Lord of Mysteries 2 Chapitre 307

Instigation

Traducteur: Ych
———

En entendant la question de Lumian, Anthony Reid, le visage rond légèrement rondouillard et la peau légèrement luisante, fixa ses yeux brun foncé sur lui un instant avant de répondre : “Je ne suis pas sûr de savoir où tu veux en venir.”

Les émotions du courtier en informations semblaient stables, et son expression ne paraissait pas affectée. C’était presque comme si la disparition d’Hugues Artois ne l’avait pas affecté le moins du monde.

Le sourire de Lumian s’élargit et il n’insista pas davantage. Pointant du doigt le niveau inférieur, il suggéra : ” Laisse-moi t’offrir un verre. Tu m’as aidé par le passé et nous avons combattu côte à côte. Considère cela comme un geste d’adieu.”

Anthony Reid gratta de sa main libre la racine de ses cheveux jaune pâle qui battaient en retraite, l’autre tenant une valise, réfléchissant brièvement avant de concéder : “D’accord.”

Descendant l’étroit escalier éclairé au gaz, le duo pénètre dans le bar du sous-sol et s’installe au comptoir.

“Quel est ton poison ?” Lumian s’enquiert d’un ton décontracté, comme s’il venait d’entrer dans sa propre demeure.

“De l’absinthe au fenouil”, répondit succinctement Anthony Reid.

“Absinthe, hein ?” Lumian gloussa, produisant une pièce d’argent verl d’or et quatre pièces de cuivre coppet. Il les lança au barman, Pavard Neeson, qui arborait une queue de cheval. “Deux verres de Somersault.”

Somersault est un terme de bar qui signifie une double portion d’absinthe au fenouil et une mesure de “petite momie”.

Ce dernier requérait sept licks, tandis que le premier en nécessitait douze.

Pavard Neeson a habilement retourné des gobelets standard et les a remplis d’un liquide vert onirique pour Lumian et Anthony Reid.

En prenant une gorgée, Lumian a savouré l’amertume familière et la revitalisation. Il observa Pavard Neeson, dont la barbe brun foncé encadrait les lèvres, qui marmonnait d’un ton grave et ingrat,

“Ciel, tu as une de ces drogues particulières ?”

Le patron de bar et peintre amateur pensait que Ciel, chef mafieux notoire, possédait sûrement quelques itinéraires pour se procurer des substances proscrites.

Lumian caresse le verre avec son pouce et sourit en demandant : “Quel genre de drogue cherches-tu ?”

Reconnaissant qu’Anthony Reid était un courtier en informations souvent mêlé à des affaires illicites, Pavard Neeson ne s’est pas retenu et a expliqué à voix basse,

“Des médicaments psychotropes interdits. Soupir, quand cet arbre bizarre m’a affecté, j’ai créé le brouillon dont j’étais le plus fier. En fait, ce n’était pas seulement mon œuvre la plus satisfaisante ; elle incarnait l’esthétique que j’avais toujours recherchée sans jamais l’atteindre. Il canalisait parfaitement mes pensées et mes convictions. Depuis, cette sensation m’a complètement échappé. Chacun de mes coups de pinceau s’est transformé en merde ! J’envisage d’expérimenter des psychotropes, dans l’espoir de retrouver cette sensation.”

Lumian prit une nouvelle gorgée de l’absinthe brumeuse, ses lèvres se retroussant en un sourire dérisoire,

“Si j’étais toi, je m’éloignerais complètement de la peinture. Tu n’en as pas les aptitudes innées.”

Sans attendre la réplique de Pavard Neeson, il s’esclaffe et déclare : “Compter sur les drogues pour obtenir des créations passables signifie que tu n’as pas de talent !”

“Mais de nombreux peintres célèbres y ont eu recours…” commence Pavard Neeson, avant d’être interrompu par Lumian. Il fit claquer sa langue et intervint : “C’est un signe que leurs facultés créatrices s’étiolent, que leur source d’inspiration se tarit.

“N’est-ce pas de la triche ? Opposer des œuvres alimentées par la drogue à celles d’autres artistes, et obtenir à peine une victoire. Gagner une place dans une exposition et proclamer fièrement à chaque visiteur : ‘Regardez, je suis méprisable. Je possède un complexe d’infériorité. La drogue est ma prouesse, et les démons sont mes parents.'”

Voyant le visage de Pavard Neeson s’assombrir, Lumian écarte légèrement les bras et demande : “Est-ce que cela te remplit de fierté ?

“Si tu avais du talent, tu ne serais plus un peintre amateur. Même si les critiques ne t’acclamaient pas et que l’Exposition mondiale des artistes te snobait, les galeries privées viendraient te chercher. Tu comprends mieux que moi la dure réalité.”

À ce moment-là, le sourire de Lumian s’élargit.

“Les médicaments ne te sauveront pas. Ils sont à la disposition de tous, comme une denrée commune. Quand tout le monde y aura recours, ne sera-t-on pas confronté à ses compétences et à ses normes innées ?”

Les lèvres de Pavard Neeson frémirent, mais il resta sans voix.

L’air sombre, il recula de quelques pas et s’affaissa sur son siège, comme si son esprit avait quitté son corps.

Anthony Reid, qui avait tranquillement siroté une absinthe au fenouil, tourna son regard vers Lumian. ” Tu n’es pas un adepte de ces drogues psychiatriques interdites ? “.

” Pourquoi pas ? ” Lumian se moque.

Anthony Reid reporta son attention sur Pavard Neeson, visiblement aux prises avec son trouble intérieur, et prit la parole d’un air contemplatif. ” Tu sembles l’avoir influencé. ”

“Je n’ai fait qu’attiser les braises de sa culpabilité”, répondit Lumian avec calme.

Anthony Reid hocha doucement la tête. “Mais que se passera-t-il si ta persuasion n’aboutit pas ?”

Lumian rit. “Je ne suis pas son parrain.”

S’il ne pouvait pas le convaincre, qu’il en soit ainsi.

Anthony Reid marqua une brève pause avant de tourner à nouveau son regard vers Lumian.

” Ta méthode de dissuasion s’écarte de ton approche habituelle. Est-ce un jeu d’acteur ?”

Un observateur impressionnant et astucieux, comme on peut s’y attendre de la part d’un Beyonder de la voie des Spectateurs… Si je peux allumer la ferveur intérieure dans le cœur d’un Spectateur, cela devrait grandement faciliter ma digestion… pensa Lumian en son for intérieur. Tenant son verre de liquide vert, il regarde devant lui et répond : “Je suis tombé sur des tracts tout à l’heure. Ils mentionnaient que Hugues Artois avait déserté ses troupes pendant la guerre contre le royaume de Loen il y a quelques années, ce qui avait entraîné d’innombrables pertes.”

Anthony Reid resta silencieux, savourant son absinthe au fenouil en toute quiétude.

Le regard de Lumian se dirigea vers le comptoir vacant du bar avant de poursuivre : “Je me souviens que tu as lutté contre les effets persistants du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) de cette guerre il y a quelques années.”

Anthony Reid avala une gorgée de la liqueur verte.

Lumian choisit de ne pas évoquer l’affiche des élections parlementaires trouvée dans la salle du courtier en information. Il jeta un coup d’œil à la coquille vide qu’était Pavard Neeson et marmonna pour lui-même : ” Si la seule motivation est l’animosité envers Hugues Artois, alors la nouvelle de son assassinat serait accueillie avec jubilation et il boirait jusqu’à ce qu’il tombe au bar.

“Mais si l’on souhaite découvrir la raison des actions d’Hugues Artois, comprendre comment il s’est frayé un chemin vers la politique et une candidature parlementaire malgré son passé, et découvrir les ficelles tirées en sa faveur, il faut chercher d’autres miettes de pain pour accorder au défunt un semblant de paix.

“Les Beyonders officiels devraient être sur cette affaire, mais ils travaillent avec trop de contraintes. Il leur manque l’audace indomptée des Beyonders sauvages.”

Toujours assis, Anthony Reid but une nouvelle gorgée d’absinthe au fenouil.

Lumian s’esclaffe.

“C’est en effet une énigme contrariante. Les obstacles sont innombrables, et les périls sont réels. La capitulation devient une option tentante pour tout le monde. Mais en fin de compte, Hugues Artois est décédé. L’instigateur de cette tragédie repose dans la tombe. Les âmes défuntes devraient y trouver un peu de réconfort.”

Anthony Reid cessa de s’imbiber, son visage d’âge mûr ne trahissant aucune émotion.

Lumian lui jeta un coup d’œil, baissa le ton et sourit d’un air entendu.

“Les gens rongés par de graves maladies mentales ne peuvent pas s’élever bien haut sur le chemin du Spectateur. Et même s’ils atteignent un palier, des stimuli extérieurs peuvent déclencher des défaillances catastrophiques, les transformant en monstruosités. Dans ce monde de plus en plus périlleux, la stabilité n’est qu’un vœu lointain pour les Beyonders imparfaits.”

À ce moment-là, Lumian a retenu son expression et a fixé son regard sur le profil d’Anthony Reid. Il demanda, sa voix résonnant avec gravité : ” As-tu envie de partir chargé de remords et de réticences, de te morfondre dans les affres de la transformation en monstre, de t’éloigner de tes anciens camarades, ou oses-tu t’aventurer à la poursuite de la vérité, en courtisant le danger, et en créant ta propre saga héroïque ? ”

Sans tenir compte de la réponse d’Anthony Reid, Lumian descendit gracieusement du tabouret, souleva son absinthe au fenouil et en avala le reste d’un trait.

Puis il chuchota à l’oreille d’Anthony Reid : “J’ai contribué à la mort d’Hugues Artois. Nous sommes encore en train de démêler son problème.”

Observant le léger tremblement d’Anthony Reid, Lumian se redressa et sortit du bar souterrain sans jeter un regard en arrière.

Il rentra dans la chambre 207, sans prendre la peine de fermer la porte derrière lui, et alluma la lampe à carbure.

D’un geste désinvolte, il fit pivoter le fauteuil et s’y installa, la posture aisée tandis qu’il fixait le couloir peu éclairé à l’extérieur.

Lumian attendit dans un silence anormal, car il avait la certitude que la silhouette qu’il attendait se matérialiserait.

Au fil des minutes, les voix du couple s’intensifièrent en une nouvelle querelle, et les ivrognes tapageurs commencèrent à affluer dans la rue.

Les pas hésitants se rapprochèrent de la chambre 207, chaque son faisant écho à l’incertitude.

Un sourire narquois se dessina sur les lèvres de Lumian, qui s’inclina dans son fauteuil, le regard fixé sur la porte.

En peu de temps, Anthony Reid apparut, vêtu d’une chemise vert militaire et d’un pantalon assorti, le tout couronné par de hautes bottes de cuir. Ses cheveux fins sont coupés en deux.

Debout dans le cercle de lumière projeté par la lampe à carbure, il regardait Lumian assis à la table en bois, un sourire en coin ornant ses lèvres. Ses traits dansaient en se contorsionnant.

D’un timbre riche, il entonna : “Je sais que tu essaies de me provoquer. Je sais que tu joues la comédie, mais… tu as raison…”

Anthony Reid, d’âge moyen et marqué par les intempéries, a levé sa main droite et l’a pressée sur sa poitrine, son expression étant empreinte d’une résolution féroce.

“Au cours de ces dernières années, mon cœur a été transpercé par l’angoisse et la juste colère.”

Un sourire complice se dessina sur le visage de Lumian, qui ferma momentanément les yeux, sentant la potion Pyromane se digérer un peu.

Il se leva de son siège et s’adressa à Anthony Reid en disant : “La vérité exerce le plus grand pouvoir de persuasion.”

Anthony Reid sentit un poids s’envoler après avoir parlé, le conflit intérieur et la confusion s’apaisant.

Il s’est aventuré dans la salle 207, la porte se refermant derrière lui. Ses yeux balayèrent les environs dans une évaluation rapide.

“As-tu vraiment éliminé Hugues Artois ? À quelle profondeur ton enquête a-t-elle pénétré ?”

“Celia Bello, celle qui a assassiné Hugues Artois, est une de mes amies. C’est moi qui ai déterré en premier les cultes hérétiques soutenant Hugues Artois”, répond Lumian d’un ton posé avant de présenter des excuses sincères. “Mes précédentes paroles tenaient de la tromperie, et pour cela, je suis désolé”.

Anthony Reid fut surpris.

“Quelle déclaration ?”

Un sourire malicieux ourla les lèvres de Lumian.

” À vrai dire, nous ne nous sommes même pas encore lancés sur la piste pour découvrir les personnes et les forces qui se cachent derrière Hugues Artois. ”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser