’avoir rencontré qu’une attaque sondagière !”

Lumian réfléchit un instant avant de répondre : “Quand Hugues Artois a ordonné la retraite, ces soldats ne l’ont-ils pas remise en question ? N’ont-ils pas essayé de faire passer le message aux deux autres positions ?”

“Hugues Artois était notre commandant, et il savait faire des discours entraînants. En plus, il avait un mandat soi-disant signé par le général Philip”, dit Anthony Reid, l’expression sombre. “Les soldats de l’époque ont supposé qu’il avait déjà transmis les ordres aux autres postes. Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi il nous a sacrifiés. Cela n’aurait pas pris beaucoup de temps et ne lui aurait pas causé de tort.”

“Peut-être qu’il était débordé et qu’il a oublié”, a suggéré Lumian, ne cherchant pas à défendre le défunt Hugues Artois, se contentant d’offrir une explication possible.

Anthony Reid secoue la tête.

“Il n’était pas un vert recruté sur son premier champ de bataille. Il avait fait ses preuves lors de combats précédents, il avait montré son leadership sous la contrainte.”

Lumian n’a pas approfondi, laissant Anthony Reid poursuivre.

“Une fois que nous avons découvert la vérité, nous nous sommes tous les trois battus pour faire comparaître Hugues Artois devant un tribunal militaire, mais c’était vain. Ils nous disaient simplement que l’imagination n’était pas une preuve.

“Impuissants, nous avons regardé Hugues Artois se reconvertir dans la politique après la guerre et monter en grade.

“Mes deux autres camarades étaient déjà fragiles au départ. Ils sont décédés accablés par la fureur et la douleur. Quand Hugues Artois a jeté son chapeau dans l’arène pour le parti des Lumières lors des élections législatives du quartier du marché, je me suis retrouvé ici.”

Lumian hocha légèrement la tête et s’enquit : “Être courtier en informations, c’est pour cacher ta véritable identité ?”

“Non, je me débrouille comme courtier en informations depuis quelques années déjà”, répondit Anthony Reid avec un sourire en coin. “En plus, cette couverture m’aide à creuser plus profondément dans les affaires d’Hugues Artois.”

“Des avancées ?” demanda Lumian avec naturel.

L’expression d’Anthony Reid s’est assombrie lorsqu’il a répondu : “L’incursion d’Hugues Artois dans la politique semble banale. Il a chevauché les queues de pie du général Philippe et a gravi les échelons. Son éloquence a attiré l’attention de plusieurs députés du parti des Lumières. Et il a tissé des liens avec une poignée d’anciennes familles nobles.”

“Le général Philip est-il une source d’inquiétude ?” demande Lumian, toujours aussi direct.

Anthony Reid soupira lentement, la voix lourde, “Le général a trouvé la mort avant que je puisse enquêter sur lui. Officiellement, c’est la maladie qui l’a emporté.”

Lumian posa encore quelques questions avant de dire : “Je te rejoindrai quand j’aurai plus de choses à partager.”

“Bien sûr.” Anthony Reid comprit la sincérité de Lumian.

Après avoir quitté l’Auberge du Coq Doré, Lumian est retourné à la planque de la rue des Blouses Blanches. Il ouvrit l’armoire en fer et récupéra une grosse pile d’informations sur les habitants du monde des esprits.

Dans l’assortiment, il découvrit un carnet de notes intitulé “Les curiosités du monde des esprits”. En feuilletant quelques pages, il sentit une vague de frustration et d’anxiété s’insinuer dans son esprit.

Son objectif immédiat n’était pas de comprendre les subtilités du monde des esprits, mais plutôt de repérer les créatures appropriées de ce royaume. Il a donc fermé le carnet et s’est plongé dans les introductions des différentes entités du monde des esprits.

De façon assez inexplicable, après avoir parcouru les pages pendant plus d’une demi-heure, Lumian sentit son énergie mentale s’épuiser. Ses pensées semblaient s’évaporer, ce qui le força à interrompre brusquement sa session d’étude. Il s’étala sur son lit et sombra dans le sommeil.

Tôt le lendemain matin, Lumian arriva à l’appartement 601, 3 rue des Blouses Blanches, et sonna à la porte.

Franca s’était déjà levée de son sommeil, vêtue de sa chemise et de ses pantalons habituels. Elle dirigea son regard vers Lumian et s’enquit : “Qu’est-ce qui t’amène ici si tôt ?”.

Les yeux de Lumian papillonnèrent vers Jenna, qui occupait le salon, un sourire tiraillant ses lèvres.

“N’est-ce pas aujourd’hui que Jenna devient instigatrice ? Je suis là pour assister à ce moment.”

Un froncement de sourcils se dessina sur les traits de Franca qui murmura : “Tu as l’air bien préoccupé par son sort.”

“Absolument”, affirma Lumian, son sourire s’élargissant. “Une fois qu’elle sera une Instigatrice, elle pourra m’aider à m’occuper de Guillaume Bénet. Même si je ne peux pas vraiment compter sur elle pour une confrontation directe, elle excellera à lancer des attaques furtives et à surveiller les environs pour prévenir toute mésaventure potentielle.”

Jenna émit un grognement dérisoire, tandis que Franca offrit un mélange d’exaspération et d’amusement à travers un claquement de langue. “Tes mots sont comme du miel.”

“Celui qui a déjà été digéré ?” Lumian glousse, la conscience qu’il a de lui-même est évidente.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
2 mois il y a

Merci pour le chapitre

Evans Alley
3 jours il y a

Merci pour le chapitre!
“Seuls les hérétiques qui sont retournés dans leurs tombes étaient de bons hérétiques” j’aurais pas dit mieux Lulu 🗿

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser